Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Publication le 16/11/2009 à 23:08
Découverte du VIH

Histoire

En 1981, le CDC (Center for Disease Control) annonce dans plusieurs grandes villes américaines une recrudescence de cas de pneumonies à Pneumocystis Carinii et d'une forme de cancer appelé "sarcome de Kaposi", maladies qui ont comme particularité d'être présentes chez des individus avec un système immunitaire très déprimé. Ce nouveau syndrome (Un syndrome est un ensemble de signes cliniques et de symptômes qu'un patient est susceptible de présenter lors de certaines maladies, ou bien dans des circonstances cliniques d'écart à la norme pas nécessairement...) d'immunodépression et en particulier la réduction du taux de lymphocytes T CD4+ dans le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté...) est majoritairement retrouvé chez des patients homosexuels, ce qui a valu à la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) le nom provisoire de gay syndrome. Cependant, dans les mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) qui suivent d'autres types de population sont touchées telles que les toxicomanes, des Haïtiens ou encore des hémophiles transfusés laissant penser que la nature de l'agent infectieux responsable est un virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme extracellulaire ou intracellulaire....). A partir de 1982, des cas similaires apparaissent en France et Willy Rozenbaum, médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies,...) français travaillant alors à l'hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de pathologies et des traumatismes trop complexes pour pouvoir être traités à domicile...) Bichat, se lance dans l'identification de ce virus à l'Institut Pasteur (L’Institut Pasteur est une fondation française privée à but non lucratif qui se consacre à l'étude de la biologie, des...) avec l'aide de l'équipe d'oncologie virale dont font partie Jean-Claude Chermann, Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier.


L'équipe à l'origine de la découverte du VIH: les prix Nobel de médecine 2008
Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier (à gauche), Willy Rozenbaum et Jean-Claude Chermann (à droite).
Illustrations: Prolineserver/Licence Creative Commons (F. Barré-Sinoussi et L. Montaignier)
Extrait interview Yagg (W. Rosenbaum) - Extrait interview Public Sénat (J-C. Chermann)

En janvier 1983, Willy Rozenbaum leur envoie la première biopsie (Une biopsie correspond au prélèvement d'un échantillon de tissus de l'organisme dans le but de réaliser un examen microscopique.) d'un ganglion d'un patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.) au stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe ?στημι istêmi, « se tenir droit et ferme ») est un...) lymphadénopathie (maladie opportuniste caractérisant le stade pré-SIDA), juste avant la forte déplétion (Le terme déplétion peut faire référence à :) de ses lymphocytes T CD4+ par le virus. D'après les maigres données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) disponibles sur le SIDA, ces structures ganglionnaires ont en effet tendance à gonfler dans les premiers stades du développement de la maladie. L'équipe de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel...) Pasteur mis donc les cellules de ce patient en culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) et détecta quelques semaines plus tard une activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) transcriptase inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que...) qui est typique d'un rétrovirus tel que le VIH, qui possède l'enzyme responsable de cette activité. Cette activité fut immédiatement suivi par un phénomène de mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des...) des cellules.

Luc Montagnier et ses collaborateurs avaient observé pour la première fois l'effet cytopathogène du VIH. Peu de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) après, ce rétrovirus allait même être directement visualisé sous un microscope électronique par l'équipe. Cependant, il fallait encore caractériser ce virus suspecté d'être à l'origine du nouveau syndrome d'immunodéficience humaine mis en évidence quelques mois auparavant. Pour cela, l'équipe française envoya une souche du virus à l'équipe américaine dirigée par le professeur Robert Gallo au National Cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée. Ces cellules...) Institute qui avait découvert et décrit en 1980 le seul rétrovirus humain déjà connu, le HTLV-1 (Human T-cell Leukemia Virus type 1).


Le chercheur américain Robert Gallo - Illustration: Túrelio/Licence Creative Commons

Malgré ce que pense Robert Gallo, les chercheurs français sont persuadés qu'il s'agit ici d'un nouveau type de virus différent du HTLV-1. Ils publient leur découverte en mai 1983 dans la revue Science et ils appellent ce rétrovirus "Lymphadénopathie Associated Virus" (LAV) car il restait à démontrer le lien de causalité entre celui-ci et le SIDA. L'équipe de Robert Gallo publie dans Science en mai 1984, soit un an après l'équipe de Luc Montagnier, les résultats de l'isolement d'un virus qu'elle considère comme responsable du Sida et le nomme HTLV-3. Aussi en août 2004, l'équipe de Jay A. Levy à San Francisco fait la même chose et trouve plusieurs rétrovirus qu'elle nomme ARV (AIDS-Related Virus). Fin 1983, la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les...) de ce nouveau virus identifié s'intensifie pour démontrer le lien de causalité avec le SIDA mais également dans le but de développer des tests de diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de δια-, dia-, „par, à travers, séparation, distinction“ et γν?ση, gnósi, „la...) sérologiques qui seront mis au point (Graphie) chez les patients infectés et commercialisés à partir de 1985. Enfin l'équipe de l'Institut Pasteur renforce l'hypothèse que le VIH est responsable du SIDA en démontrant une corrélation entre la présence d'anticorps chez les malades et celle du virus. En 1985, l'équipe d'oncologie virale isole un second virus, le LAV-2, chez un patient originaire d'Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres...) de l'Ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).) et une autre équipe de l'Institut Pasteur réalise la séquence du LAV. C'est cette même année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) qu'a été confirmée l'identité commune entre les trois virus LAV, HTLV-3 et ARV. Mais c'est seulement en 1986 que ce rétrovirus est officiellement renommé en Virus de l'Immunodéficience Humaine (VIH-1 et VIH-2).

Controverse sur la parenté de la découverte

La polémique sur le virus à l'origine du SIDA est apparue un an après la publication de la découverte du VIH par l'équipe de l'Institut Pasteur, lorsque Robert Gallo est annoncé par les autorités américaines comme celui qui a découvert le VIH. Selon lui, le virus identifié en France ne serait pas nouveau mais ne serait qu'un virus proche de celui qu'il a découvert en 1980 et qu'il a baptisé HTLV-1. C'est pour cela qu'il donne le nom de HTLV-3 à ce qu'il pense être l'agent infectieux responsable du SIDA. Il profite de ce coup médiatique pour annoncer la mise sur le marché d'un test de dépistage (Le dépistage, en médecine, consiste en la recherche d'une ou de plusieurs maladies ou d'anomalies dites "à risques" chez les individus d'une population donnée. Ces investigations sont suivies ou non de...). A ce sujet, l'Institut Pasteur porte plainte car l'équipe française pense que le test américain a été mis au point grâce à la souche qu'elle avait envoyé à Robert Gallo quelque temps auparavant. Un accord est signé entre la France et les Etats-Unis qui officialise la paternité de la découverte du VIH à parts égales entre les deux pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent sous...) qui se partagent donc les "royalties" suite à la vente des tests de dépistage. Cependant, dès 1991, Robert Gallo finit par reconnaitre que la souche virale qu'il a utilisé pour la mise en place de ses tests de dépistage a de fortes chances d'avoir été mélangée avec celle envoyée par l'Institut Pasteur et en 1994, le gouvernement américain reconnait que Robert Gallo est coupable de fraude scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) et attribue la paternité de la découverte du VIH à l'équipe française. Cette polémique est définitivement close après la remise du prix Nobel de médecine en 2008 à Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi pour leur découverte du VIH.
Partagez: 4 commentaires - Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS