Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Agriculture biologique

L’agriculture biologique est basée sur la gestion rationnelle de la fraction du sol, dans le respect des cycles biologiques et de l'environnement, tenant compte des connaissances en écologie pour une production de qualité, équilibrée, plus autonome, plus économe et non polluante.

En France, le décret du 10 mars 1981 la définit comme étant une " agriculture n'utilisant pas de produits chimiques de synthèse ".

Fondements

L'agriculture biologique (L’agriculture biologique est basée sur la gestion rationnelle de la fraction du sol, dans le respect des cycles biologiques et de l'environnement, tenant compte des connaissances en écologie...) est , au sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une...) propre, un pléonasme (il n'existe pas d'agriculture non biologique). Le terme est apparu vers 1950, par opposition au système de production agricole qui s'est mis en place à partir du XIXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où peut être l'âge du Christ ?). Très...), qualifié de chimique en raison de son usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) d'intrants chimiques, c'est-à-dire des produits de synthèse : engrais (Les engrais sont des substances, le plus souvent des mélanges d'éléments minéraux, destinées à apporter aux plantes des compléments...), produits phytosanitaires (pesticides tels que herbicides, insecticides ou fongicides …) ou qualifié de système productiviste par sa logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος), terme inventé par Xénocrate signifiant à la fois raison, langage, et raisonnement) est dans une première...). Ce système étant souvent considéré comme dangereux pour la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par...) (pollution des nappes phréatiques …), et non durable. On parle maintenant d'agriculture "conventionnelle", face à l'agriculture biologique.

L'agriculture biologique se caractérise principalement par son refus d'utiliser des produits " chimiques ".

Les fondements théoriques de l'agriculture biologique utilisent les notions de :

  • système : il ne s'agit pas de nourrir directement la plante (Les plantes (Plantae Haeckel, 1866) sont des êtres pluricellulaires à la base de la chaîne alimentaire. Elles forment l'une des subdivisions (ou règne) des...), mais de fonctionner avec tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) l'écosystème air-eau-sol-plantes-animaux sans le forcer;
  • respect des éléments naturels : nourrir une vache (La vache est la femelle d'un mammifère domestique ruminant, généralement porteur de cornes sur le front, appartenant à l'espèce Bos taurus de la famille des...) avec de l'herbe (On appelle herbe, dans une acception large, toute plante annuelle ou vivace, non ligneuse, faisant partie des angiospermes (monocotylédones ou...), et non avec des concentrés contenant des sous-produits animaux; la terre est un milieu vivant que l'on "nourrit" par la pratique du compostage (Le compostage peut être défini comme un procédé biologique contrôlé de conversion et de valorisation des matières organiques (sous-produits de la biomasse, déchets...) des matières organiques pour assurer sa fertilité (Pour le sens commun, la fertilité désigne à la fin du XXe siècle la capacité des personnes, des animaux ou des plantes...).

De tels fondements s'appuient sur des notions élémentaires qu'il convient de respecter tant au niveau de la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur...) que de la pratique. Il s'agit principalement des notions :

  • D'équilibre : tout acte ou toute pensée doit veiller à respecter un équilibre avec l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme...). Le développement réside dans le déplacement ( En géométrie, un déplacement est une similitude qui conserve les distances et les angles orientés. En psychanalyse, le déplacement est mécanisme de défense déplaçant la...) des équilibres naturels.
  • De diversité : les systèmes techniques ou philosophiques dépendent des contextes locaux spécifiques avant de répondre à des fondements immuables.
  • D'autonomie: En fonction du contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu traditionnellement...) et des équilibres en place, l'action ou la pensée vise aussi à ne pas priver les êtres humains de leur autonomie. Par exemple, vis-à-vis de l'industrie chimique qui peut produire des intrants en grande quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un groupe de choses.).

Ces fondements, dans leur version contemporaine ayant rationalisé sa démarche, conduisent à une forte recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la...) d'amélioration qualitative par une recherche constante d'alternatives aux comportements de l'agriculture productiviste en s'appuyant sur des expertises pluridisciplinaires (biologiste, agronome, écologiste, pédologue, géologue…) et le partage des expériences. C'est la mise en œuvre concrète (La concrète est une pâte plus ou moins dure obtenue après extraction d’une matière première fraîche d’origine...) d'une alternative (Alternatives (titre original : Destiny Three Times) est un roman de Fritz Leiber publié en 1945.) pour les agriculteurs productivistes, soumis aux pressions commerciales des firmes agro-pharmaceutiques.

L'agriculture biologique s'est distinguée d'une part en refusant le productivisme (Apparu au début du XXe siècle, le productivisme se définit selon le Dictionnaire historique de la langue française comme « un système d'organisation de la vie économique dans lequel...), dangereux pour le maintien de nos ressources naturelles; elle a également permis de renouer avec un savoir agricole empirique totalement nié dans le productivisme inspiré par le scientisme, et a donné naissance à de nouvelles pratiques respectant ces idéaux.

L'agriculture biologique est en plein développement et comprend tout un éventail de techniques allant de l'agriculture biologique intensive à des pratiques agricoles basées sur une vision plus sensible de la nature comme par exemple l'agriculture biodynamique qui prend en compte le cycle des saisons, le cycle lunaire (Pour les homonymes, voir Pierrot lunaire, une œuvre de musique vocale d'Arnold Schönberg.) et des planètes de façon très précise afin d'augmenter le rendement des cultures et de permettre leur dévelloppement de manière naturelle et plus efficace.

Situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le qualifier à travers...) en France

Comme toute démarche innovante, la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de...) biologique a coûté beaucoup d'argent (L’argent ou argent métal est un élément chimique de symbole Ag — du latin Argentum — et de numéro atomique 47.) aux premiers agriculteurs biologiques. En effet, devant faire leur preuves, ils ne pouvaient bénéficier des aides agricoles et de certains prêts car ils devaient convaincre les autres agriculteurs désignés comme experts et la FNSEA. L'hostilité à ce modèle agricole, jusqu'à une époque récente, était ultra-majoritaire au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure...) de la population agricole. Cela était surtout dû a l'impression de retour en arrière. En effet, la remise en question de la révolution verte était vécue comme un retour à l'agriculture de grand papa, et semblait réactionnaire à toute une génération d'agriculteurs qui avait participé à ce grand mouvement productiviste. De leur point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.), ils se considéraient comme à la pointe du progrès et techniquement ultra (ULTra (pour (en)« Urban Light Transport ») est un système de transport individuel de type Personal Rapid Transit (PRT), autrement dit un moyen de...) compétents, sans avoir conscience des problèmes liés au modèle qu'ils entretenaient. Ce sentiment a été exacerbé par le discours radical des premiers agriculteurs biologiques qui avaient pour quelques uns une vision mystique du métier, ces quelques agriculteurs ne sont plus à l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences (« heure...) actuelle significatifs dans l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme l'énonçait...) des exploitations biologiques.

La consommation d'aliments biologiques a progressé de près de 10 % en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de...) par an depuis 1999, pour représenter 1,56 milliard (Un milliard (1 000 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf millions neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999 999) et précède un milliard...) d'euros en 2005, tandis que la demande annuelle d'aliments conventionnels augmentait de seulement 3,6 %, selon les derniers chiffres de l'Agence Bio, un groupement d'intérêt public où sont représentés les professionnels du secteur.

En 2005, le marché français des produits alimentaires biologiques s'élevait à 1,6 milliard d'euros, le poste le plus important étant celui des fruits et légumes, qui totalise 264 millions d'euros. Mais l'ensemble des produits vendus aux rayons crémerie - produits laitiers (132 millions d'euros), lait (99 millions) et œufs (95 millions) - représentent eux-mêmes 21 % de la consommation des aliments bio, avec un total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une...) de 326 millions d'euros.

Le réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on appelle...) des Biocoop

Biocoop est une abréviation des mots " Biologique " et " Coopérative ". Une Biocoop désigne un magasin appartenant au réseau coopératif des Biocoops, qui vendent des produits issus de l'agriculture biologique et du commerce équitable.

A l'origine, une association loi 1901, Biocoop a été fondée en 1987 par des coopératives et des groupements d'achats qui approvisionnaient des consommateurs en produits biologiques. Depuis 2002, l'association est devenue une société anonyme coopérative.

Les magasins biocoops se réunissent autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre...) d'une charte qui encadre l'ensemble de leur activités autour des piliers suivants :

  • développement d’une agriculture biologique durable,
  • relations commerciales équitable,
  • qualité des produits et participation des "consom’acteurs".

Ce réseau de magasins indépendants représente environ 10% du chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) d'affaire réalisé en alimentaire bio en France. Il y a 270 points de vente en France.

Bilan

L'agriculture biologique met en avant le plan qualitatif dans son mode de production.Les rendements quantitatifs de la plupart des cultures biologiques sont légèrement inférieurs à ceux de l'agriculture conventionnelle.

L'agriculture biologique généralisé entraînerait une légère baisse de la production agricole qui diminuerait l'excédent agricole européen et américain,.Au contraire, en Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres émergées. Avec une...) par exemple, elle permettrait une hausse de la production agricole du fait de la meilleure prise en compte des éléments naturels et des réponses appropriées.

Surtout, cela permettrait une garantie de durabilité de l'agriculture. L'agriculture conventionnelle n'est, en effet, pas viable (économiquement, comme écologiquement) à long terme du fait de l'érosion des sols et des coûts indirects non pris en compte (frais de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) et dépollution par exemple) qui, s’ils sont pris en compte démontrent la pertinence de l'agriculture biologique.

Législation

Au niveau européen, le premier règlement sur l'agriculture biologique est entré en vigueur en 1992 (Règlement n° 2092/91), suivi en août 1999, de règles relatives à la production, l'étiquetage et l'inspection en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La matière occupe de...) d'élevage (Règlement n° 1804/1999). Les règles de base sont l'interdiction d'utiliser des engrais chimiques et pesticides ou herbicides de synthèse. L'utilisation d'organismes génétiquement modifiés (OGM) est également interdite. Les produits de l'agriculture biologique bénéficient de marques et de logos protégés au niveau européen.

Un plan d'action pour harmoniser le cahier des charges (Un cahier des charges est un document visant à définir exhaustivement les spécifications de base d'un produit ou d'un service à réaliser. Outre les spécifications de base, il décrit ses...) en matière de production biologique par la Commission européenne est paru le 12 juin 2007. Les acteurs concernés (agriculteurs, vendeurs, FNAB (Fédération nationale des Agriculteurs Biologiques)) sont majoritairement contre pour les raisons suivantes :

  • Pas de véritable consultation des opérateurs de l'agriculture biologique et des consommateurs, vote en catimini et en urgence qui empêchera toute expression citoyenne.
  • Elle s’approprie les règles de l’agriculture biologique au détriment des États membres et du Parlement européen mais surtout des producteurs et des consommateurs.
  • Texte flou et inachevé : pas de règles de production détaillée.
  • Les principes et les objectifs définis comme étant ceux de l’agriculture biologiques sont contestés (ex : utilisation de produits chimiques et contamination OGM acceptés, produits transformé étiquetés bio mais dans lequels les produits bio sont minoritaires).

Le terme agriculture biologique est maintenant légalement protégé en France depuis la loi d'orientation (Au sens littéral, l'orientation désigne ou matérialise la direction de l'Orient (lever du soleil à l'équinoxe) et des points cardinaux (nord de la boussole) ;) agricole du 4 juillet 1980 et le décret du 10 mars 1981, lesquels l'ont définie, et ont fixé les conditions d'homologation des cahiers des charges et précisé les substances pouvant être utilisées dans la production, la conservation et la transformation des produits agricoles dits biologiques.

Place dans la politique agricole européenne du début du XXIe siècle

Selon l'Agenda 2000 (L'Agenda 2000 a fortement mis l'accent sur le développement rural, et est ainsi devenu le « deuxième pilier » de la PAC, en prenant pour principale...), les agriculteurs sont tenus de respecter certaines normes environnementales de base, sans recevoir de compensation financière. Ils sont également soumis au respect du principe de pollueur-payeur. Cependant, les mesures agri-environnementales proposent de rémunérer les agriculteurs souscrivant à des engagements allant au-delà des bonnes pratiques agricoles. En particulier, la pratique de l'agriculture biologique permet de percevoir des primes. De plus, l'agriculteur (L'agriculteur ne désigne pas seulement la personne qui cultive la terre mais aussi celle qui procède à l'élevage sur cette même terre (apiculteur, aviculteur, cultivateur, éleveur, exploitant agricole, paysan, fermier,...) biologique peut recevoir des aides aux investissements. Ces actions devraient tendre à favoriser l'adoption de pratiques d'agriculture biologique.
Depuis l'adoption du réglement européen de 1992, de nombreuses exploitations se sont converties à ce nouveau type de production agricole.

Contre les primes agricoles aux pollueurs

En 2006 chaque état de l'union européenne choisit les modalités d'attribution des aides de la politique agricole commune (PAC). La France a établi un système d'aide (AIDES est une association française de lutte contre le VIH/Sida et les Hépatites virales, créée en 1984 et reconnue d'utilité publique depuis 1990. L'association mène des actions...) nouveau qui doit fonctionner jusqu'en 2013. Elle a choisi de calculer pour chaque agriculteur le montant de ces aides en fonction de ses revenus moyens pendant les années 2000, 2001, 2002. Il découle de cette pratique délibérément choisie que les cultivateurs de céréales, particulièrement du maïs (Le maïs (aussi appelé blé d’Inde au Canada) est une plante tropicale herbacée annuelle de la famille des Poacées, largement...), subventionné alors à 350 euros l'hectare, vont percevoir des aides, tandis que les agriculteurs biologiques, mais aussi les éleveurs, de vaches laitières ou bétail de boucherie, qui utilisent l'herbe comme fourrage, ne toucheront plus grand chose.

Ceux qui choisissent d'améliorer la qualité de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) et des produits agricoles sont ainsi sanctionnés.

L'agriculture biologique dans le monde (Le mot monde peut désigner :)

Actuellement, la production mondiale dépasse les 26 millions d'hectares.

Surface cultivée bio par continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce terme désigne une vaste étendue continue de terre à la...)
Am. nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) Am. sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...) Afrique Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la Terre. Il est le plus grand continent (8,6 % de la surface totale terrestre ou 29,4 % des terres émergées) et le plus...) Océanie (L'Océanie est une vaste région regroupant des territoires situés dans l'océan Pacifique. Elle est une des cinq divisions traditionnelles des terres émergées de la planète (en omettant...)
1,4 6,2 6,3 0,4 0,7 11,3
Source : SOEL-Survey 2005 (en millions d'hectares)

En Europe

Seulement 3,9% de la superficie (L'aire ou la superficie est une mesure d'une surface. Par métonymie, on désigne souvent cette mesure par le terme...) agricole utilisée de l'UE25 en 2005 (6,1 millions d'hectares) était consacrée à l'agriculture biologique, mais avec de fortes variations de surface selon les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le...). de terre étaient consacrés à l'agriculture biologique.

Surface (en Bio) par pays : la plus grande était en 2005 en Italie (1,1 million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui précède un million un...) d'hectares, soit 17% du total de l'UE25), devant l'Allemagne et l'Espagne (0,8 million d'hectares chacun, soit 13%)[1].

Pourcentage (Un pourcentage est une façon d'exprimer une proportion ou une fraction dans un ensemble. Une expression comme « 45 % » (lue « 45 pour cent ») est en...) de la surface agricole utilisée : l'Autriche était en 2005 en tête avec 11,0%, suivie de l'Italie (8,4%), la République tchèque et la Grèce (7,2% chacun). Les taux les plus faibles étaient mesurés à Malte (0,1%), Pologne (0,6%) et Irlande (0,8%).

Pourcentage des exploitations en bio, dans l'UE25 : 1,6% en 2005)

Surface moyenne des exploitations bio dans l'UE25,en 2005 : Elle est supérieure à celle d'une exploitation moyenne dite "conventionelle".
39 hectares (ha) par exploitation certifiée biologique, contre 16 ha par exploitation moyenne. Les fermes bio couvrant les plus grandes surface étaient en Slovaquie (463 ha par exploitation), en République tchèque (305 ha), au Portugal (148 ha) et au Royaume-Uni (142 ha).

Evolution : pour l'UE15, la part des cultures cultivées en bio est passée de 1,8% en 1998 à 4,1% en 2005. La part de la surface en cours de conversion dans le total des surfaces cultivées en bio, varie fortement, de moins de 10% au Danemark (1%), aux Pays-Bas (4%), en Finlande (8%) et en Suède (9%) à plus de 80% à Malte (100%), Chypre (Chypre (grec Κύπρος ; turc Kıbrıs) est une île située dans le Bassin Levantin qui constitue la partie la plus orientale de la mer Méditerranée; souvent...) (87%) ou en Lettonie (83%), pays ou le développement de la certification bio est plus récent.

Évolution de l'agriculure biologique en Europe
1993 2002 2004
Surface (en millions d'ha) 0,8 5,5 6,3
Nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'exploitations 36 080 160 458 175 000
Surface bio en Europe en 2003 et%âge (SAU bio/SAU nationale)
Pays Surface %âge
Italie 1 168 212 ha 8%
UK 724 523 ha 4,22%
Allemagne 696 678 ha 4,1%
Espagne 665 055 -
France 517 965 ha 1,7%
Autriche 295 000 ha 11,6%
Tchéquie 235 136 ha 5,9%
Suède 214 120 ha 6,1%
Danemark 178 360 ha 6,7%
Finland 156 692 ha 7%

En France

Chiffres Dans les années 80, la France représentait 40% de la surface bio européenne de l'UE15, aujourd'hui elle ne représente plus que 8% (et 9,2% de l'UE25[2]).

Le label Les pionniers de l'agriculture biologique en France ont mis des années à obtenir une reconnaissance officielle du label AB par les pouvoirs publics. L'association "Nature et progrès" est à l'origine de ce combat. Elle s'est transformée aujourd'hui en "Fédération Internationale d’agriculture biologique". Elle milite pour une agriculture biologique, écologique, équitable et durable dans la biodiversité. Des consommateurs engagés pour un environnement de qualité. Un monde sans OGM, sans OMC et sans AGCS. Dans un réseau alternatif et solidaire.

Le label agriculture biologique (Logo AB) est aujourd'hui reconnu par le Ministère de l'Agriculture, un cahier des charges précis définit les règles permettant d'être certifié.

Plusieurs organismes certificateurs ont l'autorisation de délivrer la certification[3] : Aclave, Agrocert, Ecocert SA, Qualité France SA, Ulase, SGS ICS

Image de l'agriculture biologique en France

Selon une enquête de l'institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for...) CSA, réalisée fin 2005, pour l'Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique :

  • 90% des français estiment que les produits AB contribuent à préserver l'environnment ;
  • " Près d'un Français sur deux (47 %) consomme des produits biologiques au moins une fois par mois " et " plus d'un sur deux (56 %) se sent proche des valeurs bio ".
  • ils achètent leurs produits AB, pour 72% en grandes et moyennes surfaces,43% sur les marchés, 29% en magasins spécialisés, 22% auprès d'artisans-commerçants et 22% directement à la ferme ;
  • la majorité des consommateurs de produits AB habitent dans les régions Île-de-France et celles du pourtour méditerranéen.

La filière (Une filière est une suite de formalités, d'emplois à remplir avant d'arriver à un certain résultat: la filière administrative.) lait AB

La collecte de lait AB est passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée...) de 45 millions de litres de lait en 1998 à 145 millions de litres en 2001. Parallèlement, le nombre d'exploitations laitières à triplé pendant cette période (de 350 en 1998 à 1040 en 2001).

En Allemagne

De nombreux labels existent avec des cahiers des charges très différents.

En Belgique, en 2005 (chiffres publiés par Eurostat en juin 2007, pour l'UE25)

La part belge de la superficie européenne cultivée en bio était de 1,7%, cultivés sur 22 994 ha, soit 0,4% de la superficie totale consacrée à l'agriculture biologique la Taille moyenne des exploitations biologiques était de 31,9ha/exploitation, à comparer à une taille moyenne de 26,9ha/exploitation (bioet non-bio). La Part de la superficie en cours de conversion dans la superficie totale consacrée à l'agriculture biologique était de 14,0%.

Au Québec

Quelques agriculteurs au Québec se sont tournés vers ce type de production. Deux organismes de certification agissent officiellement au Québec, l'organisme Québec Vrai[4] et Garantie bio/Écocert

En Suisse

Le bio a connu un bel (Nommé en l’honneur de l'inventeur Alexandre Graham Bell, le bel est unité de mesure logarithmique du rapport entre deux puissances,...) essor, en grande partie grâce aux grandes surfaces. Le label le plus connu est le "Bourgeon (Bourgeon peut faire référence à :) Bio". Leurs productions seront contrôlées uniquement par Bio.inspecta (un organisme indépendant) à partir du 1er janvier 2007. Ce label est réputé pour être un des plus strict d'Europe.

Les Suisses ont dépensé en moyenne 160.-CH en 2005, ce qui fait d'eux les plus gros consommateurs mondiaux de produits biologiques. En 2006, environ 11% des exploitations agricoles sont certifiées "bio".

Le marché biologique a commencé à stagner pour la première fois en 2005. On explique ce recul par un cahier des charges trop strict ou encore par les baisses de prix dans les grandes surfaces. Malgré cela, les responsables du Bourgeon sont restés optimistes lors des 25 ans de Bio Suisse le 18 août 2006 et pensent que le consommateur saura choisir entre prix et qualité.

Agriculture biologique et agriculture conventionelle

L'opposition entre ces deux types d'agriculture n'est pas aussi radicale que cela peut apparaître à première vue. D'une part, le cahier des charges de l'agriculture biologique préconise un certain nombre de mesures de gestion qui peuvent s'appliquer en agriculture classique, par exemple la rotation des cultures, ou le délai (Un délai est d'après le Wiktionnaire, « un temps accordé pour faire une chose, ou à l’expiration duquel on sera tenu de faire une certaine chose.  ».) minimum d'abattage des animaux, qui s'impose aussi pour certains labels de qualité.
D'autre part, l'interdiction de produits chimiques (les cahiers des charges les définissent précisèment) n'est pas totale en agriculture bio, elle est plus restrictive, les pyrèthres naturels et la roténone, deux insecticides naturels tirés de végétaux sont autorisés, ils ont une biodégradabilité rapide et, s'agissant des pyrèthres, sont moins nocif qu'un grand nombre d'insecticides issus de la chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des espaces d'investigations...) de synthèse. L'usage de la roténone est actuellement contesté, d'abord du fait de son très large spectre, et enfin suite à la découverte du fait que son exposition chronique provoque la maladie de Parkinson (La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique affectant le système nerveux central responsable de troubles essentiellement moteurs...) chez les rats[5], et que la banalisation de son emploi coïncide avec l'augmentation de cas de maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) de Parkinson[6].

Les agriculteurs bio préfèrent maintenir les équilibres de la faune auxiliaire en favorisant la faune utile et les prédateurs naturels plutôt qu'éliminer indistinctement toute activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) animale, même si l'usage autorisé de roténone n'est pas très sélectif.

Un exemple qui n'est plus controversé est celui de la bouillie bordelaise (La bordelaise est une race bovine française.) (à base de sulfate de cuivre) utilisée entre autre en viticulture et arboriculture fruitière (pas seulement en agriculture biologique) est autorisée alors que la toxicité (La toxicité (du grec τοξικότητα toxikótêta) est la mesure de la capacité d’une substance à provoquer des effets néfastes et mauvais pour la...) du cuivre (Le cuivre est un élément chimique de symbole Cu et de numéro atomique 29. Le cuivre pur est plutôt mou, malléable, et présente sur ses surfaces fraîches une teinte rosée à pêche....) pour les milieux aquatiques et les sols va conduire à une réduction drastique de son usage, y compris en agriculture classique, déjà les effet nocifs du cuivre avaient entrainé une diminution des doses de cuivre autorisées et le recours de plus en plus fréquent à d'autres méthodes. Cette évolution constitue une contrainte forte pour la production biologique de vin qui s'appuie quasi exclusivement sur le cuivre pour contrôler Plasmopara viticola, agent du mildiou de la vigne (Les vignes sont des lianes de la famille des Vitaceae. Ce sont des plantes du genre Vitis largement cultivées pour leur fruit en grappes, le raisin,...).

L'agriculture bio élimine un certain nombre de risques sanitaires induits par l'usage, ou l'abus de certains intrants chimiques, mais elle introduit des facteurs de risque liés à certaines pratiques :

  • l'interdiction de certains fongicides voire certains insecticides chimiques augmente le risque de présence de mycotoxines dans les aliments ;
  • l'emploi de fertilisants organiques peut amener des germes pathogènes pour l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est appelé un garçon, tandis que...); c'est vrai aussi en agriculture classique ;
  • l'emploi de médicaments homéopathiques doit être subordonné à une vérification de leur efficacité réelle, c'est pourquoi l'usage ne fait pas consensus parmi les agriculteurs bio.
  • l'interdiction d'emploi de désherbants entraîne l'augmentation des travaux culturaux d'où une augmentation de la dépense énergétique par unité produite (en contradiction (Une contradiction existe lorsque deux affirmations, idées, ou actions s'excluent mutuellement.) parfois avec la notion de développement durable).

L'agriculture biologique a aussi permis de maintenir ou de développer de nombreuses techniques et technologies innovantes dont la plupart se diffusent lentement dans l'agriculture productiviste et possèdent des avantages non négligeables :

  • elle supprime la plupart des nuisances liées aux pesticides que ce soit pour les nappes phréatiques ou les eaux de surface, la faune et l'homme ;
  • en relocalisant les productions et en recourant moins aux intrants, elle revitalise le tissu socio-économique local, crée des emplois, évite des flux (Le mot flux (du latin fluxus, écoulement) désigne en général un ensemble d'éléments (informations / données, énergie, matière, ...) évoluant dans un sens commun. Plus précisément le terme est employé dans les domaines suivants :) de marchandises facteur d'effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le cas des corps du système solaire) ou d'autres étoiles (dans le cas général),...) et diminue les infrastructures d'extraction de matières premières, infrastructures extrêmement polluantes en général ;
  • elle utilise beaucoup moins de matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) issus de la pétrochimie (La pétrochimie est la science qui s'intéresse à l'utilisation des composés chimiques de base issus du pétrole pour fabriquer d'autres composés synthétiques qui peuvent...) et donc tendrait de ce point de vue à retarder le pic pétrolier ; En revanche elles est davantage consommatrice d'énergie fossile (L'énergie fossile désigne l'énergie que l'on produit à partir de roches issues de la fossilisation des êtres vivants : pétrole, gaz naturel et houille. Elles sont présentes en quantité limitée...) pour la réalisation des travaux mécaniques qui remplace l'utilisation de produits chimiques.
  • elle est très favorable à la biodiversité ;
  • elle augmente le nombre d'actifs par unité de surface et permet de diminuer l'exode rural en améliorant la viabilité à long terme des exploitations et l'image des paysans ;
  • Son rôle en matière d'érosion est ambivalent, d'une part avec l'utilisation de cultures fixatrices d'azote (L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de numéro atomique 7. Dans le langage courant, l'azote désigne le gaz diatomique diazote N2, constituant...) qui occupent le sol, comme la luzerne, elle freine cette dernière, en revanche l'utilisation quasi obligatoire du labour pour lutter contre de nombreux bio-agresseurs dont les adventices, l'augmente.
  • selon une étude contestée de l’écologiste David Pimentel de la Cornell University[7] de New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des États-Unis, elle compte a elle seule 8 143 200...), elle consomme 30% d’énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) en moins, moins d'eau et pas de pesticides chimiques pour des rendements équivalents.

Néanmoins, elle se diffuse très lentement dans le milieu agricole professionnel et reste marginale, malgré les aides importantes à la reconversion. Elle trouve la plupart de ses adeptes et défenseurs parmi les néo-ruraux et les mouvements écologistes des villes.

Nombreuses sont les collectivités territoriales à favoriser activement l'agriculture biologique afin de faire de grosses économies et d'améliorer la santé des populations, tel que la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune, par opposition...) de Munich depuis 1991 pour protéger les ressources en eau, ce programme est un succès.

Le tout-biologique

L'agriculture biologique étant globalement 30 à 50% moins productive que l'agriculture conventionnelle, pourrait-elle remplacer celle ci et nourrir la population mondiale ? En partant sur la quantité de nourriture nécessaire à un repas moyen français et en se basant sur les chiffres du ministère de l'agriculture et de l'Insee, la surface agricole française pourrait nourrir 48 millions de personnes en biologique. Mais ce chiffre n'est pas extrapolable au monde entier notamment du fait de l'intensivité de l'agriculture francaise.

Il semble par ailleurs que, loin de protéger l'environnement, le fait d'exiger davantage d'hectares, est un facteur d'accroissement de l'empreinte écologique (L’empreinte écologique vise à traduire de manière facilement compréhensible l’impact d’activités humaines sur les écosystèmes et la...). À noter de plus que le développement des biocarburants, souvent prôné également par les mouvements écologistes, entre en conflit avec l'agriculture alimentaire, et avec le maintien de la forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense, constituée d'un ou plusieurs peuplements d'arbres et d'espèces...), pour le partage des surfaces cultivables.

Il est répliqué par les tenants du tout-bio que si on supprime le gaspillage actuel (près de la moitié de la nourriture produite aux USA finirait à la poubelle) et qu'on accepte un régime un peu moins riche en viandes (l'alimentation du bétail requiert une surface agricole très importante, surface qui serait utilisée pour l'alimentation humaine si la demande en viande diminuait), tout en prenant en compte le fait que les pays les moins productifs pourraient bénéficier des surplus des autres, la généralisation (La généralisation est un procédé qui consiste à abstraire un ensemble de concepts ou d'objets en négligeant les détails de façon...) de l'agriculture biologique est alors largement possible, ce qui reste une simple affirmation gratuite

Un tel bouleversement agricole serait, du point de vue de ses supporters, avantageux économiquement (dépense énergétique nettement moindre, secteur plus rentable, moins de dépenses liées aux traitements des pollutions, moins de dépenses pour la santé), créatrice d'emplois, saine et écologique. Cela supposerait des méthodes dérivées du maraîchage (micro-agriculture biointensive par exemple).

Reste l'inconnue du devenir du rendement en bio dans un cadre ou il ne devrait plus suporter l'impact des traitements phytosanitaires de l'agriculture conventionnelle (faune auxiliaire plus abondante, arrêt du développement des phénomène de résistance des insectes (Insectes est une revue francophone d'écologie et d'entomologie destinée à un large public d'amateurs et de naturalistes. Produite par l'Office pour les insectes et leur...) nuisibles...) mais il est aussi envisageable que cet arrêt puisse apporter des effets négatifs.

Notes et références

  1. Eurostat "Statistiques en bref, Agriculture et pêche 69/2007"/ "L'agriculture biologique prend différentes formes dans l'UE25" (en PDF, sur Eurostat) Office statistique (La statistique est à la fois une science formelle, une méthode et une technique. Elle comprend la collecte, l'analyse, l'interprétation...) des Communautés européennes (juin 2007)
  2. Eurostat (Office statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon. D'une façon générale, c'est le résultat de...) des Communautés européennes, juin 2007)
  3. Observatoire départemental de l'eau (Ain)
  4. Site internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en utilisant le protocole de...) de Québec Vrai
  5. (en) résumé de l'article sur la neurotoxicité chronique sur les rats
  6. (fr)Article de synthèse très complet sur la toxicité de la roténone, son statut légal et ses applications
  7. Un article parlant de cette étude
Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.