Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
OS/2
Principaux systèmes
d'exploitation
BSD
FreeBSD - NetBSD - OpenBSD
DragonFly BSD - PC-BSD
GNU/Linux (Liste)
Debian (Debian (/de.bjan/) est une organisation communautaire et démocratique, dont le but est le développement d'un système d'exploitation basé exclusivement...) - Fedora - Gentoo
Mandriva (Mandriva (anciennement Mandrakesoft) est une société française éditrice de la distribution GNU/Linux Mandriva Linux, dont l'un des principes est la simplicité d'utilisation.) - Red Hat (Red Hat est une société multinationale d'origine américaine éditant des distributions Linux. Elle est l’une des entreprises dédiées aux logiciels Open Source les...) - Slackware
SuSE - Ubuntu (Ubuntu (prononciation [ubuntu], c'est-à-dire « ou-boun-tou » en prononciation française) est un système d’exploitation libre fondé sur Debian (une distribution Linux) et commandité par la...)
Mac OS (Mac OS (pour Macintosh Operating System) est le nom du système d'exploitation d'Apple pour ses ordinateurs Macintosh. Il est surtout connu pour être le premier système grand...)
Système 5 - 6 - 7 - 8 - 9
Mac OS X (Mac OS X est une ligne de systèmes d’exploitation propriétaire développés et commercialisés par Apple, dont la version la plus récente (Mac OS X 10.5 dit...) -.0 -.1 -.2 -.3 -.4 -.5 - Server
MS-DOS (DOS disk operating system est le nom générique employé pour désigner les anciens systèmes d'exploitation dont les fonctionnalités étaient...) - Microsoft Windows (Windows (littéralement « Fenêtres » en anglais) est une gamme de systèmes d’exploitation produite par Microsoft,...)
1.0 - 2 - 3.x - 95 - 98 - Me
NT - 3.5x - 4.0 - 2000
XP - 2003 - Vista
2008 (prochainement)
Seven (en développement)
Autres
AmigaOS (AmigaOS est le système d'exploitation natif des ordinateurs Amiga. Bien que ce modèle d'ordinateur ait radicalement changé (passage au PowerPC), le système est toujours maintenu (en 2005), et la...) - BeOS (BeOS est un système d'exploitation développé par la société américaine Be Inc., fondée par le français Jean-Louis...) - Inferno
LynxOS (LynxOS est un système d'exploitation temps réel et de style UNIX de la société LynuxWorks pour systèmes embarqués. Parfois appelé tout simplement "Lynx", LynxOS est conforme au...) - Haiku OS - OS/2 (OS/2 est un système d'exploitation créé par Microsoft et IBM, qui ensuite a été développé par IBM seul. Le nom OS/2 signifie Operating System/2...)
QNX - Solaris - UNIX - MVS
OS/360 (OS/360 était un système d'exploitation développé par IBM pour leur nouvelle série d'ordinateurs System/360, annoncée en 1964. OS/360 a été parmi les...) - OS/390 - OS/400 (OS/400 est le système d'exploitation d'IBM conçu pour ses machines de la gamme AS/400, iSeries et i5 (ou System i). Il s'agit d'un système...) - Plan 9 (Plan 9 from Bell Labs, appelé usuellement Plan 9, est un système d'exploitation expérimental développé par Bell Labs, le descendant de Unix Time-Sharing System....)
ReactOS (ReactOS est un projet de système d'exploitation en développement se voulant compatible avec les programmes et pilotes Microsoft Windows.) - VMS - ZETA (ZETA est un système d'exploitation de la société allemande YellowTAB. Il est une évolution de BeOS.) - FreeDOS (FreeDOS a pour but d'être un système d'exploitation complet, libre, et 100% compatible MS-DOS.)

OS/2 est un système d'exploitation créé par Microsoft (Microsoft Corporation (NASDAQ : MSFT) est une multinationale américaine de solutions informatiques, fondée par Bill Gates et Paul Allen, dont...) et IBM (International Business Machines Corporation (IBM) est une société multinationale américaine présente dans les domaines du matériel...), qui ensuite a été développé par IBM seul. Le nom OS/2 signifie Operating System/2 (operating system signifie système d'exploitation en français), et il a été choisi car OS/2 a été présenté comme étant le système d'exploitation à utiliser de préférence pour la gamme de PC de seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de...) génération d'IBM nommée IBM Personal System/2. La première version (sans interface (Une interface est une zone, réelle ou virtuelle qui sépare deux éléments. L’interface désigne ainsi ce que chaque élément a besoin de connaître de...) graphique, 16 bits, multitâche, etc.) est sortie en décembre 1987. Actuellement, IBM ne commercialise plus OS/2 et l'entreprise a arrêté sa prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement...) depuis le 12 décembre 2006.

Ambition initiale d'IBM

OS/2 devait initialement être porté sur toutes les architectures IBM monoposte, y compris les stations de travail. Il exista quelque temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) une version d'OS/2 pour les PC/RT ainsi que, plus tard, pour les RS/6000 (plate-forme PREP et non CHRP, ce qui fit retirer le système du catalogue quelques semaines après sa sortie).

Suite à la rupture avec Microsoft, OS/2 a ensuite été vendu uniquement par IBM jusqu'au milieu des années 1990 ; aucune nouvelle version n'est apparue après 1996 (le positionnement (On peut définir le positionnement comme un choix stratégique qui cherche à donner à une offre (produit, marque ou enseigne) une position crédible, différente et...) de Windows (Windows est une gamme de systèmes d'exploitation produite par Microsoft, principalement destinées aux machines compatibles PC. C'est le remplaçant de MS-DOS. Depuis les années 1990, avec la sortie de Windows...) étant trop fort), mais IBM a continué de le mettre à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant...) jusqu'en 2003 pour ses clients. Aujourd'hui, une petite communauté se bat toujours pour le faire perdurer.

Historique

1987: OS/2 1.0

La toute première version d'OS/2, fruit (En botanique, le fruit est l'organe végétal protégeant la graine. Caractéristique des Angiospermes, il succède à la fleur...) d'une collaboration entre IBM et Microsoft est la 1.0. Elle sort le 8 décembre 1987. Elle n'a pas d'interface graphique.

Jerry Pournelle, de Byte, décrit comme une erreur de marketing (Le marketing (on utilise aussi parfois — dans 7% des cas, d'après les chiffres donnés par Google — le néologisme...) qu'IBM mette son OS à 4 fois le prix du DOS (En anatomie, chez les animaux vertébrés parmi lesquels les humains, le dos est la partie du corps consistant en les vertèbres et les côtes. Les dorsaux...) alors qu'aucun bénéfice immédiat ne peut rentabiliser cet investissement pour l'utilisateur. Par malheur pour le produit, la période 1987-1988 correspond aussi à une envolée des prix de la mémoire vive qui jusqu'à présent avait toujours baissé (et ne rebaissera que quelques dizaines de mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) après).

1988: OS/2 1.1

OS/2 1.1 sort à Halloween 1988. Cette nouvelle version dispose d'une interface graphique, Présentation Manager. Elle supporte également les disques de plus de 32 Mo.

1989: OS/2 1.2

Avec OS/2 1.2 sorti au COMDEX 1989 apparaissent le langage de script REXX et le nouveau système de fichiers HPFS. HPFS (High Performance File System) offre un stockage plus efficace des fichiers. HPFS est un peu le demi-frère de NTFS : ils portent le même "partition id" 0x07 dans la table de partitions. En outre, HPFS autorise des noms de fichiers de plus de 8+3 caractères.

1991: OS/2 1.3 ... et Microsoft qui s'en va

En 1991, IBM sort OS/2 1.3, qui apporte une légère amélioration : Adobe Type Manager. Mais la nouvelle la plus importante est que Microsoft abandonne le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) OS/2. Cependant, Microsoft continue individuellement le développement de ce qui s'appelle alors OS/2 3.0 et qui deviendra Windows NT. De son côté, IBM continue à développer OS/2 2.0 mais n'annonce aucune date de sortie. La situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général...) est telle qu'un article du Wall Street (Wall Street est le nom d'une rue située dans le sud du borough de Manhattan à New York (États-Unis). Wall Street part à l'est de Broadway en direction de l'East River...) Journal proclame la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles). Chez les...) d'OS/2.

1992: OS/2 2.0

Annoncé comme "a better Windows than Windows" et "a better DOS than DOS" par IBM, OS/2 2.0 en 32 bits sort enfin. Il supporte les applications OS/2 32 et 16 bits, Windows 3.0 (mais pas les trois modes de Windows 3.1), et DOS. Il permet de faire tourner plusieurs sessions DOS simultanément sans que le crash d'une des sessions n'influence les autres.

OS/2 2.0 utilise également une nouvelle interface graphique: le Workplace Shell. À cette époque, la grande majorité des magazines spécialisés considère que OS/2 est beaucoup plus stable que Windows et plusieurs grosses entreprises l'utilisent pour leurs données stratégiques (quand elles n'utilisent pas UNIX)... Mais en nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) et qualité des logiciels applicatifs, Windows avait maintenant une bonne longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est...) d'avance sur OS/2. Cela a été déterminant dans le choix des petits utilisateurs.

L'importance attachée par Microsoft à la qualité de ses polices professionnelles marquait davantage aussi que l'approche objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être...) d'OS/2 (en OS/2 lorsqu'on déplaçait quoi que ce soit, fichier ( Un fichier est un endroit où sont rangées des fiches. Cela peut-être un meuble, une pièce, un bâtiment, une base de...) ou application, tous les raccourcis s'y rapportant se mettaient automatiquement à jour).

1993: OS/2 2.1

En mai 1993 sort OS/2 2.1. Plus rapide qu'OS/2 2.0, il supporte également le format de police de caractères TrueType.

1994: OS/2 Warp 3.0

En octobre 1994 sort OS/2 Warp 3.0. Il inclut TCP/IP en standard, ainsi qu'un jeu complet d'applications appelé IBM Works.

Quelques raisons de l'échec d'OS/2

Le moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une énergie...) est passé avant la carrosserie (La carrosserie est l'enveloppe rigide d'une machine, destinée à protéger les organes situé à l'intérieur. La carrosserie d'un véhicule protège les personnes et les éléments...)

La culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec...) d'IBM (dans les laboratoires, non dans les équipes commerciales !) était une culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) de hackers. Les équipes d'OS/2 se sont focalisées sur la robustesse de l'OS : d'autant plus difficile à assurer que la direction d'IBM avait imposé qu'OS/2 tournât sur Intel 80286, dont l'architecture (Architectures est une série documentaire proposée par Frédéric Campain et Richard Copans, diffusé sur Arte depuis 1995.) était parfaitement inadaptée aux passages fréquents entre modes protégé (système) et réel (applications DOS) : il fallait, pour repasser en mode réel, effectuer à chaque commutation de contexte (Une commutation de contexte (context switch) en informatique consiste à sauvegarder l'état d'un processus ou d'un processus léger et à restaurer l'état d'un autre processus...) un redémarrage à chaud, avec un indicateur de mode positionné dans une bascule (Une bascule ou un basculeur est un circuit intégré logique doté d'une sortie et d'une ou plusieurs entrées. La sortie peut être au niveau logique 0 ou 1. Les changements d'état de la sortie sont...) CMOS du microcontrôleur du clavier ! Le bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son. C'est-à-dire vibration de l'air pouvant donner lieu à la création d'une sensation auditive.) courut à IBM qu'un tiers du code d'OS/2 servait à contourner les bugs des différentes versions du 80286.

En contrepartie, peu de soin a été apporté à l'apparence, par exemple les polices de caractères, dans lesquelles pourtant IBM avait une excellente expérience avec son électrocomposeuse 4250 développée à Sindelfingen ; les polices de l'interface graphique, issues de Windows 2 (Windows 2, sorti en 1987, était une deuxième tentative de la part de Microsoft de publier une interface graphique pour compatible PC, suite à...), étaient très loin d'avoir la qualité typographique, donnant à OS/2 une allure de système amateur par rapport à Macintosh (Macintosh (prononcé /makintɔʃ/) ou Mac est une série de différentes familles d'ordinateurs personnels conçus, développés,...), voire à un Windows 3.0 avec Adobe Type Manager, ou 3.1 (TrueType), à la présentation impeccable.

La situation était inhabituelle pour IBM pourtant censée savoir que pour vendre un ordinateur (Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant d'exécuter des programmes enregistrés. C'est un...) la présentation est une chose importante (le costume trois-pièces longtemps porté par ses commerciaux était un sujet de plaisanterie dans les milieux Unix).

Clients indécis

Une grande confusion consécutive à l'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) PS/2 régnait chez les entreprises clientes au départ : OS/2 étant conçu pour utiliser le nouvel Advanced BIOS des PS/2 (ABIOS), fonctionnerait-il sans encombre sur les machines IBM dotées d'un ancien BIOS, et de plus équipées d'un bus différent ? Quid des machines de la concurrence ? Privés de leur côté d'information technique, les commerciaux d'IBM ne savent répondre, et les clients diffèrent en conséquence leur décision de passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) à OS/2, pour garder des marges de manœuvre. Les prévisions en 1987 des cabinets de prospective annonçant que deux tiers des machines seront en OS/2 en 1992 resteront lettre morte.

Grave erreur de marketing d'IBM

Le public aurait encore pu passer sur ces défauts et essayer OS/2 comme successeur normal du DOS (son nom interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en cabinet pendant une durée...) avait d'ailleurs été quelque temps DOS 5, sans rapport avec le DOS 5 qui suivit), mais IBM commit une énorme erreur de marketing en le vendant 4 fois le prix du DOS. Le saut était trop grand pour être accepté par une clientèle de particuliers et des petites entreprises, et IBM se marginalisa encore un peu plus tandis que Windows (facturé séparément du DOS) annonçait un coût qui était moins de la moitié celui de son concurrent.

Cette erreur fut stigmatisée[citation nécessaire] par Jerry Pournelle, talentueux rédacteur technique de la revue BYTE. Le service marketing d'OS/2 ne sut, ne voulut ou ne put (car les impératifs de marges de la direction générale étaient sévères, et la part revenant à Microsoft importante) suivre son conseil.

Quant à Bill Gates (William Henry Gates III KBE dit Bill Gates (né le 28 octobre 1955 à Seattle) est un informaticien et chef d'entreprise américain, pionnier dans le domaine de la micro informatique,...), il déclara à la presse : « Oh, nous ne cherchons pas à tuer OS/2, au contraire! Nous touchons davantage d'argent (L’argent ou argent métal est un élément chimique de symbole Ag — du latin Argentum — et de numéro atomique 47.) pour chaque OS/2 installé que pour chaque Windows installé, vous savez ! »[citation nécessaire]

Ingénieux coups de Microsoft

Après 1990, Microsoft s'ingénia à promouvoir son produit Windows au détriment d'OS/2.

L'interface OS/2 fut discréditée[réf. nécessaire] comme « trop compliquée » par rapport à celle de Windows 3.1. En fait, cette interface ressemblait beaucoup à celle de Windows 95 - et pour cause puisque, là aussi, c'était Microsoft qui avait conçu en grande partie cette interface, mais Microsoft gardait cette nouvelle interface sous le coude (Cette articulation comprend en avant la région du « pli du coude ». C'est un complexe articulaire synovial du membre supérieur humain reliant le bras à l'avant-bras. Il unit ainsi trois os entre eux :...)...

... et pré-annonça[réf. nécessaire] Chicago (Chicago est une mégapole des États-Unis, située dans la partie nord du Middle West, à 1 280 kilomètres à l'ouest de New York et à plus de 3 200 kilomètres au...) (nom de code de Windows 95) dans les semaines mêmes qui suivirent la disponibilité d'une couche d'émulation parfaite de Windows 3.1 dans OS/2 2.0. Là encore, l'émulation OS/2 faisait certes de lui, conformément à la promesse d'IBM, un meilleur Windows que Windows (notamment par l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) du multitâche)... mais ce n'était plus la bonne version de Windows. IBM était une fois de plus marginalisée, et l'interface Windows 95 encensée là où celle d'OS/2 avait été décriée.

Microsoft eut un coup de génie[réf. nécessaire] : annoncer que pour Windows 95 trois touches supplémentaires seraient nécessaires (ce qui était inexact, mais comme le produit n'était pas lancé, personne ne pouvait le savoir) : les claviers à 105 touches au lieu de 102 (dans les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas...) francophones; 104 au lieu de 101 aux États-Unis) se mirent à fleurir, et les trois touches supplémentaires n'avaient pas d'usage en OS/2, le faisant apparaître comme un OS déjà dépassé.

De surcroît, deux de ces touches avaient le logo Windows, à l'image des touches « pomme » d'Apple (Apple, Inc. (Apple Computer, Inc. jusqu'en janvier 2007 ; apple signifie « pomme » en anglais) (NASDAQ : AAPL) est une société...). Bill Gates marquait ainsi son territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé...) en rappelant de façon persistante que le PC était une machine à faire tourner Windows avant toute autre chose.

OS/2 aujourd'hui

L'intérêt essentiel d'OS/2 aujourd'hui (2004) est que personne n'a vraiment de compétence de pénétration sur ce système, ni n'en cherche vu son caractère peu répandu. Cela le fait apprécier pour des applications critiques ne demandant pas l'usage de périphériques récents, en particulier dans le domaine de la sécurité réseau (pratiquement à parité avec Novell).

Une citation officieuse

« La bataille du poste de travail est loin d'être finie. Lorsque la direction générale aura compris la puissance de Linux (Au sens strict, Linux est le nom du noyau de système d'exploitation libre, multitâche, multiplate-forme et multi-utilisateur de type UNIX créé par Linus Torvalds, souvent...), elle va se mettre à l'appeler OS/3 » était une boutade fréquente dans les milieux UNIX d'IBM vers 1995. Nul n'imaginait alors tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) de même que ce dernier OS deviendrait moins de cinq ans plus tard le fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le plus courant dans la vie...) de lance du marketing de cette société, et moins encore qu'il gérerait en 2004 la plus puissante machine de cette époque.

La mort d'OS/2 (2005)

IBM a annoncé[citation nécessaire] l'arrêt définitif d'OS/2, prévu pour le 23 décembre 2005. Le support a été stoppé en décembre 2006. Une ouverture (et publication) du code, demandée par plusieurs utilisateurs et notamment les fidèles d'os2world.com n'a pu porter ses fruits, notamment à cause des origines d'OS/2 : une importante partie du code avait en effet été développée par Microsoft et il aurait été extrêmement coûteux de chercher à la repérer et à l'extraire.

Pour la suite de l'histoire, voir les articles Linux, KDE, GNOME (GNOME, acronyme de GNU Network Object Model Environment, est un environnement de bureau libre convivial dont l'objectif est de rendre accessible l'utilisation du système d'exploitation GNU au plus...) et ReiserFS.

Le fantôme d'OS/2 ?

Le nom d'OS/2 appartient désormais au passé, mais un produit nommé ecomstation né au même moment dans la plus grande discrétion lui ressemble très étrangement à tous points de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.). On sait peu de chose de l'entreprise qui le commercialise, Serenity Systems, mais la double présence de fameux Rexx de Mike Cowlishaw et de la terminologie Workplace Shell, ainsi que le support intégré de tous les programmes OS/2 suggère qu'elle a établi des accords techniques et commerciaux avec IBM.

Les noms du premier niveau de l'arborescence de ce système sont d'ailleurs ceux d'IBM pour OS/2 : PSCRIPT, TCPIP, IBMCOM, MPTN, BOOTIMGS, OS2, PSFONTS, LANGUAGE, ECS et MMOS2.

Un argument inattendu de la société est l'absence de préoccupation à avoir concernant les virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme extracellulaire ou intracellulaire. Sous la forme intracellulaire (à...) (de fait, fort peu de hackers et donc également de crackers ont investi à se former sur les internes d'OS/2). Un CD de démonstration est téléchargeable sans frais depuis le site.

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.