Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Vennbahn
Le parcours de la Vennbahn
Le parcours de la Vennbahn

La Vennbahn (littéralement ligne de chemin de fer des fagnes) est une ligne de chemin de fer belge dont le parcours pénètre par endroits le territoire allemand. La Vennbahn a été construite à l'origine par l'État prussien pour relier le centre industriel de Rothe Erde, à l'ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).) d'Aix-la-Chapelle, la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m...) de Luxembourg par le plus court chemin. L'inauguration de la ligne eut lieu le 4 novembre 1889. Celle-ci fut rapidement dévolue au transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par assimilation, des...) de charbon et de minerai de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le plus courant dans la vie quotidienne,...). Cette voie permit aussi de désenclaver diverses régions rurales et de stimuler leur économie, telles l'Eifel occidentale et le plateau des Hautes Fagnes, permettant également aux habitants d'aller chercher du travail dans des centres industriels désormais accessibles. Le parcours fut à diverses reprises modifié, notamment pour permettre la mise de certains tronçons à double voie, et réduire les courbes (auparavant des rayons de moins de 300 mètres) et les pentes (auparavant jusqu'à 1,7 %).

La Première Guerre mondiale donna à la Vennbahn (La Vennbahn (littéralement ligne de chemin de fer des fagnes) est une ligne de chemin de fer belge dont le parcours pénètre par endroits le territoire allemand. La Vennbahn a été construite à l'origine par...) une importance nouvelle sur le front occidental. À partir du 2 août 1914, la ligne permit l'acheminement massif (Le mot massif peut être employé comme :) de troupes vers la ceinture de forts de Liège. Plusieurs embranchements ont été construits à partir de la Vennbahn pendant cette guerre, la reliant notamment à la ligne Liège - Luxembourg (vallées de l'Amblève et de la Salm), de sorte que celle-ci représenta bientôt un nœud de transport nord-sud stratégique sur le front Occidental.

Le Traité de Versailles attribua à la Belgique les cantons prussiens d'Eupen et Malmedy, où ils furent désormais connus sous le nom de cantons rédimés ou encore de Territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé par d'autres sciences humaines. Dans le dictionnaire de...) de Eupen-Malmedy géré jusqu'en 1925 pour le compte du Ministère des Colonies par le lieutenant-général Baltia à l'instar des Territoires allemands africains du Ruanda - Urundi, également occupés par l'armée belge. L'article 27 1° du Traité définissait un tracé clair de la frontière (Une frontière est une ligne imaginaire séparant deux territoires, en particulier deux États souverains. Le rôle que joue une frontière peut fortement varier suivant les régions et les époques....) et le trajet de la Vennbahn traversait cette frontière entre les deux pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas...) à plusieurs reprises. On se trouvait ainsi indubitablement dans le cas prévu par l'article 372 du Traité de Versailles : lorsque, par suite du tracé des nouvelles frontières, une ligne reliant deux parties d’un même pays traversera un autre pays, ou lorsqu’une ligne d’embranchement partant d’un pays se terminera dans un autre, les conditions d’exploitation seront réglées par un arrangement (La notion d'arrangement est utilisée en probabilités, et notamment pour les dénombrements en analyse combinatoire.) conclu entre les administrations des chemins de fer intéressés. Par ailleurs, l'article 35 avait prévu qu'une commission composée de sept membres, cinq alliés, un Allemand et un Belge serait constituée pour fixer sur place la nouvelle ligne - frontière entre la Belgique et l’Allemagne. Les Etats-Unis n'ayant pas ratifié le Traité de Verasilles et la France refusant qu'on en modifiât même le plus petit détail, la commission de délimitation réduite à six membres ne pouvait donc plus valablement prendre aucune décision. Pourtant cette Commission de délimitation se mit au travail, incluant dans le territoire belge toute la zone comprenant les parcelles cadastrales du terrain du chemin de fer (Le chemin de fer est un système de transport guidé servant au transport de personnes et de marchandises. Il se compose d'une infrastructure spécialisée, de...), ce qui a compliqué singulièrement le tracé prévu par l'article 27 1° et créa des portions de territoire belge isolées en Allemagne et allemandes en Belgique. L'article 371 du Traité avait pour sa part prévu simplement que les voies de chemin de fer, les gares et installations techniques et les abords immédiats seraient attribués au pays où ils se situeraient. La commission de délimitation s'est donc inutilement écartée des articles 27 1°, 371 et 372 du Traité de Paix de Versailles et même de l'article 35 qui l'avait créée. On peut à bon droit s'interroger sur sa légitimité et sur la valeur de l'atlas de 129 feuilles dans lequel elle a consigné à Aix-la-Chapelle le 6 novembre 1922 l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme l'énonçait...) de ses travaux. Ont signé ce document : le président de la commission, lieutenant-colonel français THILO, le colonel britannique WHITLOCK , le lieutenant-colonel italien PELLISONE, le commandant japonais SAKAÏ, le landrat ( conseiller du gouvernement régional ) allemand HELMAN et le directeur au ministère belge des colonies MAURY.

De nombreuses enclaves, dont le village (Un village est, à la campagne ou à la montagne, un ensemble d'habitations, de bâtiments à usages divers, de fermes... de proportion modérée...) de Mützenich et les environs de Roetgen, se trouvent aujourd'hui coupées du territoire allemand, sans que cette situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus...) ne pose de problème particulier pour ces habitants mais bien pour les services de secours de l'un ou l'autre pays. La Vennbahn fut administrée par la Société Nationale des Chemins de Fer Belges, créée en 1926. Ceci pose problème pour la revente de parcelles de terrain sur lesquelles seule la souveraineté a été attribuée illégitimement à la Belgique mais non la propriété de ces mêmes terrains qui ne pouvaient être enlevée des Chemins de Fer Royaux de Prusse. La propriété des particuliers et des sociétés allemands était garantie par des principes généraux de droit. Nul ne peut, en effet, être privé de sa propriété que moyennant une juste et prélable indemnité et il faut ensuite un acte authentique en bonne et due forme pour opérer et constater le transfert de propriété.

L'importance du transport de marchandises (Le transport de marchandises est une activité économique réglementée, à la fois par chaque pays et au niveau international.) diminua fortement après la guerre. La zone douanière de la voie de chemin de fer, auparavant unique, fut désormais scindée en quatre. Les gisements de la Lorraine (La Lorraine est le premier d’une série de deux navires, le second étant La Savoie. C’est, à l’époque, le plus grand paquebot français.) faisaient désormais partie de la France. Les échanges avec la Belgique restèrent limités. Le Luxembourg, sorti de l'union douanière avec l'Allemagne, intensifia ses échanges commerciaux de matières premières en direction de la France. Les nouveaux tarifs douaniers de ces 3 pays avec l'Allemagne contribuèrent également à ce déclin.

Au cours de la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une mesure d'angle plan. ...) Guerre mondiale, la Vennbahn fut un objectif majeur au moment de la Bataille des Ardennes. La plupart des ponts ferroviaires et le tunnel (Un tunnel est une galerie souterraine livrant passage à une voie de communication (chemin de fer, canal, route, chemin piétonnier). Sont apparentés aux tunnels par leur mode de construction les...) de Elcherath entre Burg-Reuland et Lommersweiler furent détruits. La reconstruction prit du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) et ne fut, au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de Malmedy et Saint-Vith, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) simplement pas entreprise. L'industrie et les exploitations forestières cessèrent petit à petit d'utiliser ce moyen de transport. L'armée belge utilisa encore un temps ces installations pour l'acheminement de matériel lourd vers le camp d'entrainement militaire d'Elsenborn. Après la remise en état totale de la partie septentrionale du réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on appelle nœud (node)...), une tentative a été faite de l'exploiter à des fins touristiques à partir de 1991. Celle-ci a cependant pris fin de 12 novembre 2003.

Entre les gares de Montjoie-Kalterherberg et Sourbrodt est désormais établi depuis 2004 un parcours de draisines sous le nom de " RailBike ", ce qui ne répond certainement pas au critère d'une exploitation ferrée dans le sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution...) visé par les articles 371 et 372 du Traité de Paix de Versailles.

De plus se pose un problème grave de sécurisation des anciennes mines prussiennes traversées par la Vennbahn. Dans l'hypothèse de la souveraineté belge, cette traversée a engendré dans chacune d'entre elles une mini-concession belge en forme de ruban et donc un risque d'accidents miniers que la Région Wallonne, devenue compétente pour la gestion de son sous-sol, pourra faire endosser par l'Etat Belge. En effet, le Ministre Fédéral des Finances tient l'ensemble de ces mines sous séquestre depuis la guerre de 1914 - 18 et empêche ainsi les concessionnaires et ayant-droits de réaliser les travaux de consolidation exigibles en vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) du retrait de ces anciennes concessions minières prussiennes qui continuent d'exister dans le sous-sol belge alors que la partie allemande en a été supprimée depuis longtemps. L'Etat Belge devrait donc prendre ces travaux en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à...). Il a tout intérêt à revoir fondamentalement le tracé de sa frontière allemande dans le sens d'une simplification. Il lui suffit de reconnaître la souveraineté allemande sur la partie de la Vennbahn enclavée en Allemagne et sur les mines qu'elle contient. Il reste aussi au Gouvernement Belge à chercher un arrangement avec les gouvernements allemand et grand-ducal pour que, ensemble ils fassent appliquer correctement l'article 372 du Traité de Paix de Versailles par leurs concessionnaires respectifs de chemins de fer .

Clauses du Traité de Paix de Versailles applicables à la Belgique et à la Vennbahn.

Art 27 – Les frontières d’Allemagne seront déterminées comme il suit :

1° Avec la Belgique :

Du point (Graphie) commun aux trois frontières belge, néerlandaise et allemande et vers le sud :

La limite nord-est (Le nord-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux nord et est. Le nord-est est opposé au sud-ouest.) de l’ancien territoire de Moresnet neutre , puis la limite est du cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale distance d'un point nommé centre. La valeur de cette distance est appelée...) d’Eupen, puis la frontière entre la Belgique et le cercle de Montjoie, puis la limite nord-est et est du cercle de Malmedy jusqu’à son point de rencontre avec la frontière du Luxembourg ;

etc …

Art 31 – L’Allemagne, reconnaissant que les traités du 19 avril 1839, qui établissaient avant la guerre le régime de la Belgique, ne correspondent plus aux circonstances actuelles, consent à l’abrogation de ces traités et s’engage dès à présent à reconnaître et à observer toutes conventions, quelles qu’elles soient, que pourront passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) les principales puissances alliées et associées, ou certaines d’entre elles, avec les Gouvernements de Belgique ou des Pays-Bas, à l’effet de remplacer lesdits traités de 1839. Si son adhésion (En physique, l'adhésion est l'ensemble des phénomènes physico-chimiques qui se produisent lorsque l’on met en contact intime deux matériaux, dans le but de créer...) formelle à ces conventions ou à quelques-unes de leurs dispositions était requise, L’Allemagne s’engage dès maintenant à la donner.

Art 32 - L’Allemagne reconnaît la pleine souveraineté de la Belgique sur l’ensemble du territoire contesté de Moresnet ( dit Moresnet neutre ) .

Art 33 – L’Allemagne renonce, en faveur de la Belgique, à tous droits et titres sur le territoire de Moresnet prussien situé à l’ouest de la route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.) de Liège à Aix-la-Chapelle ; la partie de la route en bordure de ce territoire appartiendra à la Belgique.

Art 34 – L’Allemagne renonce, en outre, en faveur de la Belgique, à tous droits et titres sur les territoires comprenant l’ensemble des cercles ( Kreise ) de Eupen et Malmédy.

Pendant les six mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) qui suivront la mise en vigueur du présent traité, des registres seront ouverts par l’autorité belge à Eupen et Malmédy, et les habitants desdits territoires auront la faculté d’y exprimer par écrit leur désir de voir tout ou partie de ces territoires maintenu sous la souveraineté allemande.

Il appartiendra au Gouvernement belge de porter le résultat de cette consultation populaire à la connaissance de la Société des Nations, dont la Belgique s’engage à accepter la décision.

Art 35 - Une commission composée de sept membres, dont cinq seront nommés par les principales puissances alliées et associées, un par l’Allemagne et un par la Belgique, sera constituée, quinze jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons...) après la mise en vigueur du présent traité, pour fixer sur place la nouvelle ligne - frontière entre la Belgique et l’Allemagne, en tenant compte de la situation économique et des voies de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter-...).

Les décisions seront prises à la majorité des voix, et seront obligatoires pour les parties intéressées.

Art 36 – Dès que le transfert de la souveraineté sur les territoires ci-dessus visés sera définitif, la nationalité belge sera définitivement acquise de plein droit, et à l’exclusion de la nationalité allemande, par les ressortissants allemands établis sur ces territoires.

Toutefois les ressortissants allemands qui se seraient établis sur ces territoires postérieurement au 1er août 1914 ne pourront acquérir la nationalité belge qu’avec une autorisation du Gouvernement belge.

Art 37 – Pendant les deux ans qui suivront le transfert définitif de la souveraineté sur les territoires attribués à la Belgique en vertu du présent traité, les ressortissants allemands âgés de plus de dix-huit ans et établis sur ces territoires auront la faculté d’opter pour la nationalité allemande.

L’option du mari entraînera celle de la femme et l’option des parents entraînera celle de leurs enfants âgés de moins de dix-huit ans.

Les personnes ayant exercé le droit d’option ci-dessus prévu devront, dans les douze mois qui suivront, transporter leur domicile en Allemagne.

Elles seront libres de conserver les biens immobiliers qu’elles possèdent sur les territoires acquis par la Belgique. Elles pourront emporter leurs biens meubles de toute nature. Il ne leur sera imposé, de ce chef, aucun droit soit de sortie, soit d’entrée.

Art 38 – Le Gouvernement allemand remettra, sans délai (Un délai est d'après le Wiktionnaire, « un temps accordé pour faire une chose, ou à l’expiration duquel on sera tenu de faire une certaine chose.  ».), au Gouvernement belge les archives, registres, plans, titres et documents de toute nature concernant les administrations civile, militaire, financière, judiciaire ou autres du territoire transféré sous la souveraineté de la Belgique.

Le Gouvernement allemand restituera de même au Gouvernement belge les archives et documents de toute nature enlevés au cours de la guerre par les autorités allemandes dans les administrations publiques belges, et notamment au ministère des Affaires Etrangères à Bruxelles.

Art 39 – La proportion et la nature des charges financières de l’Allemagne et de la Prusse que la Belgique aura à supporter, à raison des territoires qui lui sont cédés, seront fixées conformément aux articles 254 et 256 de la partie IX ( Clauses financières ) du présent traité.

Art 371 – Sous réserve de stipulations particulières, relatives à la cession des ports, voies d’eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) et voies ferrées situés dans les territoires sur lesquels l’Allemagne cède sa souveraineté, ainsi que des dispositions financières concernant les concessionnaires et le service des pensions de retraite du personnel, la cession des voies ferrées aura lieu dans les conditions suivantes :

1° Les ouvrages et installations de toutes les voies ferrées seront livrés au complet et en bon état ;

2° Lorsqu’un réseau ayant un matériel roulant à lui propre sera cédé par l’Allemagne à une des puissances alliées et associées, ce matériel sera remis au complet, d’après le dernier inventaire au 11 novembre 1918, et en état normal d’entretien ;

3° Pour les lignes n’ayant pas un matériel roulant spécial, la fraction à livrer du matériel existant sur le réseau auquel ces lignes appartiennent, sera déterminée par des commissions d’experts désignées par les puissances alliées et associées, et dans lesquelles l’Allemagne sera représentée. Ces commissions devront prendre en considération l’importance du matériel immatriculé sur ces lignes, d’après le dernier inventaire au 11 novembre 1918, la longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle de l’objet...) des voies, y compris les voies de service, la nature et l’importance du trafic. Elles désigneront également les locomotives, voitures (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est...) et wagons à céder dans chaque cas, fixeront les conditions de leur réception et régleront les arrangements provisoires nécessaires pour assurer leur réparation dans les ateliers allemands ;

4° Les approvisionnements, le mobilier et l’outillage seront livrés dans les mêmes conditions que le matériel roulant.

Les dispositions des paragraphes 3° et 4° ci-dessus seront appliquées aux lignes de l’ancienne Pologne russe, mises par l’Allemagne à la largeur (La largeur d’un objet représente sa dimension perpendiculaire à sa longueur, soit la mesure la plus étroite de sa face. En...) de la voie allemande, ces lignes étant assimilées à des parties détachées du réseau de l’Etat prussien.

Art 372 – Sous réserve des stipulations particulières contenues dans le présent traité, lorsque, par suite du tracé des nouvelles frontières, une ligne reliant deux parties d’un même pays traversera un autre pays, ou lorsqu’une ligne d’embranchement partant d’un pays se terminera dans un autre, les conditions d’exploitation seront réglées par un arrangement conclu entre les administrations des chemins de fer intéressés. Au cas où ces administrations ne parviendraient pas à se mettre d’accord sur les conditions de cet arrangement, les conflits seraient tranchés par des commissions d’experts constituées comme il est dit à l’article précédent.

1) Die deutschen Bemühungen um die Bahnstrecke Roetgen - Kalterherberg im Jahre 1920

 
 http://www.butgenbach.be/de/Vorstellung/Kuchelscheid/VennBahn.htm 
 

2) Das Vennbahnsystem. Vorgeschichte der Vennbahn Aachen-Malmedy-Ulflingen - Karl Josef Bales, Berndorf

 
 http://www.jahrbuch-daun.de/ 
 
Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.