Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
141 R

La Mikado 141 R fut un type de locomotive à vapeur dit unifiée de la SNCF qui fut largement utilisée sur l'ensemble du réseau français de 1945 à 1974. Cette machine fut également à l'origine de changements dans le travail des cheminots, en rompant l'association locomotive-mécanicien-chauffeur : les équipes de conduite ne sont plus titulaires d'une machine qui leur est attribuée mais peuvent conduire n'importe quelle machine ; on appelle cela la conduite en banalité.

Histoire

Locomotive 141 R 568 en gare de Lons-le-Saunier (Jura) le 1er aout 1996. Cette locomotive tractait des trains touristiques pour le compte de la CITEV
Locomotive (Une locomotive est un engin moteur, c'est-à-dire se déplaçant par ses propres moyens, utilisé par le transport ferroviaire pour fournir l'énergie de traction à un train. Le plus souvent, la locomotive se trouve à l'avant du train...) 141 R (La Mikado 141 R fut un type de locomotive à vapeur dit unifiée de la SNCF qui fut largement utilisée sur l'ensemble du réseau français de 1945 à 1974. Cette machine fut également à l'origine de changements dans le travail des...) 568 en gare (Une gare est d'ordinaire un lieu d'arrêt des trains. Une gare comprend diverses installations qui ont une double fonction :) de Lons-le-Saunier (Jura) le 1er aout 1996. Cette locomotive tractait des trains touristiques pour le compte de la CITEV

À la fin de la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La...) Guerre mondiale, le déficit en locomotives et l'incapacité de l'industrie française, en cours de reconstruction, à livrer rapidement un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de machines neuves imposa diverses commandes aux constructeurs américains et canadiens.

C'est la firme Baldwin Locomotive Works (Baldwin Locomotive Works était un constructeur américain de locomotives.), qui dans l'urgence de l'époque dessina les plans de ces machines, en modifiant pour le réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on...) français une locomotive qui circulait déjà depuis plusieurs années aux états-unis, la Mikado USRA modèle léger. Les principales adaptations portèrent sur la mise au gabarit SNCF (La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est l'une des principales entreprises publiques françaises. Elle exerce une double activité :), l'attelage (Le terme attelage désigne:) à tendeur avec les tampons, les écrans pare-fumée, le poste de conduite côté gauche, une porte de boîte à fumée (La fumée, parfois appelée boucane en Amérique du Nord, est un nuage de particules solides émis par un feu ou un échauffement mécanique. Ces particules sont principalement de la suie (du carbone...) à volant de fermeture (Le terme fermeture renvoie à :) central puis de type Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.), avec l'échappement Kylchap (Kylchap est le nom donné à un échappement particulier de locomotive à vapeur, issu des noms de ses inventeurs : l'ingénieur finlandais Kylälä et...) sur les machines de la seconde tranche. Ce choix technologique qui bousculait le conservatisme industriel ferroviaire français de l'époque, allait se révéler judicieux.

C'est ainsi qu'une commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un souhait impératif.) de 700 locomotives tous services (mixtes) fut passée en février 1945 pour constituer la première tranche : les 141 R 1 à 700. Ce sont les firmes American Locomotive Company (La société American Locomotive Company, plus souvent appelée Alco, est un constructeur de locomotives des États-Unis d'Amérique.) à Schenectady (New York), Baldwin Locomotive Works à Philadelphie (Philadelphie (en anglais Philadelphia) est une ville de l'État de Pennsylvanie, aux États-Unis. Quatrième agglomération du pays, Philadelphie comptait 1 463 281 habitants dans la ville même et 5...) (Pennsylvanie), et Lima Locomotive Works (La société Lima Locomotive Works a été une société américaine de construction de matériels ferroviaires de 1877 à 1958.) à Lima (Lima est la capitale et la plus grande ville du Pérou (2005: 8 393 728 habitants). Elle est située sur la côte ouest du pays près du port de Callao. Environ un tiers de la population vit...) (Ohio) qui se chargèrent de la construction. Une fois le financement rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie) d'une scène créée dans un logiciel de modélisation 3D comportant à la fois des...) possible, la seconde tranche, les 141 R 701 à 1340, est commandé auprès des mêmes firmes, secondées par des constructeurs canadiens : Montreal Locomotive Works à Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la...) (Québec) et Canadian Locomotive Company à Kingston (Ontario). Ces machines étaient alors majoritairement prévues pour être chauffées au fuel (fuel lourd préchauffé) et non au charbon comme les précédentes. Les 604 machines au fuel assurèrent un meilleur service et furent de ce fait plus sollicitées que celles au charbon.

L'introduction massive (Le mot massif peut être employé comme :) de machines chauffées au fuel s'explique également par le fait que dans l'immédiat après-guerre, le charbon de qualité était très demandé et que la SNCF en consommait annuellement 9 millions de tonnes. Le fuel permettait donc des économies de charbon, même si dans de nombreux dépôts il s'agissait d'une véritable révolution. L'autonomie permise par le fuel (700 km au lieu de 400 km) explique aussi l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) plus intensif des machines. Les vaporistes parlent de "mazoutières" ou de "charbonnières" selon le combustible (Un combustible est une matière qui, en présence d'oxygène et d'énergie, peut se combiner à l'oxygène (qui sert de comburant) dans une réaction chimique générant de la chaleur : la...) employé; les machines chauffées au fuel, étaient aussi surnommées "les goudronneuses" par les équipes de conduite.

Après le second conflit mondial, les constructeurs américains qui furent "boostés" par l'effort de guerre, se retrouvèrent à la tête de moyens de production trés modernes. L'organisation (Une organisation est) des chaînes de montage des locomotives s'apparentaient à ce qu'il se faisait dans l'industrie automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est équipée en conséquence. C'est un...). C'est ainsi que de juillet 1945 à mai 1946 les 700 141 R de la première tranche ont été construites en onze mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) seulement. On peut cependant observer d'importants écarts sur le nombre de machines produites mensuellement. Si le gros de la production démarra vraiment en septembre, il atteindra son point (Graphie) culminant pendant les mois de octobre novembre décembre et janvier, pour ralentir fortement en février et mars, et enfin reprendre jusqu'à mai, soit une moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur...) de près de trois locomotives par jour ! A titre de comparaison (toute relative, l'industrie française étant trés affaiblie après la guerre) il aura fallu quatre ans, de juin 1948 à juillet 1952, au constructeur Schneider pour livrer les trente-cinq 241 P (Les Mountain de la série 241 P sont des locomotives à vapeur unifiées de la SNCF mises en service entre 1948 et 1952. Ces locomotives de type compound à quatre...) à la SNCF.

La première locomotive, la 141 R 1 construite par Lima, sortit des ateliers le 30 juillet 1945. La 141 R 466 fut la première à être débarquée en France le 17 novembre 1945 au port de Marseille. La dernière de la série, la 141 R 1340, sortit des ateliers de la Canadian Locomotive Company en juillet 1947 et fut débarquée le 5 septembre 1947 au port de Cherbourg. Dix-sept locomotives (les 141 R 1220 à 1235 et la 141 R 1241) disparurent en mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) lors du naufrage du navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu pour naviguer au-delà de la limite où cessent de s'appliquer les règlements techniques de...) norvégien Belpamela, le 11 avril 1947, pris dans une violente tempête (Une tempête est un phénomène météorologique violent à large échelle dite synoptique, avec un diamètre compris en général entre...) au large de Terre-Neuve. De ce fait, sur les 1340 locomotives commandées intialement, seulement 1323 entrèrent en service sur le réseau français.

Pour la SNCF, ce type de machine constituait une petite révolution : à simple expansion et très évoluées du point de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) constructif, les 141 R 1101 à 1340 furent les seules locomotives à vapeur () de la SNCF à être entièrement équipées de roues (La roue est un organe ou pièce mécanique de forme circulaire tournant autour d'un axe passant par son centre.) Boxpok et de roulements à rouleaux sur tous les essieux moteurs (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]) et accouplés, ainsi que d'un châssis (Un châssis est un cadre rigide ou mobile fait d'une matière résistante, destiné à entourer ou supporter quelque chose.) monobloc quasiment indéformable. Quand aux châssis en barres, et aux coussinets des boîtes d'essieux des 141 R 1 à 1100, ils se révélèrent tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) aussi irréprochables, ce qui en firent à la fois des machines performantes et d'un entretien économique. Pour les 141 R 1101 à 1340, le kilométrage maximum parcouru entre deux grandes révisions (levages), fut poussé jusqu'à 230 000 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide...). Faciles à conduire, elles offraient un confort relatif mais nouveau aux mécaniciens et aux chauffeurs. Les abris étaient de véritables cabines de conduite fermées, dotées d'un confort et d'une ergonomie jusqu'alors inconnus à la SNCF: conduite et chauffe assises sur des fauteuils avec les appareils de commande à portées de mains, alimentation automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la modélisation, de l'analyse, de la commande et, de la régulation des systèmes dynamiques. Elle a pour fondements théoriques les...) en charbon grâce au chargeur mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes (engrenages, poulies, courroies, vilebrequins, arbres de transmission, pistons, ...), bref, de tout ce qui produit ou transmet un...) stoker, et chauffe au fuel encore plus aisée avec la commande du régulateur de mazout. Elles furent "banalisées" c’est-à-dire non liées à une équipe particulière.

C'est le 19 octobre 1975 que circula la dernière 141 R encore en service à la SNCF, la 141 R 1187 du dépôt de Vénissieux, en assurant un train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de plusieurs wagons (pour transporter des marchandises), et peut être tracté par...) spécial aller et retour entre Lyon et Veynes. Quatre machines du dépôt de Narbonne furent louées aux chemins de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le plus courant...) grecs de novembre 1973 à avril 1974.

Caractéristiques

  • Simple expansion, 2 cylindres et surchauffe (La surchauffe est une opération physique qui a lieu dans un moteur à vapeur.)
  • Longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur...) totale (loco seule) : 14,64 m
  • Surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière...) de la grille : 5,2 m²
  • Diamètre (Dans un cercle ou une sphère, le diamètre est un segment de droite passant par le centre et limité par les points du cercle ou de la sphère.) des cylindres : 597 mm
  • Course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) des pistons : 711 mm
  • Diamètre des roues motrices : 1,65 m
  • Vitesse (On distingue :) maximale en service : 100 km/h
  • Poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à...) en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.) machine seule : 115,5 t (charbon), 116,25 t (fuel)
  • Tender 30 R, poids en charge : 75 t

Machines préservées

12 locomotives 141 R sont aujourd'hui préservées. Parmi elles, se trouvent en état de marche :

  • 141 R 420, (charbon) basée à Clermont-Ferrand, gérée par la Sté Civile de Conservation de la 141 R 420
  • 141 R 840, (fuel) basée aux Aubrais, gérée par l'"AAATV" : Amicale des Anciens et Amis de la Traction à Vapeur, section Centre/Val de Loire.
  • 141 R 1126, (fuel) propriété de la SNCF, basée à Toulouse, gérée par L'Amicale des Cheminots pour la Préservation de la 141 R 1126
  • 141 R 1199, (fuel) propriété de la SNCF, basée à Nantes, gérée par Loco Vapeur 1199

Deux machines circulent en Suisse : les 141 R 568 (charbon) ex CITEV, et 1244 (fuel). Trois autres y sont stockées en pièces détachées : les 141 R 73 (charbon), 1207 (charbon) et 1332 (fuel) après la faillite de l'entreprise chargée de leur restauration.

Les trois machines restantes, les 141 R 1108 (fuel) propriété de la SNCF, à Breil-sur-Roya, 1187 (fuel) propriété de la SNCF, à la Cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes sédentarisés libres (pouvant avoir des esclaves), constituant une...) du train de Mulhouse et 1298 (fuel) propriété de la SNCF, à Miramas, sont préservées à l'abri, mais hors d'état de circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.).

Galerie d'images

La 141 R 568

Bibliographie

Les 141R ont fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est défini par...) de nombreux ouvrages, parmi ceux-ci:

  • Bernard Collardey, André Rasserie, Les 141 R, ces braves américaines, La Vie (La vie est le nom donné :) du rail (Un rail (ou lisse en québécois) est une barre d’acier profilée. Deux files parallèles de rails mis bout à bout forment une voie ferrée. Ils reposent alors généralement sur des traverses pour...), Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre...), 1982 (réimpr. 1981, 1982), 144 p. (ISBN 2-902 808-08-09)
Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.