Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Planeur
ASW 20 en phase d'atterrissage
ASW 20 en phase d'atterrissage

Un planeur est un aérodyne dépourvu de moteur. La pratique du planeur est le vol à voile.

Il s'agit d'un aéronef muni de plans sustentateurs à allongement important lui conférant un angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts apparentés.) de plané très faible. Son pilotage s'effectue en maîtrisant les trois axes de roulis, tangage et lacet.

Lancement

Les planeurs peuvent être mis en l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est nécessaire de pressuriser les cabines des avions et autres...) de plusieurs façons. La plus répandue est le remorquage par un avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air, entraîné par un organe moteur (dans le cas d'un engin sans moteur, on parlera...) dit remorqueur (Les remorqueurs sont des bateaux petits, très puissants et très manœuvrants qui servent à guider, tirer, pousser les bateaux plus...), la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. ...) moins fréquente est le treuil (Un treuil est un dispositif mécanique permettant de commander l'enroulement et le déroulement d'un câble, d'une chaîne ou de tout autre type de filin destiné...) et enfin plus rarement, par ses propres moyens grâce à un moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une énergie...) qui peut être fixe ou le plus souvent escamotable, on parle alors de motoplaneur. Les planeurs radio-commandés sont lancés à la main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce dernier par le poignet. C'est un organe destiné à...) depuis une position surélevée ou bien au sandow sur terrain plat.

Éléments constitutifs principaux

Monoplaces ou biplaces, on distingue trois parties essentielles :

  • La voilure : Sa fonction est d'assurer la portance de la machine. De 13 à 31 mètres d'envergure (L'envergure est la distance entre les extrémités des ailes. Le terme est valable pour définir un oiseau, un chiroptère, un avion (ou planeur).), elle est constituée de deux ailes, aussi appelées plumes, qui assurent la portance. Celles-ci possèdent à leurs extrémités, sur le bord de fuite (partie arrière de l'aile), des ailerons qui contrôlent l'inclinaison (En mécanique céleste, l'inclinaison est un élément orbital d'un corps en orbite autour d'un autre. Il décrit l'angle entre le plan de l'orbite et le...) sur l'axe de roulis.

Chaque aile est équipée d'aérofreins qui sont des dispositifs dont la fonction est d'augmenter le taux de chute de la machine. Les modèles les plus performants disposent aussi de volets de courbure (Intuitivement, courbe s'oppose à droit : la courbure d'un objet géométrique est une mesure quantitative du caractère « plus ou moins courbé » de cet objet. Par exemple :), appelés parfois dispositifs hypersustentateurs, dont la fonction est d'augmenter la portance à basse vitesse (On distingue :) lorsqu'ils sont braqués en positif (vers le bas) et de diminuer la traînée s'ils sont braqués en négatif (vers le haut) dans les hautes vitesses.

Les recherches en aérodynamique ont fait progresser la technique et on trouve de nos jours des dispositifs de décollage et recollage de la couche limite (La couche limite est une zone d'interface entre un corps et le fluide environnant lors d'un mouvement relatif entre les deux. On y observe les effets de la viscosité. Elle est un élément important en...). Vous pourrez observer sur les surfaces des profils de minuscules trous servant aujourd'hui au soufflage (ce qui permet le recollage de la couche limite) et qui demain serviront aussi à l'aspiration de cette couche limite. Ces dispositifs ont pour objectif d'améliorer les performances dans tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) le domaine de vol (vitesse minimum et vitesse maximale en fonction des angles d'incidence).

  • Le fuselage : Sa fonction est de porter et d'abriter le ou les pilotes et sa liaison avec les empennages et la voilure assure la maîtrise des trois axes ; lacet, roulis, tangage. Cette partie centrale cylindro-conique de 6 à 10 mètres de long reçoit à l'avant, la cabine (Sur un bateau, une cabine désigne une pièce d'habitation pour une ou plusieurs personnes. Une cabine peut prendre plusieurs aspects : sur un grand navire, elle prend l'apparence d'un chambre d'hôtel pour les passagers et...) de pilotage et, en dessous, le train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de...) d'atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est employé dans le domaine maritime ou aéronautique.).
Pour les modèles disposant d'un moteur, le fuselage (Le fuselage désigne l'enveloppe d'un avion qui reçoit généralement la charge transportée, ainsi que l'équipage. Le fuselage...) abrite aussi ce dernier et, dans la plupart des cas, le pylône support de l'hélice et/ou du moteur. L'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise...) de ce dispositif est escamotable afin de conserver à la machine toutes ses qualités aérodynamiques.
  • Les empennages : Leur fonction est d'assurer la stabilité et le contrôle sur les axes de tangage et de lacet. Ils sont constitués, de nos jours, de plans fixes verticaux et horizontaux disposés en « T » portant les gouvernes de direction (contrôle en lacet) et de profondeur (contrôle en tangage). Historiquement les empennages ont aussi été disposés en croix et en « V » (empennage papillon).

Construction des planeurs

Historiquement on peut classer les différents types de fabrications de la façon suivante :

  • les constructions en bois et toile (anciennes) : la structure en bois est recouverte d'une toile légère;
  • les constructions mixtes en bois et tubes d'acier ;
  • les constructions tout-métal, en alliage (Un alliage est une combinaison d'un métal avec un ou plusieurs autres éléments chimiques.) d'aluminium (L'aluminium est un élément chimique, de symbole Al et de numéro atomique 13. C’est un élément important sur la Terre avec 1,5 % de la masse...) (rares) ;
  • les constructions dite "plastique", en fibre (Une fibre est une formation élémentaire, végétale ou animale, d'aspect filamenteux, se présentant généralement sous forme de faisceaux.) de verre (Le verre, dans le langage courant, désigne un matériau ou un alliage dur, fragile (cassant) et transparent au rayonnement visible. Le plus souvent, le verre est constitué d’oxyde de...) ou carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) et résine; cette technique a permis d'obtenir un excellent état de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent...) et d'améliorer les performances, elle est aujourd'hui la plus utilisée.

Instruments de vol et équipements

Intérieur d'une cabine de Pégase 90
Intérieur d'une cabine de Pégase 90
Instrumentation d'un planeur moderne
Instrumentation (Le mot instrumentation est employé dans plusieurs domaines :) d'un planeur (Un planeur est un aérodyne qui est, par définition, dépourvu de moteur. Il existe toutefois des versions dotées d'un moteur d'appoint escamotable appelées motoplaneur. La pratique du planeur est le vol à...) moderne

En 2003 en France les dispositifs et les instruments d'aide au pilotage impératifs sont les suivants :

  • l'anémomètre ou « badin » en km/h ;
  • l'altimètre en mètres ;
  • le variomètre (mesure la vitesse verticale) en m/s ;
  • le compas ;
  • la bille.

Les instruments complémentaires sont les suivants :

  • la radio ;
  • le calculateur de vol qui intègre les principales fonctions suivantes : altimètre, variomètre, tachymètre, géopositionnement par satellite (Satellite peut faire référence à :), durée de vol, autonomie etc ;
  • le fil de laine ;
  • le transpondeur (En télécommunications, le terme de transpondeur peut avoir les significations suivantes :) sur certains appareils ;
  • un dispositif anti-collision sur certains appareils (ce dispositif constitué d'un GPS et d'un émetteur à destination des autres appareils, prévient le pilote en cas de trajectoire (La trajectoire est la ligne décrite par n'importe quel point d'un objet en mouvement, et notamment par son centre de gravité.) convergente). Le plus répandu de ceux-ci est le FLARM.

Pour finir, le ou les pilotes disposent généralement d'un parachute (Le parachute est un dispositif destiné à freiner le mouvement, principalement vertical d'un objet ou d'une personne.). Celui-ci est obligatoire dans certains pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui...), dont la France.

Paramètres de performance d'un planeur

Chaque type de planeur est un compromis entre les performances, en particulier la finesse et la vitesse d echute, et d'autres critères comme la facilité de pilotage, un comportement sain et homogène sur toute la plage (La Plage est un film anglo-américain réalisé par Danny Boyle en 2000 et adapté du roman The Beach d'Alex Garland) de vitesse, la protection du pilote en cas d'accident, la facilité de montage et de démontage, son prix de revient, etc.

La finesse

  • La finesse est, en air calme, le rapport entre les distances horizontales et verticales qu’il peut parcourir. S’il parcourt 30 km pour une perte d’altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique...) de 1 000 mètres (1 km), il a une finesse de 30.
    • la finesse max ne varie pas avec le poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à l'opposé de la résultante des...) du planeur, seule la vitesse à laquelle cette finesse sera atteinte varie.
    • La finesse du planeur varie avec sa vitesse horizontale ; sa finesse est maximale pour un poids déterminé, à une vitesse horizontale déterminée.
    • Ce paramètre est aussi le rapport portance/traînée (ou lift/drag L/D en anglais).
Quelques ordres de grandeur de finesses maximale finesse
très vielles machines (le Grunau Baby de 1931 avait une finesse de 17) 20
planeurs de compétition des années 60 35
planeurs actuels de classe standard 45
planeurs actuels de classe libre 55 à 60
Le planeur ETA (envergure 30 m) 70

Les vitesses

  • La vitesse de finesse maximale : ce paramètre est important lorsque le planeur doit remonter le vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d'une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune et sur Saturne. Il est essentiel à tous les...) (ce qui le ralentit par rapport au sol et dégrade sa finesse apparente) par ou bien qu’il traverse (Une traverse est un élément fondamental de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de la voie, sous les rails, pour en maintenir l'écartement et...) une zone de descendances dont il a intérêt à sortir rapidement.
    • 60 km/h pour un planeur des années 1950
    • de 90 à 100 km/h pour un planeur actuel
  • La polaire des vitesses : c’est la courbe (En géométrie, le mot courbe, ou ligne courbe désigne certains sous-ensembles du plan, de l'espace usuels. Par exemple, les droites, les segments, les lignes polygonales et les cercles sont des courbes.) liant (Un liant est un produit liquide qui agglomère des particules solides sous forme de poudre. Dans le domaine de la peinture, il permet au pigment d'une peinture de coller sur le support, il est alors plutôt appelé...) les vitesses horizontale (en abscisse) et verticale (La verticale est une droite parallèle à la direction de la pesanteur, donnée notamment par le fil à plomb.) (en ordonnée). Plus « plate » elle est, plus le planeur conserve sa finesse lorsque sa vitesse augmente. Cette courbe reprends les deux paramètres ci-dessus (finesse maximum et vitesse de finesse maximum) mais donne une bien meilleure information sur les caractéristiques globales du planeur.
  • La vitesse de chute minimale, c'est-à-dire la vitesse de descente la plus faible possible. Plus cette vitesse est faible, plus le planeur montera vite dans des ascendances et pourra exploiter des faibles ascendances.
  • La vitesse minimale : plus lentement il peut voler, mieux il peut exploiter des ascendances étroites.
  • La vitesse maximale à ne pas dépasser ; cette caractéristique ne présente d’intérêt que dans des conditions météorologiques exceptionnelles lorsque les ascendances sont fréquentes et puissantes. Elle est cruciale pour les vols de record de distances et de vitesses.

La maniabilité en roulis

  • Le taux de roulis est la vitesse angulaire (En physique, et plus spécifiquement en mécanique, la vitesse angulaire ω, aussi appelée fréquence angulaire, est une mesure de...) maximale du planeur en entrée ou en sortie de virage. Un taux de roulis important est utile pour pouvoir exploiter des ascendances étroites et/ou hachées.

Performances actuelles, records

Les machines les plus performantes affichent aujourd'hui des finesses de 60 jusqu'à 70 pour le nec plus ultra (ULTra (pour (en)« Urban Light Transport ») est un système de transport individuel de type Personal Rapid Transit (PRT), autrement dit un moyen de transport automatique collectif...) (ETA) tandis que les constructeurs les plus à la pointe de la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :), assurent être techniquement capables de produire aujourd'hui des machines de finesse 100 ce qui reste encore une frontière mythique : parcourir 100 kilomètres pour une perte d'altitude de 1 000 mètres. Soit, pour une journée de vol en plaine (Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique caractérisé par une surface topographique plane, avec des pentes relativement faibles. Elle se trouve à basse altitude, les vallées y sont...) dans une zone de climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la météorologie...) tempéré, où les plafonds de l'ordre de 2 200 mètres sont fréquents, une autonomie théorique de 220 kilomètres

Lestage ou Ballastage

Certains planeurs sont équipés de réservoirs leur permettant d'emporter de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) pour ballaster (alourdir) le planeur (eau additionnée d'antigel si le vol risque de s'effectuer dans des conditions de basse température). Le but de cet emport de poids supplémentaire est d'augmenter la vitesse de finesse maximale. En effet, la finesse est maximale à un angle d'incidence donné. Si le poids est plus important, la vitesse nécessaire à la sustentation sera plus importante pour cet angle d'incidence. Alourdir le planeur permet donc de décaler la polaire des vitesses vers les vitesses élevées ce qui est avantageux tant pour la vitesse dans les compétitions que pour effectuer des liaisons dans des zones de descendance ou par vent de face.

L'inconvénient est une vitesse de chute minimale plus importante et obtenue à une vitesse horizontale plus importante. il en résulte une moins bonne vitesse ascensionnelle et une difficulté accrue à exploiter des ascendances étroites.

Généralement ce lest peut être évacué en vol. Ceci pour deux raisons : afin d'alléger le planeur si les conditions météorologiques conviennent mieux à une machine non ballastée et surtout pour éviter d'atterrir avec le ballast ( Le ballast est le lit de gravier qui supporte une voie de chemin de fer. Les ballasts sont des réservoirs sur les bateaux permettant de changer l'immersion ou l'équilibre. Le...). Le sur-poids pourrait endommager la machine en cas d'atterrissage dur. De plus, la vitesse d'approche serait plus importante et la longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle...) de roulement ( En mécanique, le roulement, et plus précisément le roulement sans glissement, est le mouvement d'un corps qui reste en contact avec une surface...) augmentée ce qui serait fort défavorable à un atterrissage en campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu urbain. La campagne est...).

Le poids de ballast qu'un planeur peut emporter varie :

  • LS-1D : 2 x 30 litres
  • Nimbus 4 : 300 litres

Planeurs monoplaces

Planeur école Schneider SG 38 utilisé au centre de formation de Wasserkuppe (Allemagne) jusqu'en 1945
Planeur école Schneider SG 38 utilisé au centre de formation de Wasserkuppe (Allemagne) jusqu'en 1945
  • Alexander Schleicher K8 : monoplace d'entraînement semi acrobatique. Construction en bois, toile et tubes métalliques. Premier vol (Le premier vol ou vol inaugural d'un avion est la première occasion pour celui-ci de prendre les airs par ses propres moyens. C'est l'équivalent en aéronautique du...) en 1957. Finesse : 27 à 72 km/h; chute minimale : 0,65 m/s. Plus de 1 000 exemplaires furent fabriqués. Il est encore fort utilisé comme planeur d’agrément, en vol local, et a d’excellentes caractéristiques par petit temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.).
  • SZD-24 Foka et SZD-32 Foka-5 : planeur de classe standard en bois et toile des années 60. Foka-4 est le seul standard à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...) à avoir emporté (entre les mains de Jan Wroblewski) le titre de Champion du Monde (Le mot monde peut désigner :) en classe libre !
  • Swift S1 : monoplace conçu pour la voltige avancée.
  • Pégase C101 : planeur plastique monoplace. C'est un des planeurs de perfectionnement les plus répandus en club, voire le plus répandu.

Planeurs biplaces

  • ASK 13 : planeur bois et toile biplace datant des années 50. Il est encore souvent utilisé pour l'écolage de base.
  • SZD-9 Bocian (Cigogne) biplace bois et toile datant des années 50. Toujours utilisé pour l'écolage dans l'est européen.
  • Blanik L-13 et L-23: planeur biplace tchèque métallique. Populaire aux USA.
  • ASK 21 : planeur plastique biplace largement utilisé pour l'école et le perfectionnement. C'est un des rares planeurs "certifié voltige" d'après la réglementation aéronautique française.
L'un des premiers planeurs de Schleicher, le Ka6 (1958)
L'un des premiers planeurs de Schleicher, le Ka6 (1958)
  • WA30 Bijave : planeur bois et toile a fuselage en treillis métallique entoilé . Planeur école ancien (conception années 1960) largement répandu dans les petits clubs au même titre que l'ASK 13. Il cède petit à petit sa place aux planeurs d'école plastiques tel que l'Alliance 34, l'ASK 21 ou le twin Astir...
  • SZD-30-2 Puchacz (Hibou, Grand Duc) : biplace école. C'est l'autre planeur biplace de formation à la voltige de base.
  • Pilatus B4 : planeur en aluminium fabriqué dans les années 1970 et qui a connu un fort succès en Suisse. D'une finesse d'environ 35, il est "certifié voltige".
  • Fox MDM-1 : biplace pour la formation de voltige avancée, excellent aussi en solo.
  • Marianne C201B : planeur plastique biplace largement utilisé pour l'école et le perfectionnement. Ce planeur au pilotage lourd est le fruit (En botanique, le fruit est l'organe végétal protégeant la graine. Caractéristique des Angiospermes, il succède à la fleur par...) d'une conception française ambitieuse : réaliser une machine de compétition accessible aux débutants. C'est un planeur de 18,55 mètres d'envergure, donné pour une finesse maximale de 40.
  • Gross "Twin Astir" G103 : planeur plastique biplace largement utilisé pour l'école et le perfectionnement.

Types de planeurs

Planeurs de vol libre (Le vol libre est l'activité sportive ou de loisir consistant à voler avec un planeur ultra léger (PUL) sans motorisation.) et radio-commandés

C'est souvent la première machine qu'un pilote d'avion ou de planeur ait piloté. En vol libre le planeur est réglé pour une vitesse de vol. En pilotage radio-commandé, le pilote peut faire évoluer son planeur comme s'il était à bord. Il existe des planeurs de début "deux axes" nécessitant un radio à deux voies (profondeur et direction). dans ce cas c'est le braquage de la direction qui entraîne du roulis induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en...) pour obtenir le virage. Les planeurs plus évolués disposent d'un pilotage classique sur trois axes (tangage, roulis, lacet) et parfois d'une commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un souhait impératif.) d'aérofreins ou de mixage sur deux axes : roulis et lacet, ou d'autres possibilités.

Planeurs à décollage à pied

Ailes pendulaires

Les ailes pendulaires sont pilotées par déplacement du centre de gravité et non au moyen de gouvernes.

Planeurs "3 axes"

Il s'agit d'aéronefs piloté par des gouvernes sur les trois axes. Ils rentrent dans la catégorie des planeurs ultra-légers. Le pilote porte la machine; le décollage s'effectue en courant sur une pente, un manche à balai auxiliaire permettant le contrôle de la gouverne (Une gouverne est une surface mobile agissant dans l'air ou dans l'eau servant à piloter un mobile selon un de ses trois axes :) de direction. Une fois l'engin en vol, le pilote rentre les jambes dans le carénage et utilise un palonnier classique.
Ils sont adaptés au vol de pente et au vol thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des transferts de chaleur suivant différents phénomènes physiques,...). Leur faible vitesse leur confère la possibilité d'exploiter de petites ascendances. Certains modèles ont un diamètre de spirale (En mathématiques, une spirale est une courbe qui commence en un point central puis s'en éloigne de plus en plus, en même temps qu'elle tourne autour.) de 60 mètres seulement.[1]
Les performances de quelques modèles sont les suivantes :

  • ULF 1 (1977) : Finesse de 16 à 55 km/h et une chute minimale de 0.8 m/s[2]
  • Swift (2007) : de type aile volante (Une aile volante désigne un aéronef ne possédant ni fuselage ni empennage. Les différentes surfaces mobiles nécessaires au pilotage de l'appareil sont toutes...), ultra léger, à décollage à pieds ou à moteur, dont l'aile en flèche (apparentée aux ailes Horten) est équipée de dérives à gouvernes de bout d'ailes, son pilotage se faisant sur 3 axes sur les dernières versions "light" (sur 2 axes auparavant).[3] Finesse de 27 à 75 km/h, VNE de 120 km/h et une chute minimale de 0.8 m/s[4]. Signalons un record de distance de 777 km établi sur swift par Manfred Ruhmer à Zapata au Texas.
  • Archaeopteryx (2007) : Finesse 28 à 55 km/h, vitesse de décrochage de 30 à 35 km/h selon la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui...) alaire, VNE de 130 km/h et une chute minimale de 0.44 à 0.51 m/s selon la charge alaire[1] http://www.ruppert-composite.ch/
  • Carbon Dragon (construction amateur)

Planeurs basiques

Ce sont des planeurs très simples, bon marché et légers qui peuvent décoller simplement en roulant dans une pente et aussi par les autres moyens connus pour mettre des planeurs en l'air (tracté par un ULM ou un avion, tracté par une voiture, au treuil, au sandow + pente). [5],[6]

Planeurs de type aile volante

Ce sont principalement les Fauvel[7] et ses dérivés comme les Marske dont les performances sont, pour les modèles les plus performants, comparables aux planeurs de compétition classiques.

  • Particularités intéressantes : très bonne stabilité, très grande solidité[8], vrille inconnue, décrochage très doux voir inexistant même en virage.
  • Inconvénients de la formule : plage (La géomorphologie définit une plage comme une « accumulation sur le bord de mer de matériaux d'une taille allant des sables fins aux blocs ». La plage ne se limite donc pas aux...) de centrage réduite, hypersustentation quasiment impossible, l'action sur la profondeur freine nettement plus l'appareil que dans le cas d'un planeur conventionnel.

Planeurs de compétition

Classe libre
Classe 18 mètres
Classe 15 mètres
Classe standard
Classe Mondiale (World Class)
Classe Club
Classe Multiplaces 20 mètres

Planeurs à moteur escamotable

  • Il existe de nombreux modèles de planeurs équipés d'un moteur à hélice escamotable permettant au planeur de décoller par ses propres moyens. Une fois l'altitude désirée atteinte, le moteur rentre dans la poutre arrière du fuselage du planeur. Ce type de planeur est autorisé en compétition si un enregistreur peut montrer que le moteur n'a pas été remis en route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la...) durant l'épreuve !)
  • Lange Antares 20E motoplaneur à propulsion (La propulsion est le principe qui permet à un corps de se mouvoir dans son espace environnant. Elle fait appel à un propulseur qui transforme en force motrice l'énergie fournie par le milieu...) électrique.
  • Stemme S10-VT motoplaneur bi-place en côte-à-côte avec le moteur positionné derrière les pilotes, et dont l'hélice se déploie par avancement du cône avant.

Motoplaneurs

  • Les motoplaneurs dont le dispositif de propulsion n'est pas escamotable, servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) de machine d'école, de remorquage ou de sondage ( Un sondage peut désigner une technique d'exploration locale d'un milieu particulier. Un sondage peut également être une méthode statistique...) météorologique. Plus fins que les avions, et aussi beaucoup plus sobres, ils offrent un bon compromis en alliant les avantages de l'un et de l'autre.

Avions achevant leur vol en planant

Intercepteur Messerschmitt Me 163
Intercepteur Messerschmitt Me 163

Certains avions expérimentaux ou très spécifiques achèvent leur mission en vol plané. Bien que l’on puisse considérer que cette phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de vol permet de les classer parmi les planeurs ou les moto planeurs, il faut constater qu’ils n’ont quasiment rien en commun avec les planeurs utilisés pour le vol à voile.

Parmi ces engins, on peut citer le Messerschmitt Me 163 (Le Messerschmitt Me 163 Komet (Comète) fut le premier (et dernier) avion-fusée de chasse opérationnel. Il requit un long...),le Bell X-S1 (Le XS-1, premier prototype d'avion supersonique développé dans le cadre d'un programme de recherche de l'USAAF (plus tard devenu l'US Air Force) et la NACA...), le X-15 (Le North American X-15 est un avion fusée expérimental américain, construit dans le cadre d'un programme de recherche sur les vols à très...), les corps portants et la navette spatiale (Une navette spatiale, dans le domaine de l’astronautique, est un véhicule aérospatial réutilisable conçu pour assurer la desserte des stations spatiales en orbite basse mais pouvant aussi assurer d’autres...).
Ces engins, excepté le Me 163, planent généralement moins bien que des avions conventionnels.

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.