Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Spationaute

Un spationaute, terme non utilisé réellement, indique en fait "astronaute" ou "cosmonaute" qui sont utilisés dans le monde. C'est un membre de l'équipage d'un spationef, c’est-à-dire d'un appareil conçu pour évoluer dans l'espace.

Les femmes et les hommes qui voyagent dans l'espace (ou dans le cosmos) sont désignés différemment en fonction de la puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) pour laquelle ils travaillent : cosmonautes pour la Russie, astronautes pour les États-Unis et pour l'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...)[1], et taïkonautes pour la Chine.

Si le 1000e membre d'équipage s'est envolé le 10 décembre 2006, moins de 500 personnes différentes - au 1er janvier 2007 - sont parties dans l'espace depuis le début de la conquête de l'espace dans les années 1960, et quelques-unes parmi elles viennent de pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine....) francophones :

  • Jean-Loup Chrétien, premier Français dans l'espace en 1982 ;
  • Marc Garneau, premier Canadien (et Québécois) (québénaute) dans l'espace en 1984 et président de l'Agence spatiale canadienne (L'Agence spatiale canadienne (ASC) ou en anglais Canadian Space Agency (CSA), est le service gouvernemental responsable du programme spatiale canadien. Elle a été fondé le 1er mars 1989 par la Loi sur...) de novembre 2001 à février 2006.
  • Patrick Baudry (France) en 1985
  • Dirk Frimout, premier Belge dans l'espace en 1992 ;
  • Michel Tognini (France) en 1992 ;
  • Claude Nicollier (Claude Nicollier, né à Vevey en Suisse le 2 septembre 1944 est astrophysicien et astronaute de l'Agence spatiale européenne. Il devient en 1992 le premier Suisse dans l'espace (Mission STS-46). Il a...), premier Suisse dans l'espace en 1992 ;
  • Jean-Pierre Haigneré en 1993, qui forme avec Claudie Haigneré (Claudie André-Deshays, épouse Haigneré, née le 13 mai 1957 au Creusot (Saône-et-Loire) est une scientifique, spationaute et femme politique...) le couple spatial français ;
  • Jean-François Clervoy (France) en 1994 ;
  • Claudie Haigneré, première Française dans l'espace en 1996 ;
  • Jean-Jacques Favier (France) avec la navette (Une navette spatiale, dans le domaine de l'astronautique, est un véhicule aérospatial réutilisable conçu pour assurer la desserte des stations spatiales en orbite basse mais pouvant aussi assurer d'autres missions, telles que le lancement ou la...) Columbia en 1996 ;
  • Léopold Eyharts (France) avec la station Mir en 1998 ;
  • Roberta Bondar, première Canadienne à se rendre dans l'espace en 1992.
  • Julie Payette, première Canadienne (québénaute) à avoir participé à une mission spatiale sur la station spatiale internationale (La Station spatiale internationale (en anglais International Space Station ou ISS) est un habitat placé en orbite terrestre basse, occupé en permanence par un équipage international qui se consacre à la recherche...) et première Québécoise dans l'espace en 1999 ;
  • Philippe Perrin (Philippe Perrin, né à Meknès au Maroc le 6 janvier 1963, est un spationaute français de l'Agence spatiale européenne (ESA),) (France) en 2002 ;
  • Frank De Winne, deuxième Belge dans l'espace en 2002.

Étymologie

  • Le terme cosmonaute est traduit du russe kosmonavt (?????????), venant des mots grecs kosmos qui signifie " univers " et nautes, signifiant " navigateur ". C'est le nom utilisé par les Russes mais aussi par les Français ayant volé avec les russes, par exemple.
  • Le terme astronaute (Un astronaute est le nom donné à une personne qui voyage ou ayant voyagé dans l'espace. Le terme désigne généralement un...) vient aussi du grec : ástron signifiant " étoile " et nautes, " navigateur ". C'est le nom porté par les astronautes américains comme européens (dont les français ayant volé avec les américains ou les russes).
  • Le terme spationaute (Un spationaute, terme non utilisé réellement, indique en fait "astronaute" ou "cosmonaute" qui sont utilisés dans le monde. C'est un membre de l'équipage d'un spationef, c’est-à-dire d'un appareil conçu pour évoluer dans...) est un mot hybride (En génétique, l'hybride est le croisement de deux individus de deux variétés, sous-espèces (croisement intraspécifique), espèces (croisement interspécifique) ou genres...), venant à la fois du latin spatium signifiant " espace ", et du grec nautes, " navigateur ". Il a été utilisé lorsque les français voulaient, au travers du programme Hermès, avoir une autonomie dans l'espace. Après l'abandon du programme, il n'avait plus de sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du vieillissement,...). Il n'est pratiquement pas utilisé et le sera de moins en moins. Il appartient à la Cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes sédentarisés libres (pouvant avoir des...) de l'espace qui l'utilisera toujours plus dans le cadre de ses activités de "tourisme spatial (Le tourisme spatial est une activité touristique concernant l'espace et qui consiste à envoyer des civils dans l'espace en réservant son voyage auprès d'une compagnie privée et non une organisation gouvernemental....)" à Toulouse.
  • Le terme taïkonaute vient du chinois tàik?ngrén (???) signifiant littéralement " homme du grand vide " (de tàik?ng: " grand vide " et rén: " homme "). Cependant, les professionnels du secteur spatial chinois préfèrent désigner leurs spationautes par le terme y?hángyuán (???), signifiant littéralement " navigateur de l'univers " (de y? : " univers ", háng : " naviguer " et yuán : " membre ").
  • Le terme québénaute est un mot hybride, venant à la fois du mot signifiant " québécois ", et du grec nautes, " navigateur ". Il apparaît pour la première fois dans un article de l'auteur, Adrien Lorion, résumant l'histoire de la conquête spatiale canadienne.

Bibliographie

Droit français : arrêté du 20 février 1995 relatif à la terminologie des sciences et techniques spatiales.

Note

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.