Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Calendrier de l'Égypte antique

Cet article fait partie de la série
Vie quotidienne dans l'Égypte antique
Quotidien
Alimentation
Habitat
Médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et...)
Calendrier (Un calendrier est un système de repérage des dates en fonction du temps. Ces systèmes ont été inventés par les hommes pour mesurer, diviser et organiser le temps sur de longues durées. Initialement conçus pour être en accord avec les...)
Art
Langue
Écriture
Sculpture (La sculpture existe depuis le paléolithique(il y a 25000 ans à peu près) et la petite figurine de Lespugue, sur ivoire de mammouth, est un très bel exemple de sculpture (taille directe par...)
Gravure
Science
Mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les...)
Chiffres
Multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire avec l'addition, la soustraction et la division .)
Unités de mesure

Le calendrier de l'Égypte antique, (également appelé calendrier nilotique) était axé sur les fluctuations annuelles du Nil et avait comme but premier la régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) des travaux agricoles au cours de l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.). Les Égyptiens définissaient d'ailleurs l'année comme " le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) nécessaire pour une récolte " et le hiéroglyphe qui la désigne est une jeune pousse (Pousse est le nom donné à une course automobile illégale à la Réunion.) avec un bourgeon (Bourgeon peut faire référence à :) (renpet).

Le calendrier égyptien était basé sur les cycles lunaires (30 jours à peu près) (cf. Lune) et la récurrence annuelle du lever héliaque de l'étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une énorme boule de plasma comme le Soleil, qui est l'étoile la plus proche de la...) Sothis (Sirius), vers le 19 juillet de notre calendrier. L'année était divisée en 3 saisons en fonction de la crue du Nil et de son impact sur l'environnement :

SA
x t
Akhet (Akhit) " Inondation " (3?t)
pr
r
t
ra
Peret (Perit) " Émergence (des terres) " (prt, décrue du Nil, germination, saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le...) fraîche)
S mw ra
Chemou (Shemou) " Chaleur " (šmw, été, saison des récoltes et de leur taxation)

Chaque saison comprenait 4 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de 30 jours chacun. Les cinq jours restants (six à partir de l'époque romaine) étaient appelés jours additionnels ou épagomènes. Ils étaient ajoutés à la fin du calendrier, entre le dernier jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons...) de la saison Shemou et le premier jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent...) de la saison Akhet. Les jours épagomènes étaient considérés comme jours de naissance des grands dieux d’État qu'étaient, dans l'ordre, Osiris, Horus, Seth, Isis et Nephthys. Chaque mois était découpé en trois périodes de dix jours, les décades. Les journées avaient une durée de vingt-quatre heures (L'heure est une unité de mesure  :).

Les mois de l'année à l'époque des Ptolémées :

Saison Mois
Akhet Thout (Thot)
Phaophi (Pa n Ipt, celui de Karnak, Amon)
Athyr (Hathor)
Choeac ou Khoiak (kA Hr kA)
Peret Tybi (tA aAbt, l'offrande)
Méchir ou Mekhir (pA n mxrw, celui de Mekher)
Phaminoth ou Phamenoth (pA n ImnHtp, celui d'Amenhotep)
Pharmouti (pA n Rnnwtt, celui de Rennoutet)
Chemou Pachon ou Pakhon (pA n xnsw, celui de Khonsou)
Payni (pA n int, celui du ouadi)
Epiphi ou Epiph (ip ipi, fête de Ipipi)
Mésori ou Mesore (mswt Ra, naissance de Rê)

Note : Les noms des mois sont donnés en langue copte avec leurs équivalents hiéroglyphiques du Nouvel Empire.

Le premier jour de la saison Akhet correspondait approximativement au début de l’inondation (Le terme inondation fait traditionnellement référence au débordement d'un cours d'eau qui submerge les terrains voisins. Il doit évidemment être étendu aux débordements des ouvrages artificiels tels que les réseaux...). Pour les Égyptiens, la montée des eaux était un événement majeur à plus d’un titre : d’une part, elle mettait fin à la saison sèche, et d’autre part, de son importance dépendait la qualité des récoltes, une crue trop faible pouvant entraîner une famine alors qu'une crue trop forte pouvait causer des inondations dévastatrices. La montée des eaux intervenait peu de temps après le lever héliaque de l'étoile Sothis (Sirius) dans le ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.) égyptien. L'apparition de l'étoile constituait un repère indispensable au paysan égyptien, qui ne pouvait se fier au calendrier civil en raison d’un décalage de plus en plus important entre l’année civile de 365 jours et l’année solaire, année de 365 jours et 6 heures à peu près. Ce décalage était d’environ un jour tous les quatre ans. Cependant, après 1460 ans, il y avait de nouveau concordance entre les calendriers civil et solaire, le lever héliaque de Sothis coïncidant de nouveau avec le premier jour de la saison Akhet. Cette période de 1460 ans est appelée période sothiaque par les astronomes ; elle permet d’établir la chronologie de l’histoire pharaonique, car les Égyptiens ignoraient les dates absolues.

Bien qu'ayant abandonné très tôt leur calendrier astronomique pour un calendrier civil, les Égyptiens ne s'étaient pas pour autant désintéressés de l'astronomie (L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, leurs...), bien au contraire. On leur doit notamment les plus anciennes cartes du ciel connues et l'on sait qu'ils avaient une connaissance approfondie des phénomènes astronomiques, connaissance basée sur l'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré...) quotidienne et méthodique des astres.

Les astronomes grecs empruntèrent leur calendrier civil aux Égyptiens et, avec quelques modifications, il fut utilisé jusqu'à la fin du Moyen Âge.

Date actuelle dans le calendrier nilotique

Calendrier nilotique de l’Égypte antique
Saison Chemou
Mois de Athyr
Jour 18
Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.