Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Hacheur
schéma le plus simple d'un hacheur série
schéma le plus simple d'un hacheur série
Principe de fonctionnement d'un hacheur série
Principe de fonctionnement d'un hacheur série

Le hacheur ou convertisseur continu - continu est un dispositif de l'électronique de puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) mettant en œuvre un ou plusieurs interrupteurs commandés et qui permet de modifier la valeur de la tension (La tension est une force d'extension.) d'une source de tension continue avec un rendement élevé. Le découpage se fait à une fréquence très élevée ce qui a pour conséquence de créer une tension moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient...). C'est l'analogue, pour les sources de tensions continues, du transformateur utilisé en régime alternatif.

Si la tension délivrée en sortie est inférieure à la tension appliquée en entrée, le hacheur (Le hacheur ou convertisseur continu - continu est un dispositif de l'électronique de puissance mettant en œuvre un ou plusieurs interrupteurs commandés et qui permet de modifier la valeur...) est dit dévolteur. Dans le cas contraire, il est dit survolteur. Il existe des hacheurs capables de travailler des deux manières (Boost-Buck).

On définit le rapport cyclique par :

\alpha = \frac{t_1}{T}

Pour un hacheur dévolteur, le rapport de la tension de sortie sur la tension d'entrée est égal au rapport cyclique.

Certains hacheurs sont également réversibles : ils peuvent alors fournir de l'énergie à la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et...), généralement une machine à courant continu (Le courant continu est un courant électrique indépendant du temps ou, par extension, un courant périodique dont la composante continue est...) dans ce type d'application, ou bien en prélever ce qui permet de freiner la machine.

Les hacheurs de puissance sont utilisés pour la variation de vitesse (On distingue :) des moteurs à courant continu. En plus faible puissance, ils sont un élément essentiel des alimentations à découpage. La vitesse de rotation d'un moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou...) à courant continu à aimants permanents est alors directement proportionnelle à la tension d'alimentation de l'induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en électricité...).

Principe de fonctionnement

Il faut d'abord savoir qu'en électronique de puissance un condensateur (Un condensateur est un composant électronique ou électrique dont l'intérêt de base est de pouvoir recevoir et rendre une charge électrique,...) se comporte comme une soure de tension, et une self comme une source de courant.

Premier cas : l'interrupteur (Un interrupteur (dérivé de rupture) est un dispositif ou organe, physique ou virtuel, permettant d'interrompre ou d'autoriser le passage d'un flux. Il ne faut pas confondre l'interrupteur qui permet...) est ouvert (état "off")

La loi des mailles permet d'obtenir la relation qui suit :

Vs = − Vl or Vl =L\times(\frac{di(t)}{dt})

et il vient : Vs = -L\times (\frac{di(t)}{dt})

on trouve ainsi la relation : I(t)=- Vs\times(\frac {t}/{L})+If

l'écart de courant est donc : I=\frac{(1-a)\times(T\times(Vs))}{L} avec T la période et a le rapport cyclique.

Deuxième cas: l'interrupteur est fermé (état "on")

la loi des mailles devient : Vl=Ve-Vs=L\times\frac{di(t)}{dt}

d'où : \frac{di(t)}{dt}=\frac{Ve-Vs}{L}

il vient : I(t)=\frac{(Ve-Vs)\times t}{L}+Io

L'écart de courant est donc : I=\frac{a\times T \times(Ve-Vs)}{L}

Relation entre Ve et Vs

on a : I=\frac{-(1-a)\times T \times Vs}{L} et I=\frac {a\times T \times(Ve-Vs)}{L}

donc : \frac{-(1-a)T\times Vs}{L}=\frac{a \times T \times (Ve-Vs)}{L}

et après quelques calculs simples : Vs=a \times Ve

Déterminons maintenant la relation liant (Un liant est un produit liquide qui agglomère des particules solides sous forme de poudre. Dans le domaine de la peinture, il permet au pigment d'une peinture de coller...) le courant moyen dans l'inductance (L'inductance d’un circuit électrique est un coefficient qui traduit le fait qu’un courant le traversant crée un champ magnétique à travers la section entourée par ce circuit....) en sachant que le courant moyen dans un condensateur est nul.

Ilmoy = Irmoy + Icmoy or Icmoy = 0 Ilmoy = Irmoy Ilmoy = Vsmoy / R

On en déduit la valeur de la self pour avoir une conduction continue c’est-à-dire que le courant minimum dans la self soit positif (Il mini>0)

Il mini=Il moy-\frac{I}{2} Il mini=\frac{Vs moy}{R}- \frac{(1-a)\times T \times Vs moy}{2L} Il mini=\frac { Vs moy \times(\frac{1}{R}-(1-a)\times T) } {2L}

Or Ilmini > 0

donc \frac{Vs moy\times(\frac{1}{R}-(1-a)\times T)} {2L} > 0

et il vient :

L > L mini=\frac{(1-a) \times R \times T}{2}=\frac{(1-a) \times R}{2f} avec f=\frac{1}{T}

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.