Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Environnement
Portal Portail Environnement

L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie (La vie est le nom donné :) humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...) tend actuellement à prendre une dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son...) de plus en plus mondiale.

Lorsque l'on évoque notre perception de l'environnement (social, écologique, politique,...) on doit donc intégrer la dimension de la mondialisation (Le terme « mondialisation » désigne l'expansion et l'harmonisation des liens d'interdépendance entre les nations, les activités...), et penser à l'échelle du monde (Le mot monde peut désigner :).

A notre époque, l’environnement est perçu comme une matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide,...) à sculpter, un territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé par d'autres sciences humaines. Dans le dictionnaire de géographie...) à structurer, à ménager. Cette conception dérive d’une approche prométhéenne visant à affirmer la domination de l’homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...) sur la nature. Face aux discours d’une écologie radicale souvent naïve et antihumaniste, l’approche instrumentale et cartésienne de l’environnement parait naturelle, fondée en raison et totalement adaptée aux nécessités économiques, industrielles, commerciales et financières de notre temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.).

Étymologie

Étymologiquement parlant, le terme " environnement " trouve son origine dans le grec, le latin et le gaulois. Le terme environnement est polysémique, c'est-à-dire qu'il recouvre aujourd'hui de nombreuses acceptions. On doit distinguer l'évolution du mot (1) et l'évolution du sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par...) (2).

  1. En-viron-ne-ment vient du terme " virer " (tourner) qui trouve son origine dans le grec " gyros " (cercle, tour) puis dans sa transformation latine " gyrare " et " in gyrum " ; dans le latin " virare ", " vibrare " (tournoyer) ; dans le gaulois " viria " (anneau, bracelet). Les trois origines se sont mélangées avec le temps. De " virer ", l'ancien français a fait " viron " signifiant " tour " ou " ronde ". Puis, le préfixe " en " a été ajouté à " viron " pour donner " environ " (entour, autour) (attesté en 1080) qui provient de la transformation de " in gyrum " et de " envirum " (attesté en 980). D'" environ " on a fait " environner " (faire le tour), attesté au XIIe siècle. Environ au pluriel " environs " signifiait " alentours ". Puis " à l'entour " a pris la forme d'" environneement " avec deux " e " (attesté en 1154). Pour perdre son deuxième " e " et donner " environnement " (action d'environner, résultat de cette action) ou " environnements " (tours, contours, circuits, voire détours), attesté du XIIIe siècle au XVIe siècle.
  2. Durant toute cette évolution étymologique, de virer, viron, environ, environner, environneement, environnement, environment, le radical " vir " a toujours signifié la forme du " tour " et de l'" arrondi ", qui a donné entour, autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent...), contours, et par extension " tous les contours " voire l'" ensemble des contours ". Aujourd'hui la définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) d'" environnement " traduit encore cette idée de " tour ", d'" entour ", d'" alentours ", d'" autour ". Le " ce qui est autour ", le " ce qui fait le tour ", le " ce qui forme le tour " et le " ce qui est dans l'entour " traduisent bien le concept de " milieu " à l'échelle locale et le concept de " géosphère ", " biosphère ", d'" écosphère " et de " technosphère " à l'échelle globale. On peut donc remarquer que du simple " mouvement " (tourner, tournoyer, faire le tour), à la simple " forme " (entour, contours, anneau) qui traduirait davantage un " contenant ", le terme d'" environnement " a peu à peu désigné non seulement le mouvement et le contenant, mais aussi le " contenu ". Le terme anglo-américain " environment " est directement tiré du vieux français " environnement ".

Le terme français " environnement " a été traduit en latin depuis cinq siècles déjà par Robert Estienne dans son dictionnaire Français-Latin en 1539 (p.183). On y lit textuellement " environnement: circundatio, circonscriptio terrae, stipatio ". L'histoire du mot et de ses sens peut donc remonter assez loin dans le temps.

La première définition technique anglo-saxonne de " environment " est apparue dans les années 1920 : conditions naturelles (physiques, chimiques, biologiques) et culturelles (sociologiques) susceptibles d'agir sur tous les organismes vivants et les activités humaines. Puis l'utilisation du vocable " environnement " s'est développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de courbure. On peut aussi la décrire comme l'enveloppe de la...) à partir des années 1960 pour englober et signifier actuellement les ressources naturelles biotiques (faune, flore) et abiotiques (air, eau, sol) et leurs interactions réciproques, les aspects caractéristiques du paysage (Étymologiquement, le paysage est l'agencement des traits, des caractères, des formes d'un espace limité, d'un « pays ». Portion de l'espace terrestre saisi horizontalement...) et les biens que composent l'héritage culturel.

Environnement

  • L'environnement serait donc — à un moment donné — le milieu dans lequel l'individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).) et/ou le groupe évoluent, ce milieu incluant l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est nécessaire...), l'eau, le sol, leurs interfaces, les ressources naturelles, la faune, la flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace géographique ou un écosystème déterminé (par opposition à la faune). Le terme...), les champignons, les microbes et les êtres humains, les écosystèmes et la biosphère (La notion de biosphère désigne à la fois un espace et un processus auto-entretenu (jusqu'à ce jour et depuis plus de 3 milliards d'années) sur la planète Terre, et...).
  • D'un point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) plus sociétal, l'Environnement est le milieu physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la connaissance de la...), construit, naturel et humain dans lequel un individu ou un groupe (une famille, un quartier, une société, une collectivité, une entreprise, Administration, etc.) fonctionne ; incluant l’air, l’eau, le sol, le sous sol, la faune, la flore, les autres organismes vivants, les êtres humains et leurs inter-relations.
  • Dans son acception la plus large et partagée, découlant de son étymologie, le mot Environnement évoque tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) ce qui — à un moment donné — est " autour de nous ".

Mais en réalité (sauf pour les virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme extracellulaire ou intracellulaire....) non actifs), la limite physique entre l'individu et " ce qui est autour de lui " n'existe pas vraiment. Deux exemples peuvent illustrer cette limite floue :

  1. Notre peau (La peau est un organe composé de plusieurs couches de tissus. Elle joue, entre autres, le rôle d'enveloppe protectrice du corps.) semble être une barrière matérielle susceptible d'être la limite entre notre milieu intérieur et " l'environnement " extérieur. Pourtant, à chaque inspiration, l'air de notre environnement entre en nous, perd de l'oxygène (L’oxygène est un élément chimique de la famille des chalcogènes, de symbole O et de numéro atomique 8.) et ressort enrichi en vapeur () d'eau et en gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre :...) carbonique qui viennent de l'intérieur de nous-mêmes. Certaines des molécules d'oxygène absorbées vont être incluses dans notre organisme. D'autres seront rejetées sous forme de CO2. Il en va de même pour l'alimentation et l'excrétion, et plus subtilement pour les hormones absorbées ou émises par les plantes ou les animaux. Même notre ouïe (L’ouïe ou l’audition est la capacité de percevoir des sons. Elle est l’un des cinq sens.) et notre vision font " entrer " des informations environnementales (ondes et vibrations) en nous. Bien des ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible de propriétés physiques locales. Elle transporte de l'énergie sans transporter de matière.) électromagnétiques nous traversent de part en part sans impact, d'autres le font avec plus d'impact. On comprend ici que l'environnement influe sur les individus, espèces et processus qu'il inclut, mais qu'également, il est en permanence modifié par eux.
  2. Ce n'est pas parce qu'il y a un sol qui leur permet de pousser qu'il y a des arbres dans une forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense, constituée d'un ou plusieurs peuplements d'arbres et...). Les arbres ont aussi grandement contribué à produire et fixer le sol sur lequel ils vivent. Ce sol résulte pour l'essentiel de la décomposition (En biologie, la décomposition est le processus par lequel des corps organisés, qu'ils soient d'origine animale ou végétale dès...) de leurs feuilles ou aiguilles mortes, du bois mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple...), et des bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées par une absence de noyau et d'organites. La plupart des bactéries possèdent une paroi...) et champignons symbiotes ou des espèces qu'ils abritent. La terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par...) et le paysage forestier ne sont pas que l'environnement des arbres, ils sont aussi leur production.

Néanmoins, le concept est opérant, permettant notamment de désigner ce qu'il faut protéger autour de nous et des systèmes vivants qui nous entourent, pour que la vie puisse se perpétuer de manière optimale, pour que les ressources naturelles puissent se renouveler.

Évolution de la perception de l'environnement

  • Depuis 100 ans, la perception individuelle et collective de l'environnement, comme celle du paysage a beaucoup évolué. On est passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée sur le présent....) d'un environnement plutôt local à un environnement planétaire (Un planétaire désigne un ensemble mécanique mobile, figurant le système solaire (le Soleil et ses planètes) en tout ou partie. Généralement les astres représentés sont...). La télévision (La télévision est la transmission, par câble ou par ondes radioélectriques, d'images ou de scènes animées et généralement sonorisées qui sont reproduites sur un poste récepteur...), les images de la conquête de l'espace, la vision concrète (La concrète est une pâte plus ou moins dure obtenue après extraction d’une matière première fraîche d’origine végétale (fleurs, feuille) par solvants volatils (non aqueux). Le solvant...), photographique de la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la maintienne en équilibre hydrostatique, c'est-à-dire...) vue de la lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du système solaire avec un diamètre de 3 474...) ou de satellites (Satellite peut faire référence à :) ont fortement élargi la perception que nous avons de notre environnement.
  • On peut penser que pour un nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) croissant de gens :
    • l'environnement tel que ressenti au quotidien est de moins en moins naturel ou rural et de plus en plus urbain, construit et contrôlé ;
    • l'environnement est contrôlé par la collectivité, voire privatisé, mais agit de moins en moins pour l'individu qui le subit de plus en plus ;
    • l'environnement est moins un objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette...) naturel connu qu'on peut exploiter à merci comme le faisaient le chasseur-cueilleur puis l'agriculteur (L'agriculteur ne désigne pas seulement la personne qui cultive la terre mais aussi celle qui procède à l'élevage sur cette même terre (apiculteur, aviculteur,...), le pêcheur, le forestier ou le mineur... Il faisait l'objet d'une exploitation directe par plus de 90 % des gens. il n'est plus exploité directement que par un faible pourcentage (Un pourcentage est une façon d'exprimer une proportion ou une fraction dans un ensemble. Une expression comme « 45 % » (lue « 45 pour cent ») est en réalité la sténographie pour la...) de la population (agriculteurs, pêcheurs, forestiers, exploitants miniers et carriers..). Il fait l'objet d'une exploitation indirecte et souvent délocalisée, moins facile à percevoir ;
    • l'environnement est de plus en plus perçu comme une ressource finie, qu'on ne considère plus comme inépuisable ou renouvelable à l'infini ;
    • l'environnement est un bien commun, que nous avons le devoir de léguer aux générations futures (cf. concepts de développement durable, soutenable ou de décroissance conviviale).

Limites spatio-temporelles

  • Le concept est d'abord spatial, mais chacun comprend intuitivement que l'environnement résulte aussi de la longue histoire de la co-évolution des espèces sur la planète. Pour parler de l'environnement " préhistorique ", on parle de paléo-environnement. Sa compréhension est utile pour comprendre par exemple les conséquences de la régression de la biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces, des populations et celle des gènes...) ou des modifications climatiques.
  • L'environnement est " global " ; à la fois proche et global, et sur la terre, l'environnement proche et global est modifié en permanence par les êtres qui y vivent, les processus qui s'y déroulent et des influences externes (l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) solaire, etc.).

Pour une échelle géographique et à un moment donné, il regroupe l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble),...) des facteurs abiotiques (physiques, chimiques) et biotiques biologiques, écologique et sociaux susceptibles d'avoir un effet direct ou indirect, immédiat ou différé (futur) sur les êtres vivants, les processus écologiques, éco-paysagers et les activités humaines et la qualité de vie.

En réalité, le sens du mot varie aussi selon la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de précision et de détail, La Culture peut être...) et la catégorie socio-professionnelle de celui qui l'emploie. Ainsi, un industriel verra d'abord dans le terme environnement une référence à " pollution ", alors qu'un cadre pensera plutôt " cadre de vie ", qu'un artisan ou commerçant pensera " ville ", pendant qu'un agriculteur imaginera " voisinage ", et un employé " Nature ". Une grande administration (région, département) pensera écosystème, écologie du paysage, Trame (Le mot trame peut désigner :) verte, alors qu'une petite commune verra la question de la gestion de l'eau et des déchets, ou des nuisances sonores ou de voisinage (La notion de voisinage correspond à une approche axiomatique équivalente à celle de la topologie. La topologie traite plus naturellement les notions globales comme la continuité qui s'entend ici comme la continuité en tout point. En...), ou des espaces verts "... là où le sociologue évoquera l'environnement familial ou de travail...

Le terme environnement est pour ces raisons contesté par la majorité des écologistes et écologues, qui y voient notamment une connotation trop anthropocentriste. Ils parleront plutôt — par exemple — d'écosystèmes, de biomes, de biogéographie (La biogéographie est une branche de la géographie physique et de l'écologie qui étudie la vie à la surface du globe par des analyses descriptives et explicatives...), de biosphère, voire de symbiosphère.

Environnement et politique

En politique, ou dans les milieux associatifs, le terme fait plutôt référence au monde naturel tel que globalement perçu par l'homme, comme ressource, pas, peu, difficilement ou coûteusement renouvelable, et comme subissant les impacts croissants du développement et des pollutions.

  • Il évoque aussi notre qualité de vie.
  • Les efforts visant à limiter la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon ce que l'on peut entendre par malsain [1].), à réduire le gaspillage énergétique, à améliorer le traitement des déchets etc. est parfois appelé environnementalisme.
  • Le souci humain pour son environnement, entre autres, a créé des mouvements politiques dits " écologistes " ou verts. Ces mouvements envisagent une nouvelle politique, visant à concilier le développement humain et la restauration, la protection et une bonne gestion de l'environnement.

L'écologisme, éventuellement de droite ou de gauche, est incontestablement de plus en plus reconnu dans notre société comme l'atteste le relatif succès des Verts en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...) et les sondages qui depuis quelques années classent l'environnement (selon les lieux et moments) au 1er, 2e ou 3e plan des préoccupations avec le chômage et la lutte contre l'insécurité.

Le terme environnement ne doit pas être confondu avec le terme écologie, qui fait référence à la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir...) des processus et cycles de vie dans le monde naturel, sans se limiter à l'humanité.

Une autre définition, de l'environnement est " le milieu dans lequel un organisme fonctionne, incluant l'air, l'eau, la terre, les ressources naturelles, la flore, la faune, les êtres humains et leurs interrelations ", selon la norme (Une norme, du latin norma (« équerre, règle ») désigne un état habituellement répandu ou moyen considéré le plus souvent comme une...) ISO 14001 (La norme ISO 14001 est la plus utilisée des normes de la série des normes ISO 14000 qui concernent le management environnemental.):1996.

Autres : l'environnement est présent comme étant l'ensemble des conditions naturelles et culturelles susceptibles d'agir sur les organismes vivants et les activités humaines. Le macro-environnement est l'environnement de l'entreprise qui l'influencera et auquel celle-ci devra s'adapter. L'environnement est en perpétuelle mutation: nouvelles idées, nouveaux produits, nouveaux modes de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine...).

Les crises écologiques mondiales

De nombreux événements récents ont mis en évidence des problématiques diverses affectant la planète. Parmi ceux les plus fréquemment cités :

  • Le réchauffement climatique (Le réchauffement climatique, également appelé réchauffement planétaire, ou réchauffement global, est un phénomène d'augmentation de la température moyenne des...) lié à l'effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le cas des corps du système solaire) ou d'autres étoiles (dans le cas...)
  • Le trou de la couche d'ozone (L’ozone (ou trioxygène) est un composé chimique comportant 3 atomes d’oxygène (O3). Sa structure est une résonance entre trois états. Métastable aux...)
  • La déforestation
  • La régression accélérée de la biodiversité
  • La gestion des déchets
  • La gestion de l'eau
  • Le problème des ressources en eau
  • La régression et dégradation des sols
  • La pollution atmosphérique
  • Les sécheresses
  • Les marées noires
  • Les catastrophes industrielles
  • Les accidents nucléaires

Un rapport[1] de l'OCDE a listé les problèmes " qui appellent une action d'urgence "  : la surpêche, la destruction des forêts, le recul de la biodiversité, le changement climatique, les produits chimiques présents dans l'environnement, la pollution de l'air et des eaux, le niveau atteint et à venir des transports (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) ...

Journées internationales relatives à l'environnement

Les journées mondiales ou internationales sont souvent officialisées par l'Organisation (Une organisation est) des Nations unies. Voici celles concernant un enjeu environnemental ou la conservation de la nature.

  • 20 ou 21 mars, jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...) de l'équinoxe : Jour de la Terre
  • 22 mars : Journée mondiale de l'eau [2]
  • 13 mai : Journée internationale de la baleine (La baleine est un mammifère marin de grande taille classé dans l'ordre des cétacés. Le terme s'applique à plusieurs espèces différentes dans les...)
  • 22 mai : Journée internationale de la biodiversité
  • 5 juin  : Journée mondiale de l'environnement
  • 8 juin : Journée Mondiale de l'Océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau salée. En fait, il s'agit plutôt d'un volume, dont l'eau est en permanence renouvelée par des...)
  • 17 juin : Journée mondiale de la lutte contre la désertification (La désertification est un phénomène naturel ou non qui a pour origine des variations climatiques et/ou les conséquences d'activités...) et la sécheresse
  • 16 septembre  : Journée internationale de la protection de la couche d'ozone
  • 22 septembre : Journée sans voiture
  • 8 octobre : Journée internationale de la prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter qu'une situation (sociale, environnementale, économique..) ne se dégrade, ou qu'un accident, une épidémie ou...) des catastrophes naturelles
  • fin novembre : Journée sans achat, non officialisée, initiée par des associations

Associations concernant l'environnement

Parmi les nombreuses associations et organisations non gouvernementales actives sur les questions d'environnement, on trouve :

  • C.A.I.N: Cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale distance d'un point nommé centre. La valeur de cette distance est appelée rayon du cercle. Celui-ci...) d'Action Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et...) pour la Nature
  • Les Amis de la Terre
  • Les Amis de la Nature
  • Conservation des espèces et des populations animales
  • Conservatoire du littoral
  • Energie-Cités
  • Environnement Sans Frontière (Une frontière est une ligne imaginaire séparant deux territoires, en particulier deux États souverains. Le rôle que joue une frontière...) ESF
  • Fondation pour l'éducation à l'environnement
  • Fondation Nicolas Hulot ou FNH
  • Greenpeace
  • Inf'OGM
  • Ligue pour la protection des oiseaux
  • Mouvement national de lutte pour l'environnement
  • Réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets »,...) Action Climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période...)
  • Réseau Sortir du nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :)
  • World Wildlife Fund
  • France Nature Environnement
  • Fédération des clubs Connaître et Protéger la Nature ou FCPN
  • Commission de Protection des Eaux (CPEPESC)
  • voir la liste d'associations dans Wikipedia

En France, les associations peuvent être " agréées au titre de l'environnement " par le ministère de l'Écologie et du Développement durable. Ce sont des associations régies par la loi de 1901 qui contribuent à révéler des problèmes ou à trouver et tester des solutions dans les domaines de la protection de la nature et de l'environnement et de l'amélioration du cadre de vie (leur vigilance (Son attention prend un aspect d'intensité pour solliciter l'ensemble de ses capacités de perception et les concentrer sur le déroulement de la tâche.) s'exerce sur l'ensemble du territoire).

Il existe aussi des associations concernant l'éducation à l'environnement et au développement durable (EEDD).

Métiers de l'environnement

De nombreux métiers[3] sont issus des préoccupations environnementales. Parmi ces derniers peut être cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes...) l'ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la...) en environnement industriel. Un ingénieur en environnement industriel a pour mission de trouver des solutions pour que les entreprises soient respectueuses de l'environnement ou au moins des normes dictées par l'État dans ce domaine. Pour cela, il a plusieurs outils à sa disposition : les études d'impact environnementales, les dossiers ICPE (Installations Classées pour la Protection de l'Environnement) et la série des normes ISO 14000. Les métiers de l'audit environnemental peuvent également être cités.

Notes et références

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.