Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Céramique
Cet article fait partie de
la série Céramique

Catégorie:Céramique
Portail Histoire de l'art

Premier " art du feu " à apparaître (avant la métallurgie et le travail du verre), la céramique (Premier « art du feu » à apparaître (avant la métallurgie et le travail du verre), la céramique désigne l’ensemble des objets fabriqués en terre qui ont subi une transformation...) désigne l’ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être...) des objets fabriqués en terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la...) qui ont subi une transformation physico-chimique irréversible au cours d’une cuisson à température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du transfert de...) plus ou moins élevée.

Généralités

Le mot céramique provient du grec ancien κ?ραμος / kéramos, qui signifie " terre à potier ", " argile ". Il a donné son nom à un quartier d'Athènes, le Céramique.

On peut distinguer trois branches de la céramique :

  • la céramique utilitaire (Le mot utilitaire peut désigner :), principalement la poterie, la plus ancienne des formes de céramique (elle est antérieure au travail des métaux) qui utilise les terres argileuses comme matériau (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) de base ;
  • la céramique d'art qui a dérivé de la précédente, et délaisse la fonction utilitaire pour se centrer sur la valeur décorative ou esthétique;
  • la céramique industrielle, particulièrement développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de courbure. On peut aussi la décrire comme...) au XXe siècle, elle utilise des matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) à base d'oxydes, de carbures, de nitrures, etc.

Un matériau céramique est solide à température ambiante et n'est ni métallique, ni organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de carbone : les composés organiques.). Les objets en céramique sont réalisés par solidification (La solidification est l'opération au cours de laquelle un liquide passe à l'état solide. Cela peut se faire par refroidissement (cas le plus courant), par augmentation de la pression, ou...) à haute température d'une pâte humide plastique, ou agglutination par chauffage (Le chauffage est l'action de transmettre de l'énergie thermique à un objet, un matériau.) (frittage) d'une poudre (La poudre est un état fractionné de la matière. Il s'agit d'un solide présent sous forme de petits morceaux, en général de taille inférieure au dixième de millimètre...) sèche préalablement comprimée, sans passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) par une phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) liquide ; par extension, on désigne sous le terme " céramique " les objets eux-mêmes ainsi fabriqués.

Préhistoire

L'art céramique apparaît en Extrême-Orient vers le Xe millénaire av. J.-C., au Proche-Orient (Le Proche-Orient est une région d'Asie et d'Afrique comprenant les pays du sud-est du bassin Levantin (mer Méditerranée). On l'englobe souvent dans le Moyen-Orient. Un synonyme plus ancien est le Levant...) au VIIe millénaire av. J.-C., et en Occident (L'Occident, ou monde occidental, est une zone géographique qui désignait initialement l'Europe. L'extension de l'espace considéré a varié au cours de l'Histoire. À une période...) au VIe millénaire av. J.-C.

Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme...) et Proche-Orient

D'abord basée sur du modelage, la technique de travail évolue pendant l'Antiquité avec l'invention du tour, sans doute originaire du Proche-Orient. Elle permet la production rapide de nombreux récipients. En Europe, la pose de vernis noir à base d'oxydes métalliques permet aux grecs antiques d'améliorer les techniques de décor. La technique est reprise dans le monde (Le mot monde peut désigner :) romain puis gallo-romain, notamment avec la technique de la terra sigillata dont un des centres principaux de production est le site de La Graufesenque.

Voir aussi : Céramique grecque antique
Voir aussi : Céramique sigillée romaine

Mais c'est la découverte du décor vitrifié (à base d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.), de silice et de colorants), déjà employée dans l’Empire byzantin et en terre d’Islam, qui permet au Xe siècle le développement de la poterie vernissée. La technique de la terre vernissée arrive à son apogée (Un apogée (du grec apogeios : loin de la terre ; apo : loin + gê : Terre), dans les domaines de l'astronomie et de l'astronautique, est le point extrême de l'orbite elliptique...) en France entre le XIVe et le XVIe siècle, notamment avec les travaux sur l'émail de Bernard Palissy. L'Espagne subit aussi l'influence artistique des Arabes et un art hispano-mauresque se développe vers la même période.

Les techniques empruntées aux potiers Ottomans et Arabes permettent aussi aux italiens de découvrir le sgraffiato et les majoliques. Le décor à istoriato apparaît à Florence (Florence (en italien Firenze) est une ville d'Italie, capitale de la région de Toscane et chef-lieu de province (370 051 habitants, les Florentins). Située au pied de l'Apennin septentrional, elle...) et à Faenza au XVe siècle et la faïence est fréquemment utilisée. La technique de la porcelaine est redécouverte et affinée, mais s'interrompt au début du XVIIe siècle.

Voir aussi : Art de la céramique en terre d'Islam.

À partir du XVIe siècle, l'art des potiers italiens se répand. Au XVIIe siècle, l'Europe subit deux influences: l’une italienne (Italienne est le nom communément utilisé pour le cordage servant a manœuvrer un enrouleur. Il s'enroule sur un tambour quand on déroule la voile, et on...) à Nevers, l’autre chinoise à Delft. La faïence française du XVIIIe siècle, avec des décors cuits à température de petit feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.), se développe avec des centres de production comme Marseille, Strasbourg, Niderviller.

Le secret de fabrication de la porcelaine est réétudié. En 1709, un alchimiste allemand de Dresde, Böttger, découvre la recette de la porcelaine dure, alors que les principaux centres de production européens (Rouen, Saint-Cloud, Chantilly, Mennecy, Vincennes et Sèvres) utilisaient une porcelaine tendre. Dès lors la fabrication devient intense, variée et abondante. La manufacture de Sèvres devient manufacture nationale en France. Au XIXe siècle, ses collections sont alimentées par son directeur, Alexandre Brongniart.

L'industrialisation croissante à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle modifie le rapport à la céramique. La généralisation (La généralisation est un procédé qui consiste à abstraire un ensemble de concepts ou d'objets en négligeant les détails de...) de procédés de fabrication pour la production de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de gravitation (la masse grave). Ces...), et les nouveaux moyens de transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route,...) (notamment le chemin de fer), signent l'arrêt de la pièce unique artisanale aux profit des arts appliqués (Par arts appliqués, on désigne le vaste secteur d'activités des designers, c'est-à-dire, ceux qui réfléchissent et travaillent la forme et la fonction de tout ce qui entoure l'individu: objets, habitat, vêtements...). Les ateliers se transforment en fabriques et la petite industrie se développe dans des centres comme Limoges ou Vallauris.

Au début du XXe siècle, l'art nouveau fait rentrer l'art — et en particulier la céramique — dans la majorité des foyers. Il est prolongé après la Première Guerre mondiale par l'art déco et les recherches sur le design (Le design (la stylique en français) est un domaine visant à la création d'objets, d'environnements ou d'œuvres graphiques, à la fois fonctionnels, esthétiques et conformes aux impératifs d'une production...). Mais la crise économique de 1929 et l'arrivée de matériaux comme la fonte, l'aluminium (L'aluminium est un élément chimique, de symbole Al et de numéro atomique 13. C’est un élément important sur la Terre avec 1,5 % de la masse totale.) ou l'inox vont amener à un désintérêt de la céramique utilitaire. L'apparition après la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une mesure d'angle...) Guerre mondiale des matières plastiques va aggraver la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le...) des artisans et des petites fabriques.

En parallèle, l'évolution de la chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des...) et de l'étude des matériaux va aussi permettre la création de nouveaux matériaux céramiques pour des applications industrielles: aussi appelée néocéramique, c'est la céramique industrielle.

Face à cette désaffection de l'artisanat (L'artisanat est une technique de production artisanale, c'est-à-dire une production manuelle ou de petite envergure. Par extension, elle inclut les personnes qui produisent selon ces critères.) utilitaire, un nouveau courant artistique apparaît dans l'immédiat après-guerre: la céramique contemporaine naît des échanges entre artistes, souvent des peintres venus à la céramique. Les techniques de céramique orientales, notamment celles de Chine et du Japon — par l'intermédiaire de l'anglais Bernard Leach — sont popularisées. En France, des villages de potiers revivent. C'est le cas de La Borne sous l'impulsion de Jean et Jacqueline Lerat et leurs travaux sur le grès. Vallauris vit une véritable renaissance avec l'arrivée de nombreux artistes, suivis rapidement par une star: Picasso. En Italie c'est à Albisola que de nombreux artistes ont travaillés: Jorn, Wifredo Lam, Fontana, Capogrossi, Arroyo, Recalcati, Rougemont, Mondino, Patrick Moya, Laveri... Depuis les futuristes jusqu'aux artistes les plus contemporains du Movimento Artistico Mediterraneo, les ateliers de cette petite ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune, par...) balnéaire sont restés ouverts à toutes les tendances contemporaines.

Au Québec: 350 ans de production céramique

Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) a commencé en 1613, lorsque Champlain signale la présence de terre grasse à potier. On érige en 1641 une briqueterie, sur la Côte de Beaupré près de Québec, qui produit briques et tuiles avec l'argile (L'argile (nom féminin) est une roche sédimentaire, composée pour une large part de minéraux spécifiques, silicates en général d'aluminium plus ou moins hydratés, qui présentent une structure...) locale. Nicolas Pré dit Dupré (1655-1662) est le premier potier mentionné dans les archives de la Nouvelle-France. Il tournait ses pots (POTS est un sigle anglais qui signifie Plain Old Telephone System que l'on peut traduire en français par le bon vieux téléphone. Dans certains pays on parle de réseau...) de terre sur la Côte de Lauzon (Lévis). Vingt potiers tout au plus ont été recensés durant la période française. Ce petit nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) s'explique en partie du fait que la mère-patrie fournissait tous les produits nécessaires à la colonie.

L'après-conquête fut l'âge d'or des artisans-potiers. Le bourg (Un bourg est un grand village où se tient ordinairement un marché. On parle généralement de bourg pour désigner une cité de taille...) St-Denis a été particulièrement privilégié. Le premier qui s'y installa en 1776 fut Simon Thibodeau, un acadien déporté revenu des États-Unis. Quatre-vingt trois potiers y exercèrent leur métier. Ils utilisaient l'argile locale pour tourner leurs vaisseaux de terre.

La région de Québec, plus précisément Les Saules le long des rivières St-Charles et Lorette, est un endroit favorable pour la production de la poterie depuis les débuts de la colonie. Au XIXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où peut être...), de petites manufactures comme les poteries Bell (Bell Aircraft Corporation est un constructeur aéronautique américain fondé le 10 juillet 1935. Après avoir construit des avions de combat durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi le premier...), Dion, Goodwin (Hobson) et Smolenski-Mederschein s'y installent. La Poterie Bell (1850-1915), créée par des immigrants écossais, voit sa réputation grandir par la production de pipes de plâtre (Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. Il est utilisé sous forme de pâte constituée d'un mélange de poudre et d'eau, ou préparé sous forme de plaques. La matière...) réputées. Vers 1851, Jean-Baptiste Dion fonde la manufacture de poterie qui portera son nom. Elle devint grâce aux efforts d'Antoine Dion la plus importante manufacture artisanale du XIXe siècle. Cette réussite réside aussi dans le fait qu'elle est une entreprise familiale et que les potiers qui y oeuvrent sont à l'affût de dernières nouveautés. Ils sont les premiers à utiliser la glaçure à base de cuivre (Le cuivre est un élément chimique de symbole Cu et de numéro atomique 29. Le cuivre pur est plutôt mou, malléable, et présente sur ses surfaces fraîches une teinte rosée...) mélangé au plomb (Le plomb est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Pb et de numéro atomique 82. Le mot et le symbole viennent du latin plumbum.) dans leur production. En 1918, l'entreprise ferme, et avec elle s'éteint une tradition artisanale perpétuée depuis le XVIIe siècle. La Poterie de Cap-Rouge (1860-1892) est la seule manufacture à produire des pièces de style yellow-ware dans la région de Québec. Après avoir connu de nombreuses difficultés financières, cette dernière n'atteint cependant jamais le succès commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) espéré des différents propriétaires. À l'exception de la région de Yamachiche, les autres régions du Québec ont à cette époque une production plutôt restreinte.

À St-Jean-Iberville, en 1840, les Farrar du Vermont introduisent pour la première fois la production de la terre cuite vitrifiée. Soixante-cinq manufactures se succèdent pour créer le plus grand centre de production industrielle de céramique au pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²),...). La St. Johns Stone Chinaware Company (1873-1897) fut de loin la plus importante. Elle produisit un ensemble de vaisselle de porcelaine bleue, l'un des plus beaux du XIXe siècle. Avec le dernier des Farrar, décédé en 1927, s'éteint aussi la tradition de la production de grès dans la région du Haut-Richelieu.

Il faut attendre la fin des années 1920, avec l'arrivée d'Henri Miège à Shawinigan, pour que renaisse la poterie artisanale au Québec. Michel Jolivet introduit la poterie à l'École Technique de Shawinigan, et il continue seul après son décès en 1932. Vers 1935, toujours à Shawinigan, Les Ateliers Larochelle (1931-1939) débutent eux aussi une production céramique artisanale. Béatrice Rickards (1931-1933), artiste (Est communément appelée artiste toute personne exerçant l'un des métiers ou activités suivantes :) et potière amateur de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture,...), crée des modèles pour Canadian Potteries Limited. En 1936, Pierre-Aimée Normandeau, diplômé de l'École nationale supérieure de céramique de Sèvres, reçoit ses premiers élèves à la section de céramique de l'École des beaux-arts de Montréal. Deux des premiers diplômés ouvriront des ateliers de travail: Jean-Jacques Spénard à Trois-Rivières en 1938, et William Hutchison à Montréal en 1939. Louis Parent fonde La Maîtrise (La maîtrise est un grade ou un diplôme universitaire correspondant au grade ou titre de « maître ». Il existe dans plusieurs pays et correspond à différents...) d'Arts en 1939. Bernard Lauzé et Anita Elkin signent Bernita en 1946. De petites industries sont aussi créées sous l'auspice des ministères de l'Agriculture et celui de l'Industrie et du Commerce; telles La Poterie du Saguenay (1939-1949), Central Pottery Ltd. (1940-1941) et Céramique de Beauce (1940-1989). Des immigrants fondent la Poterie d'art Laurentienne inc. à Joliette (1949 à présent), Elsterman Quebec Art Pottery (1946-1950) et St. Lawrence Ceramics Ltd. (1949-1973) à Québec.

D'autres céramistes sont formés à l'École du meuble (1946-1958) tels Louis Archambault, Bertrand Vanasse, Raymond Lewis, Jean-Claude Coiteux, Aurèle Bouchard, Gaétan Beaudin, Jean Cartier, Maurice Savoie, Claude Vermette et Denise Beauchemin. Gaétan Beaudin a été un précurseur en introduisant le "free form" à la Poterie Décor de Rimouski (1946-1953). L'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) des arts appliqués de Montréal (1958-1969) génère également de grands céramistes. Certains furent des pionniers en marquant d'une façon indélébile l'histoire de la production céramique moderne québécoise.

Les Etats-Unis

Aux États-Unis, la technique des cuissons rapides, notamment celle du raku japonais, est réappropriée par des artistes comme Paul Soldner. Sa simplicité apparente conjuguée à la vague (Une vague est un mouvement oscillatoire de la surface d'un océan, d'une mer ou d'un lac. Les vagues sont générées par le vent et ont une amplitude...) des rencontres professionnelles de potiers, ou workshops, permet une large démocratisation de l'art céramique à partir des années soixante-dix en Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de l'Europe et de l'Afrique par l'océan...), puis de 1981 en Europe.

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.