Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Décomposition de Dunford

La décomposition de Dunford s'inscrit dans la problématique de la réduction d'endomorphisme. Cette approche consiste à décomposer l'espace vectoriel en une somme directe de sous-espaces stables où l'expression de l'endomorphisme est plus simple.

Ce n'est pas une réduction dans le sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une...) où elle n'est pas maximale. C'est-à-dire qu'il est parfois possible de pousser la décomposition en sous-espaces vectoriels plus petits.

Elle suppose comme hypothèses que l'espace vectoriel (En algèbre linéaire, un espace vectoriel est une structure algébrique permettant en pratique d'effectuer des combinaisons linéaires. Pour une introduction au concept de...) est de dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son...) finie et que le polynôme minimal est scindé, c'est-à-dire qu'il s'exprime comme puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) de polynômes du premier degré. C'est toujours le cas si le corps est algébriquement clos, comme par exemple les nombres complexes. Dans le cas ou la propriété n'est pas vérifiée, alors il est possible d'étendre le corps à sa clôture algébrique, et l'espace vectoriel vectoriel à ce nouveau corps et dans ce contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le...) d'appliquer la décomposition de Dunford. Le corps des nombres réels se voit par exemple très généralement étendre pour permettre une application de cette décomposition.

La décomposition de Dunford prouve que tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) endomorphisme est la somme d'un endomorphisme diagonalisable et d'un endomorphisme nilpotent (Un endomorphisme nilpotent est un endomorphisme c’est-à-dire une application linéaire d'un espace vectoriel dans lui même, qui,...), les deux endomorphismes commutant.

Cette décomposition est largement appliquée. Elle permet un calcul matriciel souvent rapide. C'est néanmoins souvent sous la forme de la réduction de Jordan qu'elle est utilisée.

Théorème

Le théorème de diagonalisabilité permet de déterminer la structure de u quand il admet un polynôme annulateur scindé à racines simples. La décomposition de Dunford s'applique à un cas plus général.

  • Soit u un endomorphisme de E. Si u admet un polynôme minimal scindé, alors il peut s'écrire sous la forme u = d+n avec d diagonalisable et n nilpotent (En mathématiques, un élément x d'un anneau R est appelé nilpotent s'il existe un certain nombre entier positif n tel que .) tels que d.n=n.d. De plus d et n sont des polynômes en u.

Démonstration de l'existence de d et n

L'idée initiale de cette approche est donnée par la proposition suivante, démontrée dans l'article sur les polynômes d'endomorphismes dans le paragraphe sur les polynômes minimaux:

  • Soit (\chi_i)\; une décomposition en facteurs tous de degré supérieur à 0 et premier entre eux du polynôme minimal\chi\; d'un endomorphisme u. Alors la suite des noyaux (Ker \chi_i[u])\; est une décomposition en somme directe de l'espace E de sous-espaces stables par l'endomorphisme.

Or, si le polynôme minimal est scindé, il peut s'écrire sous la forme:

\chi [X]=\prod_i (X-\lambda_i)^{n_i}\;

Si l'on note E_i\; le noyau de l'endomorphisme (u-\lambda_i )^{n_i}\;, alors le paragraphe précédent nous indique que la suite (E_i)\; forme une somme directe de l'espace E de sous-espaces non réduits à 0 et stables par l'endomorphisme. On appelle ces sous-espaces les sous-espaces caractéristiques. Nous avons alors les trois propriétés suivantes:

  • L'espace E est somme directe de ses sous-espaces caractéristiques.
  • Les sous-espaces caractéristiques sont non réduits au vecteur (En mathématiques, un vecteur est un élément d'un espace vectoriel, ce qui permet d'effectuer des opérations d'addition et de multiplication par un scalaire. Un...) nul et stable par l'endomorphisme. La restriction de l'endomorphisme à E_i\; est la somme d'une homothétie de rapport \lambda_i \; et d'un endomorphisme nilpotent d'ordre n_i\;.
  • La suite des (\lambda_i) \; est la suite des valeurs propres. Les sous-espaces propres associés sont inclus dans les sous-espaces caractéristiques.

Ces considérations permettent de démontrer la décomposition de Dunford. Elle permettent de plus de démontrer les propriétés suivantes:

  • Le polynôme minimal est le produit des polynômes de degré 1 et de racine les valeurs propres à la puissance l'indice de l'endomorphisme nilpotent associé.
  • Le polynôme caractéristique est le produit des polynômes de degré 1 et de racine les valeurs propres à la puissance la dimension de l'espace caractéristique associé.
  • Le déterminant est égal au produit des valeurs propres élevées à la puissance de la dimension de l'espace caractéristique associé.
  • La trace (TRACE est un télescope spatial de la NASA conçu pour étudier la connexion entre le champ magnétique à petite échelle du Soleil et la géométrie du plasma...) est égale à la somme des valeurs propres multipliées par la dimension de l'espace caractéristique associé.

Approche par les projecteurs

Un résultat notoire de l'approche par les polynômes d'endormorphismes réside dans le fait que la connaissance du polynôme minimal permet de définir une algorithmique (L'algorithmique est l’ensemble des règles et des techniques qui sont impliquées dans la définition et la conception d'algorithmes, c'est à dire de processus systématiques de...) fournissant à la fois les projecteurs sur les espaces caractéristiques mais aussi la composante diagonale (On appelle diagonale d'un polygone tout segment reliant deux sommets non consécutifs (non reliés par un côté). Un polygone à n...) et nilpotente de l'endomorphisme.

  • La projection (La projection cartographique est un ensemble de techniques permettant de représenter la surface de la Terre dans son ensemble ou en partie sur la surface plane d'une carte.) sur Ei parallèlement à la somme directe des autres espaces caractéristiques s'exprime comme un polynôme de l'endomorphisme u.
  • La composante diagonale d de l'endomorphisme u s'exprime comme un polynôme de l'endomorphisme u.
  • La composante nilpotente n de l'endomorphisme u s'exprime comme un polynôme de l'endomorphisme u.

Cas d'applications

En dimension finie le théorème de Cayley-Hamilton montre que Pu[u] = 0Pu est le polynôme caractéristique de u :

si Pu est scindé alors u est décomposable.

C'est en particulier le cas pour tout endomorphisme d'un espace de dimension finie sur \mathbb C.

Réduction de Jordan

La décomposition de Dunford permet d'obtenir la réduction de Jordan en dimension finie.

d et n commutent donc les sous-espaces propres de d sont stables par n.

La restriction de n au sous-espace propre admet une matrice formée de blocs de Jordan nilpotents ce qui donne, en ajoutant λIp, des blocs de Jordan pour d+n dans une base adaptée. Ainsi on obtient une matrice diagonale (En algèbre linéaire, une matrice diagonale est une matrice carrée dont les coefficients en dehors de la diagonale principale sont nuls. Les coefficients de la diagonale peuvent être ou ne pas être...) par blocs formée de blocs de Jordan en utilisant l'union de ces bases.

Articles de mathématiques en rapport avec l'algèbre linéaire
Espace vectoriel | Base | Dimension | Matrice | Application linéaire | Déterminant | Trace | Rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du sous-espace vectoriel...) | Théorème des facteurs invariants | Réduction d'endomorphisme | Réduction de Jordan | Décomposition de Dunford | Valeur propre | Polynôme caractéristique | Forme linéaire | Espace dual (L'espace dual d'un espace vectoriel E est l'ensemble des formes linéaires sur E. La structure d'un espace et celle de son dual sont très liées. La fin de cet article présente...) | Orthogonalité | Produit scalaire (En géométrie vectorielle, le produit scalaire est une opération algébrique s'ajoutant aux lois définissant la structure d'espace vectoriel....) | Produit vectoriel (Le produit vectoriel est une opération vectorielle effectuée dans les espaces euclidiens orientés de dimension trois[1]. Le formalisme utilisé...) | Polynôme d'endomorphisme | Polynôme minimal | Tenseur | Pseudovecteur | Covecteur | Algèbre multilinéaire
Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Dimanche 21 Janvier 2018 à 12:00:17 - Astronomie - 0 commentaire
» Les tourbillons des premières galaxies
Dimanche 21 Janvier 2018 à 00:00:09 - Vie et Terre - 1 commentaire
» Une petite molécule pour une grande cohésion