Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Euthanasie
Suicide
Formes de suicide
Euthanasie
Attentat-suicide
Suicide rituel
Suicide collectif
Suicide forcé
Suicide (Le suicide (du latin suicidium, du verbe sui caedere « se massacrer soi-même ») est l’acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. Dans le domaine médical, on parle aussi...) par police interposée
Suicide par Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en...)
Suicide religieux
Immolation personnelle (en)
Histoire et Méthodologie
Personnalités suicidées
Point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) sur le suicide
Médical
Philosophique
Religieux

L'euthanasie (À l'origine, l'euthanasie (gr: ευθανασία - ευ, bonne, θανατ mort) désigne l'acte mettant fin à la vie...) (gr: ευθανασ?α - ευ, bonne, θανατος, mort) est l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être...) des méthodes qui donnent la mort pour abréger une agonie, c'est-à-dire abréger une mort douloureuse.

Son sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du vieillissement, suivi de son...) moderne fait de l'euthanasie une pratique visant à provoquer la mort d'un individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).) atteint d'une maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) incurable qui lui inflige des souffrances morales et/ou physiques intolérables. On doit distinguer l'euthanasie elle-même et le fait d'aider quelqu'un à mourir (la personne qui donne la mort n'est pas nécessairement la même). Dans ce cas, on parlera d'aide (AIDES est une association française de lutte contre le VIH/Sida et les Hépatites virales, créée en 1984 et reconnue d'utilité publique depuis 1990. L'association mène des actions...) au suicide.

Le terme d'euthanasie a parfois été appliqué à des pratiques d'élimination de personnes jugées inaptes à la vie (La vie est le nom donné :) en société (malades mentaux, handicapés), notamment dans le programme eugéniste nazi Aktion T4. Ces pratiques se distinguent de la peine de mort, car celle-ci implique des notions de châtiment et de justice.

On parle également d'euthanasie animale, effectuée dans l'intérêt de l'animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On réserve...) ou de la population animale, par opposition à l'abattage, effectuée dans notre intérêt. " Les volailles ont été euthanasiées pour éviter l'épidémie de la grippe (La grippe (ou influenza) est une maladie infectieuse fréquente et contagieuse causée par trois virus à ARN de la famille des Orthomyxoviridae (Myxovirus...) aviaire ".

Système déclenché par le patient
Système déclenché (Un déclenché (ou tonneau déclenché) est une figure de voltige aérienne.) par le patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.)

Étymologie

L’euthanasie est un mot dérivé du grec composé du préfixe eu qui signifie " bien " et du terme thanatos qui signifie " mort " et signifie bonne mort, c'est-à-dire mort dans de bonnes conditions.

Distinction

  • euthanasie active dans le but d'abréger la vie du patient.
  • euthanasie passive: un traitement est arrêté, ce qui a pour effet d'abréger la vie du patient, ce qui la distingue de l'euthanasie active car la mort est naturelle, contrairement à l'euthanasie active, où la mort est due à l'injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) létale éffectuée.
  • euthanasie indirecte: administration d'un produit mortifère dont la conséquence non recherchée est la mort du patient.
  • aide au suicide (ce qui est différent de l'incitation au suicide).

L'euthanasie peut être volontaire, non volontaire, ou involontaire :

  • volontaire, lorsqu'un individu a la capacité mentale et physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens...) de demander de l'aide pour mourir et qu'il le demande ;
  • non volontaire, lorsqu'on ne connaît pas la volonté de l'individu ;
  • involontaire : effectuée contre le gré d'un individu qui est conscient et qui s'oppose formellement à cette décision.

Histoire

L'euthanasie n'est pas un problème nouveau et il n'est pas aussi lié qu'on le croit aux développements de la médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant...) moderne. Il suffit en effet d'être gravement malade pour que se pose cette question. L'euthanasie est donc un problème persistant dans lequel s'affrontent des idéologies de différents horizons (Conceptuellement, l’horizon est la limite de ce que l'on peut observer, du fait de sa propre position ou situation. Ce concept simple se décline en physique,...).

L'euthanasie ne posait pas de problèmes moraux en Grèce antique : la conception de la vie y était différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application définie...) de la nôtre. Une mauvaise vie n'était pas digne d'être vécue, c'est pourquoi eugénisme (par exposition) et euthanasie ne pouvaient en général pas choquer.

Hippocrate représente cependant une exception notable : il interdisait, dans son serment, aux médecins toutes les formes d'aides au suicide.

Le mot a été créé en 1623 par un médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies, pathologies, et...) anglais, le Dr Bacon, pour apporter aux mourants une fin de vie digne, c'est-à-dire dans l'hygiène (L'hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections et l'apparition de maladies infectieuses. Elle se base...), la prise en compte de ses souffrances et une assistance spirituelle. Désormais, cet ensemble de pratiques est admis et reconnu, mais sous le nom de médecine palliative. C'est au cours du XIXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une...) que le sens du mot évoluera.

Le terme a souvent été détourné de son sens le plus courant. Les nazis, par exemple, parlaient d'euthanasie pour l'extermination des handicapés.

L’euthanasie est revenue au centre du débat (Un débat est une discussion (constructive) sur un sujet, précis ou de fond, annoncé à l'avance, à laquelle prennent part des individus ayant des avis, idées,...) social depuis le XIXe siècle. En fait à partir du moment où les progrès de la médecine et du prolongement de la vie ont évolués. Cela a poussé l’État, la profession médicale, les philosophes et les théologiens à débattre du sujet de la qualité de la vie, et des droits pour un être humain de déterminer le moment où cette qualité s’est dégradée tant qu'il devient acceptable et licite de mettre un terme à son agonie et sa souffrance.

Législation

L'euthanasie est autorisée, sous conditions, dans certains pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui...) européens, comme la Belgique et les Pays-Bas, pour certains malades atteints de maladies incurables, mais elle est de plus en plus tolérée dans les mêmes circonstances dans de nombreux autres pays. L'euthanasie est également autorisée dans les mêmes conditions que pour les pays mentionnés ci-dessus en Suisse par le biais de l'association Exit Suisse. (Autres Associations : Exit International , Dignitas , La Chrysalide ...)

Arguments contre

  • Interdit par de nombreuses religions :
    • l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par...) ne dispose pas de sa vie : elle est un don (christianisme et islam par exemple) ;
  • risque de dérapage :
    • pressions financières sur le malade à cause du coût élevé des soins pour les proches ;
    • pressions financières pour les plus pauvres, qui risquent de " préférer " mourir rapidement ;
    • pressions morales de la part des proches ;
    • difficulté de changer d'avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière lequel se cachait en fait un monoplace de chasse destiné au Legüyi Hivatal, le...) à partir d'un certain point (inconscience) ;
    • interférence (En mécanique ondulatoire, on parle d'interférences lorsque deux ondes de même type se rencontrent. Ce phénomène apparaît souvent en optique avec les ondes lumineuses, mais il s'obtient également avec d'autres types d'ondes,...) fréquente entre les notions de souffrance du patient et de souffrance de l'entourage ;
    • idéal (En mathématiques, un idéal est une structure algébrique définie dans un anneau. Les idéaux généralisent de façon féconde l'étude de la divisibilité pour les entiers. Il est ainsi...) pour dissimuler un meurtre ;
  • risque de dérive :
    • eugénisme, sélection des individus par rapport à une conception de la vie bonne ;
    • par suite, peut devenir un instrument de domination sociale ;
    • sans compter les héritiers qui peuvent en profiter pour accélérer un héritage ;
  • inutilité : Une partie des médecins estime que les progrès en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La matière occupe de l'espace et...) d'anti-douleurs et de tranquillisants (soins palliatifs) rendent l'euthanasie inutile.
  • incapacité de décider, la décision peut être prise par quelqu'un d'autre.

Arguments pour

  • dignité humaine :
    • les mourants dans les sociétés modernes sont abandonnés à l'hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de pathologies et des traumatismes trop complexes pour pouvoir être traités...) et leurs souffrances sont peu prises en compte par les médecins ;
    • évite la clandestinité du geste ; de fait, le geste étant encadré, évite aussi les dérives ;
    • la maladie est socialement perçue comme une dégradation ;
    • la maladie peut entraîner des altérations des facultés psychiques (raison et volonté en particulier) sur lesquelles reposent les valeurs morales de l'Occident ;
  • fin de la souffrance ;
  • l'Homme est seul titulaire des droits associé à son corps, seul maître de sa vie ; c'est la simple application de la liberté individuelle. Il doit être le seul à décider de ce qu'il veut faire de son corps mais aussi de son esprit, c’est-à-dire de ce qui fait qu'il existe en tant qu'Homme.

Juridiquement, le corps humain (Le corps humain est la structure physique d'une personne.), considéré comme une "chose sacrée", est un élément extrapatrimonial. il ne peut donc être question de propriété de celui-ci. Ceci résulte des principes d'indisponibilité du corps humain et de l'état des personnes contenus dans le Code Civil (art. 16 et s.).

  • liberté de choix du malade, qui sait mieux que quiconque ce qu'il désire.

Cela permettrai aussi d'éviter l'acharnement thérapeutique (L'acharnement thérapeutique désigne le maintien artificiel en vie d'un patient mourant pour lequel on n'a plus aucun espoir d'amélioration ou de stabilisation...) régi et interdit par la loi Kouchner du 4 mars 2002

  • dépendance très importante ou totale de l'aide d'autrui.
  • sentiment d'inutilité sociale.
  • la maladie est une épreuve difficile à surmonter donc ne pas trouver une solution à la pathologie est encore plus dure.

Affaires

La justice étant soumise au secret de l'instruction (Une instruction est une forme d'information communiquée qui est à la fois une commande et une explication pour décrire l'action, le comportement, la méthode ou la tâche qui...) et la définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) de l'euthanasie étant difficile, il s'agira (Agira est une commune italienne de la province d'Enna dans la région Sicile en Italie.) ici, de personnes se réclamant auteurs de cette pratique et inquiétées par la justice pour cette raison.

Rappel: l'euthanasie n'est pas condamnée dans tous les pays!
  • Le 15 mars 2007 en France, le jury des assises de la Dordogne a condamné la docteur Laurence Tramois à un an de prison avec sursis, et a acquitté l'infirmière Chantal Chanel. En 2003, le médecin avait prescrit et l'infirmière avait administré une injection mortelle de potassium à Mme Druais, 65 ans, une patiente atteinte d'un cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la...) du pancréas (Le pancréas est un organe abdominal, une glande annexée au tube digestif. Il est rétropéritonéal, situé derrière l'estomac, devant et...) en phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) terminale, elles étaient depuis accusées d'empoisonnement. Les juges et les jurés n'ont donc pas suivi totalement l'avocat général Yves Squercioni qui demandait des peines de principes plus lourdes : un an de prison avec sursis contre l'infirmière et deux ans de prison avec sursis contre le médecin. La défense avait plaidé l'acquittement en demandant aux jurés de mettre fin à "l'hypocrisie" entourant selon elle ce débat de société. Le ministère public souhaitait quant à lui des peines symboliques pour que soit rappelé le principe de droit qui interdit à un médecin de donner la mort.
  • En 2005, le cas de Christine Malèvre, infirmière française condamnée;
  • En 2003, le cas Vincent Humbert, décédé en France; (qui a d'ailleurs accéléré le processus de législation en France.)
  • L'affaire Terri Schiavo aux États-Unis.
  • L'affaire Karen Ann Quinlan aux États-Unis
  • Au niveau européen, la Cour Européenne des Droits de l'Homme se montre très réticente à l'égard de l'euthanasie. On peut notamment le constater dans l'affaire Diane Pretty c. Royaume-Uni du 29 avril 2002, dans laquelle la Cour a refusé de reconnaître un quelconque "droit à la mort" par le biais de l'art.2 CEDH, consacrant le droit à la vie. En effet, pour la Cour, celui-ci ne saurait être interprété sans distorsion de langage de manière négative, c'est-à-dire comme conférant un droit diamétralement opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à ajouté à n donne zéro. En botanique, les organes d'une plante sont dits opposés lorsqu'ils sont...), à savoir un droit à mourir. Il ne saurait davantage conférer un droit à l'autodétermination en ce sens qu'il donnerait à tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) individu le droit de choisir la mort plutôt que la vie. En conséquence, il n'est pas possible de déduire de l'art.2 CEDH un droit à mourir, que ce soit de la main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce dernier par le poignet....) d'un tiers ou avec l'assistance d'une autorité publique.

Euthanasie et religion

Islam

Dans la religion islamique, l’homme représente l’œuvre divine la plus importante et la plus complexe. Il est la créature qui porte l’empreinte divine et qui représente son pouvoir sur la terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la...).

L’euthanasie active est interdite juridiquement (shar’an), car elle correspond à un meurtre commis par le médecin, même lorsqu’il agit à la demande du patient, en ayant l’intention d’abréger sa souffrance. Le médecin ne peut pas être plus miséricordieux envers le patient que Dieu qui lui a donné la vie et qui la lui reprend dans les conditions qu’il veut. La seule chose permise est de laisser le patient mourir naturellement.

L’euthanasie passive ne peut pas être interdite, dans ces cas précis, du fait que la majorité des juristes musulmans n’impose pas les soins médicaux même dans des cas où l’on espère la guérison (La guérison est un processus biologique par lequel les cellules du corps se régénèrent pour réduire l'espace d'une région endommagée par la nécrose. La guérison implique la suppression du tissu...). Ils ont considéré que se soigner fait partie du permis (mubâh), et nullement de l’obligatoire.

Religion catholique

Pour le catholicisme, dont la doctrine à ce sujet a été explicitée par la lettre encyclique Evangelium vitae (L'Évangile de la vie) du pape Jean-Paul II en 1995, l'euthanasie est en opposition directe avec le 6e commandement : " Tu ne tueras point " (Exode XX/13). En conséquence, toute forme d'euthanasie est prohibée.

" (...)l’euthanasie sont donc des crimes qu’aucune loi humaine ne peut prétendre légitimer. Des lois de cette nature, non seulement ne créent aucune obligation pour la conscience, mais elles entraînent une obligation grave et précise de s’y opposer par l’objection de conscience ". Evangelium vitae, n°73

En revanche, l'acharnement thérapeutique (La thérapeutique (du grec therapeuein, soigner) est la partie de la médecine qui étudie et applique le traitement des maladies.) est lui aussi refusé :" Il faut distinguer de l’euthanasie la décision de renoncer à ce qu’on appelle l’acharnement thérapeutique, c’est-à-dire à certaines interventions médicales qui ne conviennent plus à la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un...) réelle du malade, parce qu’elles sont désormais disproportionnées par rapport aux résultats que l’on pourrait espérer ou encore parce qu’elles sont trop lourdes pour lui et pour sa famille. Dans ces situations, lorsque la mort s’annonce imminente et inévitable, on peut en conscience renoncer à des traitements qui ne procureraient qu’un sursis précaire et pénible de la vie, sans interrompre pourtant les soins dus au malade en pareil cas " Evangelium vitae, n°65

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.