Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Maison à colombage

Une maison à colombage ou maison à pans de bois, est constituée de deux éléments principaux :

  • Une ossature de bois, la structure même de la maison, qui est constituée de poteaux et de sablières.
  • Le colombage, qui forme les murs et qui a un rôle de remplissage et de raidisseur. Le remplissage entre les bois est fait de briques (crues le plus souvent) ou de matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) légers comme le torchis (Le Torchis est une technique de construction du type ossature-remplissage. Traditionnellement, l'ossature porteuse principale est constituée de solives bois, complétée par un clayonnage à base de bois, petits morceaux de bois de...) ou le plâtre (Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. Il est utilisé sous forme de pâte constituée d'un mélange de poudre et d'eau, ou préparé sous forme de...).

Cette technique, qui existait déjà dans l'antiquité romaine, a été utilisée en France dès le début du Moyen Âge jusqu'au XIXe siècle. Cependant, dès le XVIIIe siècle et durant tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) le XIXe siècle, on plâtra les façades des maisons à pans de bois afin de leur donner un aspect plus luxueux et moderne. On peut encore voir de nombreuses maisons à colombage en Alsace, en Normandie, ou encore en Bretagne comme par exemple à Tréguier ou Morlaix mais aussi dans les Landes et à Troyes, une des villes européennes ayant la plus grande surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois...) de vestiges de la Renaissance.réf. necessaire Actuellement, des plans de restauration de ces maisons sont mis en œuvre afin de les conserver et leur redonner leur cachet (Le mot cachet peut désigner :) originel.

Les différentes techniques de construction à colombages

Matériaux utilisés

La maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée comme un immeuble...) repose généralement sur un solin de pierre qui a la fonction d'isoler le bois de l'humidité du sol. Parfois, tout le premier niveau est fait de pierre.

Le bois utilisé est essentiellement du chêne, très solide et résistant. Toutefois, il faut veiller à entretenir la toiture et les gouttières afin que l'humidité n'attaque le bois et qu'il ne soit pas envahi de champignons.

Le remplissage est généralement fait de torchis ( argile (L'argile (nom féminin) est une roche sédimentaire, composée pour une large part de minéraux spécifiques, silicates en général d'aluminium plus...), de la paille, du sable (Le sable, ou arène, est une roche sédimentaire meuble, constituée de petites particules provenant de la désagrégation d'autres roches dont...), et de la chaux), matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état...) isolante et imperméable. La brique a aussi été utilisée, recouverte d'une couche de plâtre pour lisser le tout. Pour les techniques de remplissage au torchis, il existe entre autres la technique de plaquage (comme en Bresse), mais aussi deux autres techniques originales : l'espace à remplir est d'abord "palissé" (mise en place verticale (La verticale est une droite parallèle à la direction de la pesanteur, donnée notamment par le fil à plomb.) de sections de bois imputrescible), puis le torchis est mélangé à de la paille afin d'obtenir une forme de boudin que l'on entoure autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au...) du palissage. On peut aussi faire une boule que l'on place entre le palissage.

La technique des bois longs

La technique des bois longs a été utilisée principalement au début du moyen âge. Pourtant relativement simple, elle a été assez rapidement abandonnée à cause de plusieurs facteurs. Les poteaux montent d'un seul jet, du bas de la maison vers le haut. Les pièces horizontales viennent alors s'assembler dans les pièces verticales. Les raisons de son abandon sont multiples. Tout d'abord, beaucoup de ces maisons étaient construites à même le sol, sans isolation du bois, qui pourrissait donc facilement. Les maisons en bois longs qui sont actuellement conservées ont été construite avec un soubassement de pierre, prévenant ainsi la construction de tout pourrissement. De plus, à partir du XIIIe siècle, le bois long se raréfie, tout particulièrement en ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent...). Il était en outre bien difficile d'amener de longs poteaux dans les ruelles étroites et sinueuses des villes médiévales. Cette technique a donc été abandonnée progressivement pour laisser place à la technique des bois courts.

La technique des bois courts

La technique des bois courts a donc pris le pas sur les bois longs. On n'utilise plus de longs poteaux mais des bois plus petits qui facilitent la construction, tout particulièrement en ville. Un poteau (Un poteau est un organe de structure d'un ouvrage sur lequel se concentrent de façon ponctuelle les charges de la superstructure (par exemple via un réseau de...) forme un niveau. Cette forme de construction va permettre le développement des maisons à encorbellement (L’encorbellement est une construction en saillie du plan vertical d’un mur, soutenue en porte-à-faux par un assemblage de corbeaux ou de consoles. Un étage, une galerie un balcon, etc. peuvent être en...).

L'encorbellement

Encorbellements primitifs à Rouen, rue du Petit Mouton (XIVe siècle)
Encorbellements primitifs à Rouen, rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les différents quartiers,...) du Petit Mouton (Le mouton (Ovis aries) est un mammifère domestique herbivore de la famille des bovidés, de la sous-famille des Caprinés et du genre Ovis....) (XIVe siècle)

Ce terme est dérivé de corbel, forme ancienne de corbeau. L'encorbellement a pu se développer grâce à la technique des bois courts. Ce système de construction permet de porter une charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice...) en surplomb. Les maisons vont donc avoir un ou plusieurs étages en saillie sur le rez de chaussée. On en trouve dès le XIVe siècle. Au cours du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), ce système va se perfectionner, ce qui va permettre la multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire avec l'addition, la soustraction et la division .) des encorbellements. Certaines maisons pouvaient avoir deux ou trois étages en encorbellement.

L'encorbellement primitif était fort simple : le poteau du rez-de-chaussée portait le sommier et s'évasait vers le haut en portant le pigeard; la première sablière du premier étage était directement posée dessus. Ce système va évoluer vers un assemblage plus compliqué : le sommier repose sur le pigeard. Il y a deux sablières, une inférieure, correspondant au mur (Un mur est une structure solide qui sépare ou délimite deux espaces.) du rez-de-chaussée et une supérieure, servant au mur du premier étage.

La construction en encorbellement avait plusieurs avantages : elle permettait de gagner un peu de place dans les étages, mais surtout elle évitait aux eaux de pluie (La pluie désigne généralement une précipitation d'eau à l'état liquide tombant de nuages vers le sol. Il s'agit d'un hydrométéore météorologique qui fait partie...) de s'écouler sur la façade; ainsi, chaque étage en encorbellement protégeait l'étage inférieur.

Cependant, au fur (Fur est une petite île danoise dans le Limfjord. Fur compte environ 900 hab. . L'île couvre une superficie de 22 km². Elle est située dans la Municipalité de Skive.) et à mesure ce système a été interdit. À Rouen, par exemple, il fut interdit en 1520, sous prétexte de "faire circuler l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec...) pour lutter contre la peste (La peste (du latin pestis, maladie contagieuse) est une maladie à multiples facettes qui est mortelle pour l'Homme. Elle est causée par le bacille Yersinia pestis, découvert par Alexandre...)". À Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les...), il fut interdit plus tardivement, en 1667. Il comportait en effet aussi de nombreux désagréments. Les rues médiévales, assez étroites, se trouvaient ainsi encore plus réduites, ce qui les assombrissait. D'autre part, ce système posait des problèmes de sécurité lors des incendies, assez courants dans les villes médiévales. Un autre facteur qui est à prendre en compte est celui de la nouvelle influence de l'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) italienne (Italienne est le nom communément utilisé pour le cordage servant a manœuvrer un enrouleur. Il s'enroule sur un tambour quand on déroule la voile, et on tire dessus pour enrouler la voile.).

L'essentage

La maison gothique

Le type de la maison gothique s'est développé après la guerre de cent ans et 1520. Le rez-de-chaussée comporte parfois une boutique. Elle était constituée d'un ouvroir qui donnait sur la rue, ouvert la journée, et que l'on fermait la nuit avec des volets de bois. Les étages étaient bien souvent en encorbellement. Cette période est d'ailleurs l'âge d'or de ce type de construction, qui connut parfois des abus. Le toit (Le toit est la structure couvrant la partie supérieure d'un édifice, permettant principalement de protéger son intérieur contre les intempéries et...) est à pignon sur rue, avec ferme débordante, portée par des pigearts. Il y a un système de surcroît afin de plus facilement utiliser le comble. Les fenêtres de la maison gothique prend de l'importance. En effet, elles sont souvent regroupées par plusieurs afin de donner davantage de clarté à l'intérieur; parfois même, elles se développe sur toute la largeur (La largeur d’un objet représente sa dimension perpendiculaire à sa longueur, soit la mesure la plus étroite de sa face. En géométrie plane, la largeur...) de la façade. Le décor de la maison se fait à cette époque plus présent : tout élement en bois peut être scultpé. C'est ainsi que les sablières, pigearts, meneaux, traverses, encadrements des fenêtres et des portes sont sculptés. Les maisons dites gothiques étaient peintes, parfois dans des tons assez vifs. Cette peinture a disparu au cours du temps ou a tout simplement été otée plus tard; de nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et sa durée dépendent...), lors de la restauration de ces maisons, elles sont repeintes.

La Renaissance

Durant la Renaissance, nous constatons peu de modifications dans la technique de construction. Le principal fait réside en la disparition progressive des encorbellements, due aux interdictions. On utilise davantage la pierre ; certaines maisons à pans de bois ont les deux premiers niveaux construits dans ce matériau (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.). La principale innovation est dans la décoration, qui a tendance à s'inspirer des décors italiens : on abandonne peu à peu le décor gothique pour des pilastres, chapiteaux, moulurations, volutes, corniches, ... Les parties les plus ornées sont les sablières, fenêtres et portes.

Les XVIIe siècle et XVIIIe siècle siècles

Les maisons se font à cette époque plus sobres. On continue de construire dans le style des bois courts ; mais les fenêtres s'allongent et les façades sont en général plus sobres et s'adaptent aux lignes droites de l'ordonnance générale.

Exemples

Limoges : place Saint-Martial
Limoges : place Saint-Martial

On trouve de jolies maisons à colombage dans le vieux Limoges, plus précisément dans le quartier des bouchers (rue de la Boucherie). Voir aussi celles de la Place Plumereau à Tours qui constituent un ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...) magnifique. Également dans de nombreuses rues d'Angers ou bien dans les petites rues pavées du vieux Lyon.

Dans la Bresse au XVe siècle ont été créées des maisons en pans de bois démontables et transportables sans fondation reposant sur un socle en bois appelé cheule. Les pans de bois reposant sur le cheule étaient chevillés. Après les pans de bois on posait directement la toiture et ce n'est que ensuite que les interstices muraux étaient remplis avec des briques ou du torchis (argile plaquée sur des branchages, pailles ou autres).

En Bresse, exemple de torchis pouvant être un agglomérat de terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus...) grasse pauvre en chaux, et de branches d'aulne rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) ou noir.

Le Porcien canton des Ardennes de France compte aussi nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de bâtiments à pans de bois et torchis: maisons et granges, mais aussi une église (L'église peut être :), à Montmeillant, et des Halles à Wasigny, Saint-Jean-aux-Bois ou Chesnois-Auboncourt.

En Alsace les méthodes utilisées sont proches de celles de la Bresse, à noter toutefois qu'elles sont conçues de poutres verticales (pour supporter le poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est...) de l'édifice), d'horizontales (pour placer les étages, fenêtres et permettre de retenir l'ensemble), mais aussi de poutres en obliques (pour permettre une répartition du poids, décharge). Certaines poutres, apportent des éléments décoratifs représentant des épis de blé (« Blé » est un terme générique qui désigne plusieurs céréales appartenant au genre Triticum. Ce sont des plantes annuelles de la famille...), des croix de saint Antoine,...

Colombages de la place du Römerberg à Francfort-sur-le-Main (Hesse, Allemagne)
Colombages de la place du Römerberg à Francfort-sur-le-Main (Hesse, Allemagne)

Bibliographie

  • Maurice Ruch : La maison alsacienne à colombage, éditions Berger-Levrault, Paris, 1977, Préface de P. Pflimlin
  • Maurice Ruch : La maison traditionnelle d'Alsace, éditions J.P. Gyss, Barembach, 1986
  • Daniel Leloup : Maisons en pan-de-bois de Bretagne, éditions Ouest-France, 2002
  • Ct Raymond Quenedey: l'Habitation rouennaise: étude d'histoire, de géographie et d'archéologie urbaines, Paris, 1926.

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.