Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Gearbest Page Spécial sur les nouveaux clients, Grande Réduction @GearBest! promotion
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Curtiss H.75
Curtiss H.75
Rôle Avion de chasse
Constructeur Curtiss-Wright Corporation
Équipage
1
Motorisation
Moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]) Pratt & Whitney (Pratt & Whitney est le nom d'un constructeur de moteurs d'avions américain dont la production est aussi bien utilisée pour les avions civils que pour les avions militaires. La...) R-1830-SC-G Twin Wasp de 950 ch
Dimensions (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son diamètre si c'est une pièce de révolution.)
[[Image:{{{plan3vues}}}|300px]]
Envergure (L'envergure est la distance entre les extrémités des ailes. Le terme est valable pour définir un oiseau, un chiroptère, un avion (ou planeur).) 11,38 m
Longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle de l’objet...) 8,79 m
Hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) 2,89 m
Surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois...) alaire 16 m²
Masses
À vide (Le vide est ordinairement défini comme l'absence de matière dans une zone spatiale.) 2 060 kg
Maximale 2 608 kg
Performances
Vitesse (On distingue :) maximale 520 km/h
Plafond (Par extension, un plafond représente le maximum de quelque chose :) 10 000 m
Vitesse ascensionnelle 900 m/min
Distance franchissable 965 km
Armement
Interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou...) 2 mitrailleuses FN Browning de 7,5 mm dans les ailes
et 2 autres dans le fuselage (Le fuselage désigne l'enveloppe d'un avion qui reçoit généralement la charge transportée, ainsi que l'équipage. Le fuselage d'un avion supporte la voilure et l'empennage (pour la...)
Avionique

Le Curtiss Hawk H.75 est la désignation française du P 36 états-unien utilisé par l'armée de l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est...) française en 1939-1940.

Conception

Le Curtiss H.75 est un chasseur monoplan (Un monoplan est un avion ayant une seule paire d'ailes comme plan de sustentation. Depuis la fin des années 1930, tous les avions classiques sont monoplans.) monomoteur (On appelle monomoteur tout appareil, aussi bien aérien que terrestre ou maritime, qui n'utilise qu'un seul et unique moteur pour se déplacer.) à ailes basses et cockpit (L'habitacle (mais aussi cabine de pilotage, poste de pilotage, cellule ou encore cockpit) d'un avion désigne l'espace réservé au pilote, son copilote et au mécanicien. Il contient toutes les...) fermé.

Engagements

Le Curtiss H.75 a été utilisé pendant la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une mesure...) Guerre mondiale par plusieurs pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent sous...), notamment par l'Armée de l'air française qui en aligna le plus grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».).

Le 8 septembre 1939, le Groupe de Chasse II/4, équipé de cet appareil, abattit deux Messerschmitt BF109, signant ainsi la première victoire aérienne alliée de la Seconde Guerre mondiale.

En 1940, les groupes de chasse III/2, I/4, II/4, I/5 et II/5, équipés de Hawk, revendiquèrent deux cent trente victoires et quatre-vingts " probables " pour la perte de vingt-neuf appareils. Même si ces prétentions semblent très optimistes, le bilan semble très favorable en faveur du Curtiss.

Moins bien armé que le Messerschmitt BF109, les Hawk étaient plus manœuvrant et plus résistants aux dégâts. De plus, ils bénéficiaient d'une vitesse de piqué appréciable de sept cents kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde.) à l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »),...) leur permettant de se tirer de mauvaises situations.

Edmond Marin la Meslée, alors lieutenant, totalisa vingt victoires – seize homologuées et quatre probables – aux commandes d'un Hawk, remportées pour la plupart en mai et juin 1940, devenant de ce fait l'as le plus titré de la campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu urbain. La campagne est...) de France. C'est lui que l'on aperçoit sur la photographie ci-contre. Cette photo a toutefois été prise après l'armistice, comme en témoigne la bande blanche de " neutralisation du camouflage " peinte le long du fuselage à la demande des Allemands.

Variantes

H75A-1

En février 1938, le gouvernement français entra en négociations avec le constructeur américain Curtiss pour la fourniture de trois cents Curtiss H.75 type A. C'était une version conçue pour l'exportation du P-36 proposé avec un moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une énergie (éolienne,...) Pratt & Whitney Twin Wasp ou un Wright Cyclone (Un cyclone (du grec kyklos, cercle) est un terme météorologique qui désigne une grande zone où l'air atmosphérique est en rotation...).

Cependant, le prix demandé par Curtiss parut exorbitant (environ le double d'un Morane-Saulnier (Morane-Saulnier est un constructeur aéronautique français.) MS.406). De plus, le planning de livraison proposé d'une vingtaine d'avions au mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de mars 1939 puis de trente appareils par mois fut considéré comme inacceptable. Enfin, l'USAAC, craignant que la commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un souhait impératif.) française fasse baisser le rythme de ses propres livraisons, s'opposa au marché.

Malgré tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.), le réarmement rapide de l'Allemagne conduisit le gouvernement français à poursuivre ses négociations. Grâce à l'intervention du président Roosevelt, le pilote français Michel Detroyat fut autorisé à faire un vol d'essai sur le Y1P-36 à Wright Field en mars 1938. Son rapport fut extrêmement enthousiaste. Curtiss suggéra alors pour améliorer les délais de livraison que le gouvernement français finance la construction et l'équipement d'usines d'assemblage.

Trouvant que le prix était toujours trop élevé, les Français décidèrent le 28 avril 1938 d'attendre la fin des essais du Bloch MB.150 qui coutait à peu prés la moitié du prix du Curtiss H.75. Finalement, comme les essais du Bloch MB.150 rencontraient beaucoup de difficultés et laissaient prévoir des difficultés de mise en production, le ministère de l'Air passa commande le 17 mai 1938 de cent cellules et de cent soixante-treize moteurs Pratt & Whitney R-1830 Twin Wasp. Le contrat stipulait que le centième exemplaire devait être livré pour le 10 avril 1939

En accord avec cette commande, la version initiale dénommée Hawk 75A-1 par Curtiss fut livrée pour majorité non assemblée en France et fut remontée par la Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Centre (SNCAC) à Bourges. Le premier Hawk 75A-1 vola à Buffalo début décembre 1938 et les premiers exemplaires livrés en France le 14 décembre. Quatorze autres Hawk 75A-1 furent livrés montés pour permettre à l'armée de l'air d'effectuer des essais. Le remontage des autres exemplaires par la SNAC débuta en février 1939

En mars et avril 1939 les 4e et 5e escadres de chasse stationnées sur la base aérienne (Une base aérienne est une base militaire d'une armée de l'air. Il s'agit généralement d'un aéroport militaire disposant de pistes, d'un tarmac, d'un centre de...) de Reims commencèrent leur conversion en remplacement de leurs Dewoitine 500 et 501 et, au premier juillet, la 4e Escadre alignait cinquante-quatre Hawk et la 5e Escadre quarante-et-un. La conversion ne s'était pas déroulée sans problèmes : un Hawk s'écrasa après un problème de surchauffe (La surchauffe est une opération physique qui a lieu dans un moteur à vapeur.) moteur et un autre lors d'essais acrobatiques avec les réservoirs d'essence totalement remplis.

le Hawk 75A-1 utilisait un moteur Pratt & Whitney R-1830-SC-G de 900 chevaux à 4 000 mètres et 950 chevaux au décollage (Le décollage est la phase transitoire pendant laquelle un aéronef passe de l'état statique - au sol - vers le vol.). l'Armement était constitué de 4 mitrailleuses de 7.5 mm (deux dans le nez (Le nez (du latin nasus) est chez l'homme la saillie médiane du visage située au-dessus de la lèvre supérieure et qui, en le surplombant, recouvre l'orifice des fosses nasales, qui...) et deux dans les ailes). Les instruments avaient été adaptés au système métrique. Le siège avait été modifié pour le parachute (Le parachute est un dispositif destiné à freiner le mouvement, principalement vertical d'un objet ou d'une personne.) Lemercier. La manette des gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de...) utilisait le mode "français" (direction inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y = y·x = 1, si 1...) du mode anglo-saxon).

L'Armée de l'air numérota ces avions en utilisant la dénomination du constructeur suivie d'un N° d'ordre chronologique : le marquage sur le gouvernail (Le gouvernail est une partie mobile d'un bateau, ou d'un avion.) étant donc :

CURTISS

H75-C1

No. 09

C signifiant "Chasse" et 1 monoplace

H75A-2

La commande initiale de mai 1938 comportait une option pour cent appareils supplémentaires. Cette option fut convertie en commande ferme le 8 mars 1939. Ces avions différaient des A-1 par la présence de deux mitrailleuses de 7,5 millimètres supplémentaires dans les ailes, un renforcement de l'arrière du fuselage, et quelques modifications mineures pour permettre l'interchangeabilité du moteur R-1830-SC-G avec le R-1830-SC2-G plus puissant (1050 chevaux au décollage).

Ce nouveau modèle fut désigné Hawk 75A-2 par Curtiss. Il était plus ou moins équivalent au XP-36D de l'USAAC. Les premiers A-2 furent livré fin mai 1939 mais le premier exemplaire bénéficiant à la fois des quatre mitrailleuses d'aile et du moteur R-1830-SC2-G fut le quarante-huitième.

L'armée de l'air numérota ces avions à la suite des A-1, le premier A-2 étant numéroté 101.

H75A-3

Cent trente-cinq exemplaire du Hawk 75A-3 furent commandés par la France le 9 octobre 1939. Ceux-ci étaient équipés du moteur R-1830-S1C3G de 1200 chevaux et des six mitrailleuses du A-2. Une soixantaine d'exemplaire put être livrée à la France avant la défaite, les autres furent détournés vers la Grande Bretagne.

H75A-4

La dernière commande française porta sur trois cent quatre-vingt-quinze Hawk 75A-4. Disposant du même armement que les A-3, ils étaient équipés d'un moteur Wright Cyclone R-1820-G205A de 1200 chevaux.

Seuls six exemplaires purent rejoindre la France avant la capitulation. Trente furent perdus pendant leur transport maritime (Le transport maritime est le mode de transport le plus important pour le transport de marchandises (marine marchande). Le transport de personnes par voie maritime a perdu beaucoup...). Dix-sept furent livrés en Martinique (La Martinique est à la fois une région d'outre-mer et un département d'outre-mer français (numéro 972). Elle devrait son nom...) et six autres en Guadeloupe (La Guadeloupe (prononcée : [gwa.də.lup]), en créole Gwadloup, est à la fois une région, un département d'outre-mer français et une région...) (ces appareils furent envoyés au Maroc vers 1943-1944 et utilisés pour l'entraînement des pilotes.

Le reste fut utilisé par la RAF sous la désignation Mohawk IV

Utilisation par d'autres forces aériennes

Après la défaite française, les appareils qui ne s'étaient pas échappés vers des zones non occupées ou vers l'Angleterre (L’Angleterre (England en anglais) est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Elle est de loin la plus peuplée, avec 50 763 000 habitants (en...) furent pris en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.) par la Luftwaffe et envoyés en Allemagne. Certains furent capturés avant même d'avoir été remontés. Assemblés par le Espenlaub Flugzeugbau, ils furent équipés d'instruments allemands et exportés vers la Finlande qui en reçut trente-six.

Ces Hawks, ainsi que quelques exemplaires récupérés de l'armée norvégienne, participèrent à la guerre du côté de l'Axe quand la Finlande entra en guerre contre l'Union Soviétique et restèrent en service dans l'armée finlandaise jusqu'en 1948.

Appareils comparables de la même époque

  • français

Bloch MB.150 Morane-Saulnier MS.406 Dewoitine D.520

  • anglais

Gloster Gladiator (Le projet Gladiator remontait à une note du ministère de l'air émise en 1930, le prototype vola en septembre 1934. Les premiers avions entrèrent en service en janvier 1937. Reposant sur des conceptions dépassées, il était déjà...) Hawker Hurricane (Le Hawker Hurricane fut le premier chasseur monoplan de la Royal Air Force. Il s'illustra en particulier lors de la Bataille d'Angleterre, durant la...) Supermarine Spitfire (Le Supermarine Spitfire (en anglais cracheur de feu , vif-argent , mégère ou soupe au lait) fut l'un des chasseurs monoplaces les plus utilisés par la RAF et par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.)

  • allemands

Messerschmitt BF109

  • italiens

Fiat (Fiat (acronyme de Fabbrica Italiana Automobili Torino, fabrique italienne automobiles Turin), est un constructeur automobile, basé à Turin, dans le Nord de l'Italie. Elle est contrôlée par la...) CR.42 Falco Macchi M.C.200

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.