Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Cybernétique

La cybernétique est une modélisation de l'échange, par l'étude de l'information et des principes d'interaction.

Elle est issue en particulier du passage par la théorie entre l'étude du système nerveux et sa reproduction en intelligence artificielle (L'intelligence artificielle ou informatique cognitive est la « recherche de moyens susceptibles de doter les systèmes informatiques de...).

Le mot cybernétique (La cybernétique est une modélisation de l'échange, par l'étude de l'information et des principes d'interaction.) formalisé en 1948 par Norbert Wiener (Norbert Wiener (26 novembre 1894, Columbia, Missouri - 18 mars 1964, Stockholm, Suède) était un mathématicien américain, connu pour être le fondateur de la cybernétique. Il exposa ses théories sur la...) est le résultat de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) un mouvement scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et...) très largement interdisciplinaire (Un travail interdisciplinaire intègre des concepts provenant de différentes disciplines.) et source d'une nouvelle école de pensée.

Techniquement, c'est une méthode interdisciplinaire qui étudie l'évolution dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il peut être employé comme :) des systèmes.

Origine

Ce qui dirige au sens piloter comme le gouvernail d'un bateau
Ce qui dirige au sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du...) piloter comme le gouvernail (Le gouvernail est une partie mobile d'un bateau, ou d'un avion.) d'un bateau (Un bateau est une construction humaine capable de flotter sur l'eau et de s'y déplacer, dirigé ou non par ses occupants. Il répond aux besoins du transport maritime ou fluvial, et permet diverses...)

Platon utilisait kubernêtikê (grec, Κυβερνητικ?) pour désigner le pilotage d’un navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu pour naviguer au-delà de la limite où cessent...). (Les mots gouverne (Une gouverne est une surface mobile agissant dans l'air ou dans l'eau servant à piloter un mobile selon un de ses trois axes :), gouvernail et gouvernement ou gouverneur partagent cette racine avec le mot cybernétique.)

Avant d'être théorisés, certains principes de ce qui sera la cybernétique sont déjà mis en pratique en ingénierie (L'ingénierie désigne l'ensemble des fonctions allant de la conception et des études à la responsabilité de la construction et au contrôle des équipements d'une installation technique ou industrielle.). Par exemple au XIXe siècle pour les machines à vapeur () avec le servomoteur de Joseph Farcot qui, pour l'anecdote, est créé justement pour le gouvernail des navires.

La cybernétique est devenue, dans un sens dérivé, l'art de gouverner les hommes dans une expression de André-Marie Ampère (André-Marie Ampère (20 janvier 1775, Lyon - 10 juin 1836, Marseille), était un physicien français.)[1]. Il s'agit ici d'une utilisation politique de la même base étymologique, dont Norbert Wiener déclarera ne pas avoir connaissance quand il l'a utilisé dans son premier ouvrage[2].

Les bases et sources de la cybernétique sont très nombreuses et on en peut donc citer que des exemples. La thermodynamique (On peut définir la thermodynamique de deux façons simples : la science de la chaleur et des machines thermiques ou la science des grands systèmes en équilibre. La première définition est aussi la première dans l'histoire....) est probablement la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large. L'ensemble de connaissances,...) préexistante qui s'y apparente le plus, elle est beaucoup cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes sédentarisés libres (pouvant avoir des esclaves), constituant...) en référence pas Wiener. La physiologie lui a apporté de source sûr de nombreux éléments, par exemple le principe d'homéostasie mis en place par Walter Cannon.

Contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu...)

Le mathématicien (Un mathématicien est au sens restreint un chercheur en mathématiques, par extension toute personne faisant des mathématiques la base de son activité principale. Ce...) Norbert Wiener définit en 1947 ainsi que dans l'ouvrage du même nom paru en 1948[3], la cybernétique comme une science qui étudie exclusivement les communications et leurs régulations dans les systèmes naturels et artificiels. Il met en scène le fait qu'elle ne prend pas en compte les émetteurs et récepteurs (considérés comme des boîtes noires) par la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu...) fictive d'une machine communiquant comme un humain (Dans son deuxième ouvrage destiné à la vulgarisation du premier[4]).

C'est ce qui fit naitre en science fiction la dénomination du personnage du cyborg. Les concepts émergeant de cette nouvelle approche y sont largement représentés, en particulier à travers l'œuvre d'Isaac (ISAAC est un algorithme capable de générer des nombres pseudo-aléatoires, tombé dans le domaine public en 1996. Son auteur, Bob Jenkins, l'a conçu de manière à ce qu'il soit assez sûr pour...) Asimov (avec les robots ou la psychohistoire). Cette empreinte reste toujours présente dans l'image du mot cybernétique dans le langage courant, liée a celle du préfixe "cyber" que l'on retrouve dans cyber-espace par exemple.

Le concept reste pourtant ouvert, et pour certains il va glisser vers une science des systèmes. Cela se fait sous l'impulsion de Heinz von Foerster qui cherche à élargir le principe de cybernétique à une méthodologie scientifique générale. Cette conception correspond principalement à la période de flottement avant les années 1970 et la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur l’observation ou l’expérience,...) du système général de Ludwig von Bertalanffy, qui va marquer le passage aux dénomination par le système, avec la théorie systémique (La systémique - du grec « systema », « ensemble organisé » - est une méthode scientifique qui applique la théorie systémique comme moyen de comprendre un...), l'approche systémique et tout ce qui tend aujourd'hui à être regroupé sous le terme générique de systémique.

La cybernétique reste pourtant l'appellation de référence pour parler de systémique dans certains domaines des sciences humaines, peut être parce que le lien est fait par l'école de Palo-Alto (dont les grandes figures étaient présentes dès les conférences Macy), ou simplement parce que les nouvelles formulations, en réunissant holisme (Le holisme (du grec ολoς (holos) : entier) est un système de pensée pour lequel les caractéristiques d'un être ou d'ensemble ne peuvent être connues que lorsqu'on le considère et l'appréhende dans son ensemble,...) et atomisme (L'atomisme est une théorie philosophique proposant une conception d'un univers composé de matière et de vide. Selon les atomistes, les atomes composant l'univers sont tous de même...), rejoignent davantage les sciences dites exactes.

Définitions

Un logo de la cybernétique

Différentes acceptions du mot cybernétique se chevauchent, suivant la période, le cadre scientifique, ou le point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) où l'on se place  :

  • Dans l'expression de Norbert Wiener on étudie exclusivement les échanges d'information. (car c'est ce qui dirige les logiques des éléments communicants d'où le mot cybernétique).
  • Dans son évolution qui engendrera la systémique, on réintègre les caractéristiques des composantes du système, et on reconsidère les échanges d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) et de matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La...) indépendamment des échanges d'information.
  • Dans son champs d'application, la cybernétique peut signifier le moyen d'organiser les échanges pour les rendre efficaces, et poussée (En aérodynamique, la poussée est la force exercée par le déplacement de l'air brassé par un moteur, dans le sens inverse de...) à l'extrême le moyens de contôler plus efficacement.

La neurobiologie (recherche sur le fonctionnement des structures cérébrales) a construit des modèles ayant pour référentiel le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du...) de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par...) et a utilisé le mot cybernétique bien avant qu'il ne soit employé par l'industrie informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le traitement automatique de l'information par des machines telles que les...), cette dernière cherchant à reproduire dans les ordinateurs certains processus cérébraux humains.

Aujourd'hui, la définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) littérale du mot cybernétique serait plutôt: " Science constituée par l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un...) des théories groupant les études des processus de commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un souhait impératif.) et de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine (télécommunications, nouvelles technologies...), ainsi que leurs...) et de leur régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) chez l'être vivant (Maxwell MATZ de l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au...) de New-York — 1948), dans les machines (appliquées aux servomécanismes —Norbert WIENER de l'université de Princeton — 1945) et dans les systèmes sociologiques et économiques ".

Science de l'information

La cybernétique désigne d'abord un moyen de connaissance, qui étudie l'information au sens de la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la...), dans la définition qu'en donne Norbert Wiener :

" De même que l'entropie (En thermodynamique, l'entropie est une fonction d'état introduite au milieu du XIXe siècle par Rudolf Clausius dans le cadre du second principe, d'après les travaux de...) est une mesure de désorganisation, l'information fournie par une série de messages est une mesure d'organisation (Une organisation est)[5]. " 

Dans cette acception première, la cybernétique est une approche phénoménologique qui étudie l'information, sa structure et sa fonction dans les interactions systémiques.

Ce qui peut être traduit par la science générale de la régulation et des communications dans les systèmes naturels et artificiels.

Science des systèmes

Dans son évolution vers la systémique, on parle parfois de cybernétique du second ordre, la cybernétique se définit comme la science des systèmes, un système étant lui-même défini comme un ensemble d’éléments en interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.), dont le tout comporte des propriétés dont sont dénuées ses parties prises séparément. Les interactions entre les éléments peuvent consister en des échanges de matière, d’énergie, ou d’information.

On peut lire aussi comme définition, méthode d'analyse scientifique, qui consiste à partir de l'identification complète d'éléments ou composantes, et de leurs connexions, à déduire les propriétés de la totalité qu'ils constituent. Cette conception est incompatible avec le principe de boîte noire de la définition première.

Application technique

Le mot cybernétique est parfois interprété comme une méthode, qui passe par la science en question mais qui la lie à l'utilisation qui en est faite. On trouve ainsi le mot cybernétique expression du moyen de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.), rejoignant ainsi la définition d'Ampère (Ampère peut désigner :).

Par exemple, Louis Couffignal, participant du premier mouvement cybernétique, la définira ainsi (en 1953 ou 1956 selon les sources):

" La cybernétique est l'art de rendre l'action efficace[6] " 

Principes

La cybernétique comme science de l'information

exemple de représentation du feed-back (ou rétroaction)
exemple de représentation du feed-back (ou rétroaction)

" La cybernétique se situe comme une approche indépendante de la nature des éléments qu'elle étudie (William Ross Ashby). " 

La cybernétique décrite par Norbert Wiener est un moyen d'expliquer et de comprendre tous les mécanismes rencontrés avec quelques briques logiques simples :

  • La boîte noire : un élément émetteur ou récepteur dont on ne soucie pas de savoir comment il fonctionne, mais ce qu'il envoie ou reçoit.
    • L'émetteur, qui agit sur l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme...), donc envoie de l'information, sorte de porte de sortie.
    • Le récepteur, qui en intègre depuis l'environnement, donc capte les informations, comme une porte d'entrée de la boîte noire.
  • Le flux (Le mot flux (du latin fluxus, écoulement) désigne en général un ensemble d'éléments (informations / données, énergie, matière, ...) évoluant dans un sens commun. Plus précisément le terme...) d'information : ce qui est transmis, donc envoyé et effectivement reçu, autrement dit l'information efficace.
    • La rétroaction (feedback) : C'est l'information en retour de l'état.

Ce feedback est mis en évidence par cette approche car il est indispensable pour concevoir une logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος), terme inventé par Xénocrate signifiant à la fois...) fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui en...). On voit donc apparaître des boucles de rétroaction ou mécanismes circulaires ou plus simplement des systèmes. Si ces systèmes sont mis en évidence par cette cybernétique (parfois dite du premier ordre), il ne le sont que par voie de conséquence d'une étude strictement limitée aux échanges d'information et à l'évolution de ces échanges dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.).

La cybernétique comme principe systémique

exemple de représentation de l'évolution de la stabilité d'un système
exemple de représentation de l'évolution de la stabilité d'un système

" L'existence de science dites sociales indique le refus de permettre aux autres sciensce de l'être sociales. (von Foerster)[7] " 

" ... et de permettre aux sciences sociales de d'être physique (Edgar Morin)[8] " 

La cybernétique parfois dite de second ordre prend forme sous l'impulsion de Heinz von Foerster (à partir de 1950-1953 avec les dernières conférences de Macy), qui vise à l'élaboration d'une méthode de description "universelle" commune aux différents champs de la science. Foerster précise que :

" L'effort d’unification (Le concept d'unification est une notion centrale de la logique des prédicats ainsi que d'autres systèmes de logique et est sans doute ce qui distingue le plus Prolog des autres langages de programmation.) entrepris par les cybernéticiens ne se situe pas au niveau des solutions, mais à celui des problèmes. Certaines classes de problèmes, définies par une même structure logique, traversent les disciplines les plus variées. La cybernétique s’est édifiée autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit...) de deux de ces classes : les problèmes de communication, et les problèmes posés par l’étude des mécanismes qui produisent eux-mêmes leur unité (self-integrating mechanisms). " 

Il s'agit là d'un mouvement pour intégrer aux sciences la cybernétique du premier ordre (déjà applicable à toutes les sciences mais plutôt comme une approche complémentaire qui ne considère que le coté informationnel). La cybernétique du second ordre perd au passage des principes comme celui de boite noire ou le fait d'envisager tout échange comme information, et glisse progressivement de la science de l'information originel à une science des systèmes.

Cette conception de la cybernétique se place en précurseur de la systémique (dont on place plutôt l'origine directe avec la General System Theory de Ludwig von Bertalanffy), et comme une composante importante de l'épistémologie constructiviste.

Principe général et applications

Représentation de la thermorégulation chez les mammifères
Représentation de la thermorégulation chez les mammifères

On voit alors des tentatives de définition unifiant ces différentes approches :

La cybernétique se situe comme une approche indépendante de la nature des éléments qu'elle étudie (Ross Ashby). Elle a pour objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une...) principal l'étude des interactions entre "systèmes gouvernants" (ou systèmes de contrôle) et "systèmes gouvernés" (ou systèmes opérationnels), régis par des processus de feed-back ou rétroaction. D'où le terme "cybernétique" qui provient du mot grec "kubernesis", et qui signifie au sens figuré l'action de diriger, de gouverner. (Utilisé déjà par Ampère dans le sens de la "science du gouvernement"). La cybernétique peut être définie comme la science des systèmes autorégulés. Elle ne s'intéresse pas aux composantes, mais à leurs interactions, seul est pris en compte leur comportement global.

Le cas des sciences sociales

Une branche de l'école de pensée cybernétique, que l'on peut lier à l'école de Palo-Alto, s'est formée principalement sous l'impulsion de Gregory Bateson. Ce dernier organisait des conférences en parallèle des conférences de Macy pour faire passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) ce courant de pensée dans les sciences sociales, de l'anthropologie à la psychanalyse. C'est une référence en matière de thérapie (Une thérapie est un ensemble de mesures appliquées par un thérapeute à une personne souffrant d'un problème de santé,...) familiale par exemple, et beaucoup de définitions actuelles de la cybernétique y sont rattachées.

La cybernétique a mis en évidence que n'importe quel organisme est constitué d'un ensemble plus ou moins grand d'organes, appartenant à un nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) très limité de types (fonctions élémentaires) combinés en un certain ordre pouvant être traduit par des règles d'"assemblage" ou de "disjonction".

Une organisation (ou "organisme" de nature quelconque) est, le plus souvent, décrite en termes de structure (ce qu’elle est) et parfois comme une fonction (ce qu’elle fait), mais rarement en termes de correspondance (La correspondance est un échange de courrier généralement prolongé sur une longue période. Le terme désigne des échanges de courrier personnels plutôt...) (évolution adaptative).

La description d'une organisation en termes de correspondance, d'adaptation et d'adéquation aux conditions du contexte et de l'environnement, révèle l'"explication cybernétique" qui, dans la terminologie de Bateson [9], est d'un type logique différent de celui de l'explication causale : il ne s'agit plus de savoir "pourquoi quelque chose s'est produit" mais de savoir quelles contraintes ont fait que "n'importe quoi ne se soit pas produit". L'un des membres du mouvement cybernétique, Bateson, fait une description de la démarche cybernétique :

"  […] En termes cybernétiques, on dit que le cours des événements est soumis à des restrictions, et on suppose que, celles-ci mises à part, les voies du changement n'obéiraient qu'au seul principe de l'égalité des probabilités. En fait, les "restrictions" sur lesquelles se fonde l'explication cybernétique peuvent être considérées, dans tous les cas, comme autant de facteurs qui déterminent l'inégalité des probabilités... Idéalement — et c'est bien ce qui se passe dans la plupart des cas — dans toute séquence ou ensemble de séquences, l'événement qui se produit est uniquement déterminé en termes d'une explication cybernétique. Un grand nombre de restrictions différentes peuvent se combiner pour aboutir à cette détermination unique. Dans le cas du puzzle, par exemple, le choix d'une pièce pour combler un vide (Le vide est ordinairement défini comme l'absence de matière dans une zone spatiale.) est "restreint" par de nombreux facteurs : sa forme doit être adaptée à celle des pièces voisines et, en certains cas, également à celle des frontières du puzzle ; sa couleur (La couleur est la perception subjective qu'a l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes lumineuses, avec une (ou des) amplitude(s) donnée(s).) doit correspondre à celles des morceaux environnants... Du point de vue de celui qui essaie de résoudre le puzzle, ce sont là des indices, autrement dit des sources d'information qui le guideront dans son choix. Du point de vue de la cybernétique, il s'agit de restrictions. De même, pour la cybernétique, un mot dans une phrase, une lettre à l'intérieur d'un mot, l'anatomie (L'anatomie (provenant du nom grec ἀνατομία anatomia, provenant du verbe ἀνατέμνειν...) d'un quelconque élément d'un organisme, le rôle d'une espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique....) dans un écosystème, ou encore le comportement d'un individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).) dans sa famille, tout cela est à expliquer (négativement) par l'analyse des restrictions[10].  " 

La description d'une organisation n'est donc adéquate que si l'on inclut une description des contraintes exercées par le contexte et l'environnement sur ses possibilités d'action (comportement, fonction et processus), d'agencement (structure) et de devenir (évolution). Il est de même du comportement conçu comme un "construit organisé d'activités", de la cellule jusqu'à la machine et aux institutions, en passant par l'animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On réserve...) et l'homme, la Société.

  • Dans l'explication causale, dite "positive" (où, par exemple, une boule de billard "B" se déplace parce qu'elle est heurtée par une boule "A" sous tel ou tel angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts apparentés.) et à telle vitesse), la trajectoire (La trajectoire est la ligne décrite par n'importe quel point d'un objet en mouvement, et notamment par son centre de gravité.) ou le comportement de la boule "B" est considéré entièrement prédictible à partir des conditions initiales.
  • Dans l'explication cybernétique, dite "négative", l'examen des restrictions ou contraintes du système montre que n'importe quoi ne peut se produire et que seule une "réponse appropriée" à ces contraintes peut survivre, se développer et se reproduire. À partir de l'explication cybernétique se déploient les principes de l'équifinalité et de multifinalité qui sont très loin du précepte "déterministe" ou peut-être plus exactement "causaliste" de René Descartes de la relation directe linéaire (proportionnalité de l'effet à la cause et antécédence : la cause précède l'effet). Le comportement d’une fourmi devient intelligible en regard des contraintes topographiques du parcours et des contraintes du ravitaillement à rapporter dans un processus stochastique du hasard (Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque efficient, sinon de causes, au moins d'une reconnaissance de cause à effet d'un événement.) des rencontres et de la nécessité de ramener la nourriture.

L' "équifinalité", formulée par Ludwig von Bertalanffy, désigne un même état final qui peut être atteint à partir de différents états initiaux, à travers différentes voies et avec différents moyens. En d'autres termes, des mêmes effets peuvent avoir des causes différentes. C’est une sorte de suite convergente. (Ludwig von Bertalanffy, 1968, p. 132, "General System Theory. Foundations, Development (Development est une revue scientifique bimensuelle à comité de lecture couvrant tous les champs de la génétique évolutive du développement allant de la biologie cellulaire, des cellules souches, la...), Applications.", George Braziller, New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des États-Unis, elle compte a elle seule 8 143 200 habitants. Son...).).

La "multifinalité" dans la théorie des contextes d’Anthony Wilden (Anthony Wilden, (né le 14 décembre 1935 à Londres) a collaboré avec Jacques Lacan à la critique des écrits de Freud dans la perspective linguistique et sémiotique au moment où il faisait son Ph.D. en études romanes à...), en termes de causes et d'effets, énonce que des mêmes causes peuvent produire des effets différents en une sorte de suite divergente.

On peut, alors, résoudre l'énigme d'un singe (Un singe (du latin simius, pluriel Simia) est un animal faisant partie du groupe constitué par l'ordre des primates. Parmi les primates, il n'est pas...) qui manipule au hasard les touches d'un clavier d'ordinateur (Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant d'exécuter des programmes enregistrés. C'est un ensemble de circuits électroniques permettant de manipuler des données sous forme...) et qui écrit un texte digne d'un grand auteur.

La cybernétique comme moyen de contrôle

Le mot cybernétique est souvent utilisé en laissant de côté le principe scientifique d'accès à la connaissance, et il est confondu avec ce qu'il étudie : le moyen de contrôle.

Cette science (ou ce mouvement scientifique) en fonction de ses domaines d'applications peut être définie comme un moyen de rendre une action plus efficace (comme le fait Louis Couffignal).

Il existe des méthodes d'application aux systèmes sociaux, qui se sont surtout développées dans les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas...) anglo-saxons. Parmi les théoriciens on peut citer Karl E. Weick ou Peter Checkland.

Il y a parfois aussi un sous-entendu de contrôle de la personne humaine au sens de manipulation, et parfois même le sous-entendu d'utilisation par l'État pour la manipulation des masses. C'est donc également un terme polémique qui sous cet angle n'a plus grand chose à voir avec son origine scientifique. On peut supposer que le titre de l'ouvrage de Norbert Wiener de 1950 Cybernetics and Society, The Human Use of Human Beings (cybernétique et société, l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) humain de l'être humain) n'est pas étranger à cette vision.

Epistémologie

Cadres théoriques antérieurs

  • Fille du structuralisme, la pénétration de la pensée atomiste dans le domaine des sciences va contribuer aux progrès de schématisation (réduction) de la diversité du monde (Le mot monde peut désigner :) à la combinatoire (En mathématiques, la combinatoire, appelée aussi analyse combinatoire, étudie les configurations de collections finies d'objets ou les combinaisons d'ensembles finis, et les dénombrements.) d'éléments simples, plus faciles à appréhender par les systèmes informatiques.
  • La cybernétique est aussi une suite de la phénoménologie, dans ce sens qu'elle ausculte les phénomènes pour en saisir l'autonomie et la particularité, notamment par la forme pour ensuite passer à un autre type d'analyse : modélisation, mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes (engrenages, poulies, courroies, vilebrequins, arbres de transmission, pistons, ...), bref, de tout ce...), ...

Développements ultérieurs et champs d'influence

Ne sont cités ici que les développements directement consécutifs au mouvement cybernétique :

  • Intelligence artificielle - web : internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en utilisant...)
  • Systémique
  • Épistémologie constructiviste (comme courant de l'épistémologie)
  • Sciences humaines : psychologie, psychanalyse, management
  • Ingénierie
  • Histoire du cerveau

concepts cybernétiques

  • Homéostasie
  • Autorégulation

Histoire du mouvement cybernétique

Le mouvement cybernétique connut deux phases :

  • La première cybernétique s'établit entre 1942 et 1953 dans le cadre des conférences organisées par la Fondation Macy. C'est la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) d'émergence d'une nouvelle méthode d'analyse des phénomènes.
  • Une deuxième cybernétique lui succéda, menée par Heinz von Foerster, pour mettre à l'épreuve cette méthode et dans une perspective de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) d'applications dans le champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) des sciences.

Portés par les participants du mouvement cybernétique, devenus pour la plupart des auteurs majeurs dans leur discipline, les concepts de la cybernétique se diffusèrent rapidement. La cybernétique marque le moment d'une rupture épistémologique majeure qui a profondément influencé tous les domaines de la science et ses retombées sont innombrables.

Dans la pratique, le champ proposé par la cybernétique était bien trop étendu pour rentrer dans le cadre d’une seule discipline. La cybernétique ne deviendra pas un domaine scientifique à part entière et le mouvement disparaîtra, pour se muer finalement en "systémique" :

  • théorie des systèmes ou systémique,
  • théorie des asservissements optimaux automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la modélisation, de l'analyse, de la commande et, de la régulation des systèmes dynamiques. Elle...)

Le premier mouvement cybernétique

Les différentes bases de la cybernétique reposent sur un rapprochement des conceptions théorique des mécanismes de l'information, et de leur étude dans le milieux naturel et en particulier dans le système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, du cerveau, de la moelle épinière, etc. Il coordonne les mouvements musculaires, contrôle le fonctionnement des organes, véhicule les informations...).

La mise en place de la cybernétique s'articule dans un premier temps autour des conférences Macy. Les prémices directs furent des publication de 1943 : "Behavior, Purpose and Teleology", de Arturo Rosenblueth, Norbert Wiener, et Julian Bigelow; et "A Logical Calculus of the Ideas Immanent in Nervous Activity" de Warren McCulloch et Walter Pitts.

La formalisation des principes de la cybernétique a été établie par Wiener, McCulloch, et d'autres comme William Ross Ashby and William Grey Walter. Ce dernier fut le premier à construire une machine autonome pour étudier les comportements animaux.

Parallèlement à ces avancées anglo-saxonnes, un important pôle de développement s'est situé en France (où le livre de Wiener a été publié en premier). Dès 1938, la thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du...) de Louis Couffignal L'analyse mécanique, application aux machines à calculer et à la mécanique céleste, et plus tard son étude des systèmes nerveux avec Louis Lapicque, dénotent un développement en parallèle des principes de la future cybernétique.

Le principal lien est fait en 1947 ; Wiener était invité a un congrès d'analyse harmonique (Dans plusieurs domaines, une harmonique est un élément constitutif d'un phénomène périodique ou vibratoire (par exemple en électricité : les « courants harmoniques », qui sont des...) à Nancy, organisé par Szolem Mandelbrojt, l'oncle du célèbre mathématicien Benoît Mandelbrot (Benoît Mandelbrot (20 novembre 1924 - ) est un mathématicien français. Il a travaillé au début de sa carrière sur des applications originales de la théorie de...). C'est pendant ce séjour qu'on lui proposa d'écrire une caractérisation unifiée de cette partie des mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les transformations. Les...) appliquées. Il décida à son retour d'introduire le néologisme Cybernétique dans sa théorisation scientifique, qui devient le point central du Ratio Club (en:Ratio Club).

Wiener popularisa ensuite les implications sociales de la cybernétique, en figurant l'analogie entre les systèmes automatique et les institutions humaines dans son best-seller : Cybernetics and Society (Cybernétique et société) sous-titré The Human Use of Human Beings (l'usage humain de l'être humain).

Le deuxième mouvement cybernétique

Une campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu urbain. La...) d'élargissement de cette logique scientifique pour les autres sciences sera menée par Heinz von Foerster, à partir de 1958 pour au moins 20 ans.

Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.