Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Henri de Lacaze-Duthiers
Henri de Lacaze-Duthiers, Station biologique de Roscoff
Henri de Lacaze-Duthiers, Station biologique de Roscoff

Félix Joseph Henri de Lacaze-Duthiers est un anatomiste, un biologiste et un zoologiste français, né le 15 mai 1821 à Montpezat (Lot-et-Garonne) et mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles). Chez les organismes...) le 21 juillet 1901 à Les Fons.

Il étudie la médecine à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre...). Il assiste aux cours d'Henri Marie Ducrotay de Blainville (1777-1850) et d'Henri Milne-Edwards (1800-1885) et devient, après sa licence, son préparateur à la Sorbonne (La Sorbonne est un complexe monumental du Quartier latin de Paris. Elle tire son nom du théologien du XIIIe siècle Robert de Sorbon, le fondateur du collège de Sorbonne, collège...). Il est interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en cabinet pendant une durée variable selon le "Diplôme...) à l’hôpital Necker auprès d’Armand Trousseau (1801-1867). Il obtient son titre de docteur en 1851 avec une thèse intitulée De la Paracentèse de la poitrine, et des épanchements pleurétiques qui nécessitent son emploi. En 1852, il doit quitter ses fonctions après avoir refusé de prêter serment après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte (1808-1873). Il obtient un titre de docteur es sciences l’année suivante.

Lacaze-Duthiers part alors aux Baléares pour y étudier les animaux marins, et est accompagné par son ami Jules Haime (1824-1856). Il revient à Paris en 1854 et obtient, grâce à Henri Milne-Edwards un poste de professeur de zoologie à la faculté de Lille. Le doyen de la faculté n’est autre que Louis Pasteur (1822-1895) qui le recommande en 1863 comme maître de conférence à l’École normale supérieure. En 1864, il commence à remplacer Achille Valenciennes (1794-1865) au Muséum national d'histoire naturelle (La démarche d'observation et de description systématique de la nature commence dès l'Antiquité avec Théophraste, Antigonios de Karystos et Pline l'Ancien. Le terme...) et obtient sa chaire d’histoire naturelle des mollusques, des vers et des zoophytes l’année suivante. Il est élu à l’Académie des sciences en 1871. Il fonde deux laboratoires consacrés à la biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et de l'histoire naturelle des êtres...) marine: le laboratoire de Roscoff (Roscoff est une commune du département du Finistère, en région Bretagne, en France. Elle est aujourd'hui une station balnéaire dynamique. Les habitants s'appellent les Roscovites.) en 1876 et le laboratoire Arago[1] en 1882 à Banyuls-sur-Mer. Sa dépouille est enterrée dans l’enceinte de cet établissement.

Il est l’auteur de plus de 250 publications notamment :

  • Histoire de l’organisation, du développement, des mœurs et des rapports zoologiques du dentale (Paris, 1858).
  • Histoire naturelle du corail, organisation, reproduction, pêche en Algérie, industrie et commerce (Paris, 1864).
  • Faune du Golfe du Lion : coralliaires, zoanthaires sclerodermés (Paris, 1897).

Il est le fondateur (Le Fondateur (titre original : Founding Father) est une nouvelle de science-fiction d'Isaac Asimov, parue en février 1965, et publiée en français dans le recueil Cher Jupiter.), avec son élève Georges Pruvot (1852-1924), de la revue intitulée les Archives de zoologie expérimentale et générale, celle-ci joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle considérable dans l'orientation (Au sens littéral, l'orientation désigne ou matérialise la direction de l'Orient (lever du soleil à l'équinoxe) et des points...) de la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) zoologique de son époque. Il participe également à la fondation de l’Association française pour l'avancement des sciences.

Notes et références

Source

  • Philippe Jaussaud & Édouard R. Brygoo (2004). Du Jardin au Muséum en 516 biographies. Muséum national d’histoire naturelle de Paris : 630 p.
Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.