Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Jean-Baptiste de Lamarck
Portrait de Jean-Baptiste Lamarck, dans la Galerie des naturalistes de Jules Pizzetta, 1893
Portrait de Jean-Baptiste Lamarck, dans la Galerie des naturalistes de Jules Pizzetta, 1893

Jean-Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de Lamarck (1er août 1744, Bazentin, Somme–18 décembre 1829, Paris) fut un naturaliste (Le mot naturaliste fait référence au domaine des sciences naturelles. L'adjectif qualifie une personne ou un groupe (association, société savante.. )) français.

Biographie

Il poursuit des études chez les Jésuites d'Amiens, de 1755 à 1759, avant d'entamer une carrière militaire en 1761, sous le nom de Chevalier de Saint-Martin. Il devient officier sur le champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) de bataille de Villingshausen, le 16 juillet de la même année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.).

Obligé de quitter l'armée en 1765, à la suite d'un accident, il travaille pendant quelque temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) pour un comptable, puis il se consacre à des études de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant à restaurer...) et se passionne pour la botanique.Il fréquente les naturalistes du Jardin du roi, suit les cours de Bernard de Jussieu et obtient la confiance de Louis Daubenton En 1778, alors qu'il n'est encore qu'un inconnu, l'Imprimerie royale publie sa Flore françoise, où il donne des clefs dichotomiques permettant à chacun d'identifier les plantes. Cet ouvrage lui apporte une notoriété immédiate, et lui vaut d'être élu à l'Académie des sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche scientifique en réunissant certains des chercheurs les plus éminents, en tenant des séances au cours desquelles des travaux sont présentés...) l'année suivante, avec l'appui de Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon. D'abord membre adjoint, il en devient titulaire en 1783 puis, enfin, pensionnaire en 1790. En 1780, la maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée...) d'édition Panckoucke lui demande de rédiger la partie botanique de leur encyclopédie méthodique. Trois tomes paraîtront en 1783, 1786 et 1789. La période révolutionnaire est une période troublé pour l'ex Jardin du roi et le cabinet d'histoire naturelle (La démarche d'observation et de description systématique de la nature commence dès l'Antiquité avec Théophraste, Antigonios de Karystos et Pline l'Ancien. Le terme...). Entre 1790 et 1793, Lamarck tente vainement d'obtenir la responsabilité des herbiers du Jardin du roi. En 1793, le spécialiste de botanique qu'il était, écarté du poste de garde des herbiers qu'il sollicitait, n'hésite pas, à cinquante ans, à se reconvertir avec succès, en acceptant le poste de professeur d'Histoire naturelle des Insectes et des Vers au Muséum (Salle d'exposition du Muséum Provincial (1908) à Toronto (Ontario, Canada) Mangattan Museum (2001) à Ishinomaki (Japon),...) national d'histoire naturelle qui vient d'être créé par la convention à l'initiative de Joseph Lakanal. Il y devient professeur de zoologie, chargé d'enseigner la zoologie des invertébrés : c'est lui qui invente le mot " biologie " pour désigner la science des êtres vivants ; il fonde également la paléontologie (La paléontologie est la science qui étudie les restes fossiles des êtres vivants du passé et les implications évolutives de ces études.) des invertébrés.

Il passera plusieurs années à établir une classification raisonnée des animaux invertébrés.

Deux ouvrages lui permettent d'être considéré comme le fondateur (Le Fondateur (titre original : Founding Father) est une nouvelle de science-fiction d'Isaac Asimov, parue en février 1965, et publiée en français dans le recueil Cher...) de la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une...) du transformisme, fondements du lamarckisme : Philosophie zoologique (1809) et Histoire naturelle des animaux sans vertèbres (1815-1822).

Il fut quatre fois veuf et devint aveugle pendant les dix dernières années de sa vie (La vie est le nom donné :). Républicain convaincu, la Restauration sera pour lui source de rejet et de difficultés financières. Il meurt le 18 décembre 1829, à l'âge de 85 ans, dans sa maison au Muséum. Ses restes sont jetés à la fosse commune du cimetière Montparnasse.

L’invention de la biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des...)

Jean-Baptiste Lamarck est le fondateur de la biologie en tant que science de la vie ou science des êtres vivants. Avec Gottfried Reinhold Treviranus en Allemagne, il est l’inventeur du mot. Mais surtout, il comprend la biologie comme une science à part entière, comme une science autonome : c’est-à-dire une science distincte non seulement de la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général...) et de la chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des espaces d'investigations communs ou proches.), mais aussi de la taxonomie, de l’anatomie (L'anatomie (provenant du nom grec ἀνατομία anatomia, provenant du verbe...), de la physiologie et de la médecine. Pour Lamarck, la biologie a pour but d’étudier les caractères communs aux animaux et aux végétaux, caractères par lesquels ils se distinguent des objets inanimés.

Il y a une très grande cohérence de pensée chez Lamarck, et même un "esprit de système" poussé à l’extrême. C’est une manière de concevoir la science propre au XVIIIe siècle qui était déjà "datée" au début du XIXe siècle : c'est une biologie très sophistiquée, mais qui paradoxalement, en raison de son caractère fort systématique (En sciences de la vie et en histoire naturelle, la systématique est la science qui a pour objet de dénombrer et de classer les taxons dans un certain ordre, basé sur des principes divers. Elle ne doit pas être...) peut par certains aspects sembler naïve et simpliste. On peut la critiquer et la rejeter comme on le fait couramment, mais encore faudrait-il le faire à partir d’une connaissance exacte au moins de ses grandes lignes plutôt que de propager des mythes, des légendes et des clichés sur son compte, comme on le voit encore trop souvent aujourd’hui.

La biologie de Lamarck dérive en droite ligne de celle de Descartes, après avoir intégré un nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) considérable d’éléments de la physiologie du XVIIIe siècle. Il faut donc la replacer dans ce contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu traditionnellement de l'analyse...) et se souvenir que, même si Lamarck rejette la chimie de Lavoisier pour de mauvaises raisons, la chimie organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de carbone : les composés organiques.) est alors dans les limbes, la physiologie de Claude Bernard (Claude Bernard, né le 12 juillet 1813 à Saint-Julien (Rhône) et mort le 10 février 1878 à Paris, est un...) n’existe pas et à plus forte raison la théorie cellulaire, la théorie de l’hérédité (L’hérédité (du latin hereditas, « ce dont on hérite ») est la transmission de caractéristiques d'une génération à la suivante, quel que soit...), la génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) ou la biologie moléculaire.

A 65 ans, Lamarck expose son "système" notamment dans sa Philosophie Zoologique [PZ] en 1809, puis de nouveau sous une forme condensée en 1815 dans le premier volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) de L'histoire naturelle des animaux sans vertèbres. Dans ces ouvrages il tente d’unifier en un tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) cohérent et organisé les connaissances et les observations de son temps, qu’en tant que naturaliste il a en partie contribué à établir. Avec cette philosophie, il se soucie plus d’articuler en un tout les processus, les tendances et les faits qu’il observe dans la nature, et par là de faire ressortir l'organisation générale du monde (Le mot monde peut désigner :) vivant, plutôt que d’élucider les mécanismes physico-chimiques à l’œuvre dans les organismes et qui à l'époque étaient en grande partie inaccessibles. En cela, sa démarche est diamétralement à l’opposée de celle de Georges Cuvier qui voyait dans l’abandon des questions qu’il qualifiait de " métaphysiques " ou " philosophiques " la condition nécessaire à une approche rigoureuse, " scientifique ", du vivant (à l’imitation de la démarche des physiciens). Selon Cuvier : " Le seul moyen de promouvoir les sciences naturelles était de recueillir patiemment les faits. La multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire avec l'addition, la soustraction et la division .) des théories risquait de freiner sérieusement les progrès de la science. ". Cuvier et ses partisans affirmaient même que la question de la transformation des formes vivantes, ainsi que celle plus délicate encore, de leur origine, devaient être exclues a priori du domaine de la scientificité. À l’opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à ajouté à n donne zéro. En botanique, les organes d'une plante sont dits...) Lamarck affirme :

" On sait que toute science doit avoir sa philosophie, et que ce n'est que par cette voie qu’elle fait des progrès réels. En vain les naturalistes consumeront-ils leur temps à décrire de nouvelles espèces, à saisir toutes les nuances et les petites particularités de leurs variations pour agrandir la liste immense des espèces inscrites, en un mot, à instituer diversement des genres, en changeant sans cesse l'emploi des considérations pour les caractériser ; si la philosophie de la science est négligée, ses progrès seront sans réalité, et l'ouvrage entier restera imparfait. " 
[PZ I, p. 50]

En cela, il se différencie aussi de Charles Darwin et d'une grande partie de la biologie faite à sa suite qui se focalise sur la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique,...) des mécanismes physico-chimiques, certes nécessaire et importante, mais faite trop souvent au détriment d'une compréhension plus globale.

La puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) créatrice de la nature

Comme souvent au XVIIIe siècle, Lamarck donne une place de choix à la nature et à son observation :

" Observer la nature, étudier ses productions, rechercher les rapports généraux et particuliers qu'elle a imprimés dans leurs caractères, enfin essayer de saisir l'ordre qu'elle fait exister partout, ainsi que sa marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en appui alternatif sur les jambes, en...), ses lois et les moyens infiniment variés qu'elle emploie pour donner lieu à cet ordre ; c'est, à mon avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière lequel se cachait en fait un monoplace de chasse destiné au...), se mettre dans le cas d'acquérir les seules connaissances positives qui soient à notre disposition, les seules, en outre, qui puissent nous être véritablement utiles, et c'est en même temps se procurer les jouissances les plus douces et les plus propres à nous dédommager des peines inévitables de la vie. " 
[PZ I, p. 1]

Son naturalisme est quasiment empirique ; l'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la très grande...) y a une place plus grande que l'expérimentation (L'expérimentation est une méthode scientifique qui consiste à tester par des expériences répétées la validité d'une hypothèse et à obtenir des données quantitatives permettant de l'affiner. Elle est pratiquée...). Sa philosophie est mécaniste, proche des principes cartésiens. Pour Lamarck la nature consiste en l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble),...) des corps physiques, de leurs relations et mouvements, et des lois qui les régissent.

" La nature, ce mot si souvent prononcé comme s'il s'agissoit d'un être particulier, ne doit être à nos yeux que l'ensemble d'objets qui comprend : 1) tous les corps physiques qui existent ; 2) les lois générales et particulières qui régissent les changements d'état et de situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin...) que ces corps peuvent éprouver ; 3) enfin, le mouvement diversement répandu parmi eux, perpétuellement entretenu ou renaissant dans sa source, infiniment varié dans ses produits, et d'où résulte l'ordre admirable de choses que cet ensemble nous présente. […] Par suite […] il règne continuellement dans tout ce qui constitue la nature, une activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) puissante, une succession de mouvemens et de mutations de tous les genres, qu'aucune cause ne sauroit suspendre ni anéantir, si ce n'est celle qui a fait tout exister. " 
[PZ I, p. 359-361]

Comme le montre la dernière partie de cette citation, Lamarck insiste sur l'aspect actif, sur les changements incessants de la nature, alors que René Descartes se préoccupait plutôt des lois et de leur constance, qu'il associait à l'immuabilité de Dieu.

En effet, suivant ce que Lamarck appelle " les circonstances " (en désignant par là le milieu extérieur de l'être vivant), les produits du jeu des lois physiques sont différents, quoique ces lois soient elles-mêmes identiques. Il s'ensuit que la préoccupation naturaliste est étroitement liée à la question du temps. Dès lors que la perspective n'est plus centrée sur les lois naturelles éternelles, mais sur leur application à la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux....), interviennent nécessairement la succession des circonstances. Cette manière de se préoccuper autant, sinon plus du contexte des lois restitue à la nature sa dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son diamètre si c'est une...) historique et sa puissance créatrice : tout n'est pas donné dès le départ, par la puissance divine par exemple ; cette puissance créatrice de la nature s'exerce dans le temps, elle construit peu à peu des organisations de plus en plus complexes.

" Or, j'espère prouver que la nature possède les moyens et les facultés qui lui sont nécessaires pour produire elle-même ce que nous admirons en elle. " 
[PZ I, p. 68]

Lamarck se sert de cet argument pour affirmer qu'il n'admire pas moins la grandeur divine quand il affirme que Dieu, le " sublime Auteur de toutes choses " (profession de foi qui lui permet, comme à Descartes, d'éliminer Dieu de la science de la nature, si ce n'est de ses premiers principes), au lieu de créer les êtres vivants en espèces immuables, a créé la nature avec ses lois, et qu'il a ainsi établi un " ordre de choses " dans lequel les espèces se modifient et se mettent en place successivement.

C'est là la principale raison du transformisme lamarckien : la nature a produit les êtres vivants par les seules lois physiques, mais elle n'a pu produire ces êtres d'un seul coup, il a fallu un certain temps pour le faire, commençant par les êtres les plus simples, à partir desquels se sont formés les êtres plus compliqués, et ainsi de suite jusqu'aux formes vivantes les plus complexes.

À l'explication par les lois physiques, s'ajoute donc une explication historique : la durée et la succession des circonstances où les lois sont appliquées permettent la construction progressive d'organismes complexes. C'est là le principe, et l'intérêt, du transformisme lamarckien.

La spécificité des êtres vivants

La biologie, telle que Lamarck la conçoit, affirme la radicale différence entre vivants et objets inanimés en même temps que l’identité des lois physiques et chimiques régissant les uns et les autres : les êtres vivants ont simplement une organisation particulière telle que le jeu de ces lois entraîne la vie en place de l’inertie (L'inertie d'un corps découle de la nécessité d'exercer une force sur celui-ci pour modifier sa vitesse (vectorielle). Ainsi, un corps immobile ou en...). Cela permet de concevoir la spécificité des êtres vivants relativement aux objets inanimés, sans pour autant avoir recours à une force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au...) vitale comme entité explicative. Pour Lamarck la supposée "force vitale" n'est pas spécifiquement différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application définie...) des forces physiques : elle est le résultat de la "canalisation" de celles-ci par l'organisation propre aux êtres vivants. La force vitale dont parle parfois Lamarck n'est donc pas une cause ; elle est une conséquence de l'organisation, un résultat ; elle n'est qu'une manière de nommer le jeu coordonné et orienté des lois physiques que permet cette organisation particulière, absente des objets inanimés. Le propre de la biologie est donc d’étudier quelles sont les conditions pour que les lois physiques et chimiques produisent des êtres vivants plutôt que des objets inanimés.

Lamarck explique la vie par ce qu'il nomme " un certain ordre de choses " propre aux êtres vivants, c'est-à-dire une organisation particulière que nous qualifierions aujourd'hui d'" autocatalytique " (c'est le prototype de tout ce que l'on range dans la rubrique " auto-organisation "). Elle comprend trois éléments essentiels, issus de la biologie mécaniste des XVIIe et XVIIIe siècles : des " parties contenantes " (les tissus), des " fluides contenus " (le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté d’environ 5 litres de...), la lymphe, etc.), et une " cause excitatrice " qui provoque le mouvement des fluides dans les parties contenantes. Cette division (La division est une loi de composition qui à deux nombres associe le produit du premier par l'inverse du second. Si un nombre est non nul, la fonction "division par ce nombre" est la réciproque...) en parties contenantes et fluides contenus (ce que Claude Bernard nommera plus tard le " milieu intérieur ") signifie qu'un être vivant est essentiellement une masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la...) de matière plus ou moins souple. La nouveauté tient à ce que, au lieu de se faire dans des tuyaux déjà en place, le mouvement des fluides, essentiellement sous l'effet de la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !), organise en parties différenciées le tissus originellement indifférencié. L'organogenèse se fait par le mouvement des fluides qui se fraient des passages au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du...) du " tissu cellulaire " (c'est-à-dire le tissu conjonctif aujourd'hui), le compriment et provoquent la formation de membranes. En retour, cette organisation facilite et active le mouvement des fluides ; activation (Activation peut faire référence à :) qui accroît l'organisation et la différenciation des parties, et ainsi de suite (à quoi s'ajoute une excitabilité du tissus qui, chez les animaux, exacerbe le mouvement organisateur).

Le mouvement des fluides est responsable de l'organisation de l'être vivant, et l'accroissement de ce mouvement se traduit par un accroissement du degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines suivants :) d'organisation. Plus ce mouvement est rapide et important, plus la vie est active, plus les facultés de l'être sont nombreuses, les organes spécialisés et différenciés. Les parties contenantes ne sont donc pas de simples tuyaux qui canalisent les fluides, mais des structures souples organisés par ces fluides dans (et pour ?) leur mouvement.

La cause excitatrice, quant à elle, est plus ou moins reliée à la chaleur. Elle est absente chez les végétaux et les animaux inférieurs, qui sont susceptibles de rentrer dans une phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de " vie passive " lors de périodes de sécheresse ou de froid (Le froid est la sensation contraire du chaud, associé aux températures basses.). Par contre, les animaux supérieurs ne connaissent essentiellement que la " vie active " car ils ont intériorisé cette cause excitatrice.

Lamarck conçoit cette cause excitatrice comme "extérieure" aux êtres vivants, elle leur préexiste et se trouve partout répandue dans leur environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...). Elle est ce qu'il appelle les " fluides incontenables " ; il en nomme trois, le calorique, l'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne...) et le fluide (Un fluide est un milieu matériel parfaitement déformable. On regroupe sous cette appellation les gaz qui sont l'exemple des fluides compressibles, et les liquides, qui sont des fluides peu...) magnétique, mais il suppose qu'il peut en exister d'autres. Ils traversent les êtres vivants et ils peuvent être ingérés par lui avec sa nourriture. Ces fluides provoquent une agitation (L’agitation a comme principale fonction d’accélérer les transferts de grandeurs extensives au sein d'un fluide homogène ou d’une dispersion hétérogène au moyen d'un agitateur. Cela veut dire que...) dans les êtres vivants qui, lorsque la matière et l'organisation le permettent, se canalise et forme les mouvements vitaux des fluides organiques.

Lamarck différencie l’animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire...) et le végétal par le fait que les tissus du premier sont irritables, alors que ceux du second ne le sont pas. L’irritabilité est la faculté de répondre, par une contraction, à une stimulation (Une stimulation est un événement physique ou chimique qui active une ou plusieurs cellules réceptrices de l'organisme. La cellule traduit la stimulation par un potentiel d'action, qui est...) quelconque. Chez les animaux, la principale conséquence de l’irritabilité des tissus est une intériorisation de la cause excitatrice des mouvements de fluides, surtout chez les animaux supérieurs. Ceux-ci sont alors beaucoup moins dépendants du milieu extérieur que les animaux inférieurs et les végétaux, pour tout ce qui concerne les mouvements de fluides. Ainsi la vie des animaux supérieurs acquiert-elle une plus grande autonomie par rapport au milieu, ce qui aura des conséquences importantes pour la transformation des espèces.

Le mécanisme de Lamarck n'est pas le mécanisme de l'animal-machine de Descartes, c'est bien plutôt celui de l'embryologie cartésienne. L'évolution selon Lamarck est même, pour l'essentiel, un étirement de l'embryologie cartésienne à travers les générations.

C'est un vrai mécanisme : l'être vivant n'est pas une machine donnée (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) toute constituée et qui n'a plus qu'à fonctionner, mais un être perpétuellement en construction. Pour lui, l'être vivant n'est pas assimilable à une machine, même si ses processus peuvent être décrit comme des mécanismes, parce que ces processus sont partie intégrante d'une organisation dynamique et non statique (Le mot statique peut désigner ou qualifier ce qui est relatif à l'absence de mouvement. Il peut être employé comme :). Les fluides ne se contentent pas de circuler dans des tuyaux, ils modèlent et complexifient la structure qui les contient jusqu'à ce que celle-ci soit trop rigide. L'être vivant se constitue puis dégénère par le durcissement de ses tissus, mais cette dégénérescence ne vaut que pour l'individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).), car elle est dépassée par la reproduction : la complexification individuelle ses poursuit alors à travers les générations en une complexification des espèces. Où l'embryologie cartésienne s'arrêtait, le modèle lamarckien continue avec le transformisme.

Le transformisme

C’est incontestablement Lamarck (même si Darwin se contente de le citer dans sa préface historique sans lui reconnaître ce mérite) qui va être le premier à systématiser l’idée d’une transformation des espèces et à en donner un exposé cohérent.

Le mécanisme proprement dit de l’évolution des espèces (pour employer un terme commode qui n’est pas celui de Lamarck) comprend deux facteurs. Tout d’abord, une tendance linéaire des êtres vivants à " composer " de plus en plus leur organisation, c’est-à-dire une tendance linéaire des organismes à la complexification et à différencier des organes spécialisés dans des fonctions variées. Et ensuite, la nécessaire variation des circonstances, c’est-à-dire de l’environnement ; variation qui a des causes diverses, les modifications climatiques, géologiques, etc. ; et variation qui fait "éclater" la tendance linéaire à la complexification, et diversifie ainsi les espèces. La tendance des êtres vivants à complexifier leur organisation est souvent oubliée dans les présentations succinctes du transformisme lamarckien (qui en général le résument à l’hérédité des caractères acquis). Or, elle joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle essentiel.

Lamarck considère que les êtres vivants les plus simples, les " infusoires ", apparaissent par génération spontanée. Ces êtres sont des petites masses gélatineuses avec quelques mouvements de fluides internes, provoqués par la chaleur. La simplicité d’organisation leur permet d’apparaître spontanément. À partir de ces êtres très simples, se forment des êtres un peu plus complexes, bénéficiant de l’organisation des premiers qui leur a été transmise par ce que l’on appelle depuis August Weismann l’hérédité des caractères acquis (voir ci-dessous les injustices de la postérité). À partir d’eux s’en forment d’autres encore plus complexes, et ainsi de suite, jusqu’à ce que soient formés des êtres vivants aussi compliqués que les mammifères et l’homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement...). Et cela sans faire appel à autre chose qu’aux lois de la physique.

On peut comprendre la tendance à la complexification des espèces comme une conséquence de l’accroissement autocatalytique du mouvement des fluides, d’abord dans l’individu, puis à travers les générations successives. Ce mouvement étant responsable de l’organisation de l’être vivant, et son accroissement étant la cause de la complexification de cette organisation au cours du développement de l’individu, on ne fait donc que prolonger ce principe à travers les générations, à la faveur de l’hérédité des caractères acquis. La reproduction sert de relais entre les étapes successives nécessaires à la nature dans ses productions (faute d’une complexification continue d’un seul être ; la raison de cette discontinuité n’est pas expliquée par Lamarck, peut-être est-elle liée à l’endurcissement des tissus lors du développement). La complexification des espèces repose donc sur le même principe que la complexification progressive de l’organisme au cours du développement ; l’une prolonge l’autre à travers les générations.

On ne sait d’ailleurs jamais très bien si Lamarck parle de l’ontogenèse (le développement de l’individu) ou de la phylogenèse (la formation des espèces) lorsqu’il évoque la complexification de l’organisation, tant les deux sont liées chez lui. Le fait que, bien qu’il ait été d’abord un botaniste, il n’envisage pratiquement que l’évolution des animaux (celle des végétaux est bien moindre, et bien moins spectaculaire), ce fait est en faveur d’une telle explication, puisque les végétaux n’ont pas un tel accroissement auto-catalytique, faute d’irritabilité, et qu’ils suivent les variations du milieu plutôt qu’ils n’entrent dans une évolution active comme celle des animaux (ce qui correspond à leur dépendance exclusive vis-à-vis du milieu extérieur pour ce qui concerne la cause excitatrice des mouvements des fluides, alors que les animaux ont intériorisée celle-ci).

Lamarck le dit clairement : si la tendance à la complexification avait été seule à jouer, la progression de la composition des animaux eût été régulière. C’est une question sur laquelle il revient plusieurs fois ; notamment pour expliquer que dans la nature on ne trouve pas une échelle régulière des êtres, mais seulement une gradation par " grandes masses " ; à l’intérieur de ces " grandes masses " les êtres ne respectent pas une gradation linéaire, mais ils ont une diversité qui est la conséquence de la diversité des circonstances auxquelles s’est heurtée la tendance à la complexification. Les circonstances sont donc responsables de la diversité des espèces, et, en même temps, ce sont des perturbations de la régularité de l’" ordre naturel ", qui n’apparaît alors que dans ses grandes lignes.

C’est une caractéristique du système lamarckien : il admet l’existence d’un " ordre naturel ", mais d’un ordre qui ne se réalise que dans ses grandes lignes, avec des ramifications et des lacunes. Il ne s’ensuit pas pour autant que l’ordre naturel parfait soit un ordre idéal (En mathématiques, un idéal est une structure algébrique définie dans un anneau. Les idéaux généralisent de façon féconde l'étude de la divisibilité pour les entiers....) que la matière traduirait de manière imparfaite, car les circonstances qui s’opposent à la tendance à la complexification sont en même temps les conditions d’apparition des différentes formes vivantes. Chez Lamarck, l’" ordre naturel " ne se manifeste que pour autant qu’il y a une résistance à la tendance à la complexification ; mais la nature même de cette résistance, sa variabilité, fait qu’il n’apparaît que d’une manière irrégulière. Les circonstances font que toutes les formes ne sont pas réalisés en une série continue se complexifiant progressivement. Ce n’est donc pas un archétype existant de toute éternité produit de la volonté divine comme Darwin et d’autres l’interpréteront faussement ; c’est un ordre qui doit son caractère d’ordre à l’existence de lois naturelles, et c’est un ordre qui tient sa réalisation approximative du fait que les lois naturelles ne s’appliquent pas in abstracto mais dans des conditions matérielles données et variables (on retrouve la dualité, lois et circonstances, que nous avions indiquée au début).

Si Lamarck emploie les expressions de " progrès dans l’organisation " et de " perfectionnement des organismes ", il ne faut pas se méprendre sur leur sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une...) en y projetant l’idéologie progressiste actuelle. Lamarck se contente de constater empiriquement cette échelle de complexification des êtres vivants, des " infusoires " à l’homme ; il emploie le terme de " progrès " dans le sens d’une progression à travers une suite graduelle de complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par exemple par Anthony Wilden ou Edgar Morin), en physique, en biologie (par exemple par Henri...) non comme tension (La tension est une force d'extension.) vers une fin idéale, et le terme de " perfectionnement " dans le sens d’acquérir des facultés plus éminentes, de nouvelles fonctions et des organes différenciés non comme une augmentation des performances ou une meilleure adaptation au milieu. Il faut éviter de projeter là-dessus un jugement de valeur inspirée par l’analogie avec le progrès technique.

Pour Lamarck, cette complexification des êtres vivants n’est donc pas attribuable au seul hasard (Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque efficient, sinon de causes, au moins d'une reconnaissance de cause à effet d'un événement.), ce n’est pas un accident, c’est un produit nécessaire de la dynamique interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en cabinet pendant une durée variable selon le...) des êtres vivants ; seule sa forme est contingente, étant le produit des circonstances.

L’influence des circonstances est plus ou moins marquée, selon les parties de l’être qu’elle touche. Moins un organe (Un organe est un ensemble de tissus concourant à la réalisation d'une fonction physiologique. Certains organes assurent simultanément plusieurs fonctions, mais dans ce cas, une fonction est...) est essentiel à la vie, plus facilement il pourra varier au gré des circonstances, et donc plus ses transformations s’éloigneront d’une complexification linéaire. C’est notamment le cas des organes qui sont en relation directe avec les circonstances extérieures. Les organes dont le fonctionnement est purement interne, sans relation directe avec le milieu extérieur seront moins facilement modifiés par les circonstances. Comme souvent ces organes sont les plus importants, cette constatation est utile à la classification des formes vivantes, car elle permet de déterminer ce qui chez elles est essentiel et ce qui est accidentel.

Chez l’animal, du moins chez l’animal un peu évolué, les circonstances externes n’agissent pas directement. Les nouvelles circonstances créent de nouveaux besoins ; ceux-ci entraînent de nouvelles actions de l’animal, qui deviennent de nouvelles habitudes et modifient son corps selon le principe " la fonction fait l’organe " (bien que Lamarck ne l’ait jamais lui-même formulée ainsi) ; laquelle modification devient héréditaire sous certaines conditions. Les circonstances ne peuvent donc que déclencher une action, et non modifier directement l’organisation corporelle (comme chez les végétaux) ; et c’est cette action qui, répétée, modifie le corps. Inversement, le défaut d’utilisation d’un organe, non seulement l’affaiblit, mais le fait disparaître. Lamarck donne donc la priorité aux besoins, et non aux organes. Il en donne quelques exemples qui sont restés célèbres et qu’on cite en général avec ironie, notamment celui du cou (Le cou est la région du corps qui est située entre la tête et le reste du corps (torse ou tronc).) de la girafe (La girafe (Giraffa camelopardalis) est une espèce de mammifère ongulé artiodactyle et ruminant, originaire des savanes africaines et répandue du Tchad jusqu'en Afrique du Sud. Le mot girafe vient de l'arabe...), en oubliant de préciser que Darwin utilisera, dans le même exemple, quasiment la même explication (voir ci-dessous les clichés).

Pour Lamarck, la modification des organes par les habitudes ne se produit que lors du développement et pas à l’état adulte, car alors les organes sont devenus trop "durs" pour être modifiés. Il ne s’agit donc pas d’un développement autonome et purement interne, comme dans le cas de l’embryogenèse, mais d’un développement qui prend en compte les circonstances externes et leur variations de sorte que l’animal s’y adapte et même, contrairement aux végétaux, s’y adapte activement (Lamarck n’emploie pas le terme adaptation, non usité en biologie à son époque). Ce ne sont donc pas les seules variations des circonstances externes qui modifient l’organisme, mais bien plutôt la tension interne qui pousse (Pousse est le nom donné à une course automobile illégale à la Réunion.) le corps à s’y adapter : les deux termes, le mouvement interne des fluides et la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) des circonstances, entrent en contradiction (Une contradiction existe lorsque deux affirmations, idées, ou actions s'excluent mutuellement.) et se répondent en une sorte de dialectique qui donne forme aux organes de l’être vivant, et les adapte à leur fonction.

L’adaptation au milieu, le développement individuel et la transformation des espèces ont ainsi tous trois le même moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une énergie (éolienne, chimique,...) qui est la tendance à la complexification des êtres vivants sous l’effet de leur dynamique interne (du moins chez les animaux). L’évolution lamarckienne est toute entière sous-tendue par cette tendance à la complexification, et non par la seule adaptation comme chez Darwin. D’où le fait que la sélection naturelle soit à peine évoquée par Lamarck : pour lui, quand le milieu change, l’animal s’y adapte activement et n’attend pas passivement d’être éliminé et remplacé par une autre forme.

De même, il n’y a rien chez Lamarck qui corresponde à la destruction des espèces les unes par les autres, dans une concurrence de type darwinien. Pour Lamarck, tout antagonisme entre animaux (par exemple, le fait qu’ils se mangent les uns les autres), loin de conduire à la disparition d’espèces, ne fait que maintenir un équilibre, et donc préserver les espèces en évitant la prolifération des unes aux dépens des autres. La rigueur des conditions externes (climatiques, par exemple) peuvent, de même, contrer la prolifération de certaines espèces, et la maintenir dans des proportions compatibles avec l’équilibre général. Seul, ici encore, l’homme peut troubler cet équilibre, et faire disparaître certaines espèces (y compris la sienne). Les antagonismes entre espèces, comme leur éventuelle coopération, ne font finalement que participer à l’" ordre de la nature " et à son maintien. Nous sommes loin de la " lutte pour la vie " (struggle for life) chère à Darwin et à la société industrielle anglaise du XIXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une...), et proche d’une préoccupation du XVIIIe siècle qui est celle de l’économie de la nature (nous disons aujourd’hui écologie, plutôt qu’économie). Remarquer, dans l’avant-dernier paragraphe de la citation ci-dessous, que Lamarck professe une opinion exactement opposée à celle de Malthus dont s’inspirera Darwin.

" Par suite de l’extrême multiplication des petites espèces, et surtout des animaux les plus imparfaits, la multiplicité des individus pouvait nuire à la conservation des races, à celle des progrès acquis dans le perfectionnement de l’organisation, en un mot, à l’ordre général, si la nature n’eut pris des précautions pour restreindre cette multiplication dans des limites qu’elle ne peut jamais franchir.
Les animaux se mangent les uns les autres, sauf ceux qui ne vivent que de végétaux ; mais ceux-ci sont exposés à être dévorés par les animaux carnassiers. On sait que ce sont les plus forts et les mieux armés qui mangent les plus faibles, et que les grandes espèces dévorent les plus petites. Néanmoins les individus d’une même race (En nomenclature zoologique, la race est un rang taxinomique inférieur à l'espèce (équivalent au rang de variété dans d'autres disciplines), dans le but...) se mangent rarement entre eux ; ils font la guerre à d’autres races.
La multiplication des petites espèces d’animaux est si considérable, et les renouvellements de leurs générations sont si prompts, que ces petites espèces rendraient le globe inhabitable aux autres si la nature n’eut mis un terme à leur prodigieuse multiplication. Mais comme elles servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) de proie (Une proie est un organisme capturé vivant, tué puis consommé par un autre, qualifié de prédateur.) aune (L'aune – du latin ulna, l'os ulna – est une unité de longueur de quatre pieds. Cette ratio est attestée depuis la fin de l'Antiquité dans le traité...) multitude d’autres animaux, que la durée de leur vie est très bornée, et que les abaissements de température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du transfert de...) les font périr, leur quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un groupe de choses.) se maintient toujours dans de justes proportions pour la conservation de leurs races, et pour celle des autres. Quant aux animaux plus grands et plus forts, ils seraient dans le cas de devenir dominants et de nuire à la conservation de beaucoup d’autres races, s’ils pouvaient se multiplier dans de trop grandes proportions. Mais leurs races s’entre-dévorent, et ils ne se multiplient qu’avec lenteur et en peut nombre à la fois ; ce qui conserve encore à leur égard l’espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la...) d’équilibre qui doit exister.
Enfin, l’homme seul, considéré séparément à tout ce qui lui est particulier, semble pouvoir se multiplier indéfiniment ; car son intelligence et ses moyens le mettent à l’abri de voir sa multiplication arrêtée par la voracité d’aucun des animaux. Il exerce sur eux une suprématie telle qu’au lieu d’avoir à craindre les races d’animaux les plus grandes et les plus fortes, il est plutôt capable de les anéantir, et il restreint tous les jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...) le nombre de leurs individus. [...] Il semble que l’homme soit chargé lui-même de réduire sans cesse le nombre de ses semblables ; car jamais, je ne crains pas de le dire, la terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la...) ne sera couverte de la population qu’elle pourrait nourrir. Toujours plusieurs de ses parties habitables seront alternativement très médiocrement peuplées, quoique le temps, pour la formation de ces alternatives, soit pour nous incommensurable.
Ainsi, par ces sages précautions, tout se conserve dans l’ordre établi ; les changements et les renouvellements perpétuels qui s’observent dans cet ordre sont maintenus dans des bornes qu’ils ne sauraient dépasser ; les races des corps vivants subsistent toutes malgré leurs variations ; les progrès acquis dans le perfectionnement de l’organisation ne se perdent point ; tout ce qui paraît désordre, renversement, anomalie, rentre sans cesse dans l’ordre général, et même y concourt ; [...]. " [PZ I, p. 99-101]

Chez Lamarck, les divers antagonismes entre les espèces conduiraient à une stabilité populationnelle, une sorte d’équilibre écologique ; chez Darwin, la concurrence entre individus conduira à la transformation des espèces. Les deux thèses ne sont pas forcément contradictoires, et celle de Lamarck n’est pas la plus invraisemblable. En effet, il n’est pas exclu que les écosystèmes, par les multiples interactions de leurs éléments, possèdent une assez grande stabilité, tant que les perturbations ne dépassent pas un certain degré ; et que, lorsque ce seuil est franchi, ils varient alors rapidement pour se stabiliser en un autre état. Lamarck ne pouvait évidemment pas théoriser cela, mais il pouvait le constater (ainsi que le rôle perturbateur de l’homme). La thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du sujet ou du...) darwinienne d’une modification progressive des espèces par concurrence ne paraît plus convaincante qu’à première vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.), en négligeant la complexité des interactions dans l’écosystème, pour ne prendre en considération que les formes en concurrence et l’avantage des unes sur les autres.

Mais de ce fait, la théorie de Lamarck n’explique pas l’extinction (D'une manière générale, le mot extinction désigne une action consistant à éteindre quelque chose. Plus particulièrement on retrouve ce terme dans plusieurs domaines :) des espèces car, même si certaines d’entres elles disparaissent en se transformant en de nouvelles formes, la création continue (La théorie de l'état stationnaire est un modèle cosmologique proposé à la fin des années 1940 par Fred Hoyle, Thomas Gold et Hermann Bondi, supposant que l'univers est éternel et immuable....) des êtres les plus simples et leur transformation progressive entraîne forcément la coexistence de quasiment toutes les espèces, par une sorte de renouvellement continu. Paradoxalement, les fossiles, que l’on considère habituellement comme une preuve paléontologique de l’évolution, sont une difficulté dans la thèse transformiste de Lamarck ; il finit par n’admettre de disparition que pour quelques espèces de grands animaux, et par en rendre responsable l’homme.

La nécessité théorique de l’évolution

L’origine des idées transformistes de Lamarck se trouve dans son activité de classificateur, et spécialement de classificateur des invertébrés. Sans cesse, il s’y trouve confronté à la difficulté de définir une notion d’espèce, à la difficulté de déterminer parmi les formes qu’il rencontre, lesquelles sont de même espèce (mais de variété différente), lesquelles sont d’espèces distinctes. On comprend donc qu’il ait fini par acquérir (peut-être sous l’influence de Buffon) une conception nominaliste de l’espèce : les espèces sont des créations artificielles que l’homme fait pour sa commodité. À ce système nominaliste et artificiel de classification, Lamarck veut substituer ce qu’il appelle l’" ordre de la nature ", lequel n’est rien d’autre que celui par lequel les espèces sont nées les unes des autres au cours des millénaires. Cet ordre est généalogique, chronologique, et n’impose pas de discontinuités tranchées entre les espèces dérivant les unes des autres. Cette succession n’étant pas très évidente chez les végétaux, il ne s’intéressera qu’aux transformation des espèces animales.

Lamarck voit cet " ordre de la nature " dans la complexification croissante de l’organisation des différentes espèces. En général, il parle de " dégradation " de l’organisation, car il part des mammifères et remonte vers les infusoires, mais il précise que cette manière de parler est l’inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que...) de la réalité, et qu’il l’emploie seulement parce qu’elle est traditionnelle depuis Aristote. Cette " dégradation " se marque par la simplification progressive et la disparition des systèmes différenciés (le système circulatoire, le système musculaire et surtout le système nerveux), par la disparition de la reproduction sexuelle, celle de certains organes, par la simplification des " facultés " et la diminution de leur nombre, etc.

L’ordre naturel est à la fois diachronique et synchronique : aujourd’hui coexistent les espèces les plus primitives (les infusoires, qui continuent à apparaître par génération spontanée comme il l’on fait au début de la vie sur Terre, et qui continuent aussi à se transformer en espèces plus complexes) et les espèces les plus évoluées (mammifères et homme). Cet ordre n’est donc pas seulement un ordre temporel d’apparition (généalogique), c’est aussi un ordre qui permet une classification (une " distribution naturelle " dans les termes de Lamarck), c’est-à-dire un ordre synchronique qui se met en place au cours du temps (et par là un ordre historique autant que naturel).

Il ne faut pas se pas se méprendre sur cette notion d’ordre naturel. Lamarck n’a jamais cherché pas par-là à prouver l’existence de Dieu par l’existence d’un " ordre de la nature ". L’ordre naturel, ou les lois naturelles sont simplement la condition nécessaire pour qu’une science naturelle soit possible. C’est celui qu’il a constaté dans ses classifications ; c’est une donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction, d'un événement, etc.) empirique à expliquer, ce n’est jamais la preuve de quoi que ce soit. Quelque conviction religieuse que l’on ait, la théorie de l’évolution n’a rien à voir avec la religion, ni dans un sens ni dans l’autre.

Poussé à l’extrême, cette idée d’un " ordre de la nature " lié à la tendance à la complexification linéaire des organismes implique que les animaux ont tous le même plan de composition, à la complexification et aux variations près. Cette idée d’unité de plan se trouvait déjà chez Buffon ; Geoffroy Saint-Hilaire (qui était transformiste et s’opposa à Cuvier dans une célèbre querelle à ce sujet) l’étendra plus imprudemment aux invertébrés.

Cuvier divisait le règne animal en quatre embranchements vertébrés (Les vertébrés forment un sous-embranchement du règne animal. Ce taxon, qui dans sa version moderne exclut les myxines, est considéré comme monophylétique. Il appartient à l'embranchement des Chordés,...), mollusques, articulés et rayonnés dont chacun était caractérisé par un plan d’organisation irréductible aux autres, et ne pouvait donc en dériver par une modification progressive. Il avait établi des principes pour l’anatomie comparée et la taxonomie : l’être vivant est un ensemble intégré, où les différents organes sont hiérarchisée et interdépendants. Son principe de la corrélation des formes rendait difficile la transformation d’un organisme, car il faisait de celui-ci un tout qui ne peut donc que se modifier dans certaines limites, celles à l’intérieur desquelles l’unité fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui en prennent...) de l’être est préservée. Par exemple, un animal qui a des dents d’herbivore (Un herbivore est, dans le domaine de la zoologie, un animal (mammifère, insecte, poisson, etc. ) qui se nourrit exclusivement ou presque de plantes vivantes et non de chair, d'excréments, de champignons ou nécromasse. On peut...) a aussi un estomac (L’estomac (en grec ancien στόμαχος) est la portion du tube digestif en forme de poche, située entre l’œsophage et le duodénum. L’estomac reçoit les...) d’herbivore, ainsi que différents autres caractères "secondaires" qui sont propres à sont statu d’herbivore (des sabots au lieu de griffes, etc.). Cuvier, sur ces bases, avait donc de fortes objections à l’idée lamarckienne de l’évolution des formes vivantes.

" Les animaux vertébrés, quoiqu’offrant entre eux de grandes différences dans leurs organes, paraissent tous formés sur un plan commun d’organisation. En remontant des poissons (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18 avril. Dans l'ordre du zodiaque, elle se situe entre le Verseau à l'ouest et le Bélier à l'est. Bien...) aux mammifères, on voit que ce plan s’est perfectionné de classe en classe, et qu’il n’a été terminé complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant à l'utilisateur de...) que dans les mammifères les plus parfaits ; mais aussi l’on remarque que, dans le cours de son perfectionnement, ce plan a subi des modifications nombreuses, et même très considérables, de la part des influences des lieux d’habitation des animaux, ainsi que de celles des habitudes que chaque race a été forcée de contracter selon les circonstances dans lesquelles elle s’est trouvée. " [PZ I, p. 159]

Lamarck conçoit le plus souvent la classification des formes vivantes sur le modèle d’une série quasi-linéaire, et parfois selon un modèle ramifié ; c’est cette dernière conception qu’il privilégiera par la suite, tout en s’efforçant de conserver une certaine unité via la complexité croissante. La thèse darwinienne d’un emboîtage généalogique ramifiée des espèces dans les genres, des genres dans les familles, etc. sera plus claire et plus simple que la conception lamarckienne, sans toutefois infirmer la dynamique que Lamarck voyait à l’œuvre dans l’évolution.

Il faut noter qu’encore aujourd’hui, un des principaux argument scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) contre le darwinisme provient des principes établis par Cuvier. En effet, le principe de corrélation impose, pour transformer un herbivore en carnivore, une transformation coordonnée des différents caractères qui sont spécifiques aux uns et aux autres. Or le darwinisme n’admet que des variations insensibles sur tel ou tel point (Graphie), et en outre aléatoires.

La théorie lamarckienne semble quant à elle plus propre à rendre compte de telles transformations globales et coordonnées ; mais il reste à l’affiner en ce sens et à découvrir le mécanisme précis de ce type de transformation .

Pour Lamarck, la biologie a pour but d’expliquer les êtres vivants et par-là tenter de définir la notion de vie. Avec les thèses biologiques cartésiennes, les partisans de l’animal-machine s’étaient trouvés confrontés à ce problème : les lois de la mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes (engrenages, poulies, courroies, vilebrequins, arbres de transmission, pistons, ...), bref, de...) permettent d’imaginer l’être vivant comme un automate (Un automate est un dispositif se comportant de manière automatique, c'est-à-dire sans intervention d'un humain. Ce comportement peut être figé, le système fera toujours la même chose, ou bien peut s'adapter à son environnement.), elles expliquent ainsi son fonctionnement mais pas sa formation. Pour comprendre cette dernière, ils avaient imaginé les diverses théories de la préformation et de l’emboîtement des germes, qui sauvegardaient l’idée de création divine et d’animal-machine.

Les vitalistes, à cette origine divine, préféraient une origine naturelle pour les êtres vivants, et une conception où le corps ne " fonctionne " pas, mais où il préserve son organisation en résistant, grâce à un principe vital, à la décomposition (En biologie, la décomposition est le processus par lequel des corps organisés, qu'ils soient d'origine animale ou végétale dès...) et à la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles). Chez les...) voulue par les lois physiques. Il y avait ainsi deux sortes de " forces " naturelles, celles de la physique et celle de la vie, et elles s’opposaient au sein des êtres vivants. Rien n’empêchait donc celui-ci d’être l’objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est défini par les...) d’une science naturelle, et Xavier Bichat (1771-1802), le plus célèbre des vitalistes, prétendit construire une physiologie fondée sur des " propriétés vitales " tout comme Newton avait construit une physique fondée sur la gravitation (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) (Descartes s’était opposé à la mécanique newtonienne (La mécanique newtonienne est une branche de la physique. Depuis les travaux d'Albert Einstein, elle est souvent qualifiée de mécanique classique.) en lui reprochant de réintroduire des " forces occultes " dans la science : la gravitation s’apparentant à une forme d’" action à distance " inconnaissable en elle-même). Au XVIIIe siècle, les vitalistes étaient alors scientifiquement modernes et philosophiquement "progressistes", proches de l’Encyclopédie, contrairement à une légende qui en fait les représentants d’une biologie spiritualiste et réactionnaire.

Lamarck, en quelque sorte en réponse à Bichat, dépasse cette opposition entre mécanistes et vitalistes, sinon en expliquant la " force vitale " par les seules lois physiques, du moins en ne voulant la concevoir que comme le produit du seul jeu actuel des lois physiques à l’intérieur de l’organisation particulière propre aux êtres vivants ; organisation qui les distingue radicalement des objets inanimés. Cette organisation dote les êtres vivants d’une dynamique interne, c’est-à-dire de la vie, qui est circulaire et auto-catalytique : l’organisation physico-chimique canalise les lois physico-chimiques en les faisant servir au fonctionnement et au développement de l’organisation elle-même, c’est-à-dire à la vie de l’être vivant.

Les êtres vivants les plus simples peuvent donc apparaître par génération spontanée parce qu’ils se réduisent à quelques mouvements de fluides où, pour l’essentiel, le jeu actuel des lois suffit à les doter de la vie. Mais les êtres plus complexes ne peuvent se constituer de cette manière : ils sont forcément le produit d’un développement historique qui a complexifié leur organisation, c’est-à-dire d’une évolution.

L’évolution est donc une nécessité théorique chez Lamarck, elle sert à expliquer la forme actuelle des êtres vivants et la complexité de leur organisation que le seul jeu actuel des lois physiques ne permet pas de comprendre. Cet aspect historique permet donc de donner aux êtres vivants complexes une explication parfaitement naturelle, ne nécessitant le recours ni a un Dieu créateur ou une quelconque Providence divine, ni à une mystérieuse force vitale, et moins encore au hasard ou à la contingence (autrement dit une sorte de Providence laïque).

C’est à cela que sert l’évolution selon Lamarck : articuler la biologie à la physique, en rattachant les êtres vivants à la nature inanimée par une explication historique. Elle tient donc à une nécessité théorique, et non à des restes paléontologiques, des parentés anatomiques, des arguments taxonomiques, ou d’autres considérations empiriques de ce genre qui embarrassaient Lamarck plus qu’elles ne l’aidaient.

Lamarck versus Darwin

Chez Darwin, il s’agit avant tout d’expliquer l’origine et l’adaptation des différentes espèces, et cela essentiellement en opposition à la Théologie naturelle de William Paley (1743-1805) que l’on présente parfois de manière totalement abusive comme représentative de la biologie prédarwinienne ; Darwin avait beaucoup étudié et admiré cet ouvrage dans sa jeunesse et sa foi en un Dieu créateur, tout-puissant et généreux avait été sérieusement ébranlée par son voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel (tourisme) ou professionnel (affaires). Le voyage s'est considérablement développé et démocratisé, au...) aux Galapagos à bord du Beagle. Mais de ce fait, la critique du vitalisme a disparu et avec elle la dynamique inhérente à l’être vivant qui devient un simple objet passif, jouet des forces présentes dans l’environnement. La critique du fixisme de Cuvier est remplacée par celle du créationnisme et le rôle de l’explication historique n’est plus compris.

Avec Darwin, et plus encore après lui, la valeur adaptative devient une valeur explicative au détriment de l’explication physique. La question des rapports de la physique avec la biologie, et le rôle qui tient l’évolution, fut gommée au profit du problème de l’adaptation de l’être à son milieu et de sa survie. Le darwinisme fait ainsi sauter l’obstacle que constituent les lois physiques dans l’explication biologique : ce que ces lois ne parviennent pas à expliquer dans les êtres vivants actuels est mis au compte d’une "histoire" (variations aléatoires et sélection naturelle) n’ayant pas ou peu à se soucier des contraintes physiques ; on voit donc pourquoi le darwinisme insiste tant sur la contingence de l’évolution.

La structure du darwinisme et son recours au hasard et a un principe de sélection souvent taxé de tautologie ont pour conséquence que non seulement l’évolution n’a plus de nécessité théorique, mais qu’elle est souvent ramenée à un événement contingent (celle-ci étant censée "vacciner" la biologie contre le finalisme). Elle n’est plus qu’une manière d’interpréter les données empiriques fournies par la taxonomie, la paléontologie et l’anatomie comparée. Or les données empiriques sont toujours contestables, et elles peuvent donner lieu à des interprétations diverses, voire opposées.

On voit donc ici qu’il faudrait inverser les termes : le transformisme lamarckien est une véritable théorie de l’évolution, tandis que l’évolutionnisme darwinien est surtout une transformation adaptative des espèces. Pour toutes ces raisons, le darwinisme constitue indéniablement un recul théorique par rapport à Lamarck.

En réalité, l’opposition de Darwin à Lamarck ne se fonde pas sur l’hérédité des caractères acquis comme les ouvrages de vulgarisation le présentent trop souvent, mais sur la tendance des êtres vivants à se complexifier. Darwin admet cette tendance du bout des lèvres parce qu’il ne veut pas d’un " ordre de la nature " qu’il amalgame abusivement à une création divine.

Plus encore que l’hérédité de tel ou tel caractère acquis particulier, c’est la continuité (En mathématiques, la continuité est une propriété topologique d'une fonction. En première approche, une fonction est continue si, à des variations infinitésimales de la variable x,...) d’un processus physique à travers les générations qui a été rejetée par le darwinisme, et c’est elle que Weismann a remplacée par la continuité du plasma ( En physique, le plasma décrit un état de la matière constitué de particules chargées (d'ions et d'électrons). Le plasma quark-gluon est un plasma qui constituerait les grandes étoiles à neutrons avant qu'elles ne s'effondrent en trou noir. ...) germinatif (qui sera remplacé par les gènes et le génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une espèce codé dans son ADN (à l'exception de certains virus dont le génome est porté...) au XXe siècle). Une continuité de substance est bien plus aisée à concevoir que la continuité d’un processus physique. C’est sans doute la principale raison de son adoption, même si ce n’est pas avoué (Au Moyen Âge, l'avoué était un laïc dirigeant les vassaux d'une institution ecclésiastique, généralement une abbaye ; son rôle était similaire à...).

En bref, l’évolution lamarckienne rendait possible l’explication physique des êtres vivant en y introduisant une dimension historique ; l’hérédité weismannienne (c’est-à-dire ce qui deviendra la génétique) ramène cette dimension historique à un facteur actuel en comprimant l’histoire en une mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) (ADN) ; et c’est cette réification (De manière générale, la réification consiste à transformer ou à transposer une abstraction en un objet concret, à appréhender un concept, comme une chose concrète....) de l’histoire sous la forme matérielle d’une mémoire (qui joue de surcroît le rôle d’une structure de commande) qui donne l’impression que l’explication est alors, et seulement alors véritablement physique, parce que totalement actuelle. Là est le paralogisme.

La position lamarckienne est juste sur au moins un point : plutôt qu’une transmission de caractères adaptatifs, l’hérédité est ce qui assure la continuité physique entre les générations. L’hérédité est la continuation (En informatique, la continuation d'un système désigne son futur, c'est-à-dire la suite des instructions qu'il lui reste à exécuter à un moment précis. C'est un point de vue pour...) d’un mouvement tout autant que la conservation d’un patrimoine : le passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une...) joue dans le présent en tant qu’antécédent et pas seulement en tant qu’il est "représenté" dans une mémoire codée dans une structure spécifique (molécule d’ADN ou autres).

La question de l’hérédité, et par là celle de l’évolution, sont donc, bien plus complexes d’un point de vue physico-chimique que la transmission d’une substance prétendument porteuse (Une porteuse est un signal sinusoïdal de fréquence et amplitude constantes. Elle est modulée par le signal utile (audio, vidéo, données) en vue, soit de sa...) d’un programme.

Les injustices de la postérité

Statue par Léon Fagel, sur le monument érigé en 1908 par souscription universelle au Jardin des Plantes de Paris
Statue par Léon Fagel, sur le monument érigé en 1908 par souscription universelle au Jardin des Plantes de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin...)

Parmi les savants qui sont à l’origine de la biologie moderne, Lamarck est sans doute celui qui a été le plus malmené par la postérité : il a été et est encore diffamé, et les idées qu’on lui attribue à tort servent de repoussoir à des scientifiques et des philosophes d’opinions très diverses. Déjà en 1879, Samuel Butler remarquait que l'" on a systématiquement ridiculisé Lamarck à tel point que c’est presque un suicide (Le suicide (du latin suicidium, du verbe sui caedere « se massacrer soi-même ») est l’acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. Dans le domaine...) philosophique que de vouloir le défendre. "[1]

Les raisons sont multiples. Ses grandes œuvres ont été publiées au début du XIXe siècle, sous l’Empire et la Restauration, c’est-à-dire dans une époque de réaction philosophique et politique contre les Lumières. Or Lamarck est un homme du XVIIIe siècle à plus d’un titre. D’abord par sa date de naissance, ensuite par le milieu qu’il fréquenta durant sa carrière de naturaliste : il fut le précepteur du fils de Buffon, herborisa avec Jean-Jacques Rousseau, fut nommé professeur sous la Révolution française. Enfin, par sa philosophie proche du matérialisme du XVIIIe siècle et par ses idées politiques républicaines et révolutionnaires.

La date de publication de ses principaux ouvrages et une compréhension erronée de ses idées le feront passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) pour vitaliste et incitera parfois à le rattacher (faussement) à la philosophie spiritualiste qui avait cours sous l’Empire et la Restauration.

Une autre raison à la mauvaise réputation de Lamarck est que à côté de travaux sérieux (comme sa classification des invertébrés), il fut également l’auteur d’œuvres considérées comme fantaisistes (des annuaires météorologiques, une réfutation absurde de la chimie de Fourcroy et de Lavoisier). Mais pour relativiser cela, il faut se rappeler que l’histoire des sciences (La science, en tant que corpus de connaissances mais également comme manière d'aborder et de comprendre le monde, s'est constituée de façon progressive depuis quelques...) ne manque pas de précédents de ce genre : Isaac Newton (Sir Isaac Newton était un philosophe, mathématicien, physicien et astronome anglais né le 4 janvier 1643 du calendrier grégorien[1] au manoir de Woolsthorpe près de Grantham et mort le 31 mars...) faisait aussi de l’alchimie (L'alchimie est une science (au sens ancien du terme) ésotérique dont l'objet est l'étude de la matière et de ses transformations. Elle repose sur un ensemble de pratiques (et en ce sens, elle...) et Kepler des horoscopes. Pour ces savants, la postérité a préféré oublier ces "écarts à la rationalité", elle fut plus cruelle pour Lamarck qui écrivait à une époque où le "positivisme" et le souci de l’efficacité commençaient à régner.

L’origine des légendes

En développant sa théorie de l’évolution, Lamarck s’opposait ouvertement au fixisme et au catastrophisme de Georges Cuvier, la version scientifique du récit biblique de la création et du Déluge. Ce dernier utilisa tous les pouvoirs que lui octroyait sa position de professeur au Muséum et de secrétaire perpétuel de l’Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs pairs, qui a pour mission de veiller aux usages dans leurs disciplines respectives et de publier des ouvrages...) des sciences pour entraver la diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de « distribution », de « mise à disposition » (diffusion d'un produit, d'une information), voire de...) des idées transformistes. Il interdit à leurs partisans l’accès aux collections du Muséum et aux colonnes des journaux scientifiques dont il avait le contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.). Quoique plutôt draconiennes, de telles mesures s’avérèrent encore insuffisantes parce que les partisans des thèses transformistes possédaient leurs propres journaux qui, hors du cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale distance d'un point nommé centre. La valeur de cette...) parisien, jouissaient d’un prestige considérable. Raspail témoigne des moyens fort peu scientifiques dont dépendit le sort d’un de leurs journaux : " Cuvier et plus d’un de ses illustres collègues prirent part aux secrètes machinations , dans lesquelles l’éditeur fut forcé de tomber, afin de récupérer sa liberté menacée par une condamnation politique. "[2]

A la mort de Lamarck en 1829, Cuvier était officiellement chargé de rédiger les éloges funèbres de ses collègues savants. Il considérait ce privilège comme une occasion solennelle de ridiculiser publiquement les idées auxquelles il s’opposait. La version originale de l’Eloge funèbre de Lamarck n'a pas été conservée, probablement à cause de la violence des propos et de l’indignation qu’elle souleva parmi les collègues et les proches de Lamarck. Dans la version atténuée qui nous est parvenue (Lue à l’Académie des sciences le 26 novembre 1832, soit trois ans après la mort de Lamarck), Cuvier ridiculisait ainsi les idées transformistes :

" L’habitude de mâcher par exemple, finit au bout de quelques siècles par leur donner des dents ; l’habitude de marche leur donna des jambes ; les canards à force de plonger devinrent des brochets ; les brochets à force de se trouver à sec se changèrent en canards ; les poulet (Un poulet est une jeune volaille, mâle ou femelle, de la sous-espèce Gallus gallus domesticus, élevé pour sa chair.) en cherchant leur pâture au bord des eaux, et en s’efforçant de ne pas se mouiller les cuisses, réussirent si bien à s’allonger les jambes qu’ils devinrent des hérons ou des cigognes. Ainsi se formèrent par degré les cent milles races diverses, dont la classification embarrasse si cruellement la race malheureuse que l’habitude a changé en naturalistes. " 

Ce texte est certainement à l’origine de la légende qui veut que Lamarck soutenait que c’est à force de vouloir marcher, nager et voler que se développent les organes adéquats. Mais en réalité, il n’a jamais invoqué l’effort extraordinaire de la volonté, mais s’est seulement référé à l’idée selon laquelle un changement dans l’environnement peut engendrer une réponse organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de carbone : les composés organiques.) en termes de changement des habitudes et que l’usage ou le défaut d’usage étaient à l’origine du développement ou de l’atrophie des organes.

Plus généralement, l'Eloge funèbre - conformément aux conceptions de Cuvier - reconnaissait les mérites de Lamarck concernant la description et la classification des êtres vivants et raillait de manière caricaturale ses travaux spéculatifs et théoriques.

Cet éloge funèbre fût traduit en anglais par les partisans du catastrophisme, qui prirent soin d’en amplifier encore le ridicule. Ces simplifications outrancières et la diffusion de ce véritable pamphlet qu’est l'Eloge funèbre par Cuvier ont grandement contribués à discréditer les idées de Lamarck en la couvrant d’une épaisse couche de mensonges. En effet, cette caricature de sa pensée fût bien plus populaire que les fastidieux écrits du naturaliste, ce qui explique qu’encore de nos jours, même parmi les biologistes les plus éminents, ce texte est encore une source d’inspiration pour juger des idées de Lamarck[3].

Darwin et Huxley

Ses malheurs ne s’arrêtent pas là. Vint Charles Darwin, qui s’efforça de minimiser son importance et émit des critiques souvent mal fondées sur son transformisme. Darwin rejetait pourtant le catastrophisme et le fixisme, on aurait donc pu imaginer qu’il vit en Lamarck un glorieux précurseur ; il n’en fut rien. D’un côté Darwin reprit à son compte l’hérédité des caractères acquis (sans se référer à Lamarck dont il connaissait les vues) à chaque fois que son explication sélectionniste tombait en défaut. De l’autre, il accusa fallacieusement Lamarck d’avoir plagié Erasmus (Erasmus (European Region Action Scheme for the Mobility of University Students) est le nom donné au programme d'échange d'étudiants et d'enseignants entre les universités et les grandes écoles...) Darwin, son grand-père, en ce qui concerne la théorie de l’évolution. Enfin, Darwin se référait également à l'Eloge funèbre par Cuvier dans ses critiques, quand il qualifiait la théorie lamarckienne de " véritables sornettes " (veritable rubbish).

Les naturalistes, à l’époque où Darwin publie L’Origine des espèces en 1859, connaissaient les écrits de Lamarck et n’ont vu dans ce livre qu’une variante de la théorie de l’évolution déjà existante qui mettait au premier plan le mécanisme de sélection naturelle par la lutte pour l’existence. Thomas Henry Huxley, le premier apôtre du darwinisme, surnommé " le bouledogue de Darwin ", s’est employé à promouvoir les idées de ce dernier en déplaçant le débat (Un débat est une discussion (constructive) sur un sujet, précis ou de fond, annoncé à l'avance, à laquelle prennent part des individus ayant des avis, idées, réflexions ou opinions...) depuis le champ scientifique vers la querelle idéologique opposant science et religion. Pour encourager les scientifiques à défendre le darwinisme afin de "combattre l’obscurantisme", il a disqualifié par l’absurde le lamarckisme en tant qu’alternative (Alternatives (titre original : Destiny Three Times) est un roman de Fritz Leiber publié en 1945.) scientifique au darwinisme en reprenant les caricatures de Georges Cuvier.

L’hérédité des caractères acquis

Les darwinistes, pour assurer la réputation de leur maître, ont fait de Lamarck un repoussoir en réduisant son système à la seule hérédité des caractères acquis. Réduction assez curieuse si l’on songe que, d’Aristote à Weismann, y compris Darwin, tout le monde ou presque crut à cette forme d’hérédité. Lamarck n’a, pas plus que ses prédécesseurs, théorisé cette transmission, il n’en a pas proposé de mécanisme, il ne lui a même pas donné de nom ; il n’a fait que l’intégrer à sa propre théorie de l’évolution sans prendre la peine de l’argumenter ni d’en donner des exemples. C’est effectivement le point le plus faible de son transformisme et on peut le lui reprocher, mais certainement pas parler d’une " hérédité lamarckienne ". En fait, Lamarck ne la nomme jamais hérédité des caractères acquis, tout simplement parce que cette notion n’existait pas à son époque sous cette forme. Il y a donc quelque anachronisme à en parler en ces termes, dans la mesure où, dans cette formule, la distinction entre caractères innés et acquis présuppose leur opposition, et que celle-ci n’a été conçue qu’à la fin du XIXe siècle par Weismann avec sa théorie du plasma germinatif.

Charles Darwin eut également recours à l’hérédité des caractères acquis dans L’Origine des espèces (cette dénomination est d’ailleurs aussi impropre que pour Lamarck), sur un mode tout à fait "lamarckien" - celui des effets de l’habitude, de l’usage et du non usage des organes - et sans reconnaître l’influence de Lamarck sur ce point. Darwin va même jusqu’à proposer un modèle pour la transmission des caractères acquis sous le nom " d’hypothèse de la pangenèse " dans Les variations des animaux et des plantes sous l’effet de la domestication (1868). Son modèle ressemble à celui qu’avait proposé Maupertuis dans sa Vénus physique (1745) et son Système de la Nature - hormis l’utilisation de la théorie cellulaire.

La fameuse " hérédité lamarckienne " et l’opposition de Lamarck et Darwin sur ce point sont des légendes, nées à la fin du XIXe siècle, de la querelle entre Weismann et les néo-lamarckiens. À partir de ce moment, on reprochera à Lamarck cette conception, que l’on opposera à ce qui est alors devenu le darwinisme.

Tous les biologistes ont entendu parler de l’expérience au cours de laquelle August Weismann aurait coupé (Un coupé est une voiture fermée, à deux portes (parfois trois avec hayon ou quatre comme l'ont fait certains constructeurs américains) et possédant deux, quatre ou cinq places. Il est caractérisé...) la queue à des générations de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie...), et toujours obtenu des souris à queue longue ; mais très peu d’entre eux ont jamais pris la peine de lire le compte-rendu de cette expérience (aussi célèbre et méconnue que la recette de Van Helmont pour fabriquer des souris par génération spontanée avec du blé (« Blé » est un terme générique qui désigne plusieurs céréales appartenant au genre Triticum. Ce sont des plantes annuelles de la famille...) et une chemise sale). Plus fin que bien des commentateurs actuels qui se réfèrent à cette expérience (en général sans l’avoir étudiée), Weismann sait qu’elle est inutile et qu’elle ne permet pas la moindre conclusion. Il l'explique avant même d’exposer ses résultats, et le répète dans sa conclusion. Parmi ses arguments, il invoque également le fait que, chez les peuples qui pratiquent la circoncision (La circoncision (latin : circumcisio, « couper autour ») consiste, dans sa forme la plus répandue, en l’ablation totale ou partielle du prépuce, laissant ainsi le gland du pénis à...) depuis des millénaires, les enfants ne naissent toujours pas circoncis.

" J’avoue franchement aussi que je n’ai entrepris ces expériences qu’à contre-cœur, parce que je ne pouvais espérer en obtenir autre chose que des résultats négatifs. Mais comme ces résultats, même négatifs, ne me semblaient pas complètement dépourvus de valeur pour la solution de la question pendante, et comme les nombreux défenseurs de l’hérédité des caractères acquis ne se disposaient pas à corroborer leur opinion par l’expérience, je m’imposai ce petit travail. [...] Que prouvent ces expériences ? Réfutent-elles une fois pour toutes l’opinion de la possibilité de transmission des mutilations ? Certainement pas du premier coup. [...] On ne pourrait pas élever d’objection décisive, au point de vue théorique, si quelqu’un voulait soutenir que l’hérédité des mutilations a besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins secondaires et les...) de mille générations pour devenir visible, car nous ne pouvons pas évaluer a priori la force des influences capables de modifier le plasma germinatif, et nous ne pouvons apprendre que par l’expérience pendant combien de générations elles doivent agir avant de se manifester à l’extérieur. " 
[4]

Par ailleurs, sa bonne intelligence des textes lui fait différencier les mutilations et les caractères acquis plus naturellement. On peut en effet objecter que les mutilations ne correspondent pas du tout aux modifications fonctionnelles acquises par l’animal dans la biologie de Lamarck (dans le cas de Darwin, c’est impossible à préciser), puisque celles-ci, au contraire de celles-là, sont acquises activement par l’animal (pour Lamarck, le cou de la girafe s’allonge parce qu’elle l’étend elle-même en broutant les feuilles hautes, et non parce qu’un expérimentateur lui tire sur la tête).

" Je n’ai pas besoin de dire que le rejet de l’hérédité des mutilations ne tranche pas la question de l’hérédité des caractères acquis. Bien que pour moi-même je me confirme toujours plus dans cette idée que cette transmission n’a pas lieu, et que nous devons chercher à expliquer, sans recourir à cette hypothèse, les phénomènes que nous présente la transformation des espèces, je suis cependant très éloigné de regarder ce problème comme définitivement résolu par le fait de la possibilité de rejeter dans le domaine de la fable l’hérédité des mutilations. " 
[5]

La plus grande partie de l’argumentation de Weismann n’est pas destinée à prouver que les caractères acquis ne sont pas héritables, mais que les observations et les expériences qui sont avancées comme preuves de l'hérédité des caractères acquis ne sont pas recevables, ou sont interprétables d’une autre manière. Si Weismann ne se place pas à un niveau expérimental, c’est parce qu’il sait très bien qu’il est ici complètement inutile : la possibilité de prouver expérimentalement l’hérédité (ou la non-hérédité) des caractères acquis n’existe que sur le papier (Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales et animales. Il se présente sous forme de feuilles minces et est...), et il y a quelque naïveté à imaginer que l’amputation de la queue des souris ou des chats a quelque chose à voir avec l’évolution des espèces. D’ailleurs Weismann écrit explicitement que c’est en partant d’un point de vue théorique qu’il a été amené à nier l’hérédité des caractères acquis. Il ne faut pas inverser les données : c’est en partant de la théorie du plasma germinatif que Weismann nie l’hérédité des caractères acquis ; ce n’est pas en partant d’une observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude...) de la non-hérédité des caractères acquis qu’il élabore cette théorie du plasma germinatif.

S’il n’est évidemment pas possible de prouver que l’hérédité des caractères acquis n’existe pas (on ne peut prouver une inexistence que pour des processus simples), il y a théoriquement une possibilité de prouver son existence - il suffirait d’en trouver un exemple irréfutable -, mais cette possibilité reste très "théorique" ne serait-ce que par la définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) des caractères acquis à prendre en considération.

Denis Noble dans La musique de la vie, au-delà du génome (éd. du seuil, 2006) évoque quelques travaux en ce sens. Rejetant l’idée que les gènes constituent un programme régissant l’organisme, il voit plutôt le génome comme une base de données dans laquelle le métabolisme (Le métabolisme est l'ensemble des transformations moléculaires et énergétiques qui se déroulent de manière ininterrompue dans la cellule ou l'organisme vivant. C'est un...) cellulaire puisse pour la synthèse des protéines (idée émise également par Henri Atlan). À la causalité ascendante, qui va du gène (Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la synthèse d'une chaîne de polypeptide ou d'un...) à l’organisme, la seule qui soit admise aujourd’hui en biologie, il considère qu’il existe également une causalité descendante, qui va de l’organisme aux gènes, sorte de rétro-action comme il est courant d’en voir dans les systèmes complexes. Cette dernière, selon des modalités qui restent à découvrir, pourrait produire des modifications du génome plus aisément et de manière plus adaptative que le hasard des mutations seul admis jusqu’ici.

Lyssenko

Après avoir été repoussé comme matérialiste au début du XIXe siècle, Lamarck devint au XXe siècle la tête de Turc d’une biologie qui s’affirmait scientifiquement, à la fois matérialiste et positiviste, et qui prétendait s’appuyer sur Claude Bernard (réduit à la biologie expérimentale) et sur Charles Darwin (corrigé par Weismann qui en élimina la croyance à l’hérédité des caractères acquis). Par exemple, en 1950, dans sa préface à une réédition de L’origine des espèces, Darlington traitait encore la théorie lamarckienne de " vieille et honteuse superstition ".

Les biologistes actuels présentent souvent Lyssenko comme une résurgence du Lamarckisme, et se servent fréquemment du qualificatif de lyssenkiste pour disqualifier toute critique du néo-darwinisme. C’est une erreur, car Lyssenko n’a jamais critiqué Darwin ni préconisé, contre lui, un retour à Lamarck (Darwin était, tout autant que Lamarck, partisan de la thèse faussement qualifiée d’"hérédité des caractères acquis"). D’après Pichot " Si le lyssenkisme est une supercherie scientifique, la manière dont il est présenté est, elle, une supercherie historique. Notamment en ce qui concerne la supposée référence à Lamarck. " et " En critiquant Weismann et le mendélo-morganisme, Lyssenko voulait revenir non pas à Lamarck, mais à Darwin, dont il jugeait la théorie altérée par les modifications que lui avait fait subir la génétique occidentale "[6].

L’" Affaire Lyssenko " est devenue le symbole de l’intrusion délétère et désastreuse dans la science d’intérêts et d’enjeux politiques de la part d’un système totalitaire. Mais l’hystérie (La définition de l'hystérie donnée par Antoine Porot est : « une disposition mentale particulière, tantôt constitutionnelle et permanente,...) qui s’est emparée des darwinistes occidentaux lors de cet épisode de l’histoire de la biologie (L’histoire de la biologie retrace les études de l'homme sur le monde du vivant depuis la nuit des temps jusqu'à nos jours. Cependant, le concept de biologie comme n'étant...) montre bien que de ce côté-là du " rideau de fer " les enjeux étaient bien loin d’être ceux d’une controverse purement scientifique.

Les clichés

Les biologistes connaissent très mal l’histoire de leur discipline, ce qui explique probablement l’existence de ces clichés auxquels tout le monde se réfère mais que personne ne prend jamais la peine d’examiner de plus près. Ils ont, à l’instar les réflexes pavloviens, la fonction de susciter l’adhésion (En physique, l'adhésion est l'ensemble des phénomènes physico-chimiques qui se produisent lorsque l’on met en contact intime deux matériaux, dans le but...) ou la réprobation de manière automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la modélisation, de l'analyse, de la commande et, de la régulation des...), en épargnant la réflexion. À propos de Lamarck nous évoquerons le plus connu et celui qui a été faussement attribué à Charles Darwin.

La girafe

Certainement le cliché le plus rebattu pour ridiculiser et caricaturer le transformisme de Lamarck. Voici le texte complet sur ce point précis :

" Relativement aux habitudes, il est curieux d’en observer le produit dans la forme particulière et la taille de la giraffe (camelo-pardalis) : on sait que cet animal, le plus grand des mammifères, habite l’intérieur de l’Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface...), et qu’il vit dans des lieux où la terre, presque toujours aride et sans herbage, l’oblige de brouter le feuillage des arbres, et de s’efforcer continuellement d’y atteindre. Il est résulté de cette habitude, soutenue, depuis long-temps, dans tous les individus de sa race, que ses jambes de devant sont devenues plus longues que celles de derrière, et que son col s’est tellement allongé, que la giraffe, sans se dresser sur les jambes de derrière, élève sa tête et atteint à six mètres de hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) (près de vingt pieds). " 
[PZ I, p. 256]

Lamarck cherche à illustrer par un exemple frappant l’idée que l’usage (ou le défaut d’usage avec l’exemple de l’atrophie des yeux de la taupe) contribue à la formation des organes, et rien de plus. Cet exemple a souvent été interprété faussement (dans l’esprit de l’Eloge funèbre par Georges Cuvier) comme si la girafe, à force de vouloir brouter les hautes feuilles, avait allongé son cou.

Il est intéressant de comparer ce passage avec une citation de Darwin sur le même sujet :

" En ce qui concerne la girafe, la conservation continue des individus de quelque ruminant éteint, devant à la longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle de l’objet complètement...) de son cou, de ses jambes, etc., la faculté de brouter au-dessus de la hauteur moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de...), et la destruction continue de ceux qui ne pouvaient pas atteindre à la même hauteur, auraient suffit à produire ce quadrupède (La classification de quadrupède concerne toutes les espèces d’animaux qui marchent à quatre pattes. La majorité des types d’animaux ambulatoires sont des...) remarquable ; mais l'usage prolongé de toutes les parties, ainsi que l'hérédité, ont dû aussi contribuer d'une manière importante à leur coordination. " 
(L'Origine des espèces - Chap. VII)

Le mécanisme mis en avant est un peu différent et reprend l'idée que l'usage des organes contribue à les développer en un certain sens, mais il n'est guère plus convaincant au fond. On pourrait multiplier les citations ou Darwin illustre l'idée lamarckienne de l'usage et du défaut d'usage (par exemple, pour les yeux de la taupe, son explication est identique en tout point à celle de Lamarck ; cf. p.149).

Cet exemple est assurément maladroit, autant chez Lamarck que chez Darwin. Cela montre simplement que tout le monde peut se tromper en cherchant à interpréter des faits pour appuyer une théorie (et le darwinisme, ayant eut une plus longue carrière, est loin d’être en reste sur ce point).

L’homme descend du singe (Un singe (du latin simius, pluriel Simia) est un animal faisant partie du groupe constitué par l'ordre des primates. Parmi les primates, il n'est pas simple de...)

Après la publication de L’Origine des espèces l’évêque d’Oxford avait demandé à Thomas Huxley si c’était par sa grand-mère ou par son grand-père qu’il descendait du singe. Dès lors, on attribua à Darwin l’idée (que l’on prétend avoir été scandaleuse à la fin du XIXe siècle) d’une origine simiesque de l’homme, idée formulée en 1809 par Lamarck [7], lequel ne faisait alors que poursuivre logiquement le mouvement amorcé par le très pieux Carl von Linné (1707-1778), qui n’avait pas hésité, au milieu du XVIIIe siècle et malgré les réticences de l'Église (L'église peut être :) (et de certains de ses collègues, dont Buffon), à intégrer l’homme dans sa classification des animaux et à le faire voisiner, sinon cousiner, avec les singes dans l’ordre des primates.

Charles Darwin, quoi que prétende l’hagiographie darwinienne, ne s’est jamais aventuré dans ces eaux. Il ne parle pas de l’homme dans L’Origine des espèces ; il attendit 1871 pour s’y risquer dans La Descendance de l’homme et la sélection sexuelle, alors que pratiquement tout le monde avait déjà glosé à perdre haleine (L'haleine est l'air qui est chassé des poumons d'un sujet au moment de l'expiration, et qui s'exhale par la bouche.) sur la question. Ce fut pour dire que, tout compte fait, il préférait descendre d’un gentil singe plutôt que des horribles sauvages qu’il avait vus lors de son voyage en Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de l'Europe et de l'Afrique par l'océan...) du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.).

Si la formule " L’homme descend du singe " devint emblématique du darwinisme, quoi qu’ait réellement dit Charles Darwin, c’est parce que la parenté de l’homme et du singe était bien plus frappante d’un point de vue idéologique que ne pouvait l’être, d’un point de vue scientifique, la parenté, par exemple, du lézard (Les lézards sont des petits reptiles de l'ordre des Squamates. Ils partagent le fait d'avoir quatre pattes, des oreilles à tympan apparent sans conduit auditif...) et du dinosaure (Les dinosaures (du grec Dinosauria) forment un clade extrêmement diversifié de vertébrés diapsides représentés actuellement par les oiseaux. Ce sont des archosaures ovipares...). Et c’est pour cette valeur idéologique qu’elle fut mise en avant (quelque erronée qu’elle fût).

Le succès du darwinisme doit moins à sa pertinence scientifique qu'à la valeur idéologique de ses présupposés qui entrent en résonance (Lorsqu'on abandonne un système stable préalablement écarté de sa position d'équilibre, il y retourne, généralement à travers des oscillations propres. Celles-ci se produisent à la fréquence propre du système. Si le système n'est pas trop...) avec ceux de la société victorienne en particulier et plus généralement avec ceux du libéralisme économique (la lutte pour la vie) et de la société industrielle (les êtres vivants conçus comme des machines)[8] ; d'où la résurgence périodiques des thèmes propres au darwinisme social et à l'eugénisme. Mais ceci est une autre histoire[9]

Lamarck et l’avenir de la biologie

Ces déformations successives des travaux et de l’esprit de Lamarck ne furent pas uniquement le fait de scientifiques mal informés sur l’histoire de leur discipline (la plupart des biologistes, aujourd’hui encore, sont sincèrement persuadés que l’hérédité des caractères acquis est une invention de Lamarck, et que c’est Darwin qui en a montré la fausseté), mais elles furent également propagées (et continuent de l’être) par certains historiens des sciences (ou prétendus tels), pour des raisons assez obscures tenant pour l’essentiel au désir de ne pas froisser l’idéologie dominante chez les biologistes. Une énumération des interprétations erronées et des falsifications malveillantes de la biologie lamarckienne serait interminable. De nos jours, fidèles à la caricature de Georges Cuvier, les ouvrages de référence en biologie continuent à qualifier le lamarckisme d’hérésie. Le darwinisme peut ainsi prétendre être la seule option scientifique, la seule alternative au créationnisme.

Voici pourtant ce que André Pichot conclu de l’examen approfondi des idées de Lamarck :

" La pensée de Lamarck, bien qu’elle ait été souvent négligée, est un monument de l’histoire de la biologie (tout autant que celle d’Aristote, à qui elle est sans doute la seule à pouvoir être comparée). C’est en effet là que pour la première fois on a cherché à faire une biologie (c’est l’inventeur du mot et de la chose) qui concilie les principes de la physique moderne (ceux d’un mécanisme naturalisé) et la reconnaissance d’une spécificité du vivant. Une biologie qui ne serait pas un mécanisme de type cartésien, c’est-à-dire niant la vie ; mais qui ne serait pas non plus un animisme à la Stahl, ni un vitalisme à la Bichat, qui ne reconnaissent la spécificité de la vie que pour l’opposer à la physique. " 

" Aux deux paradigmes de la biologie, celui d’Aristote et celui de Descartes, nous aurions pu en ajouter un troisième, celui de Lamarck qui serait un paradigme mécaniste ayant intégré la dimension historique (Ce serait en réalité le véritable paradigme mécaniste en biologie, puisque celui de Descartes est scindé en deux parties qu’il n’a pas su concilier, et puisque ce qu’en général on considère comme biologie mécaniste, l’animal-machine, n’est qu’une variante du galénisme.). Nous ne le ferons pas, car la notion même de paradigme suppose l’exercice d’une prééminence absolue (L'absolue est un extrait obtenu à partir d’une concrète ou d’un résinoïde par extraction à l’éthanol à température ambiante ou plus...), prééminence que les thèses lamarckiennes n’obtiendront jamais (sauf en ce qui concerne la classification des invertébrés). Elles ne seront pas aussi rejetées et oubliées qu’on le dit souvent, et elles auront une certaine influence (notamment sur Darwin, quoi que celui-ci en ait dit). Pour comprendre cette situation, il faut se rappeler qu’au XIXe siècle la biologie n’était pas aussi monolithique (Un monolithe est un élément fait d'un seul bloc de pierre de grande dimension. Son nom vient du grec ancien λιθος -lire lithos-(la pierre).) qu’elle l’est aujourd’hui, et distinguer entre la conception biologique générale de Lamarck et son transformisme. " 

" Pour ce qui concerne la non-reconnaissance de la conception lamarckienne de la vie, le point le plus important est sans doute le remplacement, dans la première moitié du XIXe siècle, de l’approche mécaniste par l’approche chimique, non plus à la manière chimiatrique mais à la lueur de la chimie moderne qui se développait alors. Toutes les considérations sur les parties contenantes et les fluides contenus devenaient désuètes. Le coup de grâce fut sans doute donné par la physiologie de Claude Bernard. […] " 

" Il n’y eut ainsi jamais de paradigme lamarckien, dans la mesure où un paradigme doit être prééminent. Les thèses lamarckiennes n’eurent jamais qu’une existence parallèle à d’autres thèses, et elles finirent par s’éteindre. Et cela malgré (ou, peut-être, à cause de) leur aspect révolutionnaire : pour la première fois on tentait de concilier la vie et la physique moderne (mécaniste), sans renoncer à la spécificité de la vie et sans invoquer de force vitale. Nous devrions même dire que ce fut non seulement la première tentative mais la seule qui ait à peu près abouti, car la biologie moderne n’est jamais parvenue à une définition de la vie qui ait une cohérence épistémologique comparable à celle de Lamarck (il n’est pourtant pas impossible de "traduire" Lamarck dans les termes de la biologie moderne, au prix de quelques aménagements qui conserveraient néanmoins l’essentiel de sa conception de la vie ; on a d’ailleurs pu constater tout au long de ce chapitre que bien des idées actuellement admises en biologie ou en neuro-psychologie sont des idées de Lamarck, même si on oublie en général de mentionner leur origine). " 

" Lamarck est l’occasion ratée de la biologie ; il est venu trop tard, c’est un biologiste (Sur les autres projets Wikimédia :) du XVIIIe siècle égaré au XIXe. Ce sont Cl. Bernard et Ch. Darwin qui vont faire de la biologie ce qu’elle est aujourd’hui (pour le meilleur et pour le pire) ; non seulement par leurs travaux propres, mais aussi (et surtout) par la manière dont leurs thèses vont être interprétées par la suite. Alors que Lamarck avait repris et développé le modèle mécaniste de l’embryologie cartésienne, Cl. Bernard, Darwin et leurs successeurs vont revenir au modèle machinique de la physiologie (provisoire) cartésienne. Une fois de plus, l’animal-machine, avatar du galénisme, va être compris comme le paradigme de la biologie mécaniste. " 
[10]

Autrement dit, bien loin d’appartenir seulement au passé, Lamarck est l’avenir de la biologie. Du moins d’une biologie qui ne chercherait plus à réduire les êtres vivants à des machines complexes afin de les faire participer plus aisément aux processus industriels de production des marchandises. Mais plutôt une biologie qui, en reconnaissant leur spécificité, en admettant le fait qu’ils ne sont pas seulement des objets passifs et soumis aux contraintes de l’environnement mais aussi et surtout des sujets actifs et autonomes, inventerait par-là même de nouveaux rapports entre l’homme et la nature. Concevoir le monde comme une immense accumulation d’objets, comme susceptible de se soumettre à la volonté de devenir " comme maître et possesseur de la nature " (Descartes) implique des rapports de domination et d’exploitation, tandis que reconnaître l’autonomie du vivant et par-là concevoir la nature comme une puissance autonome avec la quelle nous devons composer, impliquerait plutôt des rapports d'intelligence mutuelle, de coopération et de réciprocité…

Notes

  1. Samuel Butler, Evolution old and new, 1879, p. 54.
  2. Raspail, Nouveau système de physiologie végétale et botanique, 1837.
  3. Voir par exemple Stephen Jay Gould, La structure de la théorie de l’évolution, 2002 (trad. fr. éd. Gallimard, 2006) qui qualifie le système de Lamarck de " stérile " ; p. 246.
  4. Weismann, La prétendue transmission héréditaire des mutilations. Essais, 1892, p. 424-426.
  5. Weismann, op. cit, p. 441.
  6. André Pichot, L’eugénisme ou les généticiens saisis par la philanthropie, p.18 note 20.
  7. Lamarck, Philosophie Zoologique, chap. VIII, p. 349
  8. Cf. les commentaires de Marx et Engels sur L'Origine des espèces.
  9. Voir André Pichot, La société pure, de Darwin à Hitler, 2000 (éd. Flammarion).
  10. André Pichot, Histoire de la notion de vie, conclusion du ch. 7.

Œuvres

Voici une sélection des œuvres et ouvrages de Lamarck (liste complète) :

Bibliographie

  • Pietro Corsi (2001). Lamarck. Genèse et enjeux du transformisme. 1770-1830, CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) Éditions : 434 p. (ISBN 2-271-05701-9)
  • André Pichot (1997). Histoire de la notion de vie, éd. Gallimard, coll. " TEL " : 980 p. (ISBN 2070731367), chapitre 7 " Lamarck et la biologie ".
Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.