Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Mardi 24/01/2012 à 12:00
5-HTTLPR: le gène de la peur
gène  peur  ADN 

Les enfants porteurs de la version courte du gène 5-HTTLPR ont du mal à reconnaitre des visages épouvantés. (Photo: iStockphoto)
Une forme courte du gène 5-HTTLPR reconnue pour son action dans la reconnaissance de la peur chez l'adulte est maintenant étudiée chez l'enfant. Et ce qu'on a découvert est plutôt singulier: contrairement aux adultes, les enfants d'âge préscolaire porteurs de la version courte du gène (Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la synthèse d'une chaîne de polypeptide ou d'un acide ribonucléique (ARN) fonctionnel....) ont du mal à reconnaitre des visages épouvantés, ce qui n'est pas le cas avec d'autres émotions, comme la tristesse, la joie et la colère.

Depuis un peu plus d'une décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix » et annus « année.), le monde (Le mot monde peut désigner :) de la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques....) s'intéresse de près à ce gène. Il participe au transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par assimilation, des actions...) de la sérotonine, un neurotransmetteur (Les neurotransmetteurs, ou neuromédiateurs, sont des composés chimiques libérées par les neurones (et parfois par les cellules gliales) agissant sur...) du système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, de l'encéphale, de la moelle épinière, etc. Il coordonne les...) central qui joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle essentiel dans le contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) des émotions. Il peut être constitué de deux allèles longs, de deux allèles courts ou encore d'un allèle long et d'un allèle court. Sa forme courte rendrait les individus qui en sont porteurs plus vulnérables au stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes environnementales. Dans le langage courant, on parle de stress...).

"Au départ, nous croyions trouver des similitudes entre les adultes et les enfants, mais les conclusions de notre étude démontrent qu'on ne peut présumer que des bambins réagissent de la même façon que les adultes, ne serait-ce que parce que leur cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...) est encore en plein développement, remarque Catherine Herba, professeure de psychologie rattachée au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, établissement affilié à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires...). De plus, il leur manque une certaine expérience de la vie (La vie est le nom donné :) qui, avec le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), les familiarise avec les réactions de peur. Toutefois, il est intéressant de voir que, même à un si jeune âge, il se passe quelque chose de distinctif dans leur processus émotionnel de la peur."


Catherine Herba
En collaboration avec le Dr Henning Tiemeier de l'Erasmus (Erasmus (European Region Action Scheme for the Mobility of University Students) est le nom donné au programme d'échange d'étudiants et d'enseignants entre les universités et les grandes écoles européennes. C'est...) University Medical Center, elle a supervisé cette étude menée aux Pays-Bas auprès d'un groupe de 605 enfants âgés de trois ans. Au cours de l'expérience, ils devaient associer des visages qui présentaient des émotions semblables. Cette recherche est l'une des rares à s'être penchées sur la relation entre le gène 5-HTTLPR et les processus émotionnels chez l'enfant. Les résultats sont publiés dans le Journal of Child Psychology and Psychiatry.

Un lien avec l'amygdale

Selon certains scientifiques, la forme courte du gène 5-HTTLPR pourrait être associée à la dépression, au comportement suicidaire, à l'anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et comportementale, un état d'alerte, de tension psychologique et somatique, en rapport avec un sentiment désagréable de...) et à l'alcoolisme (L'alcoolisme est l'addiction à l'alcool ([[éthanol[[) contenu dans les boissons alcoolisées. L'OMS reconnaît l'alcoolisme comme une maladie et...), mais ces hypothèses demeurent controversées. En revanche, un chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur...) américain a démontré grâce à la neuro-imagerie que la version courte du gène influerait sur l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) de l'amygdale chez l'adulte, cette structure du cerveau qui permet à l'humain de reconnaitre le danger. Mais cette stimulation (Une stimulation est un événement physique ou chimique qui active une ou plusieurs cellules réceptrices de l'organisme. La cellule traduit la stimulation...) n'est pas nécessairement liée au comportement des individus étudiés.

Catherine Herba croit que les réponses physiologiques et comportementales à la peur ne vont pas toujours de pair. "L'amygdale des enfants de l'étude peut avoir été activée - il faudrait reprendre notre recherche à l'aide de l'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La fabrication se faisait jadis soit à la main, soit par...) cérébrale pour le savoir - sans que cela se traduise sur le plan comportemental. Cela expliquerait pourquoi les enfants porteurs des allèles courts ont peiné dans le test de reconnaissance faciale. Cette dissociation entre le cerveau et le comportement a déjà été observée tant chez les animaux que chez les êtres humains."

Elle note par ailleurs qu'on ne doit pas tirer de conclusions trop hâtives de sa recherche. "Dans les expériences effectuées auprès des adultes, des méthodologies différentes de la nôtre étaient employées, notamment des échantillons plus petits. Les tests n'étaient pas non plus les mêmes. Nous avons dû adapter le nôtre en fonction de l'âge des enfants. Bref, il serait intéressant de répéter notre étude auprès de cette cohorte afin de mesurer l'évolution de leurs processus émotionnels dans le temps."

Marie Lambert-Chan

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal
 
Archives des News
  Août 2017
  Juillet 2017
  Juin 2017
  Mai 2017
  Toutes les archives

Lundi 21 Août 2017 à 00:00:27 - Vie et Terre - 1 commentaire
» Nouvelle technologie en génie génique