Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Mardi 24/04/2012 à 12:00
Le manchot pygmée utilise la température de l'eau pour pêcher
Dans une étude publiée par PLoS ONE, une équipe franco-australienne dirigée par des chercheurs de l'Institut pluridisciplinaire Hubert Curien - IPHC (CNRS/Université de Strasbourg) montre que, pendant la saison de reproduction, le manchot pygmée se sert des brusques variations de température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du transfert de...) dans la colonne d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) (les thermoclines) comme indicateurs des zones où se concentrent ses proies. Ces marqueurs physiques pourraient donc leur permettre d'optimiser leur prise alimentaire.


Un poussin de manchot pygmée dans les mains d'un chercheur, sur le point (Graphie) de quitter le nid (Le nid désigne généralement la structure construite par les oiseaux pour contenir leurs œufs et fournir un premier abri à leur progéniture. Les nids sont...).
(crédit photo: Laure Pelletier)

Dans un milieu changeant comme l'océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau salée. En fait, il s'agit plutôt d'un volume, dont l'eau est en permanence renouvelée par des courants...), les oiseaux marins doivent apprendre à optimiser leurs comportements de pêche et notamment à se caler sur les pics d'abondance de nourriture. Avec son brusque changement de température, la thermocline (La thermocline est une couche de transition thermique rapide entre les eaux superficielles et les eaux profondes.) marque la limite entre les eaux de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent...) et les eaux profondes. Elle représente une barrière physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique...) naturelle où se concentrent les proies des manchots pygmées (petits poissons). Grâce à un suivi au long cours de l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) en mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) et à terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse...) des manchots pygmées, la même équipe franco-australienne a déjà montré, en 2009, que lorsque la colonne d'eau est homogène en température et ne présente donc pas de thermocline, en raison du phénomène climatique El Niño (El Niño (littéralement « courant de l’Enfant Jésus », car il apparaît peu après noël), désigne à l'origine un courant côtier saisonnier au large du Pérou et...) qui mélange (Un mélange est une association de deux ou plusieurs substances solides, liquides ou gazeuses qui n'interagissent pas chimiquement. Le résultat de l'opération est une préparation aussi appelée...) les eaux de surface, les oiseaux ont un succès de pêche moindre .

Pour approfondir les résultats de 2009 et savoir si les manchots exploitaient la thermocline comme indicateur d'une zone potentiellement riche en nourriture, les chercheurs ont installé sur le dos (En anatomie, chez les animaux vertébrés parmi lesquels les humains, le dos est la partie du corps consistant en les vertèbres et les côtes....) des oiseaux des instruments miniaturisés enregistrant leurs accélérations et la température de l'eau. Les résultats démontrent que le succès de rencontre de proies par les manchots reflète la structuration thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des...) de la colonne d'eau. Ainsi, durant les trois premières semaines de l'étude, la présence d'une thermocline à des profondeurs variant entre 25 et 50 mètres a correspondu à une efficacité de pêche plus élevée. A l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y...), au cours des deux dernières semaines où aucune thermocline n'a été détectée et où les oiseaux plongeaient davantage mais moins profondément, leur succès de pêche a été plus faible.

La thermocline agirait donc comme un marqueur temporaire de la disponibilité (La disponibilité d'un équipement ou d'un système est une mesure de performance qu'on obtient en divisant la durée durant laquelle ledit équipement ou système est opérationnel par la durée totale...) en proies, sur lequel les oiseaux doivent s'ajuster afin d'optimiser leur succès de pêche. Les chercheurs se posent désormais la question de savoir si cet indicateur aide la décision des manchots à s'engager ou non dans la reproduction. Il est en effet attendu que les oiseaux synchronisent la période pendant laquelle la demande des poussins en nourriture est maximale avec le pic de disponibilité alimentaire.

Référence: Can thermoclines be a cue to prey distribution for marine top predators ? A case study with little penguins, PLoS ONE, Laure Pelletier, Akiko Kato, André Chiaradia & Yan Ropert-Coudert.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INEE