Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Mardi 01/05/2012 à 12:00
Avant il pleuvait des averses, maintenant ce sont des trombes d'eau
Le changement climatique a accéléré le cycle global de l'eau suggère une nouvelle étude. Sa conclusion vient soutenir l'une des deux projections concurrentes établies par les chercheurs sur la manière dont le cycle des précipitations et des évaporations de l'atmosphère va évoluer en réponse au réchauffement planétaire.

Ces prédictions théoriques, fondées sur la relation existant entre température et quantité de vapeur () d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) que l'atmosphère peut contenir, indiquent que le réchauffement de la planète devrait intensifier le cycle de l'eau atmosphérique d'un facteur deux par rapport aux modèles informatiques qui prennent en compte d'autres facteurs comme des contraintes énergétiques dans l'atmosphère. Des mesures fiables de l'intensité des cycles de l'eau sont néanmoins difficiles à obtenir, notamment parce que les océans couvrent environ 70 pour cent de la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement...) du globe et reçoivent environ 80 % de ses précipitations.

Paul Durack et ses collègues ont contourné ce problème en utilisant les mesures de salinité de surface recueillies entre 1950 et 2000. Les types de changements observés dans les relevés de salinité sont plus conformes aux projections théoriques qu'avec les simulations informatiques. Les chercheurs en concluent que le cycle global de l'eau va s'intensifier de 16 à 24 pour cent si la température moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de...) globale s'accroît de 2 à 3 °C. L'un des effets sera que les régions océaniques relativement fraîches vont l'être encore plus et que les plus salées vont le devenir encore plus aussi, un changement qui est déjà en cours selon Duraxk et ses collègues.

Référence:

« Ocean Salinities Reveal Strong Global Water Cycle Intensification During 1950-2000 » par P.J. Durack, S.E. Wijffels et R.J. Matear du Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (Une organisation est) (CSIRO) Marine and Atmospheric Research à Hobart, TAS, Australie (L’Australie (officiellement Commonwealth d’Australie) est un pays de l’hémisphère Sud dont la superficie couvre la plus grande partie de l'Océanie. En...) ; P.J. Durack de l'Université de Tasmanie (La Tasmanie est une île d'Océanie et un État australien, située à 240 km de la côte Sud-Est du continent australien dont elle est séparée par le détroit de Bass. L'État de Tasmanie...) à Hobart, TAS, Australie; Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large. L'ensemble de...) du 27 avril 2012, n° 12.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Science, AAAS & EurekAlert
Illustration: Nasa