Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Mercredi 06/06/2012 à 00:00
Les antidépresseurs augmentent la plasticité cérébrale

De gauche à droite, M. Jeyabalaratnam, Mme Cattan, MM. Bharmauria, Bachatene et Molotchnikoff.
Certains antidépresseurs, telle la fluoxétine, mieux connue sous le nom commercial de Prozac, peuvent faciliter la plasticité de neurones du cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.) visuel. C'est l'étonnante découverte qu'a faite l'équipe de chercheurs du professeur Stéphane Molotchnikoff, du Département de sciences biologiques de l'Université de Montréal.

«Les neurones du cortex visuel primaire sont spécialisés en fonction des différentes propriétés des stimulus visuels telles que la couleur (La couleur est la perception subjective qu'a l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes lumineuses, avec une (ou des) amplitude(s) donnée(s).), le contraste, le mouvement ou encore l'orientation (Au sens littéral, l'orientation désigne ou matérialise la direction de l'Orient (lever du soleil à l'équinoxe) et des points cardinaux (nord de la boussole) ;) horizontale, verticale (La verticale est une droite parallèle à la direction de la pesanteur, donnée notamment par le fil à plomb.) ou diagonale (On appelle diagonale d'un polygone tout segment reliant deux sommets non consécutifs (non reliés par un côté). Un polygone à n côtés possède diagonales.) des formes, explique le professeur Molotchnikoff. Leur réaction est maximale lorsqu'une figure comporte la caractéristique pour laquelle ils sont spécialisés. Cette sélectivité de fonctions est acquise par expérience, après la naissance, et l'on croyait qu'elle ne changeait pas au cours de la vie (La vie est le nom donné :). Mais nous savons aujourd'hui que le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps,...) adulte conserve une part de plasticité et qu'il peut ainsi compenser une lésion en réaffectant une partie d'un cortex à une nouvelle fonction.»

Sérotonine

Les travaux de Lyes Bachatene, doctorant (Un doctorant est un chercheur débutant s'engageant, sous la supervision d'un directeur de thèse, dans un projet de recherche sur une durée variable selon les...) au Département de sciences biologiques, ont montré que, sur des modèles animaux, un stimulus particulier d'une durée aussi brève que 12 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte...) suffisait à changer la spécialisation de neurones du cortex visuel.

«Si, par exemple, nous présentons à un chat (Le chat domestique (Felis silvestris catus) est un mammifère carnivore de la famille des félidés. Il est l’un des principaux animaux de compagnie et...) une série de lignes verticales en mouvement sur un écran, nous pouvons observer quel groupe de neurones est spécialisé relativement à cette propriété, relate le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant...). Lorsque nous modifions, pendant une douzaine de minutes, l'orientation de ces lignes, nous constatons que certains de ces neurones ont changé leur spécialisation en fonction du nouveau stimulus. Certains neurones demeurent toutefois réfractaires et conservent leur fonction première.»

Il est connu que la sérotonine - un neurotransmetteur (Les neurotransmetteurs, ou neuromédiateurs, sont des composés chimiques libérées par les neurones (et parfois par les cellules gliales) agissant sur d'autres neurones, appelé neurone...) actif dans de nombreuses fonctions cognitives et comportementales - joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle dans cette flexibilité cérébrale. Cela est notamment démontré par la dépression, un état associé à un déficit de sérotonine dans le cerveau. L'un des principaux traitements médicamenteux de la dépression consiste d'ailleurs à bloquer la recapture de la sérotonine par le neurone (Un neurone, ou cellule nerveuse, est une cellule excitable constituant l'unité fonctionnelle de base du système nerveux. Le terme de...) afin d'en augmenter la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) dans le tissu cérébral.

Lyes Bachatene a donc repris son expérience en administrant localement de la sérotonine à ses sujets. L'expérience a montré que la plasticité était effectivement améliorée et que même les neurones réfractaires s'adaptaient au nouveau stimulus.

Antidépresseur

Le chercheur a par ailleurs voulu vérifier si l'administration d'un antidépresseur inhibiteur de la recapture de la sérotonine pouvait avoir le même effet en utilisant à cette fin la fluoxétine. Les résultats ont été les mêmes: «La fluoxétine facilite la plasticité par la stimulation (Une stimulation est un événement physique ou chimique qui active une ou plusieurs cellules réceptrices de l'organisme. La cellule traduit la stimulation par un potentiel...) visuelle», affirme Lyes Bachatene.

Cette nouvelle expérience a en outre permis de constater que l'excitabilité neuronale diminuait avec l'administration de la sérotonine, mais demeurait stable avec la fluoxétine. «Indépendamment du blocage de la recapture de la sérotonine, la fluoxétine a donc son propre effet sur la plasticité neuronale», en conclut Stéphane Molotchnikoff.

Le professeur estime donc que les antidépresseurs de ce type pourraient potentiellement améliorer la récupération d'habiletés affectées par un accident cérébral. Il cite à titre d'exemple le cas d'un homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...) adulte dont le champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) de vision était réduit de moitié et qui a pu recouvrer presque toutes ses facultés visuelles par des exercices soutenus.

Ont également participé à ces travaux Sarah Cattan, Vishal Bharmauria et Jeyadarshan Jeyabalaratnam, du Département de sciences biologiques de l'UdeM, ainsi que Jean Rouat, de l'Université de Sherbrooke.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Daniel Baril - Université de Montréal
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages