Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Publication le Mercredi 04/07/2012 à 00:00
Nestorone, un gel contraceptif pour hommes
Nous vous présentions il y a deux ans l'invention d'un moyen de contraception pour hommes par ultrasons (voir notre article ici). Une équipe de chercheurs vient de tester un tout autre moyen de contraception sous forme de gel. Il serait efficace et sans effets secondaires.

Une équipe de chercheurs de l'UCLA Medical Center vient de présenter, lors de la réunion (La Réunion est une île française du sud-ouest de l'océan Indien située dans l'archipel des Mascareignes à environ 700 kilomètres à l'est de Madagascar et...) annuelle de l'Endocrine Society à Houston (Houston est une ville du Texas au sud des États-Unis. Avec une population de plus de 2 000 000 habitants (Houstoniens) et 5 280 661 dans l'agglomération, c'est la plus grande ville de l'état ainsi que du Sud des...), le fonctionnement de ce gel contraceptif hormonal ainsi que les résultats des premiers tests. Ce gel associe de la testostérone et un progestatif (Nestorone). En l'appliquant quotidiennement, il permet de réduire la production de spermatozoïdes et ainsi rendre l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère...) temporairement stérile. C'est la première fois qu'une telle combinaison (Une combinaison peut être :) permet de fournir une quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de...) d'hormones permettant d'abaisser autant la production de sperme (Le sperme est un fluide organique animal expulsé du corps lors de l'éjaculation contenant les spermatozoïdes. Sécrétés...).

Les premiers tests sont concluants. 56 hommes se sont portés volontaires, et ont appliqué quotidiennement un gel, pendant une durée de 6 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.). Un tiers des hommes a reçu un gel contenant de la testostérone mélangée à un placebo. Les deux autres tiers utilisaient un gel contenant une association de testostérone et de Nestorone différemment dosé (8 ou 12 mg de Nestorone).

Résultat: 23% des hommes ayant appliqué le gel contenant de la testostérone et du placebo ont vu leur concentration en spermatozoïde réduite à 1 million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui précède un...) de spermatozoïdes par millilitre, un niveau présentant un risque de conception extrêmement faible, proche de la stérilité. Concernant les hommes ayant appliqué un gel contenant du Nestorone, 89% d'entre eux ont réussi à faire chuter leur nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de spermatozoïdes en dessous du seuil d'un million.

Le taux de Nestorone influe également car 69% des hommes utilisant le gel contenant 8mg de Nestorone ont atteint le risque zéro (Le chiffre zéro (de l’italien zero, dérivé de l’arabe sifr, d’abord transcrit zefiro en italien) est un symbole marquant une position vide dans l’écriture des...) (absence totale de spermatozoïde), contre 78% pour ceux ayant utilisé le gel avec 12mg de Nestorone. Cette différence est logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος), terme inventé par Xénocrate signifiant à la fois raison, langage, et raisonnement) est dans une...) puisque la testostérone sert à couper la fabrication des hormones de reproduction, et le Nestorone sert à en augmenter les effets. Il suffit ensuite aux hommes de stopper le traitement, pour retrouver une production de spermatozoïdes à un taux normal, soit 15 millions par millilitre.

S'il ne s'agit pour le moment que d'une étude préliminaire, les premiers résultats sont encourageants. Ce mode de contraception, qui pourrait être une alternative à la pilule, ne présente aucun effet indésirable et a l'avantage de pouvoir être utilisé simplement sans avoir à subir un implant ou une injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :).

Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Illustration: Wikipedia
Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS