Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par jyb le Vendredi 06/07/2012 à 12:45
Vol AF 447 Rio-Paris: le rapport final du BEA et les recommandations
Le BEA a publié ce jeudi son rapport final sur la catastrophe du vol AF 447 Rio Paris qui s'est abimé dans l'Atlantique le premier juin 2009. Comme attendu, le BEA a livré des conclusions supplémentaires, notamment par rapport aux études menées sur les facteurs humains. Ces études ont permis de déterminer plusieurs améliorations qui auraient pu permettre à l'équipage de sauver l'avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air, entraîné par un organe moteur (dans le cas d'un engin sans moteur, on...) lors des dernières minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le terrain. ...) de vol.


L'enregistreur de paramètres, Flight Data Recorder (FDR), a été remonté le 1er mai 2011 - Illustration: BEA.

Rappel sur les faits

Le vol AF447 est celui d'un avion fiable avec une excellente statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon. D'une façon générale, c'est le résultat de l'application d'une méthode statistique à un...). Avant le vol AF447 du premier juin 2009, aucun Airbus (Airbus est un constructeur aéronautique européen et également un acteur majeur dans la construction aéronautique mondiale. Filiale à 100 % du groupe...) de la famille A330 / A340 n'a été impliqué dans un accident mortel alors même qu'un millier d'exemplaires parcourent le monde (Le mot monde peut désigner :) et depuis une quinzaine d'années pour les plus anciens.

L'équipage est formé de trois pilotes, deux d'entre eux sont expérimentés, le troisième provient de la filière (Une filière est une suite de formalités, d'emplois à remplir avant d'arriver à un certain résultat: la filière administrative.) d'excellence d'Air France (Air France (officiellement Société Air France) (IATA : AF • OACI : AFR • indicatif radio : AIRFRANS) est la principale compagnie aérienne...). La composition de l'équipage est conforme à la règlementation en vigueur. Les conditions météorologiques sont difficiles, mais courantes sur le parcours du vol.

Les premières raisons évoquées

Très rapidement, avant même la découverte des boites noires, l'hypothèse des sondes de Pitot est évoquée. Il s'est avéré qu'il y a eu effectivement un problème avec ces sondes, mais cet incident a relativement peu affecté l'instrumentation (Le mot instrumentation est employé dans plusieurs domaines :) et s'il a été le déclencheur (En informatique, un déclencheur (ou trigger en anglais) est un dispositif logiciel qui provoque un traitement particulier en fonction d'événement prédéfinis. Par extension, c'est l'événement lui-même qui est qualifié de...) de la séquence menant à l'accident il ne peut être retenu comme principal responsable. L'absence d'indication (Une indication (du latin indicare : indiquer) est un conseil ou une recommandation, écrit ou oral.) de vitesse (On distingue :) ainsi qu'un début de décrochage ne peuvent être considérés comme une condition désespérée pour un avion et la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu...) est censée être rattrapable.

Le dernier rapport d'étape

Le dernier rapport d'étape mettait l'accent sur les erreurs de pilotage lors des dernières minutes du vol. Malgré l'altimètre (Un altimètre est un appareil permettant de mesurer l'altitude.), l'alarme de décrochage et les vibrations de l'avion, l'équipage n'a pas réussi à identifier la situation de décrochage. En poursuivant des mouvements en cabré, les pilotes ont même forcé la poursuite de cette situation. Or, aucun des membres présents dans le cockpit (L'habitacle (mais aussi cabine de pilotage, poste de pilotage, cellule ou encore cockpit) d'un avion désigne l'espace réservé au pilote, son copilote et au mécanicien. Il...) n'a manifesté une volonté de comportement dangereux et tous étaient compétents. C'est sur cette base que le BEA a mis en place un groupe d'études sur le facteur humain.

Les nouveautés du rapport final

Les nouvelles conclusions contiennent 41 recommandations concernant plusieurs domaines, en grande partie la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) du vol de croisière. Réputée comme la moins accidentogène, la phase du vol de croisière n'est pas la plus mise en avant dans la règlementation et dans les entraînements. Un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de recommandations concerne ainsi la répartition des rôles et l'organisation (Une organisation est) du cockpit lorsque le commandant de bord n'est plus aux commandes.

D'autres recommandations concernent l'entraînement de l'équipage au niveau des vols de croisière, la connaissance qu'il doit avoir du fonctionnement et des limites de l'instrumentation. D'autres points concernent l'ergonomie et notamment le fonctionnement de l'alarme de décrochage ou du moins de son interruption. Lorsque l'alarme s'éteint, les pilotes n'ont pas d'indication claire indiquant si cette extinction (D'une manière générale, le mot extinction désigne une action consistant à éteindre quelque chose. Plus particulièrement on retrouve ce terme dans plusieurs domaines :) est due à un retour à la normale où à une incohérence de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.). Il est vrai que les concepteurs de l'appareil n'ont sans doute jamais imaginé qu'un exemplaire aurait une vitesse verticale (La verticale est une droite parallèle à la direction de la pesanteur, donnée notamment par le fil à plomb.) à peu près aussi élevée que la vitesse horizontale.

Pour plus d'information sur le sujet voir aussi notre dossier http://www.techno-science.net/?onglet=a ... article=42
Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS