Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Samedi 14/07/2012 à 00:00
Le peuplement de l'Amérique vu par la génétique
L'étude la plus complète retraçant l'histoire du patrimoine génétique des populations amérindiennes vient d'être réalisée à partir des données génétiques de 500 personnes provenant de 52 populations amérindiennes et 17 sibériennes. L'analyse s'est portée sur 364 470 marqueurs génétiques et a permis de prendre en compte, pour la première fois, les métissages européens et africains au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du...) de chaque individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).). Cette recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) a été menée par un consortium d'une soixantaine de chercheurs provenant d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...) et des trois Amériques, et notamment du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public...) . Ce travail, publié le 11 juillet 2012 sur le site de la revue Nature, démontre qu'il y a eu trois vagues de peuplement distinctes en provenance de Sibérie et que de vastes échanges génétiques se sont ensuite produits entre ces populations. Ces analyses génétiques pourront être prises en compte dans de futures études anthropologiques et médicales en Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan...).


Portrait d'Amérindien de Guyane française.
© Georges Larrouy

Grâce aux puces ADN, la technique la plus puissante d'analyse des génomes, les chercheurs ont pu obtenir une vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) d'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...) du patrimoine génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) de plus de 500 personnes provenant de 52 populations amérindiennes et 17 sibériennes. L'analyse de 364 470 marqueurs leur a permis d'établir le degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines suivants :) de différence ou de ressemblance génétique de ces populations. Pour cela, un intense travail de traitement informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le traitement automatique de l'information par des machines telles que les ordinateurs,...) des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) a dû être effectué. Notamment, il a fallu correctement détecter et interpréter les traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la responsabilité de la Commission européenne dans...) génétiques du métissage africain et européen qu'ont connu, après l'arrivée de Christophe Colomb, les populations amérindiennes.

Les analyses confirment que la majorité des populations amérindiennes, des Algonquins du Québec aux Yaghans de Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse...) de Feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.), en passant par les Mayas-Kaqchiquel du Guatemala, proviennent d'une vague (Une vague est un mouvement oscillatoire de la surface d'un océan, d'une mer ou d'un lac. Les vagues sont générées par le vent et ont une amplitude crête-à-crête allant de quelques centimètres à 34 m (112 pieds), la plus haute vague jamais...) de migration provenant de Sibérie il y a environ 15 000 ans. L'analyse des génomes montre que la plus grande diversité génétique parmi les individus se situe au Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) de l'Amérique, tandis que les populations les plus homogènes génétiquement sont celles de l'Amérique du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.), confirmant l'axe Nord-Sud de peuplement du continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce terme...).

Par ailleurs, les chercheurs ont montré l'existence de deux autres vagues de peuplement asiatique survenues ultérieurement. Ceci confirme le modèle à trois vagues proposé en 1986 par Greenberg, Turner et Zegura, et qui, à l'époque, n'avait pas su convaincre la communauté de chercheurs. Les deux vagues suivant celle connue sous le nom de "First American" sont toutefois restées cantonnées à l'Alaska, le Canada et le Nord des Etats-Unis. Contrairement à ce qu'affirmait le modèle de 1986, les données actuelles montrent que les populations arrivantes se sont mélangées à celles déjà présentes. Ainsi se sont formés les peuples Eskimo-Aléoutes et Chipewyans.

Ce travail de recherche a aussi permis de résoudre une énigme concernant le patrimoine génétique des indiens de langue Chibchan habitant au Panama. Ils seraient en fait issus du métissage entre populations descendant du Mexique et un reflux de populations remontant depuis le Venezuela et la Colombie.

Ces riches données génétiques réunies par le consortium devraient avoir par la suite un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'applications, tournées notamment vers les relations Homme/environnement. Par exemple, les deux équipes des laboratoires Anthropologie bio-culturelle, droit, éthique et santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.), et Anthropologie moléculaire et imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La...) de synthèse s'intéresseront, à partir de ces analyses, à la distribution d'autres marqueurs génétiques des populations dont on pense qu'ils ont pu représenter un avantage sélectif face à certaines maladies infectieuses en Amérique.


Notes:

(1) Laboratoire Anthropologie bio-culturelle, droit, éthique et santé (CNRS/Aix Marseille Université/EFS) et laboratoire Anthropologie moléculaire et imagerie de synthèse (CNRS/Université Paul Sabatier Toulouse 3/Université de Strasbourg), avec une contribution financière du programme interdisciplinaire (Un travail interdisciplinaire intègre des concepts provenant de différentes disciplines.) de recherche Amazonie du CNRS.


Référence:

Reconstructing Native American Population History
David Reich et al. Nature Advance (Advance est un constructeur informatique.) Online Publication, 11 juillet 2012


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS