Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Mardi 24/07/2012 à 00:00
L'importance des trous noirs en tant que source de chaleur du cosmos
Jusqu'à présent, les astrophysiciens pensaient que les trous noirs super-massifs ne pouvaient influencer que leur environnement immédiat. Une équipe internationale - formée de chercheurs allemands, canadiens et américains - a découvert que les gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la...) diffus dans l'univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) pouvaient "absorber" les rayons gamma émis par les trous noirs augmentant ainsi très significativement la température de ces gaz. Ce résultat surprenant a des implications importantes notamment sur la formation des différentes structures de l'univers.


Vue d’artiste (Est communément appelée artiste toute personne exerçant l'un des métiers ou activités suivantes :) d’un quasar (En astronomie, un quasar (pour source de rayonnement quasi-stellaire, quasi-stellar en anglais) est une source d'énergie électromagnétique, incluant la lumière....). Cliquer pour agrandir.

Toutes les galaxies comportent un trou noir (En astrophysique, un trou noir est un objet massif dont le champ gravitationnel est si intense qu’il empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper (à l'exception notable de la radiation de...) super-massif dans leur centre. Ces trous noirs peuvent émettre des rayons gamma de haute énergie et sont alors appelés blazars. Ces radiations gamma interagissent avec les photons (En physique des particules, le photon est la particule élémentaire médiatrice de l'interaction électromagnétique. Autrement dit, lorsque deux particules...) de lumière visible émis par les galaxies les transformant en particules élémentaires (électrons, positrons). Lors de leur création, ces particules se déplacent à des vitesses proches de celle de la lumière mais sont rapidement ralenties par les gaz diffus environnants. Une grande part de leur énergie cinétique est alors transférée aux gaz diffus sous forme d'énergie thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des transferts...) échauffant ainsi considérablement ces gaz. Contrairement à ce que l'on pensait précédemment, la température des régions de moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des...) densité peut s'accroitre d'un facteur 10 alors que la température des régions de faible densité peut s'accroitre d'un facteur 100.

Cette découverte permet d'expliquer l'élargissement des raies d'absorption ( En optique, l'absorption se réfère au processus par lequel l'énergie d'un photon est prise par une autre entité, par exemple, un atome qui fait une transition entre deux niveaux d'énergie...) des quasars lors de la formation de l'univers. Cette découverte modifie également l'étude de la formation des galaxies. En effet, au cours de l'évolution de l'univers, les régions denses de l'espace s'effondrent pour former des galaxies et des clusters de galaxies. Or, les gaz diffus trop chauds ne peuvent pas s'effondrer facilement ; la formation de galaxies naines est donc ralentie voire supprimée. Ainsi, cette découverte pourrait être un élément clé permettant d'expliquer un autre problème dans la théorie de la formation de la galaxie (Galaxies est une revue française trimestrielle consacrée à la science-fiction. Avec ce titre elle a connu deux existences, prenant par ailleurs la suite de deux...): pourquoi observe-t-on moins de galaxies naines dans les abords de la Voie Lactée et dans les régions peu denses que ce que les simulations cosmiques prédisent ?

Ces travaux ont fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions,...) de plusieurs publications dans les journaux scientifiques The Astrophysical Journal et Monthly Notices of the Royal Astronomical Society courant février et mai 2012.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Canada numéro 408 (19/07/2012) - Ambassade de France au Canada / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /70647.htm
Illustration: ESO