Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Mercredi 12/09/2012 à 12:00
Des nanoparticules à poils pour détecter les métaux lourds dans l'eau
Surveiller la qualité des eaux est une nécessité afin de détecter certains polluants comme le mercure, qui rejeté dans les lacs et les mers s'accumule dans l'organisme des poissons et finissent dans la consommation humaine. Des chercheurs suisses et américains ont mis au point (Graphie) un système de détection (Un système de détection est un système permettant à l'utilisateur d'observer un événement automatiquement par le biais d'un appareil électronique ou mécanique. On peut distinguer plusieurs...) simple et peu onéreux pour mesurer ce polluant (Le polluant a pour définition la plus souvent retenue : un altéragène biologique, physique ou chimique, qui audelà d'un certain seuil, et...) dans l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.).

Le nouveau système de détection, le nano-velcro, est composé de nanoparticules recouvertes de poils qui vont retenir les métaux lourds contenus dans l'eau. Certains métaux lourds tels que le mercure, le cadmium (Le cadmium est un élément chimique de symbole Cd et de numéro atomique 48.) sont très dangereux pour la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) lorsqu'ils se retrouvent dans la chaine alimentaire. L'intérêt du nano-velcro est qu'il permet de détecter le méthylmercure à des concentrations infimes. L'étude développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de courbure. On peut aussi la décrire comme l'enveloppe de la famille des droites normales à la courbe.) par les équipes de Francesco Stellacci à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et Bartosz Grzybowski à la Northwestern University a été publiée dans Nature Materials du 9 septembre.

"Le problème, c'est que les moyens de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) actuels sont trop coûteux et complexes. On surveille les taux dans l'eau potable (Une eau potable est une eau devant satisfaire à un certain nombre de caractéristiques la rendant propre à la consommation humaine.) de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) à autre, et si les résultats sont bons, on part du principe qu'entretemps les niveaux sont toujours acceptables. Or les rejets industriels ne sont pas toujours réguliers." explique Francesco Stellacci, professeur en matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) à l'EPFL et co-auteur de l'étude.

Un système de contrôle peu onéreux

Le test de mesure est simple à mettre en œuvre, Il suffit de plonger dans l'eau une languette recouverte de nano-particules à poils. Quand une particule chargée positivement, comme le méthylmercure ou l'ion (Un ion est une espèce chimique électriquement chargée. Le terme vient de l'anglais, à partir de l'adjectif grec ἰόν (ion), se traduisant...) cadmium, se retrouve entre les poils des nanoparticules ces derniers se referment et emprisonnent le polluant. Il suffit ensuite d'un simple appareil de mesure électrique pour connaître le résultat car plus un nano-vectro a emprisonné de polluants plus il est conducteur.

Le système est fiable et permet une surveillance en continu des eaux. La fabrication d'une languette coûte entre cinq et dix euros et l'appareil de mesure revient à quelques milliers d'euros. De plus avec cette méthode il n'est plus nécessaire d'envoyer les prélèvements en laboratoire d'analyse, celle-ci peut être effectuée sur place.
Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS