Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Vendredi 26/10/2012 à 00:00
Une espèce vivante utilise l'urée comme source d'énergie

Représentation de la molécule d’urée
Des chercheurs du CSIC espagnol ont participé à un travail qui a mis en évidence que des archées dégradent l'urée pour incorporer le carbone et utiliser le nitrate pour produire de l'énergie. Cette découverte s'est faite à partir de l'étude poussée du milieu naturel d'une espèce d'archée: l'océan arctique (L’Arctique est la région entourant le pôle nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à...). Cette découverte confirme le rôle joué par les micro-organismes marins dans les cycles biochimiques de l'océan.

Les archées, des être unicellulaires ne disposant pas d'un noyau (procaryotes), constitue avec les bactéries et les eucaryotes (plantes et animaux) le troisième domaine du vivant. Ces micro-organismes sont souvent familiers des situations extrêmes: sources chaudes, grand fonds marins, arctique. Dans ces situations, ils ont développé des mécanismes physico-chimiques originaux pour parvenir à extraire de l'énergie et proliférer.

Lors d'une expédition scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les...) dans le cadre de l'année polaire internationale (2007-2008), des chercheurs ont constaté qu'une espèce d'archée non seulement survivait très bien sous une couche de glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) de presque deux mètres d'épaisseur mais que sa population triplait pendant l'hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) avant de se réduire à l'arrivée du printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones tempérées, précédant l'été et suivant...). En plus elle parvenait à obtenir cette croissance sans utiliser de CO2 ni aucune matière organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de carbone : les composés organiques.) présente dans le milieu.

En étudiant toutes les données métagénomiques et biogéochimiques obtenues pendant la compagne de mesure dans la mer de Beaufort (La mer de Beaufort est une partie de l'océan Arctique et s'étend sur une superficie d'environ 450 000 km² au nord des côtes de l'Alaska...) au nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) du Canada, les chercheurs ont découvert que ces archées utilisaient l'urée provenant des déchets des autres espèces animales vivant dans le milieu. Par un mécanisme biochimique original, les archées récupèrent de l'urée le carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) pour leur croissance et l'ammonium comme source d'énergie. Ces archées ne sont ainsi pas les premières à être capable de dégrader l'urée, mais les premières à utiliser les produits de cette dégradation comme source d'énergie.

L'originalité de ces processus chimiques confirme que les archées sont des organismes essentiels à prendre en compte pour comprendre les processus biochimiques ayant lieu dans les océans. "Les micro-organismes marins abondants, divers et mal connus sont responsables de la plus grande partie de la respiration (Dans le langage courant, la respiration désigne à la fois les échanges gazeux (rejet de dioxyde de carbone, CO2, appelé parfois de façon impropre « gaz carbonique », et absorption de...) et de la moitié de la production primaire de la planète. Dans les plans de conservation des régions polaires, il serait bon de considérer ces micro-organismes en plus des ours (Les ours (ou ursinés, du latin ŭrsus, de même sens) sont de grands mammifères plantigrades appartenant à la famille des ursidés. Il n'existe que huit espèces d'ours...) polaires et des phoques", conclut Carlos Pedrós-Alió, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien...) à l'Instituto de Ciencias del Mar.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Espagne numéro 119 (16/10/2012) - Ambassade de France en Espagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /71222.htm