Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par jyb le Vendredi 23/11/2012 à 00:00
ESA: vers Ariane 6
Malgré ces temps de crise, les pays participants à l'agence spatiale européenne (ESA) ont décidé de lancer le programme Ariane 6. La décision fait suite à une concertation entre les différents pays et prévoit aussi une évolution d'Ariane 5: Ariane 5 ME. Il s'agit d'un choix pour le moins ambitieux puisque certains pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent...) désiraient au départ opter pour la seule évolution d'Ariane 5 (Ariane 5 est un lanceur de l'Agence spatiale européenne (ESA), développé pour placer des satellites sur orbite géostationnaire et des charges lourdes en orbite basse. Il fait partie de la famille des lanceurs...).


Lancement d'une fusée Ariane 5 (image Arianespace)

Un environnement qui évolue

A la base, il y a une problématique concernant l'actuelle Ariane 5. Cette dernière fonctionne bien et ne connait plus d'incident majeur depuis 10 ans, mais n'est plus tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) à fait adapté à la demande actuelle. Ariane 5 a été conçue pour plusieurs types de missions:
- le vol habité
- le placement de très lourdes charges en orbite basse (L'orbite terrestre basse (Low Earth orbit, LEO, en anglais) est un type d'orbite terrestre situé entre 350 et 1 400 kilomètres d'altitude. On considère généralement que...)
- le placement de gros satellites en orbite géostationnaire (L'orbite géostationnaire, abrégée GEO (geostationary orbit), parfois appelée orbite de Clarke, est une orbite située à 35 786 km d'altitude au-dessus de l'équateur de la Terre,...)
- le déploiement de grappes complètes de satellites en un seul lancement

Si Ariane 5 peut bien évidemment lancer des satellites classiques, elle doit le faire par groupe de deux ou trois pour optimiser le rapport charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.) utile/coût de lancement. Ainsi, lorsque l'Esa a un client (Le mot client a plusieurs acceptations :), pour que le lancement soit rentable, il faut en trouver un autre pouvant compléter le chargement (Le mot chargement peut désigner l'action de charger ou son résultat :) avec un autre satellite (Satellite peut faire référence à :) à la date désirée.

Autre élément: la concurrence. Dans les années 90, Ariane n'a que peu de concurrents crédibles et n'avait pas de mal à s'imposer comme leader du marché des lancements de satellites non gouvernementaux. A l'époque, il y avait ceux qui étaient plus chers, et ceux qui étaient beaucoup moins fiables. Cependant, la donne est en train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de plusieurs wagons (pour transporter des marchandises), et peut...) de changer avec notamment l'émergence d'opérateurs privés. Il y avait dans un premier temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) Sea Launch et sa plate-forme océanique qui pouvait opérer depuis l'équateur, puis Star Chaser. Ce dernier remporte un bon succès et est le premier opérateur (Le mot opérateur est employé dans les domaines :) de lanceurs à fournir une réelle concurrence à Ariane.

Les solutions envisagées

Deux solutions ont été envisagées pour permettre à Ariane d'intégrer la nouvelle donne:
- une modification d'Ariane 5, avec la version ME, pour optimiser la charge de lancement
- une toute nouvelle fusée: Ariane 6 (Ariane 6 désigne le lanceur spatial destiné à prendre la relève d'Ariane 5 à l'horizon 2025. À cette date, en effet, la version ME d'Ariane 5 arrivera au terme de son...)

En réalité, Ariane 5 ME est déjà en cours d'étude depuis 2008 et a l'avantage de pouvoir prendre assez rapidement la relève. Cependant, cette évolution est à minima et ne peut être une solution à long terme. L'avantage d'Ariane 6 est de proposer une solution plus durable aux nouvelles exigences des lanceurs de satellites, mais son entrée en service ne pourra intervenir avant 2020.

Le choix effectué

Au départ, les différents partenaires envisageaient seulement une des deux solutions. Certains, soucieux du budget (Un budget est un document comptable prévisionnel distinguant les recettes et les dépenses.) à employer, voyaient d'un bon oeil la seule solution Ariane 5 ME, il faut dire que l'époque actuelle ne favorise pas l'opulence. Assez étonnamment, les partenaires ont décidé de faire mener les deux programmes de front. Cependant, le budget alloué devient plus réduit que celui initialement envisagé (10 milliards d'euros contre 12). Si les deux lanceurs Ariane 5 ME et Ariane 6 ont de bonnes chances d'être propulsés un jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...), on peut avoir un doute sur le respect des délais.
Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS