Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Vendredi 23/11/2012 à 12:00
Découverte d'un facteur-clé de la génération des neurones corticaux

Le gène BCL6 est nécessaire à la différenciation des cellules nerveuses du cortex cérébral.
Illustration: Emw/Licence Creative Commons
Des chercheurs de l'ULB identifient BCL6, un gène de cancer du sang, comme un facteur-clé de la différenciation des cellules nerveuses du cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.) cérébral. Leur étude est publiée dans Nature Neuroscience (Les neurosciences correspondent à l'ensemble de toutes les disciplines biologiques et médicales qui étudient tous les aspects, tant normaux que pathologiques, des neurones et du système nerveux.).

Le cortex cérébral est la structure la plus complexe de notre cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité...), les cellules nerveuses ou neurones qui le constituent sont les éléments essentiels de son bon fonctionnement, et la cible de nombreuses maladies neurologiques et psychiatriques (comme les épilepsies, certaines formes de retards mentaux et de maladies psychiatriques).

Le travail d'une équipe de chercheurs menée par Pierre Vanderhaeghen (Université libre de Bruxelles (ULB), Investigateur WELBIO à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical...) de Recherches interdisciplinaires en Biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et de...) Humaine et Moléculaire (IRIBHM, Faculté de Médecine) et au ULB Neuroscience Institute (UNI)) ouvre de nouvelles perspectives sur le développement cérébral en découvrant un facteur-clé, appelé BCL6, qui contrôle la génération des cellules nerveuses du cortex cérébral, ou neurones corticaux.

Luca Tiberi et Jelle van den Ameele (Aspirant et Chargé de Recherches FNRS à l’IRIBHM), ont tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) d’abord identifié BCL6 en recherchant des facteurs capables de modifier la production de neurones corticaux dans un modèle de différenciation neurale à partir de cellules souches embryonnaires. Ils ont ainsi observé que la suractivation de BCL6 dans ce modèle résultait en une transformation massive (Le mot massif peut être employé comme :) des cellulessouches/progénitrices neurales en cellules nerveuses différenciées et fonctionnelles.

Cette découverte était surprenante, car le gène BCL6 est connu depuis de nombreuses années comme facteur déclenchant de certains lymphomes (tumeurs des cellules du sang), mais rien n'était connu de son rôle dans le cerveau ou les cellules neurales. Afin de vérifier ces observations, les chercheurs ont ensuite examiné un modèle de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de...) déficientes en BCL6, et ont découvert que le cortex cérébral de ces souris est réduit de taille, car il contient moins de neurones, confirmant ainsi que BCL6 est un facteur à la fois nécessaire et suffisant à la différenciation des cellules nerveuses du cortex cérébral dans le cerveau en développement.

Comment BCL6 agit-il pour contrôler la production des neurones corticaux ? Pour le comprendre, les chercheurs ont combiné des techniques d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens...) de biologie cellulaire et d'analyses moléculaires. Ils ont ainsi révélé que BCL6 agit comme un "interrupteur (Un interrupteur (dérivé de rupture) est un dispositif ou organe, physique ou virtuel, permettant d'interrompre ou d'autoriser le passage d'un flux. Il ne faut pas confondre l'interrupteur qui permet d'éteindre...)" moléculaire de la différenciation des cellules nerveuses, en "éteignant" l'expression de certains gènes d'une voie de signalisation importante appelée Notch, qui normalement bloque ou freine la différenciation. Ce phénomène de répression de l'expression génique, dite "épigénétique", permet ainsi aux cellules souches neurales d'échapper au bloc dépendant de Notch, et ainsi de se différencier de façon rapide et irréversible en cellules nerveuses.

Ce travail de neurosciences fondamentales ouvre de nombreuses perspectives intéressantes. Tout d'abord il identifie un facteur-clé de la production des cellules neuronales du cortex cérébral à partir de cellules souches. Par ailleurs, il élucide son mécanisme d'action moléculaire, par répression épigénétique de la voie Notch, une voie de signalisation essentielle pour le maintien indifférencié de la plupart des cellules souches, même nonneurales. Enfin, il révèle que BCL6, un facteur pro-cancéreux dans les cellules du sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des...), peut avoir des effets totalement différents dans le cerveau, illustrant de façon frappante qu'un même gène peut avoir des effets diamétralement opposés en fonction de la cellule où il agit.

Des travaux futurs (Futurs est une collection de science-fiction des Éditions de l'Aurore.) devront maintenant déterminer si BCL6 est impliqué dans la promotion de la différenciation d'autres types de cellules souches, neurales ou non-neurales, et si ces effets inattendus pourraient permettre de mieux comprendre son implication dans les lymphomes, ou d'autres cancers.

Ce travail a été réalisé grâce au soutien du Fonds National de la Recherche Scientifique (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...), de la Fondation Médicale Reine Elisabeth, de la Wallonie (WELBIO et Programme d’Excellence CIBLES), des Services Fédéraux belges de la Recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) (IUAP/SSTC), de la Fondation Clerdent, la Fondation de Spoelberch, les programmes européens Marie Curie (Maria Sk?odowska-Curie (née à Varsovie le 7 novembre 1867 et décédée à Sancellemoz le 4 juillet 1934), connue en France sous le nom de Marie Curie, est une physicienne polonaise...) et EMBO.

Publication:

1 Tiberi, L., van den Ameele, J., Dimidschstein, J., Piccirilli, J., Gall, D., Herpoel, A., Bilheu, A.,
Bonnefont, J., Iacovino, M., Kyba, M., Bouschet, T., and Vanderhaeghen, P. (2012). BCL6
controls neurogenesis through Sirt1-dependent epigenetic repression of selective Notch
transcriptional targets. Nature Neuroscience / published online 18 november 2012.
doi:10.1038/nn.3264.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: ULB