Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Mercredi 12/12/2012 à 12:00
Chez l'homme, avoir un aîné est-il un atout ou un handicap ?
Si avoir des frères et soeurs aînés augmente les chances de survie dans l'enfance, les effets de la fratrie à long terme ne sont pas forcément positifs pour les individus. C'est ce que révèle l'analyse d'une population rurale finlandaise des 18e et 19e siècles, réalisée par des chercheurs de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) des sciences de l'évolution de Montpellier (CNRS/ Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études...) Montpellier II/ IRD) en partenariat avec l'université de Sheffield, au Royaume-Uni.


Familles finlandaises au 19e siècle. La présence d'un aîné de même sexe (Le mot sexe désigne souvent l'appareil reproducteur, ou l’acte sexuel et la sexualité dans un sens plus global, mais se réfère aussi aux...) dans la fratrie fait baisser la probabilité (La probabilité (du latin probabilitas) est une évaluation du caractère probable d'un évènement. En mathématiques, l'étude des...) pour ses cadets d'avoir des enfants et le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'enfants engendrés. © Virpi Lummaa.

Les spécialistes de l'évolution humaine l'ont déjà montré lors de précédentes études: avoir des frères et soeurs aînés peut se révéler un véritable atout pour le petit d'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...), qui voit ainsi ses chances de survie augmenter. Aucune étude ne s'était cependant penchée sur les effets à long terme de cette fratrie sur le destin des individus et notamment sur leur succès reproducteur. Une première que viennent de réaliser des chercheurs de l'Institut de l'évolution de Montpellier en partenariat avec l'université de Sheffield, au Royaume-Uni. Pour ce faire, les chercheurs ont analysé les généalogies fournies par différents registres paroissiaux de la Finlande des 18e et 19e siècles - soit un échantillon (De manière générale, un échantillon est une petite quantité d'une matière, d'information, ou d'une solution. Le mot est utilisé dans différents...) de plus de 20.000 individus.

Les statistiques (La statistique est à la fois une science formelle, une méthode et une technique. Elle comprend la collecte, l'analyse, l'interprétation de données ainsi que la présentation de ces ressources afin de les rendre...) sont sans appel: si avoir au moins un frère ou une soeur aîné(e) augmente la survie pendant l'enfance dans ces familles de 6 enfants en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient...) - notamment parce que les aînés augmenteraient les ressources de la famille en travaillant et participeraient aux soins des plus petits, les effets s'inversent à l'âge adulte. "La présence d'un aîné de même sexe dans la fratrie fait baisser, et la probabilité d'avoir des enfants, et le nombre d'enfants engendrés", indique Aïda Nitsch, l'auteur principal de cette étude publiée dans "Proceedings of the Royal Society B". Au-delà d'une possible concurrence entre frères et soeurs, les effets induits par les géniteurs seraient déterminants. "A l'âge adulte, les parents ont tendance à favoriser les aînés: c'est généralement le fils aîné qui hérite de la ferme, et la fille aînée qui dispose de la meilleure dot", explique la doctorante à l'Institut des sciences de l'évolution de Montpellier. Reste maintenant à savoir si ces effets sont toujours observables dans les populations modernes.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INEE