Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Mardi 18/12/2012 à 12:00
Lorsque la géothermie menace le CERN
Avec l'essor des énergies renouvelables, le chauffage géothermique connaît une popularité grandissante. Un engouement salué par le CERN, fervent supporter du développement durable, bien que non sans risque pour le Laboratoire.

En Suisse comme en France, le chauffage (Le chauffage est l'action de transmettre de l'énergie thermique à un objet, un matériau.) géothermique séduit de plus en plus de monde (Le mot monde peut désigner :). Corollaire (Un théorème est une proposition qui peut être mathématiquement démontrée, c'est-à-dire une assertion qui peut être établie comme vraie au travers d'un raisonnement logique construit à partir...) immédiat: l'augmentation constante du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de forages pour sondes géothermiques. D'une profondeur moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de...) de 100 m, ces forages ne sont pas sans conséquences pour les infrastructures souterraines du CERN, lesquelles, justement, se trouvent environ 100 m sous terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par...)...

Dans le canton de Genève, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) forage - quelle que soit sa profondeur - est soumis à autorisation de construire: après consultation du Service de géologie de l'État de Genève (GESDEC), une autorisation est délivrée, ou pas. En France, seuls les forages d'une profondeur supérieure à 100 m nécessitent une autorisation de construire. En-deçà de cette limite, une simple Déclaration d'intention de commencement de travaux (DICT ( Dans le secteur du BTP, la DICT est la déclaration d'intention de commencement de travaux ; En informatique, DICT est un protocole. )) et une notification à la Direction régionale de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les...), de l'aménagement et du logement (DREAL) sont requises. En théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur l’observation...). Car en pratique, 80 % des forages ne sont en fait jamais déclarés.

Des forages "sauvages" menaçants

"Les forages géothermiques non déclarés représentent un vrai risque pour nos ouvrages souterrains, souligne Youri Robert, en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être...) de l'Information géographique (GS/SE-DOP). Et si le danger le plus évident est celui d'une perforation pure et simple de nos installations, un forage à quelques mètres de celles-ci serait tout aussi lourd de conséquences. Les vibrations peuvent en effet perturber les équipements très sensibles dont sont composés nos accélérateurs." Or, comment être sûr que le LHC ne passe pas sous nos pieds, quand il passe sous ceux de nos voisins ? D'autant qu'à cette erreur de localisation en surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est...) s'ajoute le fait qu'un forage "vertical" de 100 m peut présenter jusqu'à 30 m de déviation en profondeur !

Fracturation des roches, mise en communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine...) de poches d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.), percolation (À partir d'une certaine quantité critique de fluide sur une cloison, un pont s'établit permettant au fluide de la traverser) d'eau ou de boue (En sédimentologie, la boue est un mélange d'eau et de particules sédimentaires fines de limons et d'argiles.)... les forages peuvent aussi provoquer des bouleversements géologiques compromettants pour les tunnels. "Nous avons fait appel à des laboratoires universitaires et à des bureaux d'études spécialisés en géotechnique (La géotechnique est l'étude des sols (au sens mécanique du terme, par opposition à roche) en relation directe avec la construction d'ouvrages.) pour évaluer avec précision les dangers, directs ou indirects, liés aux forages, indique Michael Poehler, responsable de la section Bureau d'études - Génie civil (Le Génie civil représente l'ensemble des techniques concernant les constructions civiles. Les ingénieurs civils s’occupent de la conception, de la réalisation, de l’exploitation et de la...) (GS/SE-DOP). Nous avons ainsi pu établir des limites raisonnables autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit...) de nos ouvrages souterrains: interdiction formelle de forer jusqu'à 50 m de part et d'autre des tunnels, et forage sur autorisation de 50 à 100 mètres."

Le dessous des cartes

En collaboration avec la Communauté de communes du Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine....) de Gex et le GESDEC, une carte des zones d'interdiction de forages a finalement été établie (voir ci-joint). Y figurent également les zones de protection des nappes phréatiques, elles aussi soumises à interdiction. Diffusée auprès des communes du Pays de Gex, de la DREAL, du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), des autorités genevoises et des foreurs de la région, cette carte devrait permettre d'éviter tout incident.

Quant à l'éventuelle exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) du gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend à...) de schiste (Un schiste est une roche qui a pour particularité d'avoir un aspect feuilleté, et de se débiter en plaques fines ou « feuillet rocheux ». On dit qu'elle présente une...) dans la région, elle devrait s'accompagner de problèmes à une toute autre échelle. Pour anticiper cette question, des études viennent d'ailleurs d'être lancées. Elles permettront de déterminer les impacts possibles des techniques de fracturation hydraulique (L'hydraulique désigne la branche de la physique qui étudie les liquides. En tant que telle, les champs d'investigation qu'elle propose regroupent plusieurs domaines :), et de définir les distances de protection à respecter. Affaire à suivre.

Pour de plus amples informations sur les zones d'interdiction de forages, et pour télécharger les cartes d'interdiction par commune, rendez-vous sur le site web (Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une adresse Web. On dit aussi site Internet par métonymie, le World Wide Web reposant sur Internet.) de la DREAL de Rhône-Alpes.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Anaïs Schaeffer - Copyright CERN