Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Michel le Vendredi 28/12/2012 à 00:00
ESA: de la Pampa jusqu'aux confins de l'Univers...
La nouvelle station de poursuite de l’ESA, qui a été inaugurée en décembre à Malargüe (Argentine), entrera en service au début de l’année prochaine. Cette antenne de taille impressionnante recueillera de précieuses données scientifiques provenant de missions qui se trouvent dans notre système solaire, parfois à des centaines de millions de kilomètres de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la...).

L’inauguration de la station sol satellite (Satellite peut faire référence à :) de Malargüe marque l’achèvement de l’ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise...) des trois stations ESA qui sont équipées d’antennes pour l’espace lointain (DSA), confirmant ainsi que l’ESA est l’une des organisations spatiales les plus avancées au monde (Le mot monde peut désigner :).


DSA 3 Malargüe

S’ajoutant à la première station de New Norcia (Norcia est une commune italienne d'environ 5 000 habitants, située dans la province de Pérouse, dans la région Ombrie, en Italie centrale.) en Australie (L’Australie (officiellement Commonwealth d’Australie) est un pays de l’hémisphère Sud dont la superficie couvre la plus grande partie de l'Océanie....) et à la deuxième station de Cebreros en Espagne, Malargüe constitue le dernier élément dans la couverture globale que l’ESA assure pour les sondes envoyées dans l’espace lointain, c’est-à-dire à des distances supérieures à deux millions de kilomètres de la Terre, distances pour lesquelles les télécommunications exigent un pointage extrêmement précis.

« Avec la station de Malargüe, l’ESA devient la deuxième agence spatiale (Une agence spatiale est un organisme d'État ayant pour but d'étudier l'Espace et de développer et gérer des programmes spatiaux) au monde capable d’assurer une couverture de l’ensemble du ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.) pour les missions vers l’espace lointain », a déclaré Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l’ESA.

« Il s’agit là d’un atout considérable, non seulement pour l’Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...) mais également pour tous nos partenaires internationaux intéressés par l’exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) du système solaire ».

Ces trois stations sont équipées d’antennes paraboliques de 35 m de diamètre qui permettent de couvrir un champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) plus étendu avec une plus grande vitesse (On distingue :) de transmission des données répondant aux besoins des missions d’exploration actuelles et futures, qu’il s’agisse de missions planétaires telles que Mars Express (Mars Express est le nom d'une mission spatiale de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui a pour objectif l'étude de Mars.) et BepiColombo (La future mission BepiColombo sera la première mission d'exploration de l'ESA vers la planète Mercure, réalisée conjointement avec la l'agence...) ou d’observatoires comme Solar Orbiter (Orbiter est un simulateur de vol spatial réaliste, diffusé sous forme de graticiel (mais non open source), pour le système d’exploitation Windows, créé par le...).

Ces missions rendent nécessaire un développement des capacités du réseau de poursuite Estrack de l’ESA, avec la mise au point (Graphie) de nouvelles technologies pour les stations, le passage à des débits de données supérieurs et à des fréquences supérieures ainsi que des investissements dans les infrastructures, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en coopérant avec d’autres agences, en améliorant l’efficacité et en réduisant les coûts.

La cérémonie d’inauguration a été organisée sur le lieu même de la station, en présence de Julio de Vido, ministre argentin de la Planification (La planification est la programmation d'actions et d'opérations à mener) fédérale, de l’Investissement public et des Services, ainsi que de Thomas Reiter, Directeur Vols habités et Opérations de l’ESA et d’Alvaro Giménez Cañete, Directeur Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce...) et Exploration robotique de l’ESA.

Les technologies retenues pour les stations sol déterminent les normes mondiales

Comme dans les deux autres stations DSA, la parabole (La parabole est l'intersection d'un plan avec un cône lorsque le plan est parallèle à l'une des génératrices du cône....) de 600 tonnes de Malargüe est équipée d’amplificateurs perfectionnés à faible bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son. C'est-à-dire vibration de l'air pouvant donner lieu à la création d'une sensation auditive.) refroidis par cryogénie, qui permettent de détecter des signaux très faibles et de réaliser ainsi des mesures concernant les missions en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit...) de planètes ou celles qui parcourent notre système solaire.

Cette antenne (En radioélectricité, une antenne est un dispositif permettant de rayonner (émetteur) ou de capter (récepteur) les ondes électromagnétiques.) assurera les télécommunications sans interruption au cours des phases critiques des missions, en envoyant des commandes et en recevant des données à tout moment, dans n’importe quelle direction.

Cette nouvelle station se trouve à 30 km au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent...) de Malargüe, dans la province de Mendoza, à environ 1200 km à l’ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant...) de Buenos Aires (Buenos Aires est la capitale fédérale de l'Argentine, dont elle est la plus grande ville et le port le plus important. Avec ses 12 millions d'habitants, c'est même l'une des villes les plus...). C’est en 2009 que le site a été sélectionné, après évaluation de plusieurs sites dans différents pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus...) d’Amérique du Sud.

Les travaux de construction de la station ont démarré en janvier 2010 et se sont achevés pour l’essentiel au printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones tempérées, précédant l'été et suivant...) 2012. Les premiers essais ont été réalisés le 14 juin 2012 avec des signaux provenant de Mars Express (Express est un langage informatique servant à spécificier formellement des données. Il a fait l'objet d'une normalisation (ISO 10303-11).), en orbite autour de la Planète rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) à 193 millions de km de la Terre.

Comme toutes les stations du réseau Estrack, Malargüe sera commandée à distance depuis l’ESOC (Centre européen d'opérations spatiales), installé à Darmstadt (Allemagne), pour ce qui concerne les tâches de poursuite quotidiennes et le téléchargement des données scientifiques.

Telespazio Argentina, filiale de Telespazio (Finmeccanica/Thales), assurera les opérations locales et la maintenance, ce qui inclut l’infrastructure du site et les services.

Données et chiffres concernant la station de Malargüe

Diamètre de l’antenne parabolique: 35 m
Hauteur de la structure de la station: 40 m
Parties mobiles de l’antenne: 610 tonnes
Localisation de la station: 35° 46' 33,63" S, 69° 23' 53,51" O
Altitude du site: 1550 m
Précision du pointage: supérieure à 0,006°

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source et illustration: (c) ESA