Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Mercredi 30/01/2013 à 12:00
Un vaccin contre le sida testé sur l’homme en France
Un vaccin contre le sida va être testé sur l’homme en France à partir de février. Il s’agit d’un vaccin curatif, donc pouvant potentiellement permettre la guérison. L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) vient en effet de donner son autorisation pour les essais sur l’homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction,...) de ce vaccin expérimental, les précédents tests réalisés in vivo (In vivo (en latin : « au sein du vivant ») est une expression latine qualifiant des recherches ou des examens pratiqués sur un organisme vivant, par opposition à in vitro ou ex vivo. Les essais cliniques sont...) sur l’animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit...), en particulier des macaques, ayant été concluants.

Les essais cliniques seront effectués à l’Hôpital de la Conception à Marseille. Les volontaires, au nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de 48, sont tous séropositifs. Ils seront repartis en quatre groupes de douze, trois recevront le vaccin en 3 injections sous cutanées à des doses différentes et espacés d’un mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.). Le quatrième groupe recevra un placébo dans un protocole similaire. Le test sera réalisé à l’aveugle, c'est-à-dire que ni les patients ni le personnel médical n’auront connaissance à quel groupe est administré quel traitement, information connue seulement des chercheurs.


Coupe schématique du virus de l'immunodéficience humaine (VIH)

Les personnes vaccinées arrêteront ensuite leur traitement (trithérapie), des analyses seront effectuées au bout de deux mois afin de savoir si la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou...) virale demeure indétectable, ce qui permettra de déterminer la dose de vaccin optimale. Les premiers résultats sont attendus dans 5 mois. En cas de réussite, de nouveaux essais cliniques seront réalisés sur 80 nouveaux volontaires (40 recevant le vaccin et 40 un placébo), ce qui permettra d’établir des statistiques (La statistique est à la fois une science formelle, une méthode et une technique. Elle comprend la collecte, l'analyse, l'interprétation de données ainsi que...) plus précises sur le succès du vaccin. Toutefois, des résultats définitifs ne sont pas attendus avant plusieurs années.

S’attaquer aux "gardes du corps" du VIH

Le vaccin cible la protéine Tat (transactivating). Selon le Dr Isabelle Ravaux, les personnes infectées par le VIH possèdent une protéine Tat produite par le VIH. Cette protéine intervient dans les mécanismes de réplication du virus ainsi qu’au niveau extracellulaire en "trompant" le système immunitaire. Elle va empêcher les cellules tueuses de se lancer à l’attaque du VIH mais agit aussi sur les lymphocytes B en réduisant la production d’anticorps contre le VIH. En neutralisant la protéine Tat chez une personne séropositive, les chercheurs visent à restaurer son immunité et bloquer le développement de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.). Pour cela, il faut pouvoir déclencher une production d’anticorps anti-Tat suffisante.

L’objectif de ce vaccin est de remplacer la trithérapie, traitement très lourd, par une simple piqûre, au moins pendant plusieurs mois. Il n’est donc pas encore question de faire disparaitre définitivement le VIH, mais il s'agit d'une avancée majeure. Ces essais concrétisent les travaux du Dr Erwann Loret et seront supervisés par le Dr Isabelle Ravaux du service des maladies infectieuses de l'hôpital de la Conception (AP-HM).

Voir aussi notre article "Sida: mise au point (Graphie) d'un nouveau type de vaccin": http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=11286

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Illustration: Wikipedia