Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Publication le Jeudi 07/02/2013 à 00:00
Une molécule présente dans la bière pourrait soigner le diabète

Houblon - Illustration: Dr. Hagen Graebner/licence Creative Commons
Depuis une dizaine d'années, plusieurs études laissent penser que certaines molécules présentes dans la bière pourraient avoir un intérêt thérapeutique contre diverses pathologies comme certains cancers, le diabète, la prise de poids (La prise de poids est une modification de la masse corporelle, qui se traduit par une augmentation de l'Indice de masse corporelle.) ou encore l'inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure, allergie…). Une nouvelle étude, publiée dans la revue Angewandte Chemie International Edition, vient confirmer cette information, ce qui pourrait ouvrir la voie au développement de nouveaux médicaments.

Pour fabriquer de la bière, il faut mélanger de l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) chaude et du malt, passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) le mélange par différents processus chimiques aboutissant à un jus sucré, porter ce jus à ébullition, y ajouter du houblon (Le houblon (Humulus lupulus) est également appelé : vigne du Nord, couleuvrée septentrionale, salsepareille indigène.) et brasser le tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.). Des molécules du houblon (les humulones, dérivées de la lupuline) issues du brassage donnent à cette boisson sa mousse caractéristique et son goût amer, et présentent des propriétés antioxydantes et antibactériennes. Ce sont justement ces humulones qui auraient le pouvoir de contribuer à traiter diverses pathologies.

Toutefois, avant de s'en servir pour fabriquer des médicaments, il faut déterminer la structure de chacun de ses composés. C'est ce qu'ont fait des chercheurs de l’université de Washington, afin de comprendre les réactions de ces molécules. Les chercheurs ont réussi à déterminer la structure exacte de ces molécules et de leurs dérivés en utilisant la cristallographie par rayons X.

Ils ont découvert que, lors du brassage, la lupuline subit une transformation: son cycle habituel de six atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps...) de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) n'en contient plus que cinq après le brassage. Après le processus, la molécule peut s'agencer de quatre manières différentes (deux groupes latéraux pouvant venir se placer au dessus ou en dessous de l'anneau formé par le cycle). C'est en déterminant quel agencement peut réagir avec tel ou tel autre composé, qu'il sera possible de savoir si cette molécule peut entrer dans la composition d'un médicament.

Espérons que cette découverte permette la mise au point (Graphie) de nouveaux traitements. Cette boisson paraît décidément pleine de ressources: en 2011 une autre étude démontrait que le sillicium qu'elle contient pourrait être bénéfique contre l'ostéoporose, et en 2006 nous évoquions que ce même sillicium pourrait prévenir le développement de démence (voir notre article ici). Quoi qu'il en soit, amateurs de bière, ne vous réjouissez pas trop vite: la boisson elle-même (surtout sans modération) n'est toujours pas préconisée pour améliorer votre santé: seules certaines molécules prises en petite quantité et de manière isolée pourraient s'avérer bénéfiques !

Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
 
Lundi 11 Décembre 2017 à 12:00:17 - Physique - 0 commentaire
» Les fluorophores en nombre se font de l'ombre
Lundi 11 Décembre 2017 à 00:00:02 - Autres sujets - 0 commentaire
» Archéologie: Opération Wampum
Vendredi 8 Décembre 2017 à 12:00:27 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Diabète de type 2, tout commence dans le foie