Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Vendredi 28/06/2013 à 00:00
Vers la création d'embryons chimériques animal-humain ?
Le professeur Hiromitsu Nakauchi de l'Université de Tokyo mène des études impliquant des embryons chimériques animal-humain, et leur aboutissement se heurte au cadre bioéthique actuel. Elles viennent de franchir une étape importante en parvenant à se faire examiner par le comité de bioéthique dans le domaine biomédical placé sous l'autorité du CSTP (Conseil pour la Politique des Sciences et de la Technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) du Japon) dépendant directement du Premier ministre. Ce comité réunit des scientifiques, légistes et journalistes qui rendent un avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière lequel se cachait en fait un monoplace de...) sur les enjeux d'éthique et de dignité humaine.

L'équipe du professeur Nakauchi a montré à plusieurs reprises au cours des dernières années qu'il était possible de générer un organe (Un organe est un ensemble de tissus concourant à la réalisation d'une fonction physiologique. Certains organes assurent simultanément plusieurs fonctions, mais dans ce cas, une fonction est...) à partir de cellules iPS (Ips est un genre d'insectes de l'ordre des coléoptères, et de la sous-famille des Scolytinae. Les Ips sont des insectes xylophages ravageurs.) dans un embryon (Un embryon (du grec ancien ἔμϐρυον / émbruon) est un organisme en développement depuis la première division de...) incapable de générer son propre organe. Cela résulte en la création d'une chimère, terme désignant de manière générale un organisme composé de tissus d'origines différentes et aux patrimoines génétiques différents. L'objectif avoué est de faire se développer des organes humains dans un animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il...) tel que le porc (Le porc (du latin porcus) qui se dit aussi cochon domestique (Sus scrofa domesticus) ou cochon des villes est un mammifère domestique omnivore de la famille des porcins, ou suidés proche du sanglier avec...) pour pouvoir procéder à un prélèvement de l'organe arrivé à maturité. L'organe se développe à partir d'une cellule iPS dérivé d'un patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.) en attente de greffe, ainsi l'organe ne devrait pas provoquer de rejet une fois transplanté chez le patient. Compte tenu du faible nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de donneurs au Japon et du nombre croissant de personnes nécessitant une greffe, ce type d'expérimentation apparaît comme une solution très intéressante.

Au Japon comme dans de nombreux pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²),...), les expériences impliquant des embryons humains sont sujettes à des restrictions très contraignantes pour des raisons éthiques. La découverte des cellules iPS a permis de contourner ce problème en générant des cellules souches à partir de cellules somatiques différenciées telles que les cellules de la peau (La peau est un organe composé de plusieurs couches de tissus. Elle joue, entre autres, le rôle d'enveloppe protectrice du corps.). En ce qui concerne les embryons chimériques, le Japon est l'un des rares pays possédant un cadre réglementaire sur ce sujet. Celui-ci a été mis en place en 2001 par le MEXT (Ministère de l'éducation, la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de précision...), les sports, la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient...) et la technologie) et il permet d'étudier les chimères animal-animal assez librement et même de laisser les embryons arriver à terme. Il est néanmoins plus restrictif envers les embryons animal-humain dont il autorise l'étude en recherche fondamentale (La recherche fondamentale regroupe les travaux de recherche scientifique n'ayant pas de finalité économique déterminée au moment des travaux. On oppose en...) pour les greffes, mais il interdit de réimplanter ces embryons dans l'utérus d'un animal ou de les laisser se développer au delà de deux semaines.

Les recherches du professeur Nakauchi se heurtent à présent aux limites de la loi de 2001. Après ses récents succès il souhaite aller de l'avant et se rapprocher du véritable but de ses recherches: la création d'organes humains matures facilement utilisables pour les greffes. Le gouvernement a chargé son comité d'éthique d'examiner le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le...) et de proposer un nouveau cadre réglementaire. La presse rapporte que le comité s'est déjà accordé sur le bien fondé de ce projet d'expériences. Le comité prévoit néanmoins un contrôle rigoureux de ce type de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...). Les autorisations seraient accompagnées de nombreuses restrictions et leur délivrance n'aurait lieu qu'au cas par cas. Les questions qui subsistent concernent la levée des interdictions de la réimplantation d'un embryon chimérique animal-humain dans un utérus animal, ainsi que l'autorisation aux chercheurs de laisser la chimère arriver à terme. Dans un proche avenir, le comité pourrait considérer la question de l'élargissement du champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) de recherche aux applications pour le développement de médicaments et l'étude du développement des maladies.

La presse indique que le comité va rendre son rapport final sur le sujet lors de sa prochaine assemblée en juillet. Il reviendra ensuite au MEXT d'en transformer les conclusions en directives réglementaires. La première expérience aurait alors pour but de démontrer qu'un organe humain peut se développer au sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du torse d'un animal,...) d'un organisme animal à partir d'un embryon chimérique. D'après le professeur Nakauchi, si cette expérience réussit, le développement de cette méthode pour une application pratique pourrait se faire en 5 ans.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Japon numéro 652 (21/06/2013) - Ambassade de France au Japon / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /73394.htm