Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Samedi 20/07/2013 à 12:00
Allons-nous vers un "pic pétrolier" de la demande ?
Alors qu'on évoque généralement le pic pétrolier (ou "peak oil") comme la limite de production de pétrole, imposée par les limites des réserves de pétrole exploitables, des chercheurs de l'Université de Stanford et de l'Université de Californie à Santa Cruz estiment que c'est la demande de pétrole, et non pas l'offre, qui devrait en réalité être le facteur limitant.

Vers une diminution de la demande globale de pétrole dès 2035 ?

Dans un article intitulé "Peak Oil Demand: The Role of Fuel Efficiency and Alternative (Alternatives (titre original : Destiny Three Times) est un roman de Fritz Leiber publié en 1945.) Fuels in a Global Oil Production Decline", publié dans la revue Environmental Science & Technology, Adam Brandt, Adam Millard-Ball, Matthew Ganser et Steven Gorelick expliquent que le découplage entre croissance économique et utilisation de pétrole devrait s'accentuer dans les années à venir, même en tenant compte du rapide développement des pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas...) émergents. Ils estiment que l'efficacité énergétique, l'urbanisation croissante et la diminution du prix des énergies alternatives pourraient contribuer à une réduction de la demande mondiale en pétrole dit "conventionnel" dès 2035. De récents rapports arrivaient à une conclusion similaire. D'après une récente publication de Citigroup, la demande en pétrole devrait diminuer après 2020. C'est également la conclusion de l'équipe "ressources naturelles globales" de la Boston Company.

L'étude présente des projections de la demande globale de pétrole selon différents scénarios (croissance, population, gains d'efficacité et remplacement du pétrole par d'autres sources d'énergie). L'étude ne propose pas de projections selon l'évolution du prix du pétrole, mais les auteurs estiment que, si les prix restent aussi hauts que leur niveau actuel, voire augmentent, le pic de la demande n'arrivera que plus tôt.

Les chercheurs de l'Université de Stanford et de l'Université de Californie à Santa Cruz citent plusieurs facteurs pour expliquer leurs résultats. Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) d'abord, dans les pays en développement, la croissance a été bien moins liée à la consommation de pétrole, que celle des pays occidentaux au cours du siècle dernier. Par ailleurs, de nombreuses autres études avaient déjà montré des phénomènes de "plateau" ou de ralentissement (Le signal de ralentissement (de type SNCF) annonce une aiguille (ou plusieurs) en position déviée qui ne peut être franchie à la vitesse normale de la ligne.) de l'augmentation de la consommation de certains biens ou de certains services, comme le transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par...) terrestre par exemple (en raison du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) limité des personnes et des embouteillages notamment), après avoir atteint un certain niveau de richesse. Par exemple, si les ventes de véhicules individuels augmentent, dans des pays comme la Chine par exemple, les véhicules vendus sont plus efficaces et la croissance des ventes devraient plafonner, comme dans les pays occidentaux. Dans le cadre de ses efforts pour réduire la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon...) atmosphérique, la Chine vend également 20 millions de scooters électriques par an. En revanche, rien n'indique que le transport aérien de personnes ou encore les échanges de biens (et donc le fret) diminuent avec la richesse. L'étude suggère que l'augmentation de l'efficacité du transport aérien ou l'utilisation d'autres sources d'énergies pourrait limiter la dépendance au pétrole de ces secteurs, mais aucune certitude pour l'instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas intervalle de temps. Il ne peut donc être considéré comme une durée.) ne permet de prévoir une telle évolution dans les prochaines années.

Le rôle des alternatives au pétrole "conventionnel"

Selon les conclusions de cette étude, si des efforts concertés sont faits, au niveau mondial, pour développer les énergies alternatives et l'efficacité énergétique, la demande en pétrole pourrait diminuer encore plus rapidement. Selon les auteurs, les politiques publiques pour lutter contre le changement climatique ne devraient donc pas s'appuyer sur un éventuel épuisement des ressources pétrolières conventionnelles. Le développement rapide et très important qu'ont connu les exploitations "non-conventionnelles" de pétrole ou même de gaz naturel (Le gaz naturel est un combustible fossile, il s'agit d'un mélange d'hydrocarbures présent naturellement dans des roches poreuses sous forme gazeuse.) au cours des dernières années, montrent que l'épuisement des réserves de pétrole "conventionnelles", ne sera peut-être pas un facteur limitant à l'utilisation des hydrocarbures. Cela implique également qu'il est nécessaire d'évaluer l'impact sur l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux...), et notamment sur le changement climatique, des alternatives au pétrole conventionnel. En termes d'émissions de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un...) à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le cas des corps du système solaire) ou d'autres étoiles...), une diminution de la demande en pétrole ne sera une bonne nouvelle que si les énergies utilisées pour le remplacer ont un impact moindre (ce qui n'est pas nécessairement le cas des exploitations non conventionnelles d'hydrocarbures).

Les auteurs estiment donc qu'il faudrait concentrer les réflexions sur le futur du pétrole non pas sur la rareté de la ressource mais sur l'impact des différentes alternatives et le développement de l'efficacité énergétique, ce qui permettrait plus globalement, à la fois d'avoir un impact positif sur l'environnement et de réduire notre dépendance au pétrole. Cela semble d'autant plus important dans certains secteurs stratégiques pour lesquels la demande en pétrole ne semble pas diminuer avec la richesse, comme le transport aérien (passagers et fret).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Etats-Unis numéro 339 (19/07/2013) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /73605.htm
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages