Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Michel le Vendredi 20/09/2013 à 00:00
Découverte d'explosions d'espèces dans l'océan austral
Un réseau international de chercheurs piloté au Muséum national d'Histoire naturelle par une unité de recherche CNRS/UPMC/Muséum/IRD vient de publier dans la revue PLoS ONE les résultats de plusieurs années d'exploration du plateau continental antarctique (L'Antarctique (prononcé [ɑ̃.taʁk.tik] Écouter) est le continent le plus méridional de la Terre. Situé au pôle Sud, il est entouré de l'océan Austral (ou...), notamment grâce au soutien de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for...) Polaire Paul-Emile Victor et de l'Agence Nationale pour la Recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les...). Ils ont découvert que la faune du fond (la faune benthique) y a évolué de manière « explosive ».


Artedidraco shackletoni, un représentant
d’un bouquet d’espèces récemment découvert en Antarctique.
© C. Ozouf-Costaz/ C. Gallut/ G. Lecointre

Du fait de l'isolement provoqué par le courant circum-polaire, l'océan austral (Le mot austral (du latin australis) est un adjectif qualifiant ce qui se situe dans l'hémisphère sud.) qui entoure le continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce terme désigne une vaste étendue continue de terre à...) Antarctique est connu pour abriter de nombreuses espèces endémiques (1). L'émergence de cette biodiversité marine australe semblerait bien obéir, dans des groupes aussi divers que les poissons (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18 avril. Dans l'ordre du zodiaque, elle se situe entre le Verseau à l'ouest et le Bélier à l'est. Bien qu’assez grande, elle...) téléostéens (2), les crustacés, voire les échinodermes, à une modalité d’évolution biologique particulière décrite dans les années 1980, celle des "bouquets" d'espèces (species flock en anglais): évolution rapide, dans un endroit délimité, de multiples espèces apparentées qui colonisent une palette de niches écologiques diverses.

De tels species flocks sont bien documentés dans les lacs et les îles: poissons cichlidés des grands lacs africains, poissons cottidés du lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume soit suffisant pour provoquer une...) Baïkal, mouches drosophiles des îles du Pacifique… mais ils étaient tenus pour exceptionnels en milieu marin et seulement deux cas avaient été détectés jusqu'à aujourd'hui.

Dans cette étude, les chercheurs ont formalisé la détection des "bouquets" d'espèces en hiérarchisant leurs critères d'identification et en distinguant critères historiques (endémisme, monophylie (3), richesse spécifique) de critères écologiques (diversité écologique et prédominance dans l’habitat). En appliquant cette démarche aux inventaires faunistiques acquis au cours de plusieurs missions océanographiques internationales, l'étude publiée dans PLoS ONE vient ajouter neuf cas supplémentaires avérés de "bouquets" d'espèces marines, tous apparus sur le plateau continental antarctique ! Huit "bouquets" supplémentaires pourraient même être ajoutés mais ils doivent encore être testés plus avant du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) écologique.

Cette étude remet en cause la prétendue rareté des "bouquets" d’espèces marines. Mais est-ce dû à des circonstances régionales ? La réponse pourrait bien être oui, l’hypothèse avancée étant que le plateau continental antarctique aurait agi comme un générateur de "bouquets" d’espèces. En effet, ce plateau est isolé des autres marges continentales du fait de son éloignement, du froid (Le froid est la sensation contraire du chaud, associé aux températures basses.) qui y règne et de la qualité particulière de l’eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) marine de l’océan austral, plus dense, plus oxygénée et moins salée. Cet isolement relatif, mais à grande échelle, aurait favorisé l’évolution locale des organismes qui habitent le fond. Et ce sont certainement les successions des phases glaciaires-interglaciaires qui, provoquant la libération récurrentes de niches, ont été propices à l'émergence de ces nombreux "bouquets" d’espèces faisant d'un océan glacé un lieu de riche biodiversité.


Notes:

(1) L'endémisme caractérise la présence naturelle d'un groupe biologique exclusivement dans une région géographique délimitée.

(2) Les téléostéens sont la plupart des poissons connus aujourd’hui (truite, carpe, morue, saint-pierre…). Ce sont des poissons osseux dont la bouche (La bouche (encore dénommée cavité buccale ou cavité orale) est l'ouverture par laquelle la nourriture d'un animal entre dans son corps. Le mot gueule s'utilise aussi, mais...) peut être projetée en avant. Les « poissons » qui ne sont pas des téléostéens sont les esturgeons, les requins et raies, les lamproies, les cœlacanthes et les dipneustes.

(3) La monophylie caractérise un ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui...) d'espèces composé de l'espèce d'origine et de toute sa descendance.


Référence:

Lecointre G, Améziane N, Boisselier M-C, Bonillo C, Busson F, et al. (2013) Is the Species Flock Concept Operational? The Antarctic Shelf Case. PLoS ONE 8(8): e68787.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS