Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Mardi 15/10/2013 à 00:00
Un pansement bio
Des chercheurs de la Faculté de médecine viennent de démontrer qu'il est possible de soigner des ulcères réfractaires aux traitements courants en ayant recours à des pansements faits de feuillets de peau cultivée in vitro. Une étude pilote, dont les résultats sont rapportés dans un récent numéro de la revue scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur...) Advances in Skin and Wound Care, montre que cette approche a permis de soigner les ulcères de cinq personnes aux prises depuis des mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) avec des plaies ouvertes sur les jambes.


La peau fabriquée par les chercheurs du LOEX contient un épiderme (en rouge) et un derme (en bleu).
Elle sécrète des molécules qui activent les mécanismes naturels de guérison des ulcères.
Photo: LOEX

Les ulcères aux membres inférieurs frappent environ 1% de la population. Il s'agit de plaies souvent accompagnées d'infection et d'inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure, allergie…) qui peinent à cicatriser. Ils sont associés au vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant progressivement l'aptitude d'un objet, d'une information ou d'un organisme à assurer ses...), au diabète et aux problèmes de circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) sanguine comme les varices et les phlébites. «Les personnes obèses et celles qui travaillent debout y sont particulièrement vulnérables. Les ulcères peuvent durer des années. C'est une forme d'enfer», souligne le responsable de l'étude, François Auger.

Le traitement usuel des ulcères comprend le nettoyage méthodique des plaies et le recours à des pansements de compression. Des médicaments ont fait leur apparition il y a une vingtaine d'années, mais ils sont chers et leur efficacité est limitée. L'autogreffe (Une autogreffe est une greffe où donneur et receveur sont la même personne. Le taux de réussite de ce type de greffe est maximal, étant donné que le complexe...) cutanée peut constituer une solution au problème, mais, par définition, elle nécessite le prélèvement de peau sur des surfaces appréciables du corps.

C'est ce qui a donné l'idée aux chercheurs du Laboratoire d'organogénèse expérimentale (LOEX) d'utiliser leur expertise en culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) de peau in vitro (In vitro (en latin : « dans le verre ») signifie un test en tube, ou, plus généralement, en dehors de l'organisme vivant ou de la cellule. Un exemple est la fécondation in vitro (FIV)....) pour créer des pansements cutanés ne contenant aucun biomatériau. La recette paraît simple, mais elle a exigé des années de peaufinage: prélever 1 cm2 de peau du patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.), séparer les cellules, les cultiver in vitro et fabriquer un substitut cutané comprenant un derme et un épiderme. Après huit semaines de culture, les feuillets cutanés sont placés sur les ulcères comme un pansement (Un pansement est un dispositif permettant de recouvrir une plaie située sur la peau.). Au besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins...), ils sont remplacés chaque semaine. «Ce pansement biologique est plus qu'une barrière physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien,...), assure François Auger. Ses cellules sécrètent des molécules qui accélèrent la guérison. Il favorise la mise en marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en appui alternatif sur les jambes, en position debout et en ayant toujours...) des mécanismes naturels de guérison. C'est le modèle le plus physiologique qu'on puisse imaginer.»

Les tests menés sur cinq personnes par les médecins Olivier Boa et Chanel Beaudouin Cloutier ont été concluants. Il a quand même fallu sept semaines en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres...) pour venir à bout des 14 ulcères qui accablaient ces patients depuis plus de six mois. «C'est une intervention de dernier recours, lorsque toutes les autres options ont échoué», précise le professeur Auger.

Le directeur du LOEX envisage un autre usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) pour ces pansements biologiques. «Nous avons fait la preuve du concept avec des personnes souffrant d'ulcères aux membres inférieurs, dit-il. Nous voulons maintenant faire une étude clinique pour montrer qu'il est possible de traiter les grands brûlés avec le même type de substituts cutanés.»

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Laval - Jean Hamann