Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Samedi 15/03/2014 à 00:00
Coup de projecteur sur la pollution en Afrique
Les activités anthropiques en Afrique contribuent de façon importante à la pollution atmosphérique. Pourtant, jusqu'à présent, il n'y avait pas de données précises quant aux émissions de polluants pays par pays sur ce continent. Pour pallier ce déficit d'information, une équipe franco-ivoirienne pilotée par le Laboratoire d'aérologie (CNRS / Université Toulouse III – Paul Sabatier)(1) a réalisé des cartes des émissions polluantes en Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface...) pour l'année 2005, puis estimé ces émissions pour 2030 en s'appuyant sur trois scénarios.

Les chercheurs ont ainsi montré que les modèles de changement climatique sur lesquels s'appuient actuellement le GIEC sous-estiment les émissions polluantes africaines à l'horizon (Conceptuellement, l’horizon est la limite de ce que l'on peut observer, du fait de sa propre position ou situation. Ce concept simple se décline en physique,...) 2030. Celles-ci pourraient alors contribuer pour 20 à 55 % des émissions globales anthropiques des polluants gazeux et particulaires. Ces travaux, publiés le 11 mars 2014 dans la revue Environmental Research Letters, serviront à améliorer ces modèles climatiques, mais aussi à évaluer les impacts sur la santé de la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon ce que l'on peut entendre par...) dans les zones urbaines d'Afrique.

Les inventaires d'émissions des polluants dans l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est nécessaire de pressuriser les cabines des...) sont un passage obligé pour mesurer l'impact de la pollution sur la qualité de l'air et le climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la...). Ces données alimentent en effet les modèles atmosphériques et climatiques, et permettent de faire des projections sur le futur. Les inventaires régionaux sont très précis pour l'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme une des...), l'Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la Terre. Il est le plus grand continent (8,6 % de la surface totale terrestre ou 29,4 % des terres...), ou l'Amérique du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.). En revanche, jusqu'à présent, pour l'Afrique on ne disposait que d'inventaires globaux.


Estimations régionales des émissions de particules de carbone organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de...) issu des combustions de fuels fossiles et de biofuels en tonnes de carbone par an, pour un scénario de l'année 2030.
© Environ. Res. Lett. 9 035003

C'est pour répondre à ce déficit d'information que les chercheurs ont développé des cartes d'émissions anthropiques pour l'année 2005 pour l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un...) des pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas...) africains. Pour cela, ils se sont appuyés sur des données diverses: questionnaires de la consommation de fuels soumis aux autorités de différents pays, enquêtes de terrain, résultats de programmes de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) tels que AMMA (programme sur la mousson (La mousson est le nom d'un système de vents périodiques des régions tropicales, actif particulièrement dans l'océan Indien et l'Asie du Sud. Le mot mousson provient (par le portugais) de l'arabe mawsim qui signifie...) ouest-africaine) et POLCA (programme sur la pollution des capitales africaines).

Les chercheurs ont également pris en compte des sources d'émission de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme...) et de particules particulièrement polluantes en Afrique: d'une part les véhicules à deux roues (La roue est un organe ou pièce mécanique de forme circulaire tournant autour d'un axe passant par son centre.), les vieilles voitures (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de...) et les vieux camions (Le camion est un véhicule automobile à roues destiné à transporter des marchandises. Le routier (routière) ou...) dans les villes, et d'autre part, la fabrication de charbon de bois (Le charbon de bois est obtenu en carbonisant du bois de manière contrôlée en l'absence d'oxygène. Le procédé permet de retirer du bois, son humidité et...) pour la cuisine (La cuisine est l'ensemble des techniques de préparation des aliments en vue de leur consommation par les êtres humains (voir cuisinerie). La cuisine est diverse à...).

Aujourd'hui, l'ensemble des sources d'émission anthropique représentent, selon les particules ou les gaz considérés (carbone suie, carbone organique, dioxyde de soufre (Le soufre est un élément chimique de la famille des chalcogènes, de symbole S et de numéro atomique 16.), dioxyde d'azote (L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de numéro atomique 7. Dans le langage courant, l'azote désigne le gaz diatomique...), monoxyde de carbone…) entre 5 et 20% de la pollution mondiale. La contribution de l'Afrique au changement climatique ne peut donc être négligée.

A partir de ces inventaires pour l'année 2005, les chercheurs ont estimé les émissions polluantes africaines en 2030 en s'appuyant sur trois scénarios. Les deux premiers sont ceux du modèle économique POLES, scénarios de référence décrivant soit un monde (Le mot monde peut désigner :) sans politique environnementale, soit un monde incluant les engagements du protocole de Kyoto (autrement dit une réduction de 5,5% des émissions de gaz à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le cas des corps du...) sur la période 2008-2012 par rapport au niveau atteint en 1990). Les scientifiques ont construit un troisième scénario incluant des réductions d'émissions spécifiques.

Principal résultat de cette évaluation: en l'absence de toute mesure de régulation efficace, le continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce terme désigne une vaste étendue continue de terre à la...) africain pourrait contribuer pour 20 à 55 % des émissions globales anthropiques des polluants gazeux et particulaires à l'horizon 2030. Ces chiffres sont nettement au-dessus des estimations sur lesquels se basent actuellement les modèles de changement climatique.

Ces travaux vont permettre d'améliorer ces modèles de par leur utilisation dans les futures publications du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat). Les chercheurs pensent aussi utiliser ces inventaires pour mieux évaluer l'impact de ces émissions polluantes sur la santé des populations urbaines d'Afrique. Ils espèrent que leurs résultats aideront les décideurs africains à faire des choix sur le parc (Un Parc est un terrain naturel enclos,[1] formé de bois ou de prairies, dans lequel ont été tracées des allées et chemins destinés à la chasse,...) véhiculaire et les combustibles utilisés afin d'améliorer la qualité de l'air dans les villes africaines.

Notes:

(1) En collaboration avec le Laboratoire de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens...) de l'atmosphère et de mécanique des fluides de l'Université Houphouët Boigny-Cocody en Côte d'Ivoire, le laboratoire « Politiques publiques, actions politiques, territoires » (CNRS/Université Pierre Mendès France/Université Joseph Fourier/Sciences Po Grenoble), le Laboratoire "atmosphères, milieux, observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude...) spatiales" (CNRS/UPMC/UVSQ) qui fait partie de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) Pierre-Simon Laplace (Pierre-Simon Laplace, né le 23 mars 1749 à Beaumont-en-Auge (Calvados), mort le 5 mars 1827 à Paris, était un mathématicien, astronome et physicien français...), le laboratoire NOAA/ESRL & CU/CIRES à Boulder aux USA et le Max-Planck Institute for Meteorology de Hambourg en Allemagne.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages