Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Mardi 27/05/2014 à 17:00
Record de concentration de CO2 dans tout l'hémisphère Nord
Les concentrations de CO2 dépassent 400 parties par million dans tout l'hémisphère nord


Stations météo mondiales*. Illustraton OMM

En avril, pour la première fois, les concentrations mensuelles de dioxyde de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) (CO2) dans l'atmosphère ont dépassé 400 parties par million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui...) (ppm) dans tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) l'hémisphère Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.). Ce seuil est hautement symbolique sur le plan scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.), et le fait qu'il ait été franchi démontre une fois de plus que l'exploitation de combustibles fossiles est responsable, ainsi que d'autres activités humaines, de l'augmentation continue des concentrations de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend à...) à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans le cas des corps du système solaire) ou d'autres...) qui réchauffent notre planète.

Toutes les stations de surveillance de l'hémisphère Nord qui constituent le réseau de la Veille de l'atmosphère globale de l'Organisation (Une organisation est) météorologique mondiale (OMM) ont signalé des concentrations records de CO2 dans l'atmosphère durant le pic saisonnier, qui intervient au début du printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones tempérées, précédant l'été...) boréal, avant que ce gaz ne soit absorbé par la croissance végétale.

Alors que les valeurs maximales relevées au printemps dans l'hémisphère nord ont déjà passé la barre des 400 ppm, la concentration de CO2 à l'échelle du globe, en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils...) annuelle, devrait franchir ce seuil en 2015 ou 2016.

«Comme les précédents, ce constat vient à point (Graphie) nommé pour nous rappeler l'augmentation constante des gaz à effet de serre (Une serre est une structure généralement close destinée à la production agricole. Elle vise à soustraire aux éléments climatiques les cultures...) qui sont un facteur d'évolution du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la...). Si nous voulons préserver notre planète pour les générations futures, il nous faut agir d'urgence pour réduire les émissions de ces gaz qui piègent la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !)», a déclaré le Secrétaire général de l'OMM,
Michel Jarraud. «Le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) presse».

Le CO2 persiste dans l'atmosphère pendant des centaines d'années, et sa durée de vie (La vie est le nom donné :) dans les océans est encore plus longue. C'est le principal gaz à effet de serre rejeté par les activités humaines: il a contribué à l'augmentation du forçage radiatif – qui induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en électricité...) un réchauffement du système climatique – à hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) de 85% sur la décennie 2002-2012.

Le forçage radiatif s'est accru de 34% à cause des gaz à effet de serre entre 1990 et 2013, d'après les derniers chiffres publiés par l'Administration américaine pour les océans et l'atmosphère (NOAA).

D'après le Bulletin de l'OMM sur les gaz à effet de serre, la teneur de l'atmosphère en CO2 a atteint 393,1 parties par million en 2012, ce qui représente 141 % de ce qu'elle était à l'époque préindustrielle (278 parties par million). Le taux d'accroissement annuel du CO2 atmosphérique a été en moyenne de 2 parties par million sur la décennie écoulée.

Depuis 2012, toutes les stations de surveillance implantées dans l'Arctique (L’Arctique est la région entourant le pôle nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à...) ont relevé au printemps des concentrations de CO2 supérieures à 400 ppm, en moyenne mensuelle, d'après les données reçues des stations de la Veille de l'atmosphère globale (VAG) situées au Canada, aux États-Unis d'Amérique, en Norvège et en Finlande.

On constate aujourd'hui cette tendance à de plus faibles latitudes: les stations de la VAG situées en Allemagne, au Cap-Vert (Le Cap-Vert, officiellement la République du Cap-Vert, est un pays insulaire de l'océan Atlantique au large de l'Afrique. Colonie portugaise à partir de 1456 (arrivée des...), en Espagne (Ténériffe), en Irlande, au Japon et en Suisse ont toutes signalé des concentrations moyennes mensuelles supérieures à 400 ppm pour mars et avril.

En avril, la teneur de l'atmosphère en dioxyde de carbone (Le dioxyde de carbone (appelé parfois, de façon impropre « gaz carbonique ») est un composé chimique composé d'un atome de carbone et de...), en moyenne mensuelle, a dépassé 401,3ppm à Mauna Loa (Hawaii), selon la NOAA, alors qu'en 2013, ce cap n'avait été franchi que durant deux jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons...). Datant de 1958, Mauna Loa est la station de mesure du CO2 atmosphérique la plus ancienne au monde (Le mot monde peut désigner :), et elle est de ce fait largement considérée comme étant un site de référence dans le cadre de la Veille de l’atmosphère globale.

L'hémisphère boréal compte plus de sources anthropiques de CO2 que l'hémisphère austral (Le mot austral (du latin australis) est un adjectif qualifiant ce qui se situe dans l'hémisphère sud.). Le cycle saisonnier du CO2 est aussi régi par la biosphère. Le minimum saisonnier est observé en été, lorsque l'absorption ( En optique, l'absorption se réfère au processus par lequel l'énergie d'un photon est prise par une autre entité, par exemple, un atome qui fait une...) du CO2 par la végétation est considérable, et le pic constaté en hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) et au printemps est dû à l'absence d'absorption par la biosphère et à la multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire avec l'addition, la soustraction et la division .) des sources qui sont à l'origine de la décomposition de la matière organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de carbone : les composés...) ainsi que des émissions anthropiques. C'est donc dans les régions les plus septentrionales que le cycle saisonnier est le plus prononcé.

Mise en place par l'OMM, la Veille de l'atmosphère globale assure la coordination des observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le...) du CO2 et d'autres gaz atmosphériques qui retiennent la chaleur, tels le méthane et le protoxyde (Le protoxyde d'une substance chimique est le composé le moins oxygéné parmi tous ceux qui peuvent être formés en se combinant avec l'oxygène.) d'azote (L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de numéro atomique 7. Dans le langage courant, l'azote désigne le gaz diatomique diazote N2, constituant majoritaire de...), de façon à normaliser et rendre comparables entre elles des mesures effectuées dans le monde entier. Le réseau couvre plus de 50 pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le...) et comporte notamment des stations situées à haute altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la répartition de la vie sur terre.) dans les Alpes, les Andes et l'Himalaya, dans l'Arctique et l'Antarctique (L'Antarctique (prononcé [ɑ̃.taʁk.tik] Écouter) est le continent le plus méridional de la Terre. Situé au pôle Sud, il est entouré de...) et à l'extrême sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) du Pacifique. Toutes les stations sont implantées sur des sites exempts de pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon ce que l'on peut entendre par malsain [1].), bien que certaines soient plus exposées que d'autres à l'influence de la biosphère et de sources anthropiques (liées aux activités humaines).

Les concentrations moyennes mensuelles sont calculées à partir de mesures continues. Il existe environ 130 stations de mesure du CO2 réparties dans le monde.

Pour plus d'information voir: http://www.wmo.int/pages/mediacentre/factsheet/documents/ClimateChangeInfoSheet2013-11rev5FINAL.pdf

*Les données sont filtrées de manière à délimiter un secteur sans pollution

Seules les valeurs nocturnes sont utilisées pour calculer la moyenne mensuelle

Légende et origine des données:

- ALT: Alert, Canada, 82,50°N, 62,34°W, 210 m (Environnement Canada, Canada)

- AMS: Île Amsterdam, France, 37,80°S, 77,54°E, 70 m (programme de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) «SNO ICOS-France» dirigé par LSCE/OVSQ (CEA, INSU))

- BRW: Barrow (AK), États-Unis d'Amérique, 71,32°N, 156,6°W, 11 m (NOAA, États-Unis d'Amérique)

- CNM: Monte Cimone, Italie, 44,17°N, 10,68°E, 2165 m (Centre de montagne (Une montagne est une structure topographique significative en relief positif, située à la surface d'astres de type tellurique (planète tellurique, satellites...) de l'Armée de l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il...) italienne (Italienne est le nom communément utilisé pour le cordage servant a manœuvrer un enrouleur. Il s'enroule sur un tambour quand on déroule la voile, et on tire dessus pour...) – Mt.Cimone, Italie)

- CVO: Observatoire atmosphérique du Cap-Vert, Cap-Vert, 16,86°N, 24,87°W, 10 m (Institut Max-Planck pour la biogéochimie, Iéna, Allemagne)

- HPB: Hohenpeissenberg, Allemagne, 47,80°N, 11,01°E, 985 m (Deutscher Wetterdienst (DWD), Allemagne)

- IZO: Izaña (Ténériffe), Espagne, 28,31°N, 16,50°W, 2373 m (Agencia Estatal de Meteorología (Aemet), Espagne)

- JFJ: Jungfraujoch, Suisse, 46,55°N, 7,99°E, 3580 m (Empa, Suisse)

- MHD: Mace Head, Irlande, 53,33°N, 9,90°W, 5 m (programme de recherche «SNO ICOS-France» dirigé par LSCE/OVSQ (CEA, INSU), en collaboration avec l'EPA, Irlande)

- MLO: Mauna Loa (Hawaii), États-Unis d'Amérique, 19,54°N, 155,6°W, 3397 m (NOAA, États-Unis d'Amérique)

- MNM: Minamitorishima, Japon, 24,29°N, 154,0°E, 8 m (Service météorologique japonais, Japon)

- PAL: Pallas, Finlande, 67,97°N, 24,12°E, 560 m (Institut météorologique finlandais (FMI), Finlande)

- SMO: Samoa (Les Samoa constituent un État indépendant de Polynésie, comprenant quatre îles habitées (Upolu, Savai'i, Manono et Apolima) et six îlots inhabités, dans le sud de...) (Cape Matatula), États-Unis d'Amérique, 14,25°S, 170,6°W, 77 m (NOAA, États-Unis d'Amérique)

- SPO: Pôle Sud, Antarctique, 90,00°S, 24,80°W, 2841 m (NOAA, États-Unis d'Amérique)

- ZEP: Mont Zeppelin (Un zeppelin désigne un aérostat de type dirigeable rigide, de fabrication allemande, mais est souvent utilisé dans la langue populaire pour désigner n’importe quel ballon dirigeable. C'est le comte allemand...) (Ny Alesund), Norvège, 78,91°N, 11,89°E, 474 m (Institut norvégien de recherche atmosphérique, Norvège)


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Organisation Météorologique Mondiale