Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Mercredi 11/06/2014 à 12:00
Bactéries: une résistance naturelle aux antibiotiques
Ce qui aurait pu surprendre il y a encore quelques années, vient aujourd'hui d'être démontré avec certitude: les bactéries du milieu naturel sont pourvues d'une large panoplie de gènes qui leur permet de résister aux antibiotiques. Pour la première fois, l'équipe de génomique microbienne environnementale du Laboratoire Ampère a révélé l'ampleur du phénomène, tant en termes de diversité que d'abondance de ces gènes dans les communautés bactériennes de milieux naturels extrêmement variés. Ces travaux ont été publiés dans Current Biology le 19 mai 2014.

Dans un seul gramme (Le gramme est une unité de masse du Système international (l'unité de base est le kilogramme) et du système CGS. L'abréviation du...) de sol, plusieurs milliards de bactéries se livrent une lutte chimique sans merci ! Les unes émettent des antibiotiques pour éliminer leurs concurrentes, et gagner ainsi plus d'espace et de nourriture pour se développer. Les autres tentent de se protéger grâce à des gènes de résistance aux antibiotiques, que les bactéries s'échangent entre elles et qui peuvent s'accumuler dans les génomes au fil du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). Ainsi, les antibiotiques que nous utilisons pour soigner otites, méningites ou gastro-entérites, existent dans le milieu naturel (c'est d'ailleurs de là qu'elles ont été extraites pour en faire des remèdes). Mais, et c'est là le problème, les gènes de résistance à ces mêmes antibiotiques s'y trouvent aussi... « En milieu hospitalier, de plus en plus de bactéries pathogènes résistent aux antibiotiques,rappelle Pascal Simonet, microbiologiste au Laboratoire Ampère (CNRS / Ecole Centrale de Lyon / INSA de Lyon / Université Claude Bernard (Claude Bernard, né le 12 juillet 1813 à Saint-Julien (Rhône) et mort le 10 février 1878 à Paris, est un médecin et physiologiste français.) Lyon 1). Certaines résistances sont dues à des mutations, mais la plupart d'entre elles semblent liées à des gènes de résistance qui proviennent de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels,...), des gènes que les bactéries pathogènes acquièrent lorsqu'elles retournent dans le sol par exemple ».

Afin de confirmer cette hypothèse et d'évaluer l'ampleur du phénomène, Joseph Nesme, de l'équipe de Pascal Simonet, a entrepris une analyse à grande échelle des génomes bactériens. La base de données canadienne de l'Université de McMaster, qui référence des centaines de gènes de résistance à des antibiotiques, a ainsi été confronté à une base contenant plus de 70 métagénomes (génomes de toutes les populations bactériennes d'un milieu donné) de tubes digestifs humain et animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire...), de lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume soit suffisant pour provoquer une...), de glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) arctique (L’Arctique est la région entourant le pôle nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à l'opposé de l'Antarctique....)... et même de sols de la forêt guyanaise n'ayant subi aucune influence de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...). Résultat: Une myriade de gènes de résistance différents a été identifiée en abondance, dans chacun de ces environnements. « Cette étude confirme que les bactéries ont à portée de main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce...) tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) l'arsenal nécessaire pour lutter contre n'importe quel antibiotique (Un antibiotique (du grec anti : « contre », et bios : « la vie ») est une molécule qui détruit ou...), certaines d'entre elles étant même aujourd'hui capables d'accumuler des gènes de résistance contre 20 ou 30 antibiotiques ! », souligne Pascal Simonet. L'humanité va donc devoir trouver de nouvelles solutions pour contourner ce problème. « En associant deux ou trois antibiotiques pour lutter contre un pathogène, on pourrait sans doute considérablement réduire les risques de résistance », propose le microbiologiste.

Si le XXe siècle a laissé espérer à l'homme qu'il avait trouvé l'arme décisive contre les bactéries pathogènes et les maladies infectieuses, le XXIe siècle s'amorce avec le défi urgent de trouver de nouvelles molécules et les moyens de contrer les capacités d'adaptation des bactéries.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INEE