Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Mercredi 23/07/2014 à 12:00
La flore intestinale joue un rôle complexe dans l'immunité
Au cours des dernières années, il est devenu de plus en plus clair que de nombreuses maladies sont déclenchées ou entretenues par des changements dans les communautés bactériennes de l'intestin. Cependant, l'opinion générale jusqu'à aujourd'hui est restée assez simple: les bactéries stimulent le système immunitaire, avec pour seul effet de conduire à une inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure, allergie…) ou des troubles auto-immuns.


Bactéries E. coli - Photo by Eric Erbe, digital colorization by Christopher Pooley, both of USDA, ARS, EMU

Grâce au travail des scientifiques dirigés par Sidonia Fagarasan du Center for Intergrative Medical Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce...) du RIKEN au Japon et publié dans le journal Immunity, un tableau (Tableau peut avoir plusieurs sens suivant le contexte employé :) plus complexe a pu être dépeint: le système immunitaire de l'intestin (L'intestin est la partie du système digestif qui s'étend de la sortie de l'estomac à l'anus. Chez les humains et la plupart des mammifères, il est divisé en...) ne se contente pas de faire obstacle à l'afflux des agents pathogènes, mais est aussi activement impliqué dans le maintien d'une communauté riche et saine de la flore intestinale (La flore intestinale est l'ensemble des micro-organismes qui se trouvent dans le tube digestif. Le terme de flore intestinale n'est guère correct, puisqu'il s'agit...). Les chercheurs proposent que des défauts dans la régulation du système immunitaire entraînent des changements dans la communauté bactérienne qui à leur tour rétroagissent sur le système immunitaire.

Dans leur étude, le groupe démontre que la régulation par les cellules T immunitaires de l'immunoglobuline A (IgA), un anticorps qui joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle clé dans l'immunité dans l'intestin, est essentielle pour le maintien de communautés bactériennes intestinales riches chez les mammifères. Ils ont commencé par étudier des souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue...) avec diverses déficiences immunitaires et ont tenté de les restaurer en fournissant les éléments manquants. Ils ont surveillé les communautés bactériennes dans les intestins de la souris avec ou sans les reconstitutions et évalué la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) de l'information entre le système immunitaire et les bactéries. Ils ont découvert que le contrôle précis de la production d'IgA par des cellules T régulatrices est essentiel pour maintenir une communauté bactérienne riche et équilibrée.

Pour étudier comment les bactéries rétroagissent sur l'hôte, ils ont étudié des souris axéniques (souris nées et maintenues stériles dans des incubateurs spéciaux) et des souriceaux qui avaient été transplantés avec les communautés bactériennes différentes (soit par injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) de bactéries ou en appliquant sur leur fourrure des bactéries fécales extraites de souris normales ou immunodéficientes). Ils ont découvert que le système immunitaire "voit" et réagit différemment aux communautés bactériennes différentes. Les communautés bactériennes riches et équilibrées semblent être perçues comme "soi" et induisent une maturation rapide du système immunitaire et des réponses de l'intestin (induction de cellules T régulatrices et IgA), tandis que les communautés bactériennes pauvres et déséquilibrées sont apparemment perçues comme "non-soi "et induisent des réponses visant à l'éliminer (cellules T ayant des propriétés inflammatoires et les réponses IgG ou IgE).

Selon Sidonia Fagarasan, qui a dirigé les travaux, "Cette étude devrait avoir un impact sur la façon dont nous comprenons les troubles liés au système immunitaire associés à des déséquilibres de la flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace géographique ou un écosystème déterminé (par opposition à la faune). Le terme « flore » désigne aussi...) intestinale. Afin de rétablir un état de santé, nous devons intervenir non seulement sur les bactéries, en fournissant des probiotiques ou par bactériothérapie fécale, mais aussi avec le système immunitaire, en corrigeant les défauts provoqués soit par des déficiences héréditaires, soit par le vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant progressivement l'aptitude d'un objet, d'une information ou d'un organisme à assurer ses fonctions.)".

"Il est surprenant", poursuit-elle, "de voir à quel point (Graphie) la reconstitution des souris déficientes en cellules T avec un type de lymphocyte T régulateur spécial conduit à des changements dramatiques dans les communautés bactériennes intestinales. C'était spectaculaire de voir comment le système immunitaire perçoit et réagit à différentes communautés de bactéries. Cela nous laisse espérer qu'avec une meilleure connaissance des relations symbiotiques entre le système immunitaire et les bactéries dans l'intestin, nous pourrons intervenir et induire des modifications visant à rétablir l'équilibre et la santé ".

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: BE Japon numéro 695 (11/07/2014) - Ambassade de France au Japon / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/76367.htm