Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Samedi 02/08/2014 à 00:00
Analyse de la pause dans le réchauffement climatique
Selon une étude réalisée par Shaun Lovejoy, professeur de physique à l’Université McGill, l’analyse statistique des températures moyennes mondiales entre 1998 et 2013 montre que le ralentissement du réchauffement climatique au cours de cette période concorde (Le Concorde est un avion de transport supersonique construit par l’association de Sud-Aviation (devenue par la suite l’Aérospatiale après sa fusion avec...) avec les variations naturelles de la température.


IIllustration: Wikimedia Commons/Theon

Dans un article publié dans la revue scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) Geophysical Research Letters, le professeur Lovejoy conclut qu’une fluctuation naturelle du refroidissement au cours de cette période a masqué en grande partie les effets du réchauffement attribuable à l’augmentation constante des émissions anthropiques de dioxyde de carbone (Le dioxyde de carbone (appelé parfois, de façon impropre « gaz carbonique ») est un composé chimique composé d'un atome de carbone et de deux atomes d'oxygène...) et d’autres gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend...) à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie électromagnétique, provenant du Soleil (dans...).

Cette nouvelle étude repose sur une méthode statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon. D'une façon générale, c'est le résultat de l'application d'une méthode statistique à un ensemble de...) élaborée par le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier...) de McGill dans un article publié en avril dans la revue scientifique Climate Dynamics. Cette étude précédente, pour laquelle le chercheur avait eu recours à des indicateurs des températures de l’ère préindustrielle afin d’analyser les régimes climatiques historiques, avait permis d’écarter – avec un seuil de confiance supérieur à 99 % -- la possibilité que le réchauffement climatique à l’ère industrielle soit uniquement une fluctuation naturelle du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la météorologie qui désigne...) de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des...).

Dans son nouvel article, le professeur Lovejoy utilise la même approche pour la période de 15 ans suivant 1998, pendant laquelle les températures mondiales moyennes sont demeurées élevées selon les normes historiques, mais légèrement inférieures à la plupart des prédictions générées par les modèles informatiques complexes utilisés par les scientifiques pour estimer les effets des émissions de gaz à effet de serre (Une serre est une structure généralement close destinée à la production agricole. Elle vise à soustraire aux éléments climatiques les cultures produites pour l'alimentation ou le...).

Le ralentissement (Le signal de ralentissement (de type SNCF) annonce une aiguille (ou plusieurs) en position déviée qui ne peut être franchie à la vitesse normale de la ligne.) de la hausse des températures au cours de cette période de 15 ans est parfois qualifié de « pause » ou de « hiatus » dans le réchauffement climatique, et a suscité des questions sur les raisons pour lesquelles le réchauffement de la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière...) de la Terre a connu un ralentissement beaucoup plus marqué qu’au cours des décennies précédentes. Puisque les niveaux de gaz à effet de serre ont continué d’augmenter au cours de cette période, certains sceptiques ont fait valoir que le régime climatique observé récemment vient invalider la théorie selon laquelle le réchauffement climatique à l’ère industrielle résulte essentiellement d’émissions de gaz à effet de serre surtout provenant de la combustion (La combustion est une réaction chimique exothermique d'oxydoréduction. Lorsque la combustion est vive, elle se traduit par une flamme voire une...) de combustibles fossiles par l’homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par...).

La nouvelle étude du professeur Lovejoy révèle qu’une fluctuation naturelle du refroidissement, de l’ordre d’environ 0,28 à 0,37 degré Celsius, s’est produite depuis 1998 ? ce qui correspond aux variations qui surviennent historiquement tous les 20 à 50 ans, selon l’analyse. « On trouve de nombreux exemples de ces variations dans les reconstructions des températures de l’ère préindustrielle », selon une variété d’indicateurs, comme les anneaux de croissance des arbres, les carottes glaciaires et les sédiments lacustres, affirme le professeur Lovejoy. « Étant basée sur des records climatiques, cette approche évite tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) biais affectant les modèles qui sont utilisés couramment pour comprendre le réchauffement. »

En outre, le refroidissement observé entre 1998 et 2013 « suit précisément un réchauffement légèrement plus marqué ayant précédé la pause, de 1992 à 1998 », de sorte que le refroidissement naturel survenu pendant la « pause » n’est rien d’autre qu’un retour à la variabilité naturelle à plus long terme, conclut le professeur Lovejoy. « Il existe donc une explication statistique convaincante à cette pause. »

Enfin, le professeur Lovejoy estime que les scientifiques pourraient également recourir à la méthodologie présentée dans ses deux récents articles pour analyser les tendances des précipitations et la variabilité climatique régionale, et élaborer de nouvelles méthodes stochastiques de prévisions climatiques.

Pour plus d’information voir:
- https://www.mcgill.ca/newsroom/fr/channels/news/analyse-de-la-pause-dans-le-rechauffement-climatique-237538
- http://www.physics.mcgill.ca/~gang/eprints/eprintLovejoy/neweprint/Anthropause.GRL.final.13.6.14bbis.pdf (en anglais)

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université McGill