Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Jeudi 25/09/2014 à 00:00
Rayons cosmiques, éclairage sur le mystérieux excédent de positons
Les dernières mesures de l’expérience AMS ouvrent de nouveaux horizons dans l’étude du flux de rayons cosmiques.


Détecteur AMS arrimé à la Station spatiale internationale (ISS). Illustration: NASA
La collaboration du Spectromètre Magnétique Alpha AMS (1) a présenté aujourd’hui ses résultats les plus récents. Ceux-ci sont basés sur l’analyse de 41 milliards de particules observées par le détecteur AMS, arrimé à la Station spatiale internationale (La Station spatiale internationale (en anglais International Space Station ou ISS) est un habitat placé en orbite terrestre basse, occupé en permanence par un équipage international qui se consacre à la recherche...). Les résultats, présentés à un séminaire au CERN (2), apportent un nouvel éclairage sur la nature du mystérieux excédent de positons observé dans le flux (Le mot flux (du latin fluxus, écoulement) désigne en général un ensemble d'éléments (informations / données,...) de rayons cosmiques. Ces résultats sont publiés dans la revue Physical Review Letters.

Les rayons cosmiques sont des particules couramment présentes dans l’Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.). Il s’agit principalement de protons et d’électrons, mais aussi de nombreuses autres particules, notamment des positons, qui voyagent dans l’espace. Les positons sont les équivalents en antimatière des électrons ; ils ont la même masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de gravitation (la...), mais une charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et...) opposée.

La présence dans l’espace d’un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de positons peut s’expliquer par les collisions de rayons cosmiques, mais ce phénomène ne pourrait produire qu’une faible quantité d’antimatière dans l’ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme l'énonçait...) du spectre des rayons cosmiques. Étant donné que l’antimatière est extrêmement rare dans l’Univers, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) excédent significatif de particules d’antimatière enregistré dans le flux de rayons cosmiques énergétiques indique l’existence d’une nouvelle source de positons ; des étoiles très denses, comme les pulsars, sont des candidats potentiels.

L’expérience AMS est capable de dresser une carte du flux de rayons cosmiques avec une précision sans précédent et, dans les résultats publiés, la collaboration présente de nouvelles données à des énergies jamais enregistrées auparavant. La collaboration AMS a analysé 41 milliards d’événements correspondant à des rayons cosmiques primaires, parmi lesquels 10 millions ont été identifiés comme des électrons ou des positons.

Il apparaît clairement dans les mesures que la répartition de ces événements dans une gamme d’énergies allant de 0,5 à 500 GeV montre une augmentation des positons à partir de 8 GeV, quelle que soit la direction d’où proviennent les rayons dans l’espace. L’énergie à laquelle la proportion de positons cesse d’augmenter a été mesurée à 275±32 GeV.

« C’est la première fois, après un demi-siècle d’expériences sur les rayons cosmiques, qu’une expérience observe ce maximum de la proportion de positons, explique Samuel Ting, porte-parole d'AMS. L'équipe d'AMS procède à des mesures pour déterminer le rythme auquel la proportion de positons diminue après le point (Graphie) d’inflexion. »

La rapidité de cette diminution quand on atteint l’énergie correspondant au point d’inflexion est très importante pour les physiciens car elle pourrait indiquer que l’excédent de positons est la signature de particules de matière noire qui s’annihilent en paires d’électrons et de positons. Même si les mesures actuelles pourraient être expliquées par des objets tels que les pulsars, elles ressemblent étrangement à ce que pourraient donner des particules de matière noire ayant des masses de l’ordre de 1 TeV.

Différents modèles sur la nature de la matière noire prédisent différents profils de l’excédent de positons par rapport à la proportion de positons attendue dans les collisions de rayons cosmiques ordinaires. Par conséquent, les résultats pour des énergies plus élevées seront d’une importance capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs, ou une ville ayant une prééminence dans un domaine social, culturel, économique ou sportif, dans ce cas on parle aussi de...), dans un futur proche, pour déterminer si le signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d'objets ayant des...) provient de la matière noire ou d’une source cosmique.

« Entre AMS et le prochain redémarrage du LHC, à des énergies jamais atteintes auparavant, nous vivons une période passionnante pour la physique des particules (La physique des particules est la branche de la physique qui étudie les constituants élémentaires de la matière et les rayonnements, ainsi que leurs interactions. On l'appelle aussi physique des hautes...), car ces deux instruments repoussent les limites de la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la connaissance...) », a déclaré Rolf Heuer, directeur général du CERN. AMS a également observé que le flux d’électrons et le flux de positons changent tous deux de comportement à une énergie d’environ 30 GeV, mais que ces deux flux présentent des différences significatives du point de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de leur intensité et de leur profil en fonction de l'énergie. En particulier, entre 20 et 200 GeV, la pente de la courbe (En géométrie, le mot courbe, ou ligne courbe désigne certains sous-ensembles du plan, de l'espace usuels. Par exemple, les droites, les...) pour le flux de positons est étonnamment plus abrupte que pour le flux d’électrons.

C’est un indice important du fait que l’excédent observé dans la proportion de positons est dû à un excédent relatif de positons de haute énergie, et non à la perte d’électrons de haute énergie. Ce nouveau résultat est essentiel pour mieux comprendre l’origine des électrons et des positons des rayons cosmiques, et c’est peut-être le signe d’un phénomène inconnu.

Dans son séminaire, M. Ting a également présenté de nouveaux résultats intéressants, qui seront publiés prochainement. Ces résultats montrent qu’à des énergies élevées, et dans une large gamme d’énergies, le flux combiné d’électrons et de positons peut être décrit par un unique indice spectral, constant, sans qu’apparaisse aucune structure, comme le laissaient supposer des mesures précédentes d’autres expériences.


Notes:

(1) Le détecteur AMS est géré par une grande collaboration internationale dirigée par le prix Nobel Samuel Ting, et mobilisant près de 600 chercheurs originaires d’Allemagne, de Chine, de Corée, du Danemark, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de Finlande, de France, d’Italie, du Mexique, des Pays-Bas, du Portugal, de Suisse et de Taiwan. Le détecteur AMS a été assemblé au CERN, testé dans le Centre ESTEC de l’ESA (Pays-Bas) et a pris place le 16 mai 2011 à bord de la navette spatiale Endeavour (La navette spatiale Endeavour (désignation : Orbital Vehicle 105, ou l'OV-105) est la cinquième et la plus récente des navettes spatiales...) de la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est...). Il a été arrimé à la Station spatiale (Une station spatiale, dans le domaine de l'astronautique, est une installation spatiale en orbite ou déposée sur un astre, ne disposant pas de moyens de...) internationale (ISS), où il traque les particules chargées telles que les protons, les électrons, et les particules d’antimatière telles que les positons, en dressant une carte du flux des rayons cosmiques avec une précision sans précédent.

(2) Le CERN, Organisation (Une organisation est) européenne pour la Recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les...) nucléaire, est le plus éminent laboratoire de recherche en physique des particules du monde (Le mot monde peut désigner :). Il a son siège à Genève. Ses États membres actuels sont les suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Israël, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Suède et Suisse. La Roumanie a le statut de candidat à l’adhésion. La Serbie est État membre associé en phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) préalable à l’adhésion. Les États-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, l’Inde, le Japon, la Turquie, la Commission européenne et l’UNESCO ont le statut d'observateur.


Pour plus d'information voir:
- http://press.web.cern.ch/sites/press.web.cern.ch/files/ams_new_results_-_18.09.2014.pdf
- http://journals.aps.org/prl/abstract/10.1103/PhysRevLett.113.121101

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CERN