Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Vendredi 07/11/2014 à 12:00
Les perceptions insoupçonnées du dauphin

Dauphin Tursiops truncatus. Illustration Wkimedia Commons
Des compétences sensorielles insoupçonnées chez le dauphin: la perception magnétique

L’existence d’une perception magnétique permet d’expliquer des phénomènes de migration et de navigation (La navigation est la science et l'ensemble des techniques qui permettent de :) chez une variété d’espèces animales, comme les oiseaux mais aussi certaines espèces de mammifères. Le mystère restait jusqu’ici entier pour les mammifères marins. Les travaux réalisés sur des dauphins captifs par l’équipe du laboratoire d’Ethologie animale et humaine, en collaboration avec le parc animalier (Un parc animalier est un établissement (ou espace) zoologique ouvert au public, présentant et élevant des animaux sauvages et/ou domestiques.) de Planète Sauvage, et publiés dans Naturwissenschaften, démontrent pour la première fois une sensibilité à un champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) magnétique fort de ces animaux qui sont capables de discriminer deux objets sur la seule base de leurs propriétés magnétiques. Bien que les processus en jeu soient encore inconnus, cette découverte ouvre un nouveau champ d’investigation et une nouvelle fenêtre sur le monde (Le mot monde peut désigner :) sensoriel des dauphins.

L’existence d’une perception magnétique est surtout connue par les travaux réalisés sur les migrations de diverses espèces animales qui ne pouvaient pas s’expliquer sur la base de modalités sensorielles « classiques ». Ainsi, différents taxa se servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) du champ géomagnétique pour s’orienter pendant la navigation ou la migration, ceci leur permettant de poursuivre leurs trajets en l’absence de repères visuels en particulier (ex. « nuit noire »). D’autres mammifères, comme certains rongeurs, construisent leurs nids en lien avec ce champ. Plusieurs faits suggèrent une sensibilité des mammifères marins à l’information géomagnétique: les routes de migration de certaines baleines suivent des voies de faible intensité géomagnétique ; l’échouage inexpliqué de cétacés sur des côtes pourrait s’expliquer par leur occurrence dans des sites où le champ géomagnétique croise la dite côte. Jusqu’ici cependant, et contrairement à d’autres taxa, il n’y avait aucune preuve expérimentale d’une sensibilité à un champ magnétique chez les cétacés. Les quelques expériences de conditionnement réalisées jusqu’ici pour tenter de démontrer une capacité de discrimination de champs magnétiques par le dauphin (Dauphin /do.'fɛ̃/ est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certains mammifères marins et fluviaux appartenant à l'ordre des...) avaient échoué.

Dans l’étude menée par l’équipe EthoS, six dauphins adultes captifs ont été confrontés à des objets (bidons plastiques opaques) qui présentaient des champs magnétiques différents, l’un des deux étant démagnétisé, l’autre pourvu d’un aimant (Un aimant est un objet fabriqué dans un matériau magnétique dur, c’est-à-dire dont le champ rémanent et l'excitation coercitive sont grands (voir ci-dessous). Cela lui donne des...) puissant (neodymium à 1.2T). L’équipe a profité de la tendance naturelle des dauphins à explorer de nouveaux objets pour étudier leur intérêt spontané pour ces objets. Les bidons étaient placés dans l’eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) à 50 cm de profondeur et perforés de façon à ce que l’aimant soit en contact avec l’eau du bassin. Les deux objets étaient totalement identiques par ailleurs (taille et densité). Le comportement des dauphins a été filmé pendant les sessions expérimentales (60 sessions de 15 minutes) où l’un des deux bidons au hasard (Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque efficient, sinon de causes, au moins d'une reconnaissance de cause à effet d'un...) était présenté. L’analyse des données a été réalisée par un observateur non informé sur les caractéristiques magnétiques de l’objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut...). Les résultats confirment l’intérêt spontané des dauphins pour de tels objets mais surtout révèlent qu’ils s’approchent plus vite quand le bidon présenté inclut l’aimant. Ceci montre qu’ils discriminent bien ces deux objets qui ne diffèrent que par leurs propriétés magnétiques.

Il s’agit donc d’une première preuve expérimentale d’une discrimination magnétique chez le dauphin qui ouvre un nouveau champ d’investigation. Le succès de cette expérience, par rapport aux essais réalisés précédemment dans d’autres études, pourrait être lié aux conditions d’expérimentation (contexte habituel et spontané) mais surtout à la puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) de l’aimant utilisé. Il reste à prouver que les dauphins pourraient discriminer des champs comme le champ géomagnétique (4.5µT) et à déterminer les seuils de détection. Les processus en jeu sont mal connus mais de la magnétite (particules ferromagnétiques) a été trouvée dans la dure mère de dauphins. Il s’agit d’une piste possible, de telles particules s’alignant sur le champ magnétique ambiant. Il est à noter que les proches voisins artiodactyles des dauphins, tel que le cerf, sont aussi sensibles au champ magnétique.

Cette étude constitue un nouveau pas dans l’exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) du monde sensoriel des animaux, et particulièrement des mammifères marins. Elle soulève aussi à nouveau le questionnement autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres Erythrotriorchis,...) de ce champ perceptuel mal connu qu’est la sensibilité magnétique.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS/INSB
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages