Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Lundi 17/11/2014 à 00:00
Percer les mystères des rouages de la mémoire
Des chercheurs identifient un acteur clé dans le fonctionnement du cerveau et de la mémoire.

Est-il possible de modifier la quantité d’information que le cerveau peut stocker ? Peut-être, selon une nouvelle étude internationale menée par l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter...) de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les...) du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM). Cette recherche jette la lumière sur une molécule qui met un frein (Un frein est un système permettant de ralentir, voire d'immobiliser, les pièces en mouvement d'une machine ou un véhicule en cours de déplacement.) à l’activité cérébrale. Si cette molécule est retirée, le fonctionnement cérébral et le rappel de mémoire s’améliorent. L’étude, publiée dans le dernier numéro de Cell Reports, a des répercussions sur les maladies neurodéveloppementales et neurodégénératives, telles que les troubles du spectre de l'autisme (Le terme autisme tend a désigner aujourd'hui un trouble affectant la personne dans trois domaines principaux:) et la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) d'Alzheimer.

« Les résultats de recherches antérieures ont démontré que la production de nouvelles molécules est nécessaire pour que le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et constitue le...) conserve les souvenirs en mémoire; et si vous bloquez la production de ces molécules, la formation de nouveaux souvenirs ne se fait pas », explique le neuroscientifique de l’IR-CUSM, Dr Keith Murai, auteur principal de l'étude et professeur agrégé au Département de neurologie (La neurologie est la discipline médicale clinique qui étudie l'ensemble des maladies du système nerveux, et en particulier du cerveau. Cette spécialité médicale s'est séparée de la psychiatrie au...) et neurochirurgie (La neurochirurgie est la discipline chirurgicale qui est spécialisée dans le système nerveux central et le système nerveux périphérique. Les chirurgiens qui la pratiquent sont...) de l'Université McGill. « Nos résultats démontrent que le cerveau contient une protéine importante qui limite la production de molécules nécessaires à la formation de la mémoire. Nous avons constaté que lorsque cette protéine qui agit comme un frein est supprimée, le cerveau est capable de stocker plus d'informations. »

La protéine FXR1P: pour contrôler certaines formes de mémoire

Le Dr Murai et ses collègues ont utilisé un modèle de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de...) pour étudier comment les changements dans les connexions neuronales produisent de nouveaux souvenirs. Ils ont démontré qu'une protéine, la FXR1P (Fragile X Related Protein 1), empêchait la production de molécules nécessaires à la formation de nouveaux souvenirs. Quand la protéine FXR1P est éliminée de manière sélective de certaines parties du cerveau, de nouvelles molécules sont produites renforçant les connexions entre les cellules cérébrales et on peut noter une amélioration de la mémoire et du rappel de mémoire chez les souris.

Le lien avec les maladies

« Le rôle de la protéine FXR1P nous surprend, » explique le Dr Murai. « Avant notre étude, personne n’avait trouvé un rôle pour ce régulateur dans le cerveau. Nos résultats ont apporté des connaissances fondamentales sur la façon dont le cerveau traite l'information. Nous avons trouvé une nouvelle voie qui régit directement la façon dont l'information est traitée et cela pourrait être important pour la compréhension et le traitement des maladies du cerveau. »

« Les recherches futures dans ce domaine pourraient être très intéressantes », ajoute-t-il. « Si nous pouvons identifier des composés qui contrôlent le potentiel de freinage de la protéine FXR1P, nous pourrions être en mesure d’augmenter ou de diminuer l'activité du cerveau ou sa plasticité. Par exemple, pour l'autisme, on pourrait vouloir diminuer certaines activités cérébrales et pour la maladie d'Alzheimer, on pourrait vouloir en augmenter l'activité. En manipulant la protéine FXR1P, nous pourrions finalement être en mesure d'ajuster la formation et le rappel de la mémoire, améliorant ainsi la qualité de vie (La vie est le nom donné :) des personnes souffrant de maladies du cerveau. »

À propos de l’étude

Cette recherche a été rendue possible grâce au financement des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et du National Institutes of Health (États-Unis).

Pour plus d'information voir:
FXR1P Limits Long-Term Memory, Long-Lasting Synaptic Potentiation, and De Novo (De novo est une locution latine signifiant « rafraîchi », « renouvelé », « recommençant ».) GluA2 Translation

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université McGill