Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Jeudi 27/11/2014 à 12:00
Cancer: efficacité d'un médicament contre les cellules souches
Une équipe andalouse de chercheurs, dirigée par l'Université de Grenade, a démontré l'efficacité d'un nouveau médicament qui combat les cellules souches cancéreuses (CSC) qui provoquent le début et la croissance du cancer, la rechute après la chimiothérapie ainsi que la formation de métastase. Le nouveau composé, dénommé Bozepinib, a été essayé avec succès chez des souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme...) et publié dans la revue Oncotarget.


Coupes histologiques d'une tumeur primaire avant et après le traitement avec Bozepinib

Les CSC se trouvent dans les tumeurs en nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) très peu élevé et présentent comme caractéristique importante la formation de métastases à d'autres endroits que la tumeur originale. Étant donné qu'elles sont habituellement en état de dormance (c'est-à-dire non divisées), la chimiothérapie et la radiothérapie conventionnelles agissent sur les cellules de la tumeur les plus différentiées, qui sont divisées, mais ne sont pas capables de détruire ces CSC. De fait, après une réponse initiale au traitement, beaucoup de patients avec cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce...) présentent des rechutes dues à ce que ces CSC n'ont pas été détruites.

La recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) dans la lutte contre le cancer s'est centrée ces dernières années dans la recherche de nouveaux médicaments qui se dirigent sélectivement contre ces CSC, de sorte que si ces cellules sont éliminées, la tumeur sera totalement détruite, ce qui donnera lieu à la guérison des patients.

Les scientifiques du groupe de recherche « Thérapies avancées: différenciation, régénération et cancer », que dirige le professeur de l'UGR Juan Antonio Marchal, ont collaboré avec Joaquín Campos, de la Faculté de Pharmacie (La pharmacie (du grec φάρμακον/pharmakôn signifiant drogue, venin ou poison) est la science s'intéressant...) de l'UGR, et María Ángel García, de l'Hôpital universitaire « Virgen de las Nieves » de Grenade, ainsi qu'avec les universités de Jaén et de Miami (Miami est une ville importante située au sud-est de la Floride, aux États-Unis d'Amérique. Chef-lieu du comté de Miami-Dade, c'est, par sa population de 392 417...) (États-Unis), dans la recherche du nouveau médicament.

Essais cliniques avec des patients

Ce nouveau médicament présente une activité sélective face aux SCS du sein (Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du torse d'un animal, et en...), du colon et du mélanome. « La puissante activité antitumorale de Bozepinib se doit à l'inhibition de la voie de signalisation de HER2, et à ce que ce médicament inhibe l'invasivité et la formation de nouveaux vaisseaux dans la tumeur (angiogenèse) », explique le professeur Juan Antonio Marchal. De plus, les chercheurs ont démontré le mécanisme spécifique moyennant lequel Bozepinib agit face aux CSC.

Ce nouveau composé n'a pas présenté de toxicité chez des souris saines quand il a été administré par voie intrapéritonéale ou par voie orale, et a inhibé la croissance tumorale et la formation de métastases pulmonaires chez des souris auxquelles la tumeur avait été induite.

Actuellement, les chercheurs réalisent des études de sécurité et prétendent que ce composé, ainsi que ses dérivés, puissent commencer à être essayés chez des patients dans un futur proche.

Référence bibliographique:

HER2-signaling pathway, JNK and ERKs kinases, and cancer stem-like cells are targets of BozepinibAlberto Ramírez, Houria Boulaiz, Cynthia Morata-Tarifa, Macarena Perán, Gema Jiménez, Manuel Picon-Ruiz, Ahmad Agil, Olga Cruz-López, Ana Conejo-García, Joaquín M. Campos, Ana Sánchez, María A. García, Juan A. MarchalOncotarget, Vol. 5, No. 11


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Grenade
 
Jeudi 23 Novembre 2017 à 00:00:06 - Vie et Terre - 0 commentaire
» Un bon odorat pour une bonne croissance
Mardi 21 Novembre 2017 à 12:00:21 - Physique - 0 commentaire
» Photosynthèse: de l’huile dans les rouages