Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Isabelle le Jeudi 29/01/2015 à 00:00
Le débat sur le cryptage
Le cryptage protège-t-il la vie privée ou menace-t-il la sécurité ? Verrons-nous davantage ou moins de cryptage à l'avenir ? Et quel est le degré de progression de la technologie ?

Le débat sur la vie privée face à la sécurité s'accentue. Les messages sur des appareils privés doivent-ils être cryptés afin de protéger notre vie (La vie est le nom donné :) privée ? Cela empêchera-t-il dangereusement les efforts de la sécurité aux niveaux national et international ? Et si nous optons la voie du cryptage (En cryptographie, le chiffrement (parfois appelé à tort cryptage) est le procédé grâce auquel on peut rendre la compréhension d'un document impossible à toute personne qui n'a pas la...), les technologies mises en œuvre sont-elles suffisamment rapides pour protéger des données sensibles contre les criminels ?

Le journal The Guardian a révélé la semaine dernière comment un rapport américain sur la cybersécurité du Conseil d'intelligence national des États-Unis, a averti que le gouvernement et les ordinateurs privés étaient à la merci d'attaques en ligne «à cause des technologies de cryptage qui n'avaient pas été mises en œuvre assez rapidement».

Et nos gouvernements ne sont pas les seuls concernés. Les sociétés de technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) ont réagi aux inquiétudes du public concernant les cyberattaques suite aux révélations de surveillance de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et...) en renforçant leurs techniques de cryptage. Les systèmes d'exploitation les plus courants pour les téléphones et les tablettes offrent désormais le cryptage par défaut.

Néanmoins, parallèlement, certains gouvernements s'engagent à s'attaquer à l'utilisation du cryptage par des sociétés de technologie car ils craignent que les données non cryptées créent un «espace sûr» pour la communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine (télécommunications, nouvelles...) entre les terroristes.

Science 2.0 s'étend sur l'évolution de la sécurité Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en utilisant le...) vers le débat sur le cryptage d'aujourd'hui: «L'Internet n'a pas été conçu avec en ayant la sécurité à l'esprit, et la plupart des protocoles utilisés (HTTP, Telnet, FTP, SMTP) sont des textes en clair et non sécurisés. Les versions cryptées telles que HTTPS, SSH, FTPS, et le courrier électronique authentifié les remplacent en ajoutant une couche de sécurité à travers le protocole SSL (Secure Socket Layers). Quoique imparfait, il s'agit là d'une amélioration considérable d'un système où chacun peut intercepter un ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble),...) de données et lire (et changer) ses contenus.»

Le débat se poursuit entre les personnalités politiques, les décideurs politiques, les sociétés de technologie et les citoyens, et les scientifiques se concentrent à rechercher les possibilités relatives au cryptage. Ce mois-ci, une équipe de chercheurs a publié une étude dans la revue Nature sur un prototype de disque dur (Un disque dur est une mémoire de masse magnétique utilisée principalement dans les ordinateurs, mais également dans des baladeurs numériques, des...) quantique qui pourrait altérer fondamentalement le domaine du cryptage sûr de données et à longue distance.

Gizmag rapporte comment l'équipe de l'Université nationale australienne (ANU, pour Australian National University) et l'université d'Otago en Nouvelle-Zélande ont utilisé des atomes (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut diviser ») est la plus petite partie d'un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec une autre. Il...) d'europium, un élément terrestre rare enfoui dans des cristaux d'yttrium orthosilicate (YSO), afin de «briser les anciens records de conservation d'informations quantiques par la création d'un dispositif de stockage capable de conserver des informations d'état quantique jusqu'à six heures (L'heure est une unité de mesure  :) d'un coup».

D'après Gizmag, cette dernière recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) pourrait permettre un réseau de communications mondial à cryptage quantique «à travers des capacités de stockage sans précédent et compensant efficacement les problèmes d'instabilité inhérents à la technologie actuellement disponible». Cependant, l'équipe insiste également sur le besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins...) de tests approfondis pour explorer si leurs théories correspondent à la réalité.

En fonction de l'adoption potentielle de cette méthode de cryptage, la conversation sur les mérites de crypter nos données se poursuivra. D'après Science 2.0, la «progression logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος), terme inventé par Xénocrate signifiant à la fois...)» est d'encrypter les données là où elles sont stockées, plutôt que lors de leur transmission et la clé de cryptage nécessaire pour déchiffrer le message (La théorie de l'information fut mise au point pour déterminer mathématiquement le taux d’information transmis dans la communication d’un message par un canal de...) n'est disponible qu'aux personnes qui ont le droit d'y accéder.

Quels que soient les sentiments d'un point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) politique, Science 2.0 insiste sur le fait que l'hypothèse technique en faveur d'une désactivation du cryptage est «simplement impossible». «En fait,» ajoute-t-il, «nous nous dirigeons en sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine....) inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y = y·x = 1, si 1...), en remplaçant l'ancien Internet ouvert par un réseau qui incorpore la sécurité dès la conception. Si vous souhaitez désactiver le cryptage, cela signifiera également «détruire» l'Internet.»

Pour plus d'information voir: Optically addressable nuclear spins in a solid with a six-hour coherence time

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Europa