Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Lundi 09/02/2015 à 00:00
Schizophrénie et prise de poids: une nouvelle explication

Les cannabinoïdes seraient à l'origine de la prise de poids observée chez les personnes atteintes de schizophrénie et traitées avec l'antipsychotique olanzapine.
Les cannabinoïdes seraient à l'origine de la prise de poids observée chez les personnes atteintes de schizophrénie et traitées avec l'antipsychotique olanzapine, selon une étude-pilote publiée dans Journal of Clinical Psychopharmacology par des chercheurs de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) universitaire en santé mentale de Montréal et de l'Université de Montréal.

«Le cannabis produit ses effets psychoactifs par le biais des cannabinoïdes endogènes, qui sont des molécules chimiques présentes dans le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...)»,  déclare Stéphane Potvin, premier auteur et chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche...) à l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal et au Département de psychiatrie (La psychiatrie est une spécialité médicale traitant de la maladie mentale ou des maladies mentales. L'étymologie du mot psychiatrie provient du grec psyche (ψυχὴ), qui signifie âme ou esprit, et...) de l'Université de Montréal. «Nos données préliminaires suggèrent que les cannabinoïdes endogènes seraient impliqués dans la prise de poids (La prise de poids est une modification de la masse corporelle, qui se traduit par une augmentation de l'Indice de masse corporelle.) chez les personnes atteintes de schizophrénie, en agissant notamment dans certaines parties spécifiques du cerveau».

L'équipe de monsieur Potvin a récemment étudié le comportement alimentaire de 15 personnes atteintes de schizophrénie traitées pendant 16 semaines avec l'olanzapine, un antipsychotique de type atypique réputé pour stimuler l'appétit. Ces participants ont visionné des images neutres ou destinées à stimuler leur désir de manger durant un examen d'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La fabrication se faisait jadis soit à la...) par résonance magnétique fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui en...) (IRMf), avant et après 16 semaines de traitement avec l'olanzapine. En parallèle, leurs niveaux sanguins de glycémie à jeun, d'insuline (L'insuline (du latin insula, île) est une hormone peptidique sécrétée par les cellules β des îlots de Langerhans du pancréas. Elle a, avec le glucagon,...) et de lipides ont été mesurés, de même que leurs niveaux de cannabinoïdes endogènes.

Résultats

Après le traitement, les chercheurs ont observé chez les sujets une hyperactivité de l'amygdale (région limbique) de l'hémisphère gauche, comparativement au groupe témoin constitué de sujets sains. Ces changements cérébraux ont été associés à une augmentation des niveaux de glucose (Le glucose est un aldohexose, principal représentant des oses (sucres). Par convention, il est symbolisé par Glc. Il est directement assimilable par l'organisme.), de triglycérides et d'anandamide, le principal neurotransmetteur (Les neurotransmetteurs, ou neuromédiateurs, sont des composés chimiques libérées par les neurones (et parfois par les cellules gliales) agissant sur d'autres neurones,...) cannabinoïde. Pendant le traitement, les participants ont également pris du poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à l'opposé de la...) et ont présenté moins de symptômes positifs (délires et hallucinations). L'analyse statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon. D'une façon générale, c'est le résultat de l'application...), quant à elle, suggère une implication de l'anandamide dans l'hyperactivation de l'amygdale chez ceux qui ont visionné des images stimulant (Un stimulant est une substance qui augmente l'activité du système nerveux sympathique facilitant ou améliorant certaines fonctions de...) l'appétit.

«Ce résultat est cohérent avec la littérature scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) rapportant que l'augmentation des cannabinoïdes, et en particulier de l'anandamide, est impliquée dans l'aspect motivationnel du comportement alimentaire. C'est aussi cohérent avec le fait que le cannabis augmente l'appétit, un phénomène que les consommateurs connaissent fort bien, et qu'on appelle les munchies,» explique Stéphane Potvin. «À notre connaissance, c'est la première étude de neuroimagerie qui rapporte un lien entre les niveaux d'anandamide et un trouble du comportement alimentaire chez des personnes atteintes de  la schizophrénie. Cependant, rien ne prouve qu'il existe un lien de cause à effet. Ces résultats préliminaires devront être confirmés avec des échantillons plus importants. Ils permettraient de mieux comprendre la prise de poids associée au traitement de la schizophrénie par des antipsychotiques. Il s'agit d'une problématique clinique préoccupante, puisque certains antipsychotiques ont des effets secondaires métaboliques importants,» conclut le chercheur.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal